Lisez! icon: Search engine

Enfant terrible

Sonatine
EAN : 9782355843105
Code sériel : 190
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 200 mm
Enfant terrible

Nathalie PERONNY (Traducteur)
Date de parution : 12/02/2015
Qu’y a-t-il au bout d’une fuite en avant ?
Qu’y a-t-il au bout d’une fuite en avant ?
Los Angeles, 2013. Si Kennedy Marr possède de nombreux talents – pour l’écriture, pour l’ivresse, pour la pornographie –, il y a un domaine dans lequel il frôle le génie : celui d’ignorer tout ce qui le dérange. Son éditeur, par exemple, qui attend...
Qu’y a-t-il au bout d’une fuite en avant ?
Los Angeles, 2013. Si Kennedy Marr possède de nombreux talents – pour l’écriture, pour l’ivresse, pour la pornographie –, il y a un domaine dans lequel il frôle le génie : celui d’ignorer tout ce qui le dérange. Son éditeur, par exemple, qui attend depuis des années son nouveau roman ; son redressement fiscal, qui porte sur près de 1 million de dollars ; ou encore sa mère, gravement malade en Europe. À force d’ignorer les réalités pour s’abandonner à ses seuls plaisirs, il est aujourd’hui dans l’impasse. Seul un miracle pourrait le sauver de la faillite financière et spirituelle. Et ce miracle a lieu.
Contre toute attente, Kennedy reçoit en effet un prix littéraire richement doté pour l’ensemble de son œuvre. Seule contrepartie : il doit s’engager à enseigner un semestre dans l’université anglaise où son ex-femme est professeur, et où vit sa fille qu’il connaît à peine. Enfant terrible, enfant gâté, consommateur impénitent, Kennedy sera-t-il capable d’assumer les renoncements que la maturité exige ? Ou bien l’enfer restera-t-il jusqu’au bout plus séduisant ?
 
Livre irrésistible, livre en colère, livre diablement moderne sur la psyché masculine et l’adolescence perpétuelle, Enfant terrible, qui n’est pas sans évoquer la série Californication et les romans de Jonathan Tropper, est une véritable équipée sauvage qui marquera durablement les esprits.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355843105
Code sériel : 190
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 200 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • iris29 Posté le 11 Mars 2019
    Sexe , alcool et rock'n roll, voilà ce qui résume assez bien la vie de cet Enfant terrible. Kennedy Marr est irlandais mais habite à Los Angeles, une ville où il est si facile de se perdre…" Californication"... Ecrivain à succès, scénariste à millions, il dépense sa vie sans compter, uniquement préoccupé par le désir de se faire plaisir. Alcool, mais aussi : jeunes femmes, étudiantes, prostituées, bons restaurants , belles voitures et belles fringues, il n'a aucun souci : les autres s'en "font" et en "ont" pour lui… Les autres , c'est son ex- femme , la mère de sa fille qui aimerait bien qu'il soit plus présent pour cette dernière ; son frère qui aimerait bien qu'il rentre voir leur mère très malade. Les autres , c'est aussi ses agents ( à Los Angeles et Londres ) qui aimeraient qu'il se remette au boulot et qu'il ponde un chef- d'oeuvre car le fisc menace de le ruiner… Mais la chance sourit à Kennedy , puisqu'il se voit proposer un prix littéraire et beaucoup d'argent pour aller enseigner en Angleterre, l'occasion de régler toutes ses dettes et ses problèmes, à moins que l'Enfant terrible décide de rester un enfant terrible…... Sexe , alcool et rock'n roll, voilà ce qui résume assez bien la vie de cet Enfant terrible. Kennedy Marr est irlandais mais habite à Los Angeles, une ville où il est si facile de se perdre…" Californication"... Ecrivain à succès, scénariste à millions, il dépense sa vie sans compter, uniquement préoccupé par le désir de se faire plaisir. Alcool, mais aussi : jeunes femmes, étudiantes, prostituées, bons restaurants , belles voitures et belles fringues, il n'a aucun souci : les autres s'en "font" et en "ont" pour lui… Les autres , c'est son ex- femme , la mère de sa fille qui aimerait bien qu'il soit plus présent pour cette dernière ; son frère qui aimerait bien qu'il rentre voir leur mère très malade. Les autres , c'est aussi ses agents ( à Los Angeles et Londres ) qui aimeraient qu'il se remette au boulot et qu'il ponde un chef- d'oeuvre car le fisc menace de le ruiner… Mais la chance sourit à Kennedy , puisqu'il se voit proposer un prix littéraire et beaucoup d'argent pour aller enseigner