Lisez! icon: Search engine
Eteindre le soleil
Collection : Plon récit
Date de parution : 10/02/2022
Éditeurs :
Plon

Eteindre le soleil

Collection : Plon récit
Date de parution : 10/02/2022
Ariane Bois évoque l'emprise au féminin, un récit intime et bouleversant.
Depuis toujours, ils forment un bloc. Un père à la Montand, aventurier à ses heures, solaire et flamboyant, engagé à gauche. Une fille, admirative, amoureuse des mots.
Ensemble, ils ont traversé...
Depuis toujours, ils forment un bloc. Un père à la Montand, aventurier à ses heures, solaire et flamboyant, engagé à gauche. Une fille, admirative, amoureuse des mots.
Ensemble, ils ont traversé les paysages riants de l’enfance mais aussi les pires épreuves : la perte d’un fils et d’un frère, puis celle...
Depuis toujours, ils forment un bloc. Un père à la Montand, aventurier à ses heures, solaire et flamboyant, engagé à gauche. Une fille, admirative, amoureuse des mots.
Ensemble, ils ont traversé les paysages riants de l’enfance mais aussi les pires épreuves : la perte d’un fils et d’un frère, puis celle d’une épouse et d’une mère, disparue à l’autre bout du monde. D’une famille de quatre, ils sont devenus deux, fragiles, blessés, mais obstinés à rétablir leur équilibre. Et puis survient une femme, éprise du père, qui l’apaise.

Pourtant, très vite, l’attitude d’Édith déroute. D’où viennent ces malentendus, ces piques, cette agressivité ? Lors d’un séjour en Provence, tout bascule et la folie s’invite. Jusqu’au vertige.

Ce récit est l’histoire d’un homme, pris au piège d’une relation toxique, et d’une fille prête à tout pour le sauver. Ariane Bois évoque ici l’emprise au féminin. Un texte intime et bouleversant.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259310901
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 120 x 185 mm
EAN : 9782259310901
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 120 x 185 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • leslivresmapassion 13/04/2024
    N'ayant lu aucun roman d'ARIANE BOIS je me suis sentie attirée par celui-ci. "Eteindre le soleil" est l'histoire d'une belle mère toxique. En effet, le père adoré de la narratrice lui présente, un jour, Edith avec qui il aimerait refaire sa vie. Cette femme se révèle, hélas, vite agressive et jalouse. Mais pour éviter les conflits, ce père complice, temporise, réduit, augmente les subterfuges. Jusqu'au jour où il tombe malade. ARIANE BOIS dresse ici le portrait d'un homme écartelé entre sa fille chérie et une compagne toxique pour elle. Un roman bouleversant sur l'emprise féminine.
  • Lechemindelalecture 16/04/2023
    Ariane Bois grandi dans une famille unie, ses parents forts de sentiments l'un pour l'autre mène une vie riche et remplie de voyage grâce à leur carrière de médecin et de écrivain reporteur. Leur vie bascule au décès de leur fils aîné âgé de vingt ans qui mettra fin à ses jours suite à une rupture amoureuse. Ariane est mariée, a deux enfants, c'est dans le sud de la France que les grands parents profitent de leurs petits enfants. Ce bonheur retrouvé ne sera que de courte durée, la maman d'Ariane perdant tragiquement la vie dans un accident d'hélicoptère lors d'un reportage. C'est à deux désormais qu'ils doivent faire face, un père et sa fille. Après le déménagement d'Ariane et de sa famille, son père vient s'installer dans l'appartement voisin. Le temps s'écoule, la vie reprend son court, son père décide de retