En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        En kit

        Belfond
        EAN : 9782714456670
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 176
        Format : 134 x 190 mm
        En kit

        Collection : Belfond Pointillés
        Date de parution : 13/02/2014

        Une critique sociale virevoltante et désespérée sur le non-sens de la vie au début du XXIe siècle.

        Parce que Samuel l’a quittée, Hélène plante sa tente au milieu de son salon et s’y met à l’abri avec son chat d’Artagnan. Mais elle n’est pas au bout de ses peines : double toit ou pas, l’extérieur s’incruste…

        Entre une mère hôtesse de l’air qui change d’amant comme de coiffeuse,...
        Parce que Samuel l’a quittée, Hélène plante sa tente au milieu de son salon et s’y met à l’abri avec son chat d’Artagnan. Mais elle n’est pas au bout de ses peines : double toit ou pas, l’extérieur s’incruste…

        Entre une mère hôtesse de l’air qui change d’amant comme de coiffeuse, un père juif rescapé de la Shoah, très pratiquant mais pas toujours moralement nickel, et les ouvriers sans papiers qui circulent devant ses fenêtres, Hélène n’a pas une seconde à elle.

        Par touches cocasses ou graves, Laure Naimski dessine le monde un peu piqué d’une femme au bord de la crise de nerfs. Une fable tendue, caustique et désopilante sur la précarité et l’incohérence contemporaines.

        Laure Naimski est née en région parisienne en 1971, En Kit est son premier roman.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714456670
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 176
        Format : 134 x 190 mm
        Belfond
        17.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Sifak Posté le 17 Mars 2015
          J'ai adoré ce premier roman ! C'est bien amené, le style est fluide, il y a des trouvailles fantastiques et c'est déjanté à souhaits... tout en abordant des thèmes actuels aussi graves que l'immigration, l'écologie, la crise et autres joyeusetés du millénaire. Bref, merci Laure Naimski pour cette belle découverte !
        • zazy Posté le 30 Avril 2014
          - OK Hélène… Oui, je sais, c’est votre vrai prénom que vous n’avez pas changé car vous n’avez pas peur des représailles. Vous venez de vous faire larguer par votre mec, votre mari. Pensez-vous votre réaction normale ? Planter une tente (sardines enfoncées dans le parquet) au milieu de votre salon, enfin du salon de l’appartement généreusement prêté par votre mère, cela vous parait abouti ? Ah bon, « Les marmottes plient bien le papier argent des tablettes de chocolat, alors pourquoi par une tente au beau milieu d’un salon. » Oui, dans ce cas là…. - Diriez-vous que cette tente représente une sorte de matrice maternelle ? Oh, doucement, ne montez pas sur vos grands chevaux lorsque je parle de votre mère. Oui, elle est hôtesse de l’air et aime s’envoyer en l’air, quel jeu de mots Hélène, vous êtes en forme ! -Mais pourquoi vous taillader les veines, vous risquez gros, d’ailleurs, une fois cela a failli mal tourner. Je comprends, les pompiers sont à vos petits soins, oui mais voilà, vous êtes sur la liste rouge maintenant. S’il vous arrive quelque chose, ils risquent de ne pas venir. - Et puis tous ces gens bizarres autour de vous. Ils ont tendance à... - OK Hélène… Oui, je sais, c’est votre vrai prénom que vous n’avez pas changé car vous n’avez pas peur des représailles. Vous venez de vous faire larguer par votre mec, votre mari. Pensez-vous votre réaction normale ? Planter une tente (sardines enfoncées dans le parquet) au milieu de votre salon, enfin du salon de l’appartement généreusement prêté par votre mère, cela vous parait abouti ? Ah bon, « Les marmottes plient bien le papier argent des tablettes de chocolat, alors pourquoi par une tente au beau milieu d’un salon. » Oui, dans ce cas là…. - Diriez-vous que cette tente représente une sorte de matrice maternelle ? Oh, doucement, ne montez pas sur vos grands chevaux lorsque je parle de votre mère. Oui, elle est hôtesse de l’air et aime s’envoyer en l’air, quel jeu de mots Hélène, vous êtes en forme ! -Mais pourquoi vous taillader les veines, vous risquez gros, d’ailleurs, une fois cela a failli mal tourner. Je comprends, les pompiers sont à vos petits soins, oui mais voilà, vous êtes sur la liste rouge maintenant. S’il vous arrive quelque chose, ils risquent de ne pas venir. - Et puis tous ces gens bizarres autour de vous. Ils ont tendance à mourir de mort violente. Etes-vous certaines qu’ils existent vraiment, j’en doute parfois. Ne seriez-vous pas un peu mythomane ? Je pourrais même rajouter parano puisque vous changez les noms de certaines personnes pour ne pas qu’ils aient d’ennuis avec la police ou je ne sais quoi ! Non, non, ne vous fâchez pas c’était juste une supposition. - A 35 ans, ne pensez-vous pas que votre vie devrait prendre une autre orientation, d’écouter la conseillère de Pôle Emploi, votre mère et… de retravailler, vous n’êtes plus une enfant que diantre. « Je n’ai jamais su m’occuper de quelqu’un d’autre que de moi-même. Et encore, j’ai parfois le sentiment tenace d’être cet enfant que je n’ai pas voulu avoir. » En plus, vous faites du nombrilisme !!! - Parlons un peu de votre mari. Samuel. Ce n’est vraiment pas l’homme parfait. Le jour où vous l’avez rencontré, il baignait dans sa soulographie et dans le caniveau, cela aurait dû vous mettre la puce à l’oreille. Mais non, vous avez foncé. Oui, je sais, il avait fait disparaître votre peur. - Allez chère Hélène, vous m’avez fait sourire et même rire avec vos histoires à dormir debout (non, je ne fais plus de camping, avec mes vieilles douleurs, dormir au ras du sol…). Vous êtes la reine des calembredaines, de l’ironie du désespoir. Ce que je viens d’écrire fait penser à une femme immature, ce qui est vrai. Prenons cette lecture autrement, il s’agit d’une jeune femme en pleine dépression, une boule d’angoisse, une malade de solitude, une malade de la vie qui aimerait tant qu’on l’aime mais qui s’y prend mal. Elle aimerait tant, mais…. malgré quelques accès de lucidité, elle s’enfonce lentement dans sa détresse. Je remercie Anny Poughon des éditions Belfond qui m’a gentiment proposé cette lecture amusante. Laure Naimski trempe sa plume dans une encre caustique, un peu décalée, un peu ou beaucoup déjantée, pour nous décrire les maux d’Hélène. Une jolie réussite pour ce premier roman
          Lire la suite
          En lire moins
        • lisalor Posté le 21 Mars 2014
          Mon avis : Samuel vient de plaquer Hélène, elle garde son appartement et son chat d'Artagnan. Sans boulot et au bord de la crise de nerf, elle plante en plein milieu du salon une toile de tente, sort son duvet, le réchaud à gaz et s'installe. Laure Naimski nous dépeint le quotidien de la vie d'Hélène perdue, en pleine rupture sentimentale mais jamais vraiment seule car elle va faire de multiples rencontres : des sans papiers, des SDF, des émigrés allant même jusqu'à les installer chez elle. C'est aussi une jeune femme en rupture avec ses parents : une mère hôtesse de l'air nymphomane, un père juif pratiquant. Toute une pléiade de personnages défile dans sa vie dans sa maison.Certaines situations sont cocasses mais j'ai trouvé que ce n'était pas assez déjanté, trop léger; l'auteur n'arrive pas à pousser l'humour noir assez loin pour moi. Je n'ai jamais pu accrocher au personnage d'Hélène que j'ai trouvé entre deux eaux parfois trop, parfois pas assez. Après le style d'écriture peut paraître aussi un peu lourd.
        • Laerte Posté le 27 Février 2014
          Il s'agit ici d'un premier roman écrit par une jeune journaliste. Hélène est plaquée par Samuel. Elle sombre dans la déprime et décide de vivre sous une tente canadienne qu'elle installe dans son salon. Elle va survivre ainsi de difficultés en galères luttant pied à pied contre sa mère, son père ou la maîtresse de celui-ci. Il y a aussi d'autres personnages bizarres plus ou moins sympathiques Le ton est vif et fortement empreint d'humour noir. Mon conseil : Le mieux est de le lire pour se faire une opinion.

        Ils en parlent

        "Il y a une belle et énergique noirceur dans En kit [...] Quoi qu'il en soit, c'est impeccablement désespéré et fatalement amusant."
        Olivier Mony / Livres hebdo
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.