En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Duane est dépressif

        Sonatine
        EAN : 9782355841729
        Code sériel : 97
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 608
        Format : 140 x 220 mm
        Duane est dépressif

        Sophie ASLANIDES (Traducteur)
        Date de parution : 16/01/2014

        Après La Dernière Séance et Texasville, le grand retour du héros culte de Larry McMurtry, Duane Moore, interprété au cinéma par Jeff Bridges.

        Pour Karla, c’est l’évidence même : son mari Duane est en pleine dépression. Il néglige son entreprise et se désintéresse des problèmes, pourtant nombreux, de ses enfants. Plus inquiétant encore, il a décidé de ne plus conduire son pick-up, mais de se déplacer à pied le long des routes, ce...

        Pour Karla, c’est l’évidence même : son mari Duane est en pleine dépression. Il néglige son entreprise et se désintéresse des problèmes, pourtant nombreux, de ses enfants. Plus inquiétant encore, il a décidé de ne plus conduire son pick-up, mais de se déplacer à pied le long des routes, ce qui au Texas constitue une véritable hérésie. Pour Duane, cependant, la vérité est ailleurs : il a toujours fait ce que les autres attendaient de lui, il a été un citoyen modèle, un mari modèle, un entrepreneur modèle, et il n’en peut plus. Ce qu’il veut maintenant, c’est vivre pour lui-même, à son rythme, et établir ses propres priorités ; « vivre délibérément et non plus automatiquement », comme l’écrivait Thoreau. Aussi décide-t-il de s’installer seul avec un chien dans une cabane à la sortie de la ville. Nettoyer le désert des déchets qui le polluent, faire du vélo, lire À la recherche du temps perdu, sa nouvelle vie, ponctuée de rencontres rocambolesques et de tragédies douloureuses, lui apportera-t-elle le bien-être auquel il aspire ?
        Larry McMurtry signe avec cette oeuvre magistrale, saluée par une critique unanime, un chef-d’œuvre d’une profonde humanité.

        Larry McMurtry est né en 1936 à Wichitta Falls (Texas). Romancier et scénariste, il a reçu un oscar pour Brokeback Mountain. Son roman Lonesome Dove a obtenu le prix Pulitzer en 1986. Il vit à Archer City, au Texas, où il a ouvert une des plus grandes librairies indépendantes des États-Unis.

        « Larry McMurtry a un sens tout à fait unique de l’environnement, un véritable génie comique, et une intensité intellectuelle qui évoque Saul Bellow. Son talent est démesuré, aucun de ses romans ne peut vous laisser indifférent, et ses héros font partie de mon panthéon personnel. » Jim Harrison