en Angleterre, l'occasion de régler toutes ses dettes et ses problèmes, à moins que l'Enfant terrible décide de rester un enfant terrible… Alors , c'est difficile de suivre ( même en tant que lectrice ) un alcoolique addict au sexe, des fois , on le secouerait bien pour lui dire de grandir un peu, de murir d'un coup, et d'être un peu (beaucoup !) moins égoïste . Oui, c'est épuisant de suivre un enfant terrible. Heureusement , j'ai pu compter sur le soutien et la plume extraordinairement loufoque et drôle de John Niven . Je l'avais rencontré pour son roman Old School et j'avais été conquise. Mais les vieilles dames indignes et braqueuses sont plus émouvantes que ce sale gosse quarantenaire gâté par la vie. C'est l'humour qui m'a conquise. La scène d'entrée avec une bagarre sous fond de "1969" d'Iggy Pop vaut son pesant de cacahouète, celle où Kennedy effectue une performance sexuelle en solitaire avec ce que j'appellerai pudiquement "trois jeunes internautes " vaut son pesant d'or. Le ton est décalé et très original . Hollywood en prend plein la figure. On sourit beaucoup , on frémit souvent , on est ému vers la fin et on savoure les répliques en première classe. Peut- être parce qu'une partie se passe à Los Angeles, j'ai beaucoup pensé à Ross McDonald pendant ma lecture ( une version plus récente, plus trash , et plus cynique) . Allez, la traversé avec Kennedy n'est pas si terrible que ça , quelques remous tout au plus… Cet "enfant terrible" est garanti sans gueule de bois quand surgit le mot "fin"....
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bibliozonard Posté le 10 Mars 2015
    Enfant terrible C’est un écrivain irlandais qui vit à L.A., il est riche et célèbre, il a une attitude un peu anticonformiste. Un grand flambeur. C’est un homme intrigué par la mort et la routine. Il se réfugie donc dans les plaisirs classiques que sont le sexe, la drogue et l’alcool ; tout cela au détriment de son entourage aussi bien professionnel que familial. Il provoque et « tue l'amour ». Il s’enfonce dans la décadence alors que les responsabilités reviennent au galop. Comme le fisc qui, quelque part, est un déclencheur important qui le poussera à prendre les choses en main. Par chance, l’opportunité de régler les problèmes d’argent arrive avec sa nomination à un prix littéraire prestigieux. Cependant, une condition non négociable lui est imposée. Kennedy ne peut accepter cette fameuse récompense que s’il enseigne une année – il faut dire que la dotation est très alléchante en contrepartie – dans l’université qui est à l’origine de ce bouleversement. Et non des moindres puisque c’est en Angleterre, dans l’université où son ex-femme enseigne, pas trop loin d'où sa famille vit toujours, finalement où tout ce qu’il a fui n’a jamais quitté son enracinement, qu’il doit séjourner. Pour être franc, au... Enfant terrible C’est un écrivain irlandais qui vit à L.A., il est riche et célèbre, il a une attitude un peu anticonformiste. Un grand flambeur. C’est un homme intrigué par la mort et la routine. Il se réfugie donc dans les plaisirs classiques que sont le sexe, la drogue et l’alcool ; tout cela au détriment de son entourage aussi bien professionnel que familial. Il provoque et « tue l'amour ». Il s’enfonce dans la décadence alors que les responsabilités reviennent au galop. Comme le fisc qui, quelque part, est un déclencheur important qui le poussera à prendre les choses en main. Par chance, l’opportunité de régler les problèmes d’argent arrive avec sa nomination à un prix littéraire prestigieux. Cependant, une condition non négociable lui est imposée. Kennedy ne peut accepter cette fameuse récompense que s’il enseigne une année – il faut dire que la dotation est très alléchante en contrepartie – dans l’université qui est à l’origine de ce bouleversement. Et non des moindres puisque c’est en Angleterre, dans l’université où son ex-femme enseigne, pas trop loin d'où sa famille vit toujours, finalement où tout ce qu’il a fui n’a jamais quitté son enracinement, qu’il doit séjourner. Pour être franc, au début, j'étais assez ennuyé par les digressions — interventions de l'auteur dans l'histoire —, les rajouts explicatifs qui ne tiennent parfois qu'à une phrase ; même si je comprenais bien que l'artiste en avait sous les doigts. Néanmoins, après ce passage légèrement nuageux — le premier