Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264081650
Code sériel : 1683
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm
À Paraître
Été
Louis Gillet (traduit par)
Date de parution : 03/11/2022
Éditeurs :
10/18
En savoir plus
8.50 €
Date de parution: 03/11/2022
À Paraître

Été

Louis Gillet (traduit par)
Date de parution : 03/11/2022

Le village de North Dormer, en Nouvelle Angleterre, abrite une communauté puritaine et étriquée au sein de laquelle la belle Charity vit et, surtout, s’ennuie. Adoptée enfant par le notable...

Le village de North Dormer, en Nouvelle Angleterre, abrite une communauté puritaine et étriquée au sein de laquelle la belle Charity vit et, surtout, s’ennuie. Adoptée enfant par le notable du village, le vieux Royall, Charity est née dans la « montagne », un endroit dont on parle tout bas...

Le village de North Dormer, en Nouvelle Angleterre, abrite une communauté puritaine et étriquée au sein de laquelle la belle Charity vit et, surtout, s’ennuie. Adoptée enfant par le notable du village, le vieux Royall, Charity est née dans la « montagne », un endroit dont on parle tout bas et en se signant, un lieu sauvage qui a dû la marquer de son empreinte. Son insaisissable différence attire immédiatement l’attention de Lucius Harney, jeune architecte de la ville venu se perdre à North Dormer pour croquer des habitats traditionnels. Très vite, Charity s’éprend passionnément de lui…

Admiré par Henry James, considéré par Joseph Conrad comme le plus beau roman d’Edith Wharton, parfois comparé à Madame Bovary, Été fit scandale à sa parution, en 1917.

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264081650
Code sériel : 1683
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm
10/18
En savoir plus
8.50 €
Date de parution: 03/11/2022