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355841729
        Code sériel : 97
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 608
        Format : 140 x 220 mm
        Sonatine
        22.30 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • LePamplemousse Posté le 28 Novembre 2017
          J'avais dévoré « Texasville » il y a une vingtaine d'années, et je me rappelle l'avoir relu à deux ou trois reprises au fil des ans, touchée par l'écriture de l'auteur et par les personnages attachants tout autant que loufoques. J'ai donc été ravie de tomber un peu par hasard sur « Duane est dépressif » où l'on retrouve le protagoniste principal et toute une galerie de personnages, ayant tous vieilli d'une quinzaine d'années, mais toujours aussi dingues les uns que les autres. Duane a désormais 62 ans, c'est un Texan qui a une bonne situation professionnelle dans le pétrole, une très grande maison, une femme, quatre enfants et une tripotée de petits enfants. Soudain, il décide de garer son pick-up et de se déplacer exclusivement à pied, ce qui surprend tout le monde au point qu'on le soupçonne au choix de s'être disputé tellement fort avec sa femme qu'il envisage le divorce, de souffrir d'un Alzheimer précoce ou de faire une grosse dépression. Mais qu'en est-il réellement ? Les 500 et quelques pages du roman nous apportent quelques éléments de réponse, tout en nous parlant des habitudes des américains qui se déplacent en voiture pour se rendre de n'importe où à nulle part, au point de ne plus jamais... J'avais dévoré « Texasville » il y a une vingtaine d'années, et je me rappelle l'avoir relu à deux ou trois reprises au fil des ans, touchée par l'écriture de l'auteur et par les personnages attachants tout autant que loufoques. J'ai donc été ravie de tomber un peu par hasard sur « Duane est dépressif » où l'on retrouve le protagoniste principal et toute une galerie de personnages, ayant tous vieilli d'une quinzaine d'années, mais toujours aussi dingues les uns que les autres. Duane a désormais 62 ans, c'est un Texan qui a une bonne situation professionnelle dans le pétrole, une très grande maison, une femme, quatre enfants et une tripotée de petits enfants. Soudain, il décide de garer son pick-up et de se déplacer exclusivement à pied, ce qui surprend tout le monde au point qu'on le soupçonne au choix de s'être disputé tellement fort avec sa femme qu'il envisage le divorce, de souffrir d'un Alzheimer précoce ou de faire une grosse dépression. Mais qu'en est-il réellement ? Les 500 et quelques pages du roman nous apportent quelques éléments de réponse, tout en nous parlant des habitudes des américains qui se déplacent en voiture pour se rendre de n'importe où à nulle part, au point de ne plus jamais marcher, de ces personnes qui jettent systématiquement leurs ordures par dessus les ponts qu'ils traversent, de la nature qui est omniprésente mais que personne ne voit, de tout un tas de personnes qui semblent n'avoir jamais changé en cinquante ans d'existence, de ces rêves qu'on avait à 20 ans et qu'on n'a jamais réalisé faute d'argent, de temps ou parce qu'on ne croit plus que ça soit possible, du temps qui passe en emportant nos envies mais pas nos souvenirs ni nos sensations, de la solidarité qui peut exister au sein des petites communauté, de la compassion qui surgit où on ne l'attend pas, de l'amitié qui lie des personnes n'ayant plus rien en commun au bout de dizaines d'années... J'ai lu ces pages avec un grand sourire, malgré les drames et le chagrin qui surgissent brutalement au détours d'une page et malgré le doute qui assaille Duane durant des semaines. J'ai aimé ces moments de solitude, de réflexion et d'introspection d'un homme simple, qui tente de comprendre des choses auxquelles il n'avait jamais prêté attention, des choses qui lui étaient totalement inconnues des semaines auparavant , des choses qui semblent lui être totalement étrangères mais qui finalement sont peut-être au coeur même de ce qu'il va faire de ce qui reste de sa vie. Un énorme coup de coeur donc pour ce roman que j'ai trouvé profond sans être ni prétentieux ni ennuyeux.
          Lire la suite
          En lire moins
        • chipountz Posté le 20 Août 2017
          Je découvre Duane par cet ouvrage et il m'a passionné. Décider de marcher plutôt que de rouler en 4*4 au pays du Texas , c'est décidément sacrément culotté. Des personnages savoureux, des situations variées qui amènent une certaine jubilation et beaucoup de reflexions, mais aussi plusieurs émotions, décidément ce livre était plein de surprises et finalement assez puissant, une vraie découverte! J'avais pensé que j'aurais du commencer par les autres ouvrages dans lesquels Duane est plus jeune, mais finalement, commencer par celui là est aussi une bonne chose, voir même conseillé d'après ma libraire, alors faites vous plaisir, découvrez Duane si les Etats-Unis vous intéressent
        • bertvienne Posté le 19 Mai 2017
