RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Djinn

            Fleuve éditions
            EAN : 9782265098770
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 288
            Format : 140 x 210 mm
            Djinn

            Collection : Outre Fleuve
            Date de parution : 13/04/2017
            1130, Princée d’Antioche – au nord de l’actuelle Syrie.
            Fille du roi Baudouin de Jérusalem, la princesse Alix d’Antioche s’apprête à accoucher en secret de son enfant illégitime, fruit de ses amours avec le connétable Renaud Mazoir. Personne ne doit apprendre cette naissance : sa mère a décidé que l’enfant ne...
            1130, Princée d’Antioche – au nord de l’actuelle Syrie.
            Fille du roi Baudouin de Jérusalem, la princesse Alix d’Antioche s’apprête à accoucher en secret de son enfant illégitime, fruit de ses amours avec le connétable Renaud Mazoir. Personne ne doit apprendre cette naissance : sa mère a décidé que l’enfant ne survivrait pas.
            Mais son père, prévenu par ses informateurs, arrive à temps pour le sauver. L’accoucheuse, elle, est sacrifiée, non sans avoir jeté sur Alix une malédiction : l’esprit malin d’un Djinn s’attache désormais à ses pas.
            Mis à l’abri des velléités meurtrières de sa mère, le nouveau-né grandira au sein de la mystérieuse secte des Assassins ; son destin sera lié à celle-ci. Et la princesse maudite, poussée par son ambition dévorante, se voit emportée dans les tourments d’une terre dont l’histoire s’écrit trop souvent dans le sang…

            De Byzance à Jérusalem, d’Alep à Damas, une grande fresque où se côtoient l’histoire et le fantastique, dans le fracas des batailles incessantes entre Turcs, Byzantins et Croisés.


             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782265098770
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 288
            Format : 140 x 210 mm
            Fleuve éditions
            19.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • patlam Posté le 21 Janvier 2019
              Jean-Louis Fetjaine propose avec « djinn » un roman historique parfaitement documenté qui séduit surtout par une ambiance orientale qui permet à l'auteur d'integrer des mythes arabo persans rarement développés en littérature fantastique. Le contexte historique choisi ouvre d'intéressantes perspectives qu'il aurait été passionnant de voir développer concernant entre autre,la secte des assassins ou le contexte géopolitique de l'époque. S'attarder davantage sur les protagonistes en présence aurait en outre favorisé une meilleure approche et un meilleur ressenti des événements, On ne fait malheureusement que survoler les faits sans entrer dans le detail et au final ce manque de consistance empêche une réelle profondeur de l'ensemble.L'auteur se contente de présenter au lieu de décripter,de resumer au lieu d'explorer de fait,on effleure l'histoire sans jamais vraiment l'integrer La partie fantastique qui pourtant ne manquait ni de richesse ni de matière est au bout du compte presque relégué à un rang anecdotique.La lecture est certes agréable mais, traitée de façon trop succincte ,elle laisse une impression d'inachevé. Djinn reste une oeuvre des plus correcte mais,le sujet de par son originalité,aurait mérité un travail beaucoup plus exhaustif
            • jonatjackson Posté le 5 Août 2018
              Ce que j’ai aimé Le contexte historique, bien que compliqué, nous permet d’avoir une vision un peu plus clair de la situation historique de l’époque. Une petite mode qui commence à s’installer, de la Fantasy orientale, dans un contexte concret de notre Histoire. L’idée est plaisante et apporte ce petit côté exotique. La plume de Fetjaine, belle et abordable pour toutes et tous. L’auteur n’hésite pas non plus à y incorporer des passages en arabe pour apporter un petit côté réaliste. Il y a même un vers en langue Provençale de l’époque. Un voyage à tout niveau. La place importante donnée aux personnages féminins dans un contexte qui ne le permet pas beaucoup. Beau tour de force de l’auteur. Le contexte politique, les jeux de pouvoir, les revirements de situation surprenants,… Ce n’est pas du niveau de Game of Thrones mais il y a malgré tout du niveau et quelques surprises sont à prévoir. Première incursion dans la lecture numérique et j’ai pris un certain plaisir à trimbaler avec moi ma nouvelle liseuse. Elle ne m’apporte pas autant de kiffe que le bouquin proprement dit, mais le support est intéressant et mérite qu’on lui laisse sa chance. Ce que j’aurai aimé, ce qui m’a dérangé Peut-être LE soucis... Ce que j’ai aimé Le contexte historique, bien que compliqué, nous permet d’avoir une vision un peu plus clair de la situation historique de l’époque. Une petite mode qui commence à s’installer, de la Fantasy orientale, dans un contexte concret de notre Histoire. L’idée est plaisante et apporte ce petit côté exotique. La plume de Fetjaine, belle et abordable pour toutes et tous. L’auteur n’hésite pas non plus à y incorporer des passages en arabe pour apporter un petit côté réaliste. Il y a même un vers en langue Provençale de l’époque. Un voyage à tout niveau. La place importante donnée aux personnages féminins dans un contexte qui ne le permet pas beaucoup. Beau tour de force de l’auteur. Le contexte politique, les jeux de pouvoir, les revirements de situation surprenants,… Ce n’est pas du niveau de Game of Thrones mais il y a malgré tout du niveau et quelques surprises sont à prévoir. Première incursion dans la lecture numérique et j’ai pris un certain plaisir à trimbaler avec moi ma nouvelle liseuse. Elle ne m’apporte pas autant de kiffe que le bouquin proprement dit, mais le support est intéressant et mérite qu’on lui laisse sa chance. Ce que j’aurai aimé, ce qui m’a dérangé Peut-être LE soucis de ce livre c’est le titre. Un peu à l’instar du livre « Djinn : le Royaume d’Ombrazim » du talentueux James Tollum, l’être maléfique ne fait que peu d’apparitions (quoi que dans le livre de Fetjaine, le Djinn est un peu plus présent malgré tout). Certains diront que j’exagère, mais on nous propose un monde ténébreux où goules, Djinns et autres saloperies se baladeraient la nuit pour tuer les imprudents, mais on n’en voit presque pas la couleur. Peu de Djinn, peu de monstres,… Dommage. Le rôle de Martin alors que la quatrième de couverture laisse présager un grand rôle dans le livre. Ou pas. Ou à la limite c’est moyen. Comme énoncé plus haut, le manque d’informations sur de nombreux personnages pourtant importants. Il manque une bonne centaine de pages à ce récit pour qu’il soit plus consistant, plus complet. L’intervention de certains personnages qui n’ont rien à voir avec l’intrigue principale mais sur lesquels on s’attarde comme le général Zengi. Points neutres Concernant Alix, princesse déchue et gangrenée par l’envie de régner. L’on pourrait croire que son ambition dévorante et ses intrigues sont en fait le fruit du Djinn. Mais je me pose sérieusement la question de savoir si le Djinn y est pour quelque chose. Certes il la protège et la rend un peu plus machiavélique, mais le mauvais fond de base d’Alix lui aurait permis de réaliser tout ce qu’elle a entrepris sans l’aide du Djinn (quand on veut assassiner son fils dès sa naissance, c’est qu’on ne doit pas être très bien mentalement à la base). Donc, l’intérêt de faire participer un Djinn à l’histoire est-elle justifiée ? Conclusion Une lecture plaisante avec quelques fausses notes à mon sens. Comme toujours, se sont mes ressentis et peut-être que vous vous allez kiffer la vibes grave tout au long de la lecture, et très honnêtement je vous le souhaite. Un contexte historique intéressant, bien que compliqué à décortiquer, avec des références réelles qui nous donnent une idée de ce qui se passait à l’époque. Intrigues politiques, personnages féminins forts et revirement de situations improbables sont la force de ce récit, le tout porté par une plume intéressante et visuelle. Cependant, le manque de consistance empêche une réelle profondeur à l’ensemble, de grands sauts dans le temps de plusieurs semaines ou mois et l’attardement sur des faits ou des personnages inutiles vis-à-vis de la trame principale en sont la cause. Livre à fort potentiel mais dont le traitement n’aura pas été optimal selon moi.
              Lire la suite
              En lire moins
            • JessieL Posté le 17 Mars 2018
              Après nous avoir ensorcelé avec sa Trilogie des Elfes, et nous avoir envoûté avec son chef d'oeuvre Le Pas de Merlin, Jean-Louis Fetjaine a repris la plume pour écrire à nouveau une grande fresque de fantasy historique. Il y avait longtemps que ce maître de fantasy française ne nous avait pas fait rêver. Avec Djinn, La Maudite on quitte la mythique Brocéliande pour les terres d'Orient. Jean-Louis Fetjaine a décidé de nous faire revivre le temps des croisades. Il nous fait côtoyer les figures marquantes de l'époque. L'histoire débute en 1130, soit trente ans après la première croisade qui fut une victoire pour les chrétiens qui avaient réussi à y instaurer quatre états. La Terre Sainte apparaît comme un véritable pays de Cocagne dans lequel les croisés Francs se taillent des royaumes. Mais c'est là aussi où va commencer à se jouer les plus sanglants affrontements avec les Turcs qui poussent également leur hégémonie sur ce territoire. C'est une belle fresque historique que nous dépeint l'auteur qu'il n'a d'ailleurs pas manqué de ponctuer de magie. Comme annoncé par le titre du roman, l'esprit des Djinns s'entremêle aux destins croisés de ces héros. Là où en fantasy ces créatures relèvent du bestiaire... Après nous avoir ensorcelé avec sa Trilogie des Elfes, et nous avoir envoûté avec son chef d'oeuvre Le Pas de Merlin, Jean-Louis Fetjaine a repris la plume pour écrire à nouveau une grande fresque de fantasy historique. Il y avait longtemps que ce maître de fantasy française ne nous avait pas fait rêver. Avec Djinn, La Maudite on quitte la mythique Brocéliande pour les terres d'Orient. Jean-Louis Fetjaine a décidé de nous faire revivre le temps