Lisez! icon: Search engine
Écriture
EAN : 9782359051261
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 382
Format : 155 x 240 mm

Dictionnaire chic du cinéma

Date de parution : 16/10/2013
De A comme « Adjani » ou « Audiard chez les orques » (De Rouille et d’os) à W comme la saga Warner", Éric Neuhoff a mis en ordre alphabétique sa passion du 7e art, bien connue des lecteurs du Figaro, des auditeurs du « Masque et la Plume »... De A comme « Adjani » ou « Audiard chez les orques » (De Rouille et d’os) à W comme la saga Warner", Éric Neuhoff a mis en ordre alphabétique sa passion du 7e art, bien connue des lecteurs du Figaro, des auditeurs du « Masque et la Plume » et des téléspectateurs du « Cercle » sur Canal Plus.Pour Neuhoff, le cinéma c'est « la vie en 24 images-seconde » avec ses plaisirs, ses émotions et ses déceptions. A chaque page, il laisse libre court à ses enchantements, ses envies de rire aux éclats et bien sûr ses énervements, griffant les fausses valeurs en quelques formules tranchantes. Car Neuhoff a ses têtes de turc : François Ozon, Garrel père et fils, les frères Dardenne ou les derniers films de Chatiliez... Mais Neuhoff a également la passion des actrices, ces héroïnes des « écrans noirs de nos nuits blanches ». Son dictionnaire les salue d'une plume câline, qu'il s'agisse de l'exquise Robin Wright, de BB dans Le Mépris, de Tilda Swinton ou de l'espiègle Milla Jovovich.Au fil des 300 entrées de son "Dictionnaire chic du cinéma", Neuhoff flâne avec style : Altman, Bory, Cluzet, Delon, Haneke, Kazan, OSS 117, la prétendue « Qualité française », Taxi Driver, Truffaut, le cinéma selon Houellebecq (« Extension du domaine du nanar »), mais aussi la liste des 100 meilleurs films, une comparaison des mérites de la VO et de la VF, ou la critique d'Almodovár par Alfred Hitchcock !"
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782359051261
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 382
Format : 155 x 240 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bazart Posté le 31 Mars 2014
    Eric Neuhoff, voilà typiquement un des critiques que j'écoutais lors des émissions du "Masque et de la Plume" de ma jeunesse, même s'il a du y arriver plusieurs années après que je commence à écouter cette émission, vers la fin des années 90, si je ne dis pas trop de bétises.... Neuhoff, je le connaissais d'ailleurs au départ plutôt en sa qualité de romancier, car j'avais notamment lu "La Petite Francaise", prix Interallié 1997, joli roman décrivant la passion d'un journaliste un peu blasé ( faisant bien penser à Neuhoff lui même) et une jeune fille fraiche et pimpante, surnommé Bébé.... je m'étais dit que le type avait vraiment une belle plume, entre ironie et finesse, et lorsque j'ai su après que Neuhoff était aussi critique de ciné, je m'étais dit que j'allais m'éclater à lire ses chroniques. Sauf que comme je ne lis pas "le Figaro" (pas de grande révélation à ce niveau, n'est ce pas?), et j'ai plutôt eu l'occasion de le découvrir à l'oral, au Masque et la Plume donc, ou plus tard lors de l'émission "le Cercle" sur Canal plus présenté par Frédéric Beigbeder, et là, je dois dire que le bonhomme n'arrivait vraiment pas... Eric Neuhoff, voilà typiquement un des critiques que j'écoutais lors des émissions du "Masque et de la Plume" de ma jeunesse, même s'il a du y arriver plusieurs années après que je commence à écouter cette émission, vers la fin des années 90, si je ne dis pas trop de bétises.... Neuhoff, je le connaissais d'ailleurs au départ plutôt en sa qualité de romancier, car j'avais notamment lu "La Petite Francaise", prix Interallié 1997, joli roman décrivant la passion d'un journaliste un peu blasé ( faisant bien penser à Neuhoff lui même) et une jeune fille fraiche et pimpante, surnommé Bébé.... je