          Impatient de lire un autre Mc Murtry après le génial Lonesome Dove, j'avoue avoir eu un peu plus de mal à "rentrer" dans celui-là. Une intrigue plus lente, des passages contemplatifs et peu d'action. Puis j'ai commencé à aimer ces longueurs, ces chapitres dans lesquels il ne se passe rien, ou si peu. Le vrai charme de ce roman réside dans son rythme de slow, ou plutôt de valse (3 pas en avants, 2 pas en arrière) et de la complexité psychologique de TOUS les personnages. Et de l'évolution lente, très lente, parfois trop lente de ce Duane complexe et attachant. Et je me surprends finalement à le quitter avec regret, attendant une suite. Métamorphose lente mais constante. Merci Larry
        • thisou08 Posté le 26 Mars 2017
          J'ai aimé ce livre, pas triste du tout, malgré son titre. Ce personnage qui aspire à une autre vie, sans cesser pour autant d'aimer les siens, est attachant. Et le courage dont il fait preuve pour réaliser ses rêves prouve qu'il n'est pas si dépressif que çà !
        • litteraturepassion Posté le 16 Août 2016
          Duane, patron d’une entreprise pétrolière, marié depuis plus de 40 ans, président du conseil d’école de la petite ville de Thalia, au cœur du Texas, décide un jour d’abandonner son pick up bien aimé pour se déplacer à pied. En l’occurrence il décide de rejoindre sa cabane, située à une dizaine de kilomètres du domicile familial, avec pour seul compagnon son chien Shorty . C'est la stupéfaction pour ses proches mais aussi dans la ville où on a toujours vu Duane sillonner le pays au volant de sa voiture. Il faut dire qu’au Texas marcher est considéré comme une hérésie, et tout le monde ne circule qu’en voiture! Sa femme Kate pense d’abord qu’il a une liaison et qu’il veut quitter le domicile conjugal, à son grand dam, pour se demander ensuite s’il n’est pas tout simplement dépressif. Lui-même se pose d’ailleurs la question c’est pourquoi sur les conseils d’un ami, il se rend chez un psychiatre, qui n’est autre que la fille du dit ami. Il est d’ailleurs épaté que les enfants des autres réussissent si bien alors que les siens sont plutôt un poids qu’une fierté! Mais il va tomber amoureux... Duane, patron d’une entreprise pétrolière, marié depuis plus de 40 ans, président du conseil d’école de la petite ville de Thalia, au cœur du Texas, décide un jour d’abandonner son pick up bien aimé pour se déplacer à pied. En l’occurrence il décide de rejoindre sa cabane, située à une dizaine de kilomètres du domicile familial, avec pour seul compagnon son chien Shorty . C'est la stupéfaction pour ses proches mais aussi dans la ville où on a toujours vu Duane sillonner le pays au volant de sa voiture. Il faut dire qu’au Texas marcher est considéré comme une hérésie, et tout le monde ne circule qu’en voiture! Sa femme Kate pense d’abord qu’il a une liaison et qu’il veut quitter le domicile conjugal, à son grand dam, pour se demander ensuite s’il n’est pas tout simplement dépressif. Lui-même se pose d’ailleurs la question c’est pourquoi sur les conseils d’un ami, il se rend chez un psychiatre, qui n’est autre que la fille du dit ami. Il est d’ailleurs épaté que les enfants des autres réussissent si bien alors que les siens sont plutôt un poids qu’une fierté! Mais il va tomber amoureux de cette femme, de 30 ans sa cadette, et se mettre à lire Proust, pour soigner sa déprime… J’apprends que ce roman plein d’humour, drôle et mélancolique sans être triste, est le dernier volet d’une trilogie. Je vais donc m’empresser de lire les premiers volumes qui nous décrivent Duane jeune dans "La dernière séance" puis à la quarantaine dans "Texasville". Mais on peut tout à fait comme moi commencer par ce dernier volume où on le retrouve âgé de 62 ans, désirant enfin se poser, et le faisant en prenant la tangente et soignant sa pseudo déprime. On suit avec délectation les petites misères de Duane et sa vie de famille, famille constituée de personnages haut en couleur : sa femme Kate, son fils Dickie, habitué des cures de désintoxication et qui devant la défection de son père va rapidement reprendre l'entreprise familiale, son autre fils qu'il voit peu, ses filles Nellie et Julie qui se démènent dans des vies de famille compliquées, ainsi que toute une armada d'amis, de gendres et belles filles pas piquées des vers. Le changement de vie de Duane va bouleverser, et pas forcément de la façon dont on l'aurait pensé, toute l'organisation familiale. Ne boudez pas votre plaisir et installez vous dans un bon transat pour savourer ce roman qui constitue un excellent moment de détente.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        Larry McMurtry a un sens tout à fait unique des paysages et de l’environnement, un véritable génie comique et une intensité intellectuelle qui évoque Saul Bellow. Son talent est démesuré, aucun de ses romans ne peut vous laisser indifférent, et ses héros font partie de mon panthéon personnel.
        Jim Harrison
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.