des croisades. Il nous fait côtoyer les figures marquantes de l'époque. L'histoire débute en 1130, soit trente ans après la première croisade qui fut une victoire pour les chrétiens qui avaient réussi à y instaurer quatre états. La Terre Sainte apparaît comme un véritable pays de Cocagne dans lequel les croisés Francs se taillent des royaumes. Mais c'est là aussi où va commencer à se jouer les plus sanglants affrontements avec les Turcs qui poussent également leur hégémonie sur ce territoire. C'est une belle fresque historique que nous dépeint l'auteur qu'il n'a d'ailleurs pas manqué de ponctuer de magie. Comme annoncé par le titre du roman, l'esprit des Djinns s'entremêle aux destins croisés de ces héros. Là où en fantasy ces créatures relèvent du bestiaire merveilleux, en Orient elles sont considérées comme des êtres réels qui poussent les hommes à faire le Mal. Au-delà de l'enjeu d'une terre pour laquelle des hommes sont prêts à mourir, Djinn scelle le destin d'un enfant qui est appelé à devenir sans doute quelqu'un d’exceptionnel. En tout cas, c'est autour de ce mystère que va se construire ce nouveau cycle de Jean-Louis Fetjaine... plus d'informations sur : fantasyalacarte.blogspot.com/2018/02/jean-louis-fetjaine-djinn-la-maudite.html Fantasy à la carte
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lunalithe Posté le 8 Mars 2018
              Une très belle écriture, sombre et envoutante comme le sujet traité pour ce roman de Fetjaine. Il prend place au milieu des guerres de religion, et autres guerres de pouvoir. La base historique très documentée est agrémentée de la présence invisible de Djinn, et autres démons et sortilèges issues de l'imaginaire oriental. L'histoire est un long recommencement (de conflits, de guerres plus ou moins avortées... et de sortilèges). On frissonne, on ignore où nous recroiserons les yeux jaunes, et à quel moment. On s'attache plus ou moins aux personnages, pas du tout manichéens, et parfois très inquiétants (je pense notamment à la secte des assassins... Mais le pire, c'est que c'est une réalité historique !). Mais qui semblent finalement n'être que des pions, tous autant qu'ils sont... Sans la dévoiler, la fin est également très brillante, et nous laisse sur un ultime frisson de peur - Eh oui, l'histoire est un long recommencement.
            • Scaldie Posté le 10 Novembre 2017
              Je ressors globalement mitigée de la lecture de ce roman. Si j'ai apprécié découvrir une fantasy orientale, prenant place au temps des croisades (une époque et un monde que je connais peu, et plutôt rarement mis en scène dans la fantasy) j'ai eu plus de mal avec les nombreuses références historiques et les nombreux noms arabes que j'ai eu du mal à intégrer. Le roman de JL Fetjaine est particulièrement riche et documenté, ce qui ne facilite pas toujours la lecture. Et si j'ai apprécié le style de l'auteur, qui a une plume très agréable, j'ai eu plus de mal avec l'intrigue et les personnages. L'intrigue ne m'a pas particulièrement touchée, je dois dire que je ne l'ai pas trouvée particulièrement immersive ; de même que je n'ai pas trouvé les personnages très attachants. Ils sont nombreux, et j'ai eu l'impression d'à peine effleurer leurs histoires et leurs caractères... En quelque sorte, j'ai eu l'impression de survoler les choses, les évènements et les personnages, comme s'ils manquaient de profondeur. En fait, j'ai eu le sentiment de lire une grosse introduction à quelque chose de plus vaste, à une histoire plus profonde, mais à peine esquissée dans ce premier roman. Je... Je ressors globalement mitigée de la lecture de ce roman. Si j'ai apprécié découvrir une fantasy orientale, prenant place au temps des croisades (une époque et un monde que je connais peu, et plutôt rarement mis en scène dans la fantasy) j'ai eu plus de mal avec les nombreuses références historiques et les nombreux noms arabes que j'ai eu du mal à intégrer. Le roman de JL Fetjaine est particulièrement riche et documenté, ce qui ne facilite pas toujours la lecture. Et si j'ai apprécié le style de l'auteur, qui a une plume très agréable, j'ai eu plus de mal avec l'intrigue et les personnages. L'intrigue ne m'a pas particulièrement touchée, je dois dire que je ne l'ai pas trouvée particulièrement immersive ; de même que je n'ai pas trouvé les personnages très attachants. Ils sont nombreux, et j'ai eu l'impression d'à peine effleurer leurs histoires et leurs caractères... En quelque sorte, j'ai eu l'impression de survoler les choses, les évènements et les personnages, comme s'ils manquaient de profondeur. En fait, j'ai eu le sentiment de lire une grosse introduction à quelque chose de plus vaste, à une histoire plus profonde, mais à peine esquissée dans ce premier roman. Je ressors donc un peu mitigée, voire un peu frustrée, de cette lecture qui a pourtant de nombreuses qualités.
              Lire la suite
              En lire moins
            Outrefleuve, la newsletter de l'imaginaire
            Pour ne rien manquer de l'actualité Science-Fiction et Fantasy.