m'étais dit que le type avait vraiment une belle plume, entre ironie et finesse, et lorsque j'ai su après que Neuhoff était aussi critique de ciné, je m'étais dit que j'allais m'éclater à lire ses chroniques. Sauf que comme je ne lis pas "le Figaro" (pas de grande révélation à ce niveau, n'est ce pas?), et j'ai plutôt eu l'occasion de le découvrir à l'oral, au Masque et la Plume donc, ou plus tard lors de l'émission "le Cercle" sur Canal plus présenté par Frédéric Beigbeder, et là, je dois dire que le bonhomme n'arrivait vraiment pas à me convaincre, non seulement par les films qu'il défendait- ou plutot qu'il massacrait, l'homme ayant la descente facile- mais surtout par la pauvreté de son argumentaire, se résumant souvent à des critiques très faciles, basés sur le physique de tel ou tel acteur, bref sans bien peu d'argumentaire théorique ou technique, contrairement à la majorité des interlocuteurs de ce type d'émission. Heureusement, j'ai découvert son "Dictionnaire chic du cinéma", dans lequel Neuhoff a rassemblé ses meilleures chroniques écrites sous la forme d'un dictionnaire très varié, de A comme « Adjani » ou « Audiard chez les orques » (De Rouille et d’os) à W comme la saga "Warner". Et reconnaissons le d'emblée : ce recueil d’articles critiques sur films, acteurs, metteurs en scène, palmarès, est une vraie réussite tant la plume et l'acuité du regard de Neuhoff y est ici vraiment mise en valeur. Neuhoff annonce d'emblée la couleur en écrivant en préambule : "Que les choses soient claires : Rivette m’emmerde, Tati ne m’a jamais fait rire et Resnais a le don de m’assommer", et on sait alors qu'on aura affaire à un vrai espace de liberté de parole et de ton, des gouts assumés à l'encontre de la bien pensance, avec ce qu'il faut de cruauté et de drôlerie qui fait- souvent- défaut à ses interventions orales. A chaque page, Neuhoff laisse libre court à ses enchantements ou à ses agacements, explosant les fausses valeurs en quelques phrases lapidaires avec une subjectivité par essence contestable et contestée. Personnellement, si sa descente en flamme du cinéma des Dardenne ou de Philippe Garel a pu me réjouir, tant je trouve ces cinéastes un peu trop surestimés, j'ai eu plus de mal à comprendre pourquoi il loue celui de Bruno Dumont, encore bien pire pour moi dans un style proche. Les angles pris par Neuhoff pour raconter tel ou tel film sont souvent tout à fait originaux et pertinents (Sous le titre Crissements de pneus, il cite les principaux films dont les vedettes sont des voitures ou des camions) , et on aime son style direct, sans fioriture qui fait très souvent mouche, même quand je suis loin d'être d'accord avec le fond de son opinion ( il encense l'ennuyeux Tree of life et dézingue les Almodovar). Neuhoff s'amuse à dresser les palmarès des films les plus scandaleux, des plus belles scènes, des films les plus tristes (Bambi, Love Story, Une journée particulière, etc.), des "chefs-d’oeuvre absolus" (Citizen Kane, À bout de souffle, Chantons sous la pluie), des meilleures et des pires Palmes d’or décernées à Cannes… Mais Neuhoff n'est pas que cinglant, on voit aussi dans ce Dictionnaire chic du cinéma à quel point il aime le 7ème art et surtout à quel point il idolatre les actrices, tant les portraits qu'il fait de grandes actrices sont émouvants et touchants, notamment Charlotte , Tilda Swinton, Milla Jovovich( étrange, pour moi en tout cas) ou la trop sousestimée Robin Wright Penn dont il loue la beauté des trémolos... dans la plume ..exemple, ce déchirant hommage : "On serait marié à Robin Wright, on oublierait tout, même de mourir, même d’aller au cinéma".... Euh, Eric, au vu de ta passion avérée pour les salles obscures, tu es sûr à 100 % de ce que tu avances, là, ?
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés