En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Elizabeth Craig, une vie célinienne

        Robert Laffont
        EAN : 9782221203583
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 270
        Format : 1 x 215 mm
        Elizabeth Craig, une vie célinienne

        Date de parution : 15/02/2018
        Égérie de Louis-Ferdinand Céline, dédicataire et inspiratrice du Voyage au bout de la nuit, la danseuse américaine Elizabeth Craig a joué un rôle essentiel dans la vie amoureuse de l’écrivain.

        Issue d’une famille de la bourgeoisie californienne, Elizabeth Craig a rêvé très tôt d’une carrière de grande ballerine, projetant sa soif de réussite dans l’art et la danse. Danseuse de revue à Broadway, elle mène une vie d’aventures qui la conduit au milieu des années 1920 dans le Paris des...

        Issue d’une famille de la bourgeoisie californienne, Elizabeth Craig a rêvé très tôt d’une carrière de grande ballerine, projetant sa soif de réussite dans l’art et la danse. Danseuse de revue à Broadway, elle mène une vie d’aventures qui la conduit au milieu des années 1920 dans le Paris des Années folles.
        En entrant dans la vie du docteur Destouches, Elizabeth Craig va participer à la naissance de l’écrivain et prendre place dans la fiction célinienne. Elle deviendra le modèle de nombreux personnages féminins, sinon le modèle de la féminité célinienne. La danse et les danseuses étaient pour Céline l’objet d’une véritable adoration.
        Sensuelle et amorale de nature, Elizabeth Craig n’aura jamais de scrupules à rechercher l’amour au-delà des interdits. Ce goût commun pour le désordre sexuel nourrira sa relation intime avec Céline, Elizabeth se soumettant aux fantasmes de l’écrivain et aux « combinaisons » dont il avait un besoin vital pour y trouver un de ses moyens d’inspiration. Elizabeth Craig ne fut pas non plus étrangère à l’antisémitisme célinien, même si celui-ci préexistait à leur rencontre. Céline focalisera sa haine des juifs sur le rival américain qui lui succéda dans le coeur d’Elizabeth. Cette dernière est morte en 1989 sans que les deux amants se soient jamais retrouvés.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221203583
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 270
        Format : 1 x 215 mm
        Robert Laffont
        19.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • LettresItBe Posté le 4 Juillet 2018
          Madame Céline. Route des Gardes de David Alliot, Céline et les femmes de Pierre de Bonneville… Les ouvrages ne manquent pas sur la vie intime de l’auteur du Voyage au bout de la nuit, des ouvrages qui ont tous tenté de percer certains mystères dans l’œuvre de l’auteur à l’aide de sa vie amoureuse. Jean Monnier complète l’édifice avec Elizabeth Craig, une vie célinienne publié chez Robert Laffont. Lettres it be vous en dit quelques mots dans les lignes qui suivent. Quatrième de couverture : Égérie de Louis-Ferdinand Céline, dédicataire et inspiratrice du Voyage au bout de la nuit, la danseuse américaine Elizabeth Craig a joué un rôle essentiel dans la vie amoureuse de l’écrivain. Issue d’une famille de la bourgeoisie californienne, Elizabeth Craig a rêvé très tôt d’une carrière de grande ballerine, projetant sa soif de réussite dans l’art et la danse. Danseuse de revue à Broadway, elle mène une vie d’aventures qui la conduit au milieu des années 1920 dans le Paris des Années folles. En entrant dans la vie du docteur Destouches, Elizabeth Craig va participer à la naissance de l’écrivain et prendre place dans la fiction célinienne. Elle deviendra le modèle de nombreux personnages féminins, sinon le modèle de... Madame Céline. Route des Gardes de David Alliot, Céline et les femmes de Pierre de Bonneville… Les ouvrages ne manquent pas sur la vie intime de l’auteur du Voyage au bout de la nuit, des ouvrages qui ont tous tenté de percer certains mystères dans l’œuvre de l’auteur à l’aide de sa vie amoureuse. Jean Monnier complète l’édifice avec