Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259196437
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 126
Format : 132 x 201 mm

Dutouriana

Date de parution : 07/03/2002

Un recueil de pensées qui, plus sûrement qu’une autobiographie, dessine le portrait de son auteur, Jean Dutourd

«Il y a trente ans, je lus ceci dans la Correspondance de Voltaire : «Je m'arrêterais de mourir s'il me venait un bon mot ou une bonne idée.» Cette réflexion m'éblouit. Je traversais justement une de ces périodes où l'on se sent mourir parce que l'on a l'esprit stérile et...

«Il y a trente ans, je lus ceci dans la Correspondance de Voltaire : «Je m'arrêterais de mourir s'il me venait un bon mot ou une bonne idée.» Cette réflexion m'éblouit. Je traversais justement une de ces périodes où l'on se sent mourir parce que l'on a l'esprit stérile et vide. J'avais grand besoin moi aussi qu'il me vînt un bon mot ou une bonne idée afin de ressusciter.

Bref, j'ai passé ma vie à m'arrêter de mourir parce qu'une petite pensée ou une plaisanterie me tombait du ciel inopinément, et me montrait, à ma grande surprise, que je n'étais pas tout à fait sans vie. Cette petite pensée était une hirondelle : non qu'elle annonçât le printemps, mais le seul fait qu'elle fût là me révélait que la sève circulait toujours dans l'arbre gelé.

Cet ouvrage, que j'ai intitulé, non sans outrecuidance, Dutouriana, constitue le recueil des formules grâce auxquelles, pendant trente ans, je suis sorti plusieurs fois du tombeau, lequel, après tout, est assez supportable à condition de s'en évader de temps à autre.»

Jean Dutourd

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259196437
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 126
Format : 132 x 201 mm
Plon

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • BVIALLET Posté le 4 Février 2017
    Toute sa vie, Jean Dutourd a cherché à noter le trait fulgurant ou l’idée originale apparue au moment le plus saugrenu. Aussi a-t-il fini par se munir d’un petit carnet de moleskine et d’un crayon pour ne rien manquer de ce qui lui traversait l’esprit. Et les bons mots, les traits d’humour et autres maximes n’ont pas manqué de s’y inscrire au fil du temps et de l’inspiration. « On ne brûle plus les sorcières, ni même les livres, mais on brûle toujours les idées »… « Voir le mal partout rend aussi crédule que de ne le voir nulle part »… « Les prêtres dégoûtent les enfants de la religion comme les professeurs les dégoûtent des classiques »… « Le crétin se reconnaît à son goût pour les exactitudes inutiles »… « Le public n’a le droit de savoir que ce qu’on lui raconte », entre autres… « Dutouriana » est un court (123 pages) recueil de maximes, pensées, aphorismes, petites notes, remarques ou mini-chroniques compilées au fil du temps, sans thème ni ordre particulier, ce qui permet de lire l'ouvrage dans n’importe quel sens, en diagonale, au fil des pages ou en picorant de-ci de-là. Le lecteur ne pourra qu’éprouver le plaisir rare et délicat de fréquenter un grand esprit, toujours... Toute sa vie, Jean Dutourd a cherché à noter le trait fulgurant ou l’idée originale apparue au moment le plus saugrenu. Aussi a-t-il fini par se munir d’un petit carnet de moleskine et d’un crayon pour ne rien manquer de ce qui lui traversait l’esprit. Et les bons mots, les traits d’humour et autres maximes n’ont pas manqué de s’y inscrire au fil du temps et de l’inspiration. « On ne brûle plus les sorcières, ni même les livres, mais on brûle toujours les idées »… « Voir le mal partout rend aussi crédule que de ne le voir nulle part »… « Les prêtres dégoûtent les enfants de la religion comme les professeurs les dégoûtent des classiques »… « Le crétin se reconnaît à son goût pour les exactitudes inutiles »… « Le public n’a le droit de savoir que ce qu’on lui raconte », entre autres… « Dutouriana » est un court (123 pages) recueil de maximes, pensées, aphorismes, petites notes, remarques ou mini-chroniques compilées au fil du temps, sans thème ni ordre particulier, ce qui permet de lire l'ouvrage dans n’importe quel sens, en diagonale, au fil des pages ou en picorant de-ci de-là. Le lecteur ne pourra qu’éprouver le plaisir rare et délicat de fréquenter un grand esprit, toujours plein de sagesse et de philosophie un peu désabusée et ne manquant jamais d’humour. Plus qu’intéressant : passionnant.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…