Lisez! icon: Search engine
Syros
EAN : 9782748520590
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 150 x 220 mm

Et mes yeux se sont fermés

Collection : Hors collection
Date de parution : 25/08/2016
L’histoire d’une adolescente française revenue de Syrie.
A priori, Maëlle n’est pas différente des autres filles de seize ans. Cette année-là, elle passe de plus en plus de temps sur Facebook, abandonne le sport, modifie sa façon de s’habiller, quitte son petit ami… Sans hésitation ni compromis, elle prend un virage à 180 degrés. C’est pour, croit-elle,... A priori, Maëlle n’est pas différente des autres filles de seize ans. Cette année-là, elle passe de plus en plus de temps sur Facebook, abandonne le sport, modifie sa façon de s’habiller, quitte son petit ami… Sans hésitation ni compromis, elle prend un virage à 180 degrés. C’est pour, croit-elle, sauver le monde, qu’elle rejoint l’organisation Daech. Un an plus tard, Maëlle revient pourtant de Syrie.

Roman publié sous la direction de Natalie Beunat.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782748520590
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 150 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MollyCapenol Posté le 21 Mars 2021
    Et mes yeux se sont fermés est un livre que j’ai du lire récemment pour l’école. C’est un livre que je n’aurait peut-être pas choisis par moi même. C’est l’histoire de Maëlle, une jeune française qui subitement se met a changer. Elle travaille de moins en moins pour ses cours, arrête de jouer au handball et passe de plus en plus de temps sur Facebook. Elle décide de partir de chez elle pour rejoindre la Syrie. Mais elle se rend compte que la vie la bah n’était pas comme elle l’imaginais alors au bout d’un an elle décide de revenir en France. J’ai mis du temps à accrocher. Au départ on pense que l’auteur exagère et cela rend les premiers chapitres ennuyeux. Mais c’est seulement quand on avance dans la lecture qu’on comprends pourquoi il a autant insisté. Le fait que ce soit un roman choral rend l’histoire plus intéressante. On apprend un peu plus a chaque chapitre et on a le point de vu de tout les personnages.
  • DelfDelf Posté le 27 Février 2021
    Ce livre issu de la réalité est très poignant. Il présente une famille dès plus ordinaire et basique qu'elle soit ; un divorce ; des enfants un peu perdus dans ce monde moderne où internet les enrôle très facilement et le drame peut arriver. Une famille en proie au drame et qui malheureusement ne peut agir car il est déjà trop tard avant de se rendre compte.
  • Ad3line Posté le 12 Février 2021
    J’ai découvert ce roman par hasard sur le site Livraddict ; la description et les critiques m’ont donné envie de le lire. Il s’agit de l’histoire de Maëlle, une fille de 16 ans originaire du Mans, vivant avec sa mère Céline et sa soeur Jeanne. En apparence, Maëlle est une élève modèle, excelle dans presque tous les domaines, est appréciée par ses professeurs et ses camarades. Au-delà de ses notes remarquables, l’adolescente provoque quelques vagues au niveau de son comportement… En effet, elle ne supporte pas l’injustice et n’a pas la langue dans sa poche. Elle souhaite sauver le monde, notamment à travers une carrière dans le milieu médical et l’humanitaire. C’est d’ailleurs en commençant à regarder des vidéos de la misère en Syrie que Maëlle, qui insiste pour qu’on la nomme désormais Ayat, va se convertir à l’islam et remettre progressivement tout en cause : ce qu’elle mange, ses fréquentations, le sport, sa manière de se vêtir, les réactions de sa famille. D’ailleurs, sa mère se dispute souvent avec elle à propos de sujets politiques. * * * Au fil des semaines, l’adolescente se coupera du monde, et sa seule confidente restera sa soeur, Jeanne, qu’elle essaie également d’embrigader. C’est comme cela qu’elle... J’ai découvert ce roman par hasard sur le site Livraddict ; la description et les critiques m’ont donné envie de le lire. Il s’agit de l’histoire de Maëlle, une fille de 16 ans originaire du Mans, vivant avec sa mère Céline et sa soeur Jeanne. En apparence, Maëlle est une élève modèle, excelle dans presque tous les domaines, est appréciée par ses professeurs et ses camarades. Au-delà de ses notes remarquables, l’adolescente provoque quelques vagues au niveau de son comportement… En effet, elle ne supporte pas l’injustice et n’a pas la langue dans sa poche. Elle souhaite sauver le monde, notamment à travers une carrière dans le milieu médical et l’humanitaire. C’est d’ailleurs en commençant à regarder des vidéos de la misère en Syrie que Maëlle, qui insiste pour qu’on la nomme désormais Ayat, va se convertir à l’islam et remettre progressivement tout en cause : ce qu’elle mange, ses fréquentations, le sport, sa manière de se vêtir, les réactions de sa famille. D’ailleurs, sa mère se dispute souvent avec elle à propos de sujets politiques. * * * Au fil des semaines, l’adolescente se coupera du monde, et sa seule confidente restera sa soeur, Jeanne, qu’elle essaie également d’embrigader. C’est comme cela qu’elle lui donnera les détails de ses plans, ce qui permettra de la retrouver plus rapidement… Sur Facebook, Ayat rencontre Mokhtar, un français de 30 ans qui lui fait un lavage de cerveau et avec qui elle se marie via « Skype ». Elle n’a plus qu’une seule idée, le rejoindre en Syrie et faire un enfant avec lui. C’est comme cela qu’elle disparaît quelques jours avant Noël. Un matin, elle ne se présente pas en classe et s’enfuit avec sa « soeur » Amina, elle aussi convertie. Toutes deux se rendent en Belgique dans le quartier de Molenbeek afin d’obtenir de faux papiers, et prennent l’avion direction la Turquie. Malheureusement, elle n’aura jamais le temps de rencontrer son mari, mort en martyr avant son arrivée. Il lui faut donc en trouver un nouveau. Il s’agit de Redouane, un jeune français originaire de Chartres. Quand les deux-là se rencontrent, ils ont « le coup de foudre ». Très vite, Ayat tombe enceinte ; parallèlement, son mari et elle se rendent compte que les « frères » en Syrie ne sont pas disponibles pour eux, et qu’ils laissent leur éducation liée à la religion de côté. Pourtant, c’est ce qu’ils étaient venus chercher ici. Ils souhaitaient devenir de bons musulmans. Le couple souhaite rentrer en France afin qu’Ayat puisse accoucher tranquillement et qu’ils puissent élever leur fille loin des roquettes qui leur tombent dessus. Dans cette fuite vers la Turquie, Redouane se fait tirer dessus, tandis que sa femme réussit à s’échapper. A 16 ans, elle se retrouve veuve deux fois, enceinte, dans un pays dont elle ne parle pas la langue. Une seule issue : appeler sa mère, qui mettra toute sa rancoeur de côté, heureuse de retrouver sa fille. C’est l’amour maternel qui la fera se déplacer en Turquie pour aller la sauver. Arrivée à Roissy, la jeune femme est directement emmenée en prison et interrogée. N’ayant commis aucun crime et avec aucune intention d’organiser un attentat sur le sol français, elle n’y restera pas, mais se voit désormais contrainte à pointer au commissariat trois fois par jour. De plus, Maëlle est assignée à domicile et elle est « enfermée » dans sa chambre, de laquelle ses parents ont décidé d’enlever la porte. Pour oublier tout cela, il va falloir du temps et la rencontre avec Aïcha, qui travaille dans un programme destiné à accueillir et désembrigader ces jeunes français revenus de Syrie. C’est grâce à elle qu’elle apprendra qu’il existe plusieurs formes de la religion islamique dans le Coran. Ayat, elle, souhaite élever sa fille Aamal dans l’amour et le respect. Elle a même repris ses études par correspondance, et souhaite devenir infirmière si elle obtient son baccalauréat. Enfin, une très belle surprise arrive à Ayat à la fin de l’histoire, mais je vous laisse la découvrir ! * * * Je n’ai pas été déçue par la lecture de ce roman qui se fait de manière très fluide, en un après-midi précisément. Patrick Bard traite un sujet délicat de manière intéressante, car on est soumis au point de vue de chaque personnage, tout en progressant chronologiquement dans le déroulement des faits. Aussi, une certaine réflexion se met-elle en place quant à la probabilité que cela arrive à n’importe qui dans notre entourage, ou encore à nous-même, et la vigilance à apporter, complétée par l’importance de la prévention à mener auprès des élèves dans les collèges/lycées, souvent dépassés par les informations/Internet, n’ayant pas encore acquis un sens assez critique afin de ne pas se laisser manipuler par ce qu’ils consomment en terme de vidéos et autres produits.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Apikrus Posté le 20 Décembre 2020
    Ayat (anciennement Maëlle) rentre de Syrie, où elle était allée rejoindre le Jihad, comme d'autres jeunes Français partis là-bas combattre pour une société plus juste - du moins le croient-ils. Contrairement à beaucoup d'autres, elle en est revenue. Désormais sous surveillance (pas seulement des autorités, aussi de sa mère), Ayat tente de reconstruire une vie 'normale' en France. Les témoignages se succèdent : d'Ayat, de sa mère, de sa petite soeur, de son ex-petit ami, d'un professeur… L'auteur amène son lecteur à examiner les choses du point de vue de chacun de ces protagonistes, à sortir ainsi de ses schémas de pensée préétablis. Par ce biais, il nous aide à comprendre comment des jeunes que rien ne semblent prédestiner à une conversion si brutale peuvent se laisser embrigader par les islamistes. Comme dans ses autres ouvrages, Patrick Bard traite ici d'un sujet 'difficile', avec recul et habileté. Je m'étais toujours demandé comment des cellules de dé-radicalisation peuvent travailler et quelles méthodes elles peuvent utiliser. Ce livre donne quelques éléments de réponses, dont un très simple : ré-apprendre aux personnes concernées à réfléchir, c'est-à-dire les aider à suivre un processus inverse à celui qui