chapitre surtout, puis l'effet s'estompe ; la vitesse de croisière s'est installée et je me suis plongé dans l'histoire. En gros, je dirais que celui qui veut se nourrir des dessous stratégiques hollywoodiens et éditoriaux, à travers le regard d'un personnage principal totalement désintéressé de sa condition d'homme brillant et riche. Il doit y aller et lire ce livre. En deuxième partie, plus noire, plus nostalgique, plus dramatique ; si le lecteur veut découvrir comment Kennedy évoluera en Angleterre auprès de sa famille, de son ex-femme, de sa fille, de ses futurs étudiants, et de ses obligations d'écrivains..., il doit y aller et lire ce livre. Dans l’ensemble, le lecteur devrait apprécier sans grand effort cette histoire à la prose enflammée, tintée de poésie, nourrie de nombreuses références littéraires dont les principales sont certainement James Joyce et W.B.Yeats. Un court extrait parmi tant d’autres… C’est aussi ce qui est bien dans ce bouquin, il y en a pour tous, érudits et néophytes. Si le lecteur aime cela, alors il doit y aller et le lire le John Niven. « - Dites-moi, Mr Marr, intervint l’Américaine, que pensez-vous du potentiel de vos étudiants pour l’écriture ? (…) – Bah, certains ont le sens de la phrase, assurément », dit-il, conscient que le reste de la tablée s’était tourné vers lui pour l’écouter. Il s’arrêta. Réarrangea sa serviette. – Mais ?… insista le professeur Bell. - Disons que… très peu d’entre eux semblent avoir saisi ce que Fitzgerald appelait « le prix d’entrée ». - C’est-à-dire ? Tes putains de tripes étalées sur la page. » (franchement, la suite direct est intéressante mais je n’allais pas tout copier quand même, trop long, donc voyez la page 366 et autres)
    Lire la suite
    En lire moins
  • zembla Posté le 1 Mars 2015
    Voila un livre dont le titre et la couverture résument parfaitement l'histoire et le héros qui va la vivre ou plutôt la subir. Même si Kennedy Marr n'est pas a proprement parlé une victime c'est quand même quelqu'un qui a du mal a gérer sa vie et qui se laisse diriger par ses addictions et ses pulsions que sont l'alcool et le sexe. Cet irlandais exilé aux états-Unis qui a réussi en tant qu'auteur de roman mais aussi comme scénariste et qui gagne beaucoup doit pourtant beaucoup d'argent au fisc. Au démarrage, j'ai eu peur d'un livre a l'humour bien gras et axé sur le sexe mais pas du tout, enfin presque car pour le sexe on est plutôt servit, c'est un livre d'une remarquable intelligence et d'une grande sensibilité. L'auteur réussit a faire de son anti héros un personnage attachant alors que c'est quelqu'un de totalement immature, égoïste et qu'on a souvent envie de baffer pendant la lecture. Sous couvert d'humour, John Niven réussit comme rarement a nous faire rire (grâce notamment a son sens de la formule et de la répartie) et en même temps nous émouvoir. Jamais on ne s'ennuie avec les frasques de Kennedy Marr, on... Voila un livre dont le titre et la couverture résument parfaitement l'histoire et le héros qui va la vivre ou plutôt la subir. Même si Kennedy Marr n'est pas a proprement parlé une victime c'est quand même quelqu'un qui a du mal a gérer sa vie et qui se laisse diriger par ses addictions et ses pulsions que sont l'alcool et le sexe. Cet irlandais exilé aux états-Unis qui a réussi en tant qu'auteur de roman mais aussi comme scénariste et qui gagne beaucoup doit pourtant beaucoup d'argent au fisc. Au démarrage, j'ai eu peur d'un livre a l'humour bien gras et axé sur le sexe mais pas du tout, enfin presque car pour le sexe on est plutôt servit, c'est un livre d'une remarquable intelligence et d'une grande sensibilité. L'auteur réussit a faire de son anti héros un personnage attachant alors que c'est quelqu'un de totalement immature, égoïste et qu'on a souvent envie de baffer pendant la lecture. Sous couvert d'humour, John Niven réussit comme rarement a nous faire rire (grâce notamment a son sens de la formule et de la répartie) et en même temps nous émouvoir. Jamais on ne s'ennuie avec les frasques de Kennedy Marr, on est embarqué dans ses mésaventures trépidantes et délirantes avec un grand plaisir. Ce livre est une réussite de bout en bout, remarquable par ses qualités littéraires et par l'intelligence de son histoire. Un très grand plaisir de lecture a mettre entre toutes les mains (a part pour ceux pour qui le mot sexe et les ébats sexuels provoquent des allergies). Ma note 9/10 pour cet excellent roman. Un grand merci aux éditions sonatine et a Babélio pour m'avoir permis de découvrir ce roman hors norme.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BooksnPics Posté le 28 Février 2015