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Romileon 17/08/2022
    Charity Royall, du nom de son tuteur qui l'a arrachée à la Montagne, un lieu où vivent des sans foi, ni loi, des moitié vagabonds, vit une petite vie tranquille à North Dormer, petit village de Nouvelle Angleterre. N'ayant que mépris pour Mr Royall, elle décroche le poste de bibliothécaire afin de gagner l'argent de son indépendance. L'ennui de son activité plutôt inexistante, personne ne fréquente la bibliothèque, est rompue par l'arrivée de Lucius Harney, jeune new-yorkais venu réaliser des croquis de vieilles bâtisses pour un ouvrage d'architecture. Après une rencontre plutôt houleuse, Charity accepte de lui servir de guide. le temps d'un Eté, on observe l'amitié affichée par les deux jeunes gens, leur rapprochement face à la lucidité et la jalousie de Mr Royall, l'aveuglement de Charity jusqu'au dénouement trop prévisible à mon goût. J'avais été totalement emballée par « Ethan Frome » et j'attendais beaucoup, peut-être trop de « Eté ». L'écriture d'Edith Wharton est magnifique. Elle excelle notamment dans la description de sa région, cette campagne du Massachussetts. Elle a aussi un incroyable culot pour oser écrire cette histoire de fille perdue en 1917 ! Chapeau bas ! Pourtant, le personnage de Charity dont la sensualité est intense mais qui passe sans cesse... Charity Royall, du nom de son tuteur qui l'a arrachée à la Montagne, un lieu où vivent des sans foi, ni loi, des moitié vagabonds, vit une petite vie tranquille à North Dormer, petit village de Nouvelle Angleterre. N'ayant que mépris pour Mr Royall, elle décroche le poste de bibliothécaire afin de gagner l'argent de son indépendance. L'ennui de son activité plutôt inexistante, personne ne fréquente la bibliothèque, est rompue par l'arrivée de Lucius Harney, jeune new-yorkais venu réaliser des croquis de vieilles bâtisses pour un ouvrage d'architecture. Après une rencontre plutôt houleuse, Charity accepte de lui servir de guide. le temps d'un Eté, on observe l'amitié affichée par les deux jeunes gens, leur rapprochement face à la lucidité et la jalousie de Mr Royall, l'aveuglement de Charity jusqu'au dénouement trop prévisible à mon goût. J'avais été totalement emballée par « Ethan Frome » et j'attendais beaucoup, peut-être trop de « Eté ». L'écriture d'Edith Wharton est magnifique. Elle excelle notamment dans la description de sa région, cette campagne du Massachussetts. Elle a aussi un incroyable culot pour oser écrire cette histoire de fille perdue en 1917 ! Chapeau bas ! Pourtant, le personnage de Charity dont la sensualité est intense mais qui passe sans cesse de l'humiliation à l'extase, de la haine la plus féroce à la timidité la plus craintive ne m'a pas entièrement convaincue.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SebastienFritsch 04/05/2022
    Dans un village sans charme de Nouvelle-Angleterre, Charity, orpheline de 17 ans, vit seule avec son tuteur, Mr Royall. Il l'a recueillie alors qu'elle était enfant, la sortant du hameau sordide où elle était née, un amas de baraques perdues dans la montagne, et habitées par des demi-sauvages, coupés du monde et de ses lois. Entre son emploi minable dans une bibliothèque sans lecteurs, son malaise face aux regards des commères qui connaissent ses origines et le comportement de Royall, avocat vieillissant à la carrière moribonde et aux forts penchants alcooliques, Charity rêve de départ et de grande ville. Puis arrive Lucius, jeune cousin d'une voisine et architecte à New-York. Vous imaginez la suite... Résumé ainsi, ce roman fleure bon la romance nunuche préfabriquée, où le bellâtre séduit la jeune innocente et la sort du marasme de ses journées sans joie... Sauf que Wharton avait d'autres ambitions. Et un style magnifique. Les paysages de ce petit morceau d'Amérique, le quotidien de ses habitants, les attitudes, sentiments, conversations hésitations, emportements de ses personnages, tout est décrit avec élégance et précision et sur un ton extrêmement moderne pour un texte de 1917. Sans voyeurisme, mais sans ridicule pudibonderie, Wharton évoque en effet la... Dans un village sans charme de Nouvelle-Angleterre, Charity, orpheline de 17 ans, vit seule avec son tuteur, Mr Royall. Il l'a recueillie alors qu'elle était enfant, la sortant du hameau sordide où elle était née, un amas de baraques perdues dans la montagne, et habitées par des demi-sauvages, coupés du monde et de ses lois. Entre son emploi minable dans une bibliothèque sans lecteurs, son malaise face aux regards des commères qui connaissent ses origines et le comportement de Royall, avocat vieillissant à la carrière moribonde et aux forts penchants alcooliques, Charity rêve de départ et de grande ville. Puis arrive Lucius, jeune cousin d'une voisine et architecte à New-York. Vous imaginez la suite... Résumé ainsi, ce roman fleure bon la romance nunuche préfabriquée, où le bellâtre séduit la jeune innocente et la sort du marasme de ses journées sans joie... Sauf que Wharton avait d'autres ambitions. Et un style magnifique. Les paysages de ce petit morceau d'Amérique, le quotidien de ses habitants, les attitudes, sentiments, conversations hésitations, emportements de ses personnages, tout est décrit avec élégance et précision et sur un ton extrêmement moderne pour un texte de 1917. Sans voyeurisme, mais sans ridicule pudibonderie, Wharton évoque en effet la sexualité d'une manière très claire, qu'il s'agisse des émois de Charity ou des ardeurs des hommes ou encore des comportements des filles "de mauvaise vie", faisant contrepoint à l'héroïne. Plus admirable encore est son talent pour façonner des personnages réalistes et concrets, y compris dans leur revirements. Ni Charity, ni Royall, ni le jeune Lucius ne sont taillés dans des blocs de marbre immuables : leurs réflexions, décisions, opinions au sujet des autres évoluent et basculent même d'un extrême à l'autre sur certains points, mais ces changements suivent des cheminements parfaitement maitrisés, basés sur les interactions entre protagonistes et les événements impliquant des seconds rôles. Cela donne un scénario vif, bien construit et surprenant. C'est ma 2e lecture de cette autrice et elle m'a une fois encore impressionné.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CamilleRabelle 28/01/2022