les a amenées vers la radicalité (la mise... Ayat (anciennement Maëlle) rentre de Syrie, où elle était allée rejoindre le Jihad, comme d'autres jeunes Français partis là-bas combattre pour une société plus juste - du moins le croient-ils. Contrairement à beaucoup d'autres, elle en est revenue. Désormais sous surveillance (pas seulement des autorités, aussi de sa mère), Ayat tente de reconstruire une vie 'normale' en France. Les témoignages se succèdent : d'Ayat, de sa mère, de sa petite soeur, de son ex-petit ami, d'un professeur… L'auteur amène son lecteur à examiner les choses du point de vue de chacun de ces protagonistes, à sortir ainsi de ses schémas de pensée préétablis. Par ce biais, il nous aide à comprendre comment des jeunes que rien ne semblent prédestiner à une conversion si brutale peuvent se laisser embrigader par les islamistes. Comme dans ses autres ouvrages, Patrick Bard traite ici d'un sujet 'difficile', avec recul et habileté. Je m'étais toujours demandé comment des cellules de dé-radicalisation peuvent travailler et quelles méthodes elles peuvent utiliser. Ce livre donne quelques éléments de réponses, dont un très simple : ré-apprendre aux personnes concernées à réfléchir, c'est-à-dire les aider à suivre un processus inverse à celui qui les a amenées vers la radicalité (la mise en pratique s'avère plus complexe…). Ce roman de Patrick Bard n'est pas celui que j'ai préféré, son sujet m'attirant peu au départ, et l'un des témoignages (celui de la petite soeur de Maëlle) m'étant apparu un peu trop long. Il ne faut cependant pas hésiter à le faire lire aux adolescents, comme mise en garde.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ziliz Posté le 29 Novembre 2020
    « Les gens de Daech sont peut-être cruels, mais ils ne sont pas stupides. Ils sont même d'excellents communicants. Leurs vidéos font envie, croyez-moi, et pour un ado épris d'idéaux, c'est très sexy. C'est d'ailleurs leur principal critère de sélection. Trouver des jeunes qui rêvent de s'engager contre l'injustice. Et c'est bien ce qu'ils se proposent de faire. Ils leur offrent les moyens de réaliser un idéal. » Voilà comment Maëlle - élève brillante, sensible et cultivée - est devenue Ayat à quinze ans et a rejoint Daech en Syrie. On l'apprend d'emblée, ainsi que son retour en France, chez sa mère. Dans ce roman, l'auteur montre le processus d'embrigadement de petits occidentaux 'blancs', qui seront ensuite davantage utilisés comme outils de propagande (mis en vitrine) que destinés à combattre. Ce qui n'empêche pas certains d'entre eux d'y laisser des plumes, leur peau, de perdre leur proche, leur vie, etc. J'ai acheté ce livre parce que je ne voulais pas repartir les mains vides après avoir discuté avec Patrick Bard de son essai documentaire 'Mon neveu Jeanne' (salon de Mauves-en-noir, avril 2018). Je fuis les témoignages et fictions sur les attentats, ses victimes, ses 'bourreaux' (des victimes aussi, pour la plupart), Daech, etc.... « Les gens de Daech sont peut-être cruels, mais ils ne sont pas stupides. Ils sont même d'excellents communicants. Leurs vidéos font envie, croyez-moi, et pour un ado épris d'idéaux, c'est très sexy. C'est d'ailleurs leur principal critère de sélection. Trouver des jeunes qui rêvent de s'engager contre l'injustice. Et c'est bien ce qu'ils se proposent de faire. Ils leur offrent les moyens de réaliser un idéal. » Voilà comment Maëlle - élève brillante, sensible et cultivée - est devenue Ayat à quinze ans et a rejoint Daech en Syrie. On l'apprend d'emblée, ainsi que son retour en France, chez sa mère. Dans ce roman, l'auteur montre le processus d'embrigadement de petits occidentaux 'blancs', qui seront ensuite davantage utilisés comme outils de propagande (mis en vitrine) que destinés à combattre. Ce qui n'empêche pas certains d'entre eux d'y laisser des plumes, leur peau, de perdre leur proche, leur vie, etc. J'ai acheté ce livre parce que je ne voulais pas repartir les mains vides après avoir discuté avec Patrick Bard de son essai documentaire 'Mon neveu Jeanne' (salon de Mauves-en-noir, avril 2018). Je fuis les témoignages et fictions sur les attentats, ses victimes, ses 'bourreaux' (des victimes aussi, pour la plupart), Daech, etc. J'ai offert cet ouvrage à ma fille pour la mettre en garde contre les chants des sirènes sur Internet et les théories complotistes - douter de tout, c'est bien, mais il faut savoir garder son esprit critique (le sien, pas celui des autres en prêt-à-porter). Je ne lis cet ouvrage qu'aujourd'hui parce qu'avec 'Le secret de Mona', j'ai découvert que l'auteur était doué pour sensibiliser intelligemment les grands ados/jeunes adultes à des problèmes de société. C'est parfaitement réussi ici, et agréable à lire malgré le sujet, grâce à la polyphonie.
    Lire la suite
    En lire moins
SYROS, LA NEWSLETTER ALTERNATIVE !
Créatives, engagées… Recevez chaque mois de nouvelles idées de lecture jeunesse, dans votre boîte mail !