Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221156933
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 135 x 215 mm

De regrettables incidents

Date de parution : 05/02/2015

Pure comme le cristal et belle à faire damner un saint, Olga mène, auprès de sa famille d’origine kazakhe, une vie sans histoire dans une petite commune de Belgique. Jusqu’au jour où le directeur du théâtre de la ville vient proposer à son père de l’engager. En dépit de ses...

Pure comme le cristal et belle à faire damner un saint, Olga mène, auprès de sa famille d’origine kazakhe, une vie sans histoire dans une petite commune de Belgique. Jusqu’au jour où le directeur du théâtre de la ville vient proposer à son père de l’engager. En dépit de ses réticences, celui-ci finit par accepter.
Jalousée par les femmes de la troupe, convoitée par les hommes, la jeune première voit très vite les passions se déchaîner autour d’elle. Sa présence contribue à raviver de douloureux souvenirs et à révéler d’indicibles secrets. « De regrettables incidents », ainsi que les qualifie l’ancien directeur du théâtre.
Fable cruelle sur l’innocence et la manipulation, ce roman à l’intrigue virtuose et au dénouement aussi surprenant qu’implacable apporte une nouvelle fois la preuve de l’immense talent d’Armel Job.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221156933
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • majero Posté le 11 Octobre 2021
    Ecrit en 2015, deux ans avant qu'éclate le scandale Weinstein, la troupe amateur d'une petite bourgade ardennaise. Elles se sont tues, les jeunes premières qui étonnamment n'ont jamais accepté de jouer qu'une saison mais quinze ans plus tard, alors qu'est approchée Olga, la fille de réfugiés kazakhes, les langues se délient. J'aime la façon dont Armel Job campe ses personnages, comme peut être manipulée une foule, comme on serait tenté de se faire justice.
  • Papou64 Posté le 9 Juin 2021
    C’est #MeToo avant l’heure, dans une compagnie de théâtre amateur. Le roman est très bien écrit, mais peut-être un peu moins subtil que les autres. Restent les dernières phrases, très « Armel Job » : "La vie est un théâtre. A la fin, les masques tombent. Mais c’est trop tard. La pièce est finie." On en revient toujours au thème de la culpabilité. De la responsabilité aussi : celle d’une mère qui a trop/mal aimé son enfant, et lui pardonne tout. Il y a aussi la religion, avec un prêtre congolais très lucide. Mais les personnages sont quand mêmes assez peu nuancés.
  • adtraviata Posté le 5 Mai 2020
    Le sujet de départ est intéressant, une troupe de théâtre amateur et une future jeune première à la situation précaire puisqu’elle peut être renvoyée du jour au lendemain avec sa famille au Kazakhstan et que sa jeune soeur a une grave maladie cardiaque. Mais il me faut l’avouer, j’ai eu du mal à m’attacher à l’histoire et aux personnages au début. Il m’a bien fallu une centaine de pages pour m’accrocher. En fait c’est le moment où on comprend le sens du titre, ce que sont ces « regrettables incidents » que le roman a vraiment pris de l’intérêt pour moi. A partir de là, et après la représentation théâtrale, quand le tout prend des airs de roman policier et que l’auteur distille des surprises à rebondissements pour trouver le fin mot de l’affaire, je n’ai plus pu lâcher le livre. Armel Job a vraiment construit cette deuxième partie comme un imbroglio diabolique. Même si ce n’est pas le meilleur Armel Job que j’aie lu, j’ai donc fini par apprécier ma lecture. Envers et contre tout, il y a une « recette Armel Job » qui fonctionne : des portraits qui font mouche, un ancrage dans le terroir, un angle différent... Le sujet de départ est intéressant, une troupe de théâtre amateur et une future jeune première à la situation précaire puisqu’elle peut être renvoyée du jour au lendemain avec sa famille au Kazakhstan et que sa jeune soeur a une grave maladie cardiaque. Mais il me faut l’avouer, j’ai eu du mal à m’attacher à l’histoire et aux personnages au début. Il m’a bien fallu une centaine de pages pour m’accrocher. En fait c’est le moment où on comprend le sens du titre, ce que sont ces « regrettables incidents » que le roman a vraiment pris de l’intérêt pour moi. A partir de là, et après la représentation théâtrale, quand le tout prend des airs de roman policier et que l’auteur distille des surprises à rebondissements pour trouver le fin mot de l’affaire, je n’ai plus pu lâcher le livre. Armel Job a vraiment construit cette deuxième partie comme un imbroglio diabolique. Même si ce n’est pas le meilleur Armel Job que j’aie lu, j’ai donc fini par apprécier ma lecture. Envers et contre tout, il y a une « recette Armel Job » qui fonctionne : des portraits qui font mouche, un ancrage dans le terroir, un angle différent à chaque fois (ici une jeune fille réfugiée et des couples marqués par des secrets profondément enfouis), une thématique (ici le théâtre qui fait vivre les passions si proches finalement de la vraie vie). Et je reviendrai donc avec plaisir à d’autres textes de l’auteur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MoniqueJane Posté le 3 Juin 2019
    Découverte de cet auteur. Le premier tiers du roman m'a emballée, puis la suite m'a déçue par le manque de finesse dans l'approche des personnages et des situations. Cependant j'ai beaucoup aimé le style.
  • Nathv Posté le 30 Juillet 2015
    Je me faisais un plaisir de retrouver Armel Job - dont j'avais apprécié "Loin des mosquées", "Dans la gueule de la bête", "La femme manquée" et un peu moins "Le Conseiller du Roi". Après avoir refermé ce livre, j'ai comme une impression de rendez-vous manqué. Certes, la trame de l'histoire n'est pas inintéressante; Armel Job fait plonger, via le montage d'une pièce de théâtre, une jeune et jolie femme d'origine kazakhe dans l'histoire trouble d'un village de campagne, faisant resurgir les vieilles histoires, guéguerres intestines de ses habitants. Néanmoins, je n'ai pas retrouvé, dans cet ouvrage, la magie de la plume d'Armel Job. Chez moi, la mayonnaise n'a pas pris; à mes yeux, elle manquait, sans doute, de réalisme, d'empathie pour les personnages et de rythme. Sans être un mauvais roman pour autant, "De regrettables incidents" ne m'a pas emballée, m'a même paru parfois long. Dommage...
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.