    J'ai été extrêmement émue par l'histoire de Charity, cette jeune fille en apparence si solide, si prête à affronter le monde et qui pourtant est rattrapée par la cruauté de celui-ci. L'histoire est relativement simple, tout le bonheur de la lecture est dans les descriptions photographiques de cette campagne américaine qui meurt d'ennui mais où le drame humain se joue derrière chaque porte. L'amour rend aveugle, c'est vrai pour l'héroïne mais aussi pour le héros et même pour le lecteur, on voudrait y croire mais l'auteure est seule maîtresse de l'histoire. Une très bonne lecture !
  • LivresseDeLire 08/09/2021
    J’ai beaucoup aimé ce roman. Charité n’est pas un personnage extrêmement sympathique mais j’ai ressenti beaucoup d’empathie pour elle, j’ai ressenti sa frustration, sa lassitude. Comment un esprit libre comme le sien, bien loin de la traditionnelle image de la jeune fille de bonne famille, peut-elle s’épanouir dans une société si puritaine, si étriquée. Le poids des médisances et de la bienséance pèsent sur elle. A travers ce roman résolument moderne (écrit en 1917), Edith Wharton dénonce la fatalité du sort des femmes, dont les ambitions sont soumises au poids du quand dira-t-on et dont la réputation peut être défaite sur une simple rumeur. Une Excellente lecture estivale, la nature y étant très présente et très joliment décrite par la plume d’Edith Wharton.
  • ElBaathory 04/07/2021
    Bien que ma relation avec Edith Wharton soit assez houleuse, je mets un point d’honneur à découvrir chacune que ses œuvres avec l’espoir d’enfin tomber sur le Saint Graal. Est-ce le cas cette fois-ci ? Je dois bien admettre ne pas être si loin du but tellement j’ai apprécié ce roman. En effet, Plein Eté se glisse aisément en pôle position de ce que j’ai eu l’occasion de lire de l’auteure et ce, dès le premier chapitre. J’ai très vite décelé que ce roman allait fortement me plaire et très vite me séduire. Ce constat provient avant tout du cadre champêtre et bucolique retranscrit avec brio par cette dernière. La découverte de ce village campagnard ainsi que ses abords m’a fait voyager. A travers quelques simples descriptions mais néanmoins détaillées, je me suis imaginé de charmants paysages collant parfaitement à l’ambiance romantique de ce courant littéraire. Bien entendu, le cadre ne fait pas tout et bien que peu singulière, l’histoire qui nous est dévoilée m’a totalement séduit. C’est un très bon roman d’éveil et d’apprentissage que dresse Edith Wharton, dans lequel cette dernière ose traiter de sujets tabous et défendus pour l’époque. A travers une histoire d’amour touchante et poignante, celle-ci... Bien que ma relation avec Edith Wharton soit assez houleuse, je mets un point d’honneur à découvrir chacune que ses œuvres avec l’espoir d’enfin tomber sur le Saint Graal. Est-ce le cas cette fois-ci ? Je dois bien admettre ne pas être si loin du but tellement j’ai apprécié ce roman. En effet, Plein Eté se glisse aisément en pôle position de ce que j’ai eu l’occasion de lire de l’auteure et ce, dès le premier chapitre. J’ai très vite décelé que ce roman allait fortement me plaire et très vite me séduire. Ce constat provient avant tout du cadre champêtre et bucolique retranscrit avec brio par cette dernière. La découverte de ce village campagnard ainsi que ses abords m’a fait voyager. A travers quelques simples descriptions mais néanmoins détaillées, je me suis imaginé de charmants paysages collant parfaitement à l’ambiance romantique de ce courant littéraire. Bien entendu, le cadre ne fait pas tout et bien que peu singulière, l’histoire qui nous est dévoilée m’a totalement séduit. C’est un très bon roman d’éveil et d’apprentissage que dresse Edith Wharton, dans lequel cette dernière ose traiter de sujets tabous et défendus pour l’époque. A travers une histoire d’amour touchante et poignante, celle-ci abordera la place de la sexualité chez la femme que ses conséquences parfois désastreuses pour celles-ci. J’ai vraiment apprécié la douceur et la finesse avec lesquelles ont été traités ces différents sujets. Sans totalement offrir une véritable critique, Edith Wharton dénonce sans détour l’impact que peut avoir sur une personne les on-dit ainsi que les rumeurs. C’est finalement assez risible de voir que même dans notre société actuelle – soit disant ouverte d’esprit – nous restons encore fortement régis par les codes que cette dernière nous impose. Je trouve vraiment intéressant cette superposition que je n’ai cessé de réaliser au cours de cette lecture. De plus et comme je le disais, cette histoire d’amour a su me toucher et, sans pour autant de me faire vibrer, m’émouvoir fortement, ce qui m’a fortement plu. Il faut dire que je me suis très vite senti lié et attaché à Charity, notre jeune orpheline. Cette dernière est née à la montagne – l’endroit reculé du village de North Dormer, où vit quelques marginaux – et a été recueilli par la famille Royall. Depuis, cette dernière subit la morne routine de ces pittoresques lieux et souffre de sa condition de femme. Prête à prendre un nouveau départ et à s’émanciper, Charity a choisi de devenir bibliothécaire et voit son avenir s’illuminer lorsqu’un jeune homme, Lucius Harney, passe la porte de la librairie. Dès cette rencontre notre héroïne commencera à découvrir le véritable amour avec ses joies et ses peines qui l’accompagnent. J’ai vraiment trouvé attendrissante et touchante le traitement de cette douce et tendre romance. Edith Wharton et sa délicate plume livre un roman romanesque à la limite de la tragédie et malgré toute cette quiétude, cette dernière offre un destin tragique et cruel à notre héroïne, accentuant encore plus ce sentiment d’attache. Fort heureusement, Charity n’est pas le seul protagoniste intéressant à découvrir et même si j’ai fortement apprécié la bienveillance de Lucius Harney, je dois admettre avoir préféré la complexité et la noirceur de Mr Royall. Ce dernier se dévoile difficile à cerner, c’est pourquoi je l’ai autant détesté qu’apprécié. Plein Eté m’a fortement enthousiasmé et enchanté. A tel point que ce dernier fait partie de mes favoris d’Edith Wharton. Celle-ci a su me toucher grâce à ce roman d’apprentissage débordant d’amour et de cruauté à la fois et grâce à son héroïne attachante, que j’ai adoré voir évoluer au cours de ma lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…