Elizabeth Craig, une vie célinienne publié chez Robert Laffont. Lettres it be vous en dit quelques mots dans les lignes qui suivent. Quatrième de couverture : Égérie de Louis-Ferdinand Céline, dédicataire et inspiratrice du Voyage au bout de la nuit, la danseuse américaine Elizabeth Craig a joué un rôle essentiel dans la vie amoureuse de l’écrivain. Issue d’une famille de la bourgeoisie californienne, Elizabeth Craig a rêvé très tôt d’une carrière de grande ballerine, projetant sa soif de réussite dans l’art et la danse. Danseuse de revue à Broadway, elle mène une vie d’aventures qui la conduit au milieu des années 1920 dans le Paris des Années folles. En entrant dans la vie du docteur Destouches, Elizabeth Craig va participer à la naissance de l’écrivain et prendre place dans la fiction célinienne. Elle deviendra le modèle de nombreux personnages féminins, sinon le modèle de la féminité célinienne. La danse et les danseuses étaient pour Céline l’objet d’une véritable adoration. Sensuelle et amorale de nature, Elizabeth Craig n’aura jamais de scrupules à rechercher l’amour au-delà des interdits. Ce goût commun pour le désordre sexuel nourrira sa relation intime avec Céline, Elizabeth se soumettant aux fantasmes de l’écrivain et aux « combinaisons » dont il avait un besoin vital pour y trouver un de ses moyens d’inspiration. Elizabeth Craig ne fut pas non plus étrangère à l’antisémitisme célinien, même si celui-ci préexistait à leur rencontre. Céline focalisera sa haine des juifs sur le rival américain qui lui succéda dans le coeur d’Elizabeth. Cette dernière est morte en 1989 sans que les deux amants se soient jamais retrouvés. Nous sommes en 1988. En pleine préparation de sa thèse de doctorat sur Louis-Ferdinand Céline, Jean Monnier parvient à entrer en contact avec l’une des compagnes de l’auteur de Mort à crédit, Elizabeth Craig, toujours domiciliée aux Etats-Unis. Monnier parvient à réaliser un interview filmé et diffusé à la télévision française, une première pour celle qui voulait alors conserver le silence sur cette période particulière de son existence. C’est sur la base de cet entretien que Jean Monnier construit son essai, en tentant de retracer avec la plus grande précision possible la vie d’une femme qui éclaire énormément celle d’un homme particulier qui encore aujourd’hui intrigue et questionne, Louis-Ferdinand Céline… Tout commence comme un roman. Après une minutieuse introduction fournie par l’auteur pour poser les bases et le cadre de son ouvrage en replaçant en contexte les éléments à venir, Elizabeth Craig, une vie célinienne se déroule par la suite comme un véritable roman d’existence. Le ton est enlevé, alerte, léger comme un entrechat. La vie d’Elizabeth Craig se déroule alors sous nos yeux sans entrevoir pour l’instant le lien avec celui qu’elle croisera au hasard d’un séjour à Paris. Et les événements vont, se font et se défont comme le raconte avec une passion communicative Jean Monnier. Jusqu’à la fin… C’est un essai pour les initiés, assurément. Difficile de percevoir les apports de cette danseuse dans la vie de l’auteur, de l’homme qu’était Céline sans connaître un minimum son être et son œuvre. Et pourtant, entre le roman d’amour et l’histoire d’initiation, Jean Monnier délivre un ouvrage qui peut être lu comme tel, sans en saisir la substantifique moelle qu’apprécieront de toute évidence les amoureux du docteur Destouches. Une heureuse découverte, une agréable lecture, une mine d’informations. Retrouvez la chronique en intégralité sur Lettres it be
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Le livre de Monnier se lit comme un roman imbibé de l'érotisme célinien »
        Gurvan Le Guellec / L'Obs
        « Nul mieux que Jean Monnier pouvait s'acquitter de cette tâche »
        Jérôme Dupuis / L'Express
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
        Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
        Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com