    Nom: Marr Prénom: Kennedy Age: 44 ans Résidence: Los Angeles, Californie Profession: Écrivain prodige - le plus jeune à avoir jamais figuré parmi les finalistes du Booker Prize mais n’ayant plus écrit une ligne de fiction en 5 ans. Préfère jouer au “script doctor” pour remplir son compte en banque. Hobbies: Addiction à l’alcool et au sexe, très forte tendance à faire souffrir ses proches. Aime par dessus tout claquer son argent même s’il se trouve au bord du gouffre financier. Signe particulier: Vient de se voir attribuer, à la surprise générale, le prestigieux prix F. W. Bingham de l’Université de Deeping dans le Warwickshire où il va devoir enseigner pendant 1 an…. Kennedy Marr… un personnage haut en couleur s’il en est.... Egoïste, bagarreur à ses heures, addict, peu respectueux des autres, notre personnage est un véritable “enfant terrible”. Si tous les éléments sont réunis pour rendre ce personnage détestable, l’auteur parvient, en un tour de main, à nous faire rire de l’absurdité de cette vie ultra superficielle, sans profondeur. “Enfant terrible”, malgré les apparences, n’est pas une simple critique du monde cinématographique hollywoodien mais un regard posé sur le rapport aux autres, la famille aussi étonnant que cela soit.... Nom: Marr Prénom: Kennedy Age: 44 ans Résidence: Los Angeles, Californie Profession: Écrivain prodige - le plus jeune à avoir jamais figuré parmi les finalistes du Booker Prize mais n’ayant plus écrit une ligne de fiction en 5 ans. Préfère jouer au “script doctor” pour remplir son compte en banque. Hobbies: Addiction à l’alcool et au sexe, très forte tendance à faire souffrir ses proches. Aime par dessus tout claquer son argent même s’il se trouve au bord du gouffre financier. Signe particulier: Vient de se voir attribuer, à la surprise générale, le prestigieux prix F. W. Bingham de l’Université de Deeping dans le Warwickshire où il va devoir enseigner pendant 1 an…. Kennedy Marr… un personnage haut en couleur s’il en est.... Egoïste, bagarreur à ses heures, addict, peu respectueux des autres, notre personnage est un véritable “enfant terrible”. Si tous les éléments sont réunis pour rendre ce personnage détestable, l’auteur parvient, en un tour de main, à nous faire rire de l’absurdité de cette vie ultra superficielle, sans profondeur. “Enfant terrible”, malgré les apparences, n’est pas une simple critique du monde cinématographique hollywoodien mais un regard posé sur le rapport aux autres, la famille aussi étonnant que cela soit. Quelque peu décontenancée à la lecture des premières pages du récit, je me suis vite plongée dans la vie quelque peu “chaotique” de notre personnage. A travers un récit à la fois drôle, touchant, parfois agaçant et trash, John Niven nous présente les multiples facettes, insoupçonnées et insoupçonnables, de cet écrivain qui vivant sa vie à 200 à l’heure, va se retrouver confronté à ses souvenirs, ses doutes, mais aussi à la “réalité” qu'il tentait jusqu'ici de fuir.... Un très bon moment de lecture que je recommande vivement mais à ne pas mettre en toutes les mains :) Je remercie Babelio ainsi que les éditions Sonatine pour m'avoir permis de découvrir ce roman dans le cadre d'une Masse Critique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • stephanieplaisirdelire Posté le 2 Février 2015
    Critique du monde du cinéma, des écrivains, crise de la quarantaine, Enfant terrible est un roman succulent servis avec des dialogues savoureux, un personnage pitoyable que l’on déteste et que l’on aime, et surtout beaucoup d’humour. John Niven écrit là un roman délirant, humain, étonnement poignant. Il tombe un peu dans la morale mais n’en perd pas pour autant son panache et son esprit. Enfant terrible est une rédemption comico-tragique qui se dévore. Ce livre m’a fait penser à Karoo de Steve Tesich, en nettement plus fluide (l’écriture de John Niven est énergique et accrocheuse ). J’ai beaucoup aimé ce livre intelligent, touchant et terriblement caustique. .....................
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !