Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749106175
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 140 x 210 mm

De sabres et de feu

Collection : Romans
Date de parution : 17/08/2006

En même temps que le vieil Enrique, fameux maquignon ayant marqué son époque, c'est tout un monde qui s'éteint sur ce parking du Sud de la France : celui des tziganes. Relégués dans ce camp à l'écart de la ville, ils sont une cinquantaine de familles qui attendent la dernière...

En même temps que le vieil Enrique, fameux maquignon ayant marqué son époque, c'est tout un monde qui s'éteint sur ce parking du Sud de la France : celui des tziganes. Relégués dans ce camp à l'écart de la ville, ils sont une cinquantaine de familles qui attendent la dernière heure de leur doyen.

Débarquant de toute l'Europe à bord de leurs caravanes et de leurs camping-cars, les innombrables membres du clan dispersé les rejoignent au fil des jours pour un ultime hommage au patriarche. Parmi eux, Agustin, mi-fakir mi-chaman, et sa fille, Antucha, qui vont profondément bouleverser la vision que Bartolomé, le gardien du camp, se fait du monde.

Mais cette soudaine concentration de voyageurs va bientôt réveiller, autour du camp, l'hostilité et le racisme latents. Entre des cultures et des modes de vie si différents, le conflit paraît inévitable.

Dans ce livre d'une grande puissance romanesque, Marc Trillard (prix Interallié 1994) continue son exploration du monde des hommes en marge et autres insoumis magnifiques. Écrivain rare, exigeant, De sabres et de feu marque son grand retour au roman.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749106175
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Danieljean Posté le 28 Février 2016
    Ce récit raconte une opposition entre deux mondes, celui des nomades, comme Augustin, ce violoneux qui est aussi un fakir avaleur de sabres, ces nomades qui ne savent que «le ruban de l’asphalte, la terre des chemins derrière le pare-brise (…) l’obsession de l’horizon, la quête du mouvement», et les sédentaires, les peureux, ceux qui ne pensent qu’à leur carrière politique ou professionnelle. Coté sentimental: une histoire d’amour entre un Gadjo (le gardien du camp) et une manouche inaccessible, Antucha, qui danse devant un feu qui illumine la nuit, le feu magique, symbole de la halte, le feu qui réduit tout en cendres à la mort de l’un d’entre eux: sa caravane, ses tapis, ses fusils. «Que tout soit réduit en cendres et que le vent souffle dessus.» L’écriture de Marc Trillard semble parfois maladroite. Phrases bancales. C’est son style. Il sonne bien, dans ce roman vrai, ce récit «d’une grande puissance romanesque» comme le dit l’éditeur.
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !