En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Dieu regardait ailleurs

        Plon
        EAN : 9782259221689
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 290
        Format : 132 x 201 mm
        Dieu regardait ailleurs

        Date de parution : 22/08/2013

        De la Russie aux Etats-Unis, l’incroyable destin d’un aristocrate russe qui, dans la tourmente de 1917, aura été tsar quelques heures après l’abdication de Nicolas II.

        Saint-Pétersbourg, décembre 1916. Quatre hommes décident de tuer Raspoutine. Un député, un prince, un médecin, un grand-duc. Ce dernier nous raconte. Le meurtre du moine, la première révolution, le massacre des siens. Sa fuite dans les armées Blanches aux mains de chefs fous, les chasses à courre de Juifs. Puis...

        Saint-Pétersbourg, décembre 1916. Quatre hommes décident de tuer Raspoutine. Un député, un prince, un médecin, un grand-duc. Ce dernier nous raconte. Le meurtre du moine, la première révolution, le massacre des siens. Sa fuite dans les armées Blanches aux mains de chefs fous, les chasses à courre de Juifs. Puis l’exil à Paris en pleines années folles, les déjeuners avec Cocteau et Balthus, les nuits avec Chanel. Son mariage avec une actrice américaine, la fi n du malheur peut-être mais la tuberculose le rattrape. L’Allemagne nazie lui fait les yeux doux pour lui rendre un hypothétique trône. D’un sanatorium suisse, il nous dicte les souvenirs d’un monde englouti.

        Cette fresque poétique ressuscite un temps où, oui, Dieu regardait ailleurs.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782259221689
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 290
        Format : 132 x 201 mm
        Plon
        17.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • chamalow22 Posté le 8 Mai 2015
          Enfin un livre qui parle de ma Russie! Qui parle d'une Russie qui a souffert, qui a vécu le pire mais qui se relève, comme toujours. Un livre qui parle de ces Russes que certains pourront qualifier de froids et de sans cœurs mais qui garde, malgré toutes les peines de la vie, une forme d'attachement profond à leur maison. Ce n'est pas du patriotisme, c'est bien plus. C'est l'amour pur et simple du pays natal. Lorsque même exilés, leurs pensées restent en Russie . Une Russie qui semble indifférente aux ravages du temps, à la barbarie des hommes. On trouve une forme d'éternité dans cette neige qui n'en finit pas de tomber...
        • KRISS45 Posté le 11 Novembre 2013
          Inconditionnelle de la Russie, de son histoire, de sa population et de ses génies artistiques, je ne pouvais pas passer à côté de ce roman. 1916, la Russie est au bord de l'explosion. Jean-Félix de La Ville Baugé offre une vision inédite et très personnelle de l'assassinat de l'ennemi public N°1, le moine Raspoutine. Sur un ton provocateur, entre dérision et grotesque, entre impertinence et amertume, l'auteur ne nous épargne rien des atrocités commises au nom de l'idéal révolutionnaire, tout en prenant quelques libertés avec les faits authentiques et les protagonistes.
        • annie Posté le 30 Octobre 2013
          bien - Un homme se penche sur son passé... Le grand duc Wladimir Wladimirovitch nous raconte, avec humour et ironie sa participation au meurtre du staret Raspoutine comme début de la révolution et la fin de sa famille, les Romanov, son exil en France, ses rencontres, sa vie aux Etats-Unis avec son épouse actrice, puis sa fin de vie dans un sanatorium. Le personnage est loin d'être sympathique, aristocrate décadent, sans le sou, se laissant entretenir par les femmes la plupart du temps, manipulé par tous, mais malgré tout touchant. Bien entendu Wladimir Wladimovitch n'existe pas, mais il ressemble comme un frère à Dimitri Pavlovitch Romanov. Un roman intéressant pour ses épisodes historiques, le héros manque de consistance, mais lecture agréable et fin surprenante. merci encore aux éditions Plon et à Masse critique de me l'avoir offert.
        • Davalian Posté le 26 Octobre 2013
          Merci à Babelio et aux éditions Plon de m’avoir faire parvenir gracieusement Dieu regardait ailleurs de Jean-Félix de La Ville Baugé. Il s’agit assurément d’une belle découverte qui n’aurait pas été faite sans Masse Critique. Tout simplement car cet ouvrage n’a pas le clinquant qui va attirer le chaland, même s’il venait à être placé en tête de rayonnage en librairie. Il faudra lire le résumé fait par l’éditeur pour avoir une petite chance de se plonger à l’intérieur… mais il en dévoile tellement et paradoxalement si peu ! L’expérience est franchement appréciable. Le texte en lui-même est intéressant, il se lit très bien, trop rapidement. L’effort de rédaction est manifeste, nous avons affaire à un travail de qualité, fruit du labeur d’un écrivain sérieux. Le thème ? Il s’agit de souvenirs, censés être ceux d’un grand-duc de la Russie tsariste de Nicolas II qui flirte à plusieurs reprises avec la possibilité de prendre en mains les rênes d’un pays en proie aux Révolutions de 1917. Il va être question du meurtre de Raspoutine, des révolutions de 1917, des Armées blanches, du Paris des années 20 (Coco Channel et Jean Cocteau font partie des figures qui font une apparition). L’histoire est... Merci à Babelio et aux éditions Plon de m’avoir faire parvenir gracieusement Dieu regardait ailleurs de Jean-Félix de La Ville Baugé. Il s’agit assurément d’une belle découverte qui n’aurait pas été faite sans Masse Critique. Tout simplement car cet ouvrage n’a pas le clinquant qui va attirer le chaland, même s’il venait à être placé en tête de rayonnage en librairie. Il faudra lire le résumé fait par l’éditeur pour avoir une petite chance de se plonger à l’intérieur… mais il en dévoile tellement et paradoxalement si peu ! L’expérience est franchement appréciable. Le texte en lui-même est intéressant, il se lit très bien, trop rapidement. L’effort de rédaction est manifeste, nous avons affaire à un travail de qualité, fruit du labeur d’un écrivain sérieux. Le thème ? Il s’agit de souvenirs, censés être ceux d’un grand-duc de la Russie tsariste de Nicolas II qui flirte à plusieurs reprises avec la possibilité de prendre en mains les rênes d’un pays en proie aux Révolutions de 1917. Il va être question du meurtre de Raspoutine, des révolutions de 1917, des Armées blanches, du Paris des années 20 (Coco Channel et Jean Cocteau font partie des figures qui font une apparition). L’histoire est romancée mais l’ensemble n’est pas un roman historique. Le dénouement est tout simplement décevant. L’épilogue est une pièce rapportée qui peut inviter à une nouvelle lecture. La pseudo révélation finale est cependant trop facile et ne donne absolument pas envie de relire l’ouvrage mais de la ranger dans une bibliothèque en restant avec un profond sentiment de déception. Dommage, dommage, dommage… Il s’agit d’un roman qui mêle plusieurs influences, ce qui le dessert. La narration n’est pas statique, parfois à la première personne dans le passé ou le présent, mais parfois omnisciente. L’absence de repères chronologiques ou de notes de bas de page ne confère aucune rigueur au récit. Aucune substance, le reproche est peut-être trop fort. Le discours est celui d’un aristocrate, tour à tour accepté puis méprisé, par la famille impériale, les futurs rebelles, la bonne société parisienne... Il traverse des périodes sombres mais parvient toujours à garder la tête haute et à conserver ce ton hautain et méprisant tourné vers le monde extérieur et surtout vers lui-même. Le plus important, le plus dérangeant est ailleurs. Ce qui va faire la force de l’ouvrage, s’il parvient à donner lieu à un débat. Le narrateur se complait à décrire la culture russe d’une manière franchement orientée. La passion immodérée pour la vodka, le mysticisme, le malheur et la cruauté semblent ici être les composantes principales. Encore est-il nécessaire d’ajouter à cette liste l’antisémitisme latent, récurrent, généralisé. Autant de choix provocateurs car constamment traités avec humour et ironie. Un couple qui sera d’ailleurs omniprésent. A lire, mais avec beaucoup de réserves quant au contenu.
          Lire la suite
          En lire moins
        • alexandreM Posté le 30 Septembre 2013
          Un livre passionnant, haletant, qu'on ne lâche pas de la première à la dernière page. L'auteur, dans un style fort et incisif, nous fait parcourir le temps et l'espace à travers un narrateur assassin de Raspoutine. De la révolution russe aux années 60, le personnage nous entraîne dans une saga pleine de profondeur et de sensibilité, mais aussi d'aventure. J'avais déjà adoré les précédents ouvrages de l'auteur "Entre deux cils" et "Votre Fils", mais là, on passe encore un cran. A recommander vivement à ceux qui veulent suivre une aventure profonde, historique, et forte.

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        Cette destinée capricieuse et tragique d’un personnage pris dans la tourmente de l’histoire, comme il y en eut tant au siècle dernier, témoin et acteur malgré lui d’événements qui le dépassent, est raconté de manière brillante et subtile.

        Livres Hebdo
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.