RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            En attendant Boulez

            Plon
            EAN : 9782259277846
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 324
            Format : 140 x 205 mm
            En attendant Boulez

            Date de parution : 09/05/2019
            Quand la musique adoucit les meurtres...
            Entertainment Inc, grande major de la culture et du divertissement vient d’annoncer le lancement d’un produit qui promet de révolutionner le monde de l'économie culturelle : le projet « Chopart », un logiciel faisant appel à l’intelligence artificielle, qui permet de se substituer à l'homme pour créer et produire de... Entertainment Inc, grande major de la culture et du divertissement vient d’annoncer le lancement d’un produit qui promet de révolutionner le monde de l'économie culturelle : le projet « Chopart », un logiciel faisant appel à l’intelligence artificielle, qui permet de se substituer à l'homme pour créer et produire de la musique.

            Le soir de la présentation de cette révolution lors d'un concert à la Philarmonie, le corps de la violoniste vedette du moment est retrouvé. C'est le début d'une affaire rocambolesque qui va mettre à mal le milieu si feutré de la musique classique. Car les morts se suivent et les suspects sont nombreux...

            C'est un enquête des plus complexes que va mener Jade Valois, au cœur de plusieurs cercles très fermés, entre musique classique, politique et médias. 
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259277846
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 324
            Format : 140 x 205 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • GigiFro Posté le 19 Juillet 2019
              Le soir de la première d’un concerto totalement composé par « Chopart », une intelligence artificielle d’une major musicale, le corps de la pianiste vedette, une chinoise haut placée dans le régime, est retrouvée. Jade Valois, lieutenant de police et amatrice de musique classique, va mener l’enquête. Son investigation va la faire rencontrer une variété de personnages hauts en couleurs et découvrir les coulisses de ce petit monde, les services secrets chinois et un détective privé fantoche. Mon avis : Personnellement, j’ai adoré ! C’est un livre avec une écriture élégante et fine. L’auteur croque les personnages d’un monde qu’il connaît bien (ancien directeur du classique chez Universal music et ancien président des Victoires de la musique classique). Si le lecteur s’intéresse à la musique classique, comme Jade, l’enquêtrice, la découverte de tout ce petit monde qui se cache derrière la scène sera une belle expérience. C’est un monde où l’ego et les enjeux politico-commerciaux se bousculent. Les scènes où des situations dramatiques se déroulent (le climax, quoi !) sont délicieuses, car dépeintes avec justesse et comédie (comme la fin en apothéose, un dîner mondain ou la découverte du premier corps). Les personnages sont attachants et ont une âme, mais ils sont nombreux... Le soir de la première d’un concerto totalement composé par « Chopart », une intelligence artificielle d’une major musicale, le corps de la pianiste vedette, une chinoise haut placée dans le régime, est retrouvée. Jade Valois, lieutenant de police et amatrice de musique classique, va mener l’enquête. Son investigation va la faire rencontrer une variété de personnages hauts en couleurs et découvrir les coulisses de ce petit monde, les services secrets chinois et un détective privé fantoche. Mon avis : Personnellement, j’ai adoré ! C’est un livre avec une écriture élégante et fine. L’auteur croque les personnages d’un monde qu’il connaît bien (ancien directeur du classique chez Universal music et ancien président des Victoires de la musique classique). Si le lecteur s’intéresse à la musique classique, comme Jade, l’enquêtrice, la découverte de tout ce petit monde qui se cache derrière la scène sera une belle expérience. C’est un monde où l’ego et les enjeux politico-commerciaux se bousculent. Les scènes où des situations dramatiques se déroulent (le climax, quoi !) sont délicieuses, car dépeintes avec justesse et comédie (comme la fin en apothéose, un dîner mondain ou la découverte du premier corps). Les personnages sont attachants et ont une âme, mais ils sont nombreux et j’ai eu du mal à retenir leurs noms. On suit essentiellement Jade Valois, qui n’a rien de la fliquette cliché. Enfin une femme flic « normale », qui aime le bon vin et est très empathique, tous les mâles ne fantasment pas d’elle, mais au contraire, elle « fantasme » plutôt de tous ceux qu’elle rencontre dans son enquête. Et on peut la comprendre ! Les musiciens exercent une telle fascination ! Parmi les personnages qui gravitent autour de Jade et de l’enquête, nous avons de très bons « seconds rôles », des personnages qui n’apparaissent que très peu, mais qui marquent l’histoire : Brana, le supérieur de Jade, le flic bourru et cliché qu’on est content de ne pas voir trop… mais qu’on aimerait avoir vu plus. Philippe Marleau, le détective privé fantoche est un régal, j’aurais aimé le voir plus. Enfin, le plus « badass », celui qui m’a marquée et pourtant il n’apparaît que très peu : Dong, le mystérieux agent chinois si froid, si calme, si aahhhh ! Bref, on sait dès le départ que le mec assure ! Ce que j’ai apprécié dans ce roman est la manière dont l’auteur utilise les clichés du thriller, mais en joue (pour ne pas tomber dans le vrai clichés). [masquer]Donc voici ma liste des clichés (vrais ou détournés) : Le crime atroce au début de l’histoire : ça ne peut pas manquer dans un thriller, mais ici la découverte est un peu… tirée par les cheveux 😜. Le flic bourru, lourd, sexiste, raciste : mais plouf, ça ne dure pas longtemps. Le détective privé avec un chapeau et pardessus à la Colombo : avec un nom « Philippe Marleau » on sait que l’auteur a poussé la caricature au maximum. L’enquêtrice qui a une compétence spécifique qui la rend « spéciale » : Jade parle couramment le chinois, ce qui fait d’elle le contact principal des services chinois. La police française qui manque des moyens : mais bon, de source sûre on m’a dit que ce n’est pas un cliché. Les chinois qui sont super forts : hum, hum, hum serait-il un cliché ? 😜 Le méchant égocentrique (et qui attend un peu trop pour tuer). Les crimes atroces (parce que sinon ce n’est pas fun dans un thriller). La/les « damsel in distress » sauvée(s) par un homme. Bon, je sais, ça ne peut pas manquer… ceci dit ça ne m’a pas déplu, vu LE personnage impliqué dans le « sauvetage » 😁 [/masquer] Enfin, un bon roman que je recommande pour les amateurs de la musique classique et des enquêtes originales avec des dialogues exquis.
              Lire la suite
              En lire moins
            • GigiFro Posté le 19 Juillet 2019
              Le soir de la première d’un concerto totalement composé par « Chopart », une intelligence artificielle d’une major musicale, le corps de la pianiste vedette, une chinoise haut placée dans le régime, est retrouvée. Jade Valois, lieutenant de police et amatrice de musique classique, va mener l’enquête. Son investigation va la faire rencontrer une variété de personnages hauts en couleurs et découvrir les coulisses de ce petit monde, les services secrets chinois et un détective privé fantoche. Mon avis : Personnellement, j’ai adoré ! C’est un livre avec une écriture élégante et fine. L’auteur croque les personnages d’un monde qu’il connaît bien (ancien directeur du classique chez Universal music et ancien président des Victoires de la musique classique). Si le lecteur s’intéresse à la musique classique, comme Jade, l’enquêtrice, la découverte de tout ce petit monde qui se cache derrière la scène sera une belle expérience. C’est un monde où l’ego et les enjeux politico-commerciaux se bousculent. Les scènes où des situations dramatiques se déroulent (le climax, quoi !) sont délicieuses, car dépeintes avec justesse et comédie (comme la fin en apothéose, un dîner mondain ou la découverte du premier corps). Les personnages sont attachants et ont une âme, mais ils sont nombreux... Le soir de la première d’un concerto totalement composé par « Chopart », une intelligence artificielle d’une major musicale, le corps de la pianiste vedette, une chinoise haut placée dans le régime, est retrouvée. Jade Valois, lieutenant de police et amatrice de musique classique, va mener l’enquête. Son investigation va la faire rencontrer une variété de personnages hauts en couleurs et découvrir les coulisses de ce petit monde, les services secrets chinois et un détective privé fantoche. Mon avis : Personnellement, j’ai adoré ! C’est un livre avec une écriture élégante et fine. L’auteur croque les personnages d’un monde qu’il connaît bien (ancien directeur du classique chez Universal music et ancien président des Victoires de la musique classique). Si le lecteur s’intéresse à la musique classique, comme Jade, l’enquêtrice, la découverte de tout ce petit monde qui se cache derrière la scène sera une belle expérience. C’est un monde où l’ego et les enjeux politico-commerciaux se bousculent. Les scènes où des situations dramatiques se déroulent (le climax, quoi !) sont délicieuses, car dépeintes avec justesse et comédie (comme la fin en apothéose, un dîner mondain ou la découverte du premier corps). Les personnages sont attachants et ont une âme, mais ils sont nombreux et j’ai eu du mal à retenir leurs noms. On suit essentiellement Jade Valois, qui n’a rien de la fliquette cliché. Enfin une femme flic « normale », qui aime le bon vin et est très empathique, tous les mâles ne fantasment pas d’elle, mais au contraire, elle « fantasme » plutôt de tous ceux qu’elle rencontre dans son enquête. Et on peut la comprendre ! Les musiciens exercent une telle fascination ! Parmi les personnages qui gravitent autour de Jade et de l’enquête, nous avons de très bons « seconds rôles », des personnages qui n’apparaissent que très peu, mais qui marquent l’histoire : Brana, le supérieur de Jade, le flic bourru et cliché qu’on est content de ne pas voir trop… mais qu’on aimerait avoir vu plus. Philippe Marleau, le détective privé fantoche est un régal, j’aurais aimé le voir plus. Enfin, le plus « badass », celui qui m’a marquée et pourtant il n’apparaît que très peu : Dong, le mystérieux agent chinois si froid, si calme, si aahhhh ! Bref, on sait dès le départ que le mec assure ! Ce que j’ai apprécié dans ce roman est la manière dont l’auteur utilise les clichés du thriller, mais en joue (pour ne pas tomber dans le vrai clichés). [masquer]Donc voici ma liste des clichés (vrais ou détournés) : Le crime atroce au début de l’histoire : ça ne peut pas manquer dans un thriller, mais ici la découverte est un peu… tirée par les cheveux 😜. Le flic bourru, lourd, sexiste, raciste : mais plouf, ça ne dure pas longtemps. Le détective privé avec un chapeau et pardessus à la Colombo : avec un nom « Philippe Marleau » on sait que l’auteur a poussé la caricature au maximum. L’enquêtrice qui a une compétence spécifique qui la rend « spéciale » : Jade parle couramment le chinois, ce qui fait d’elle le contact principal des services chinois. La police française qui manque des moyens : mais bon, de source sûre on m’a dit que ce n’est pas un cliché. Les chinois qui sont super forts : hum, hum, hum serait-il un cliché ? 😜 Le méchant égocentrique (et qui attend un peu trop pour tuer). Les crimes atroces (parce que sinon ce n’est pas fun dans un thriller). La/les « damsel in distress » sauvée(s) par un homme. Bon, je sais, ça ne peut pas manquer… ceci dit ça ne m’a pas déplu, vu LE personnage impliqué dans le « sauvetage » 😁 [/masquer] Enfin, un bon roman que je recommande pour les amateurs de la musique classique et des enquêtes originales avec des dialogues exquis.
              Lire la suite
              En lire moins
            • missmesmerized Posté le 16 Juillet 2019
              Ça ne fait pas longtemps que Jade Valois fait partie de l’équipe et la seule raison de l’accepter était qu’elle savait parler le chinois. Et maintenant, c’est sa chance : dans la Philharmonie, une pianiste chinoise a été tuée et l’affaire est délicate comme le gouvernement chinois se mêle immédiatement. La jeune Han Li devait présenter la première d’un œuvre exceptionnel par Entertainment Inc : « Chopart », un projet crée uniquement par les algorithmes et attendu avec grand intérêt par le public culturel. Que sait l’intelligence artificielle créer ? Mais d’abord, ce sont les humains qui sont au centre d’intérêt de la jeune policière car le meurtre de la pianiste est seulement le début d’une série d’assassinats au monde de musique. Le titre déjà indique qu’on va parler de la musique, le compositeur et chef d’orchestre Pierre Boulez est bien connu comme un enfant terrible à cause de ses polémiques. Boulez a joué un rôle important dans le développement de la musique électronique, dans le roman de Yann Ollivier, cela avance encore, c’est seulement le logiciel maintenant qui devient créateur et qui remplace l’homme. J’ai bien aimé le personnage principal, Jade Valois, une jeune femme qui grâce à ses... Ça ne fait pas longtemps que Jade Valois fait partie de l’équipe et la seule raison de l’accepter était qu’elle savait parler le chinois. Et maintenant, c’est sa chance : dans la Philharmonie, une pianiste chinoise a été tuée et l’affaire est délicate comme le gouvernement chinois se mêle immédiatement. La jeune Han Li devait présenter la première d’un œuvre exceptionnel par Entertainment Inc : « Chopart », un projet crée uniquement par les algorithmes et attendu avec grand intérêt par le public culturel. Que sait l’intelligence artificielle créer ? Mais d’abord, ce sont les humains qui sont au centre d’intérêt de la jeune policière car le meurtre de la pianiste est seulement le début d’une série d’assassinats au monde de musique. Le titre déjà indique qu’on va parler de la musique, le compositeur et chef d’orchestre Pierre Boulez est bien connu comme un enfant terrible à cause de ses polémiques. Boulez a joué un rôle important dans le développement de la musique électronique, dans le roman de Yann Ollivier, cela avance encore, c’est seulement le logiciel maintenant qui devient créateur et qui remplace l’homme. J’ai bien aimé le personnage principal, Jade Valois, une jeune femme qui grâce à ses connaissances du chinois et de la musique classique peut résoudre ce cas complexe. Yann Ollivier a parfaitement dessiné le monde de la musique classique et il ne faut pas longtemps pour s’y perdre. Ce qui m’a intéressé avant tout, c’était une petite action secondaire : le problème du copyright si le créateur n’est pas un être humain.
              Lire la suite
              En lire moins
            • missmesmerized Posté le 16 Juillet 2019
              Ça ne fait pas longtemps que Jade Valois fait partie de l’équipe et la seule raison de l’accepter était qu’elle savait parler le chinois. Et maintenant, c’est sa chance : dans la Philharmonie, une pianiste chinoise a été tuée et l’affaire est délicate comme le gouvernement chinois se mêle immédiatement. La jeune Han Li devait présenter la première d’un œuvre exceptionnel par Entertainment Inc : « Chopart », un projet crée uniquement par les algorithmes et attendu avec grand intérêt par le public culturel. Que sait l’intelligence artificielle créer ? Mais d’abord, ce sont les humains qui sont au centre d’intérêt de la jeune policière car le meurtre de la pianiste est seulement le début d’une série d’assassinats au monde de musique. Le titre déjà indique qu’on va parler de la musique, le compositeur et chef d’orchestre Pierre Boulez est bien connu comme un enfant terrible à cause de ses polémiques. Boulez a joué un rôle important dans le développement de la musique électronique, dans le roman de Yann Ollivier, cela avance encore, c’est seulement le logiciel maintenant qui devient créateur et qui remplace l’homme. J’ai bien aimé le personnage principal, Jade Valois, une jeune femme qui grâce à ses... Ça ne fait pas longtemps que Jade Valois fait partie de l’équipe et la seule raison de l’accepter était qu’elle savait parler le chinois. Et maintenant, c’est sa chance : dans la Philharmonie, une pianiste chinoise a été tuée et l’affaire est délicate comme le gouvernement chinois se mêle immédiatement. La jeune Han Li devait présenter la première d’un œuvre exceptionnel par Entertainment Inc : « Chopart », un projet crée uniquement par les algorithmes et attendu avec grand intérêt par le public culturel. Que sait l’intelligence artificielle créer ? Mais d’abord, ce sont les humains qui sont au centre d’intérêt de la jeune policière car le meurtre de la pianiste est seulement le début d’une série d’assassinats au monde de musique. Le titre déjà indique qu’on va parler de la musique, le compositeur et chef d’orchestre Pierre Boulez est bien connu comme un enfant terrible à cause de ses polémiques. Boulez a joué un rôle important dans le développement de la musique électronique, dans le roman de Yann Ollivier, cela avance encore, c’est seulement le logiciel maintenant qui devient créateur et qui remplace l’homme. J’ai bien aimé le personnage principal, Jade Valois, une jeune femme qui grâce à ses connaissances du chinois et de la musique classique peut résoudre ce cas complexe. Yann Ollivier a parfaitement dessiné le monde de la musique classique et il ne faut pas longtemps pour s’y perdre. Ce qui m’a intéressé avant tout, c’était une petite action secondaire : le problème du copyright si le créateur n’est pas un être humain.
              Lire la suite
              En lire moins
            • lysiane31770 Posté le 12 Juin 2019
              Je remercie NetGalley et les éditions Plon de m'avoir permis de lire ce policier que j'ai moyennement apprécier. Je l'ai trouvé très long, trop d'explications sur la grande musique et de cela comment sa marche dans ces programme symphonique. Par contre de l'histoire des drames qui se passent dans ses concerts de musique,on en parle pas beaucoup. J'ai eu du mal a suivre mal grès cela j'ai persévérer dans cette lecture de page en page pour s'avoir ce qu'il va se passer . Je ne suis attacher à la policière Jade qui débute sur le terrain mais qui était bien par sa haute hiérarchie . C'est une bonne policière dans son métier très apprécier. Son co-équipier le lieutenant Barna va l'aider dans ce métier très dur car lui est un vieux routier . L'histoire se passe à Paris dans les auditoriums et les salles de musique. L'auteur a une belle écriture dommage que dans certain chapitre sont trop long. Heureusement que la fin de ce policier et majestueux grâce à cette policière Jade qui à fait son métier au dépend de sa vie .
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…

            Lisez maintenant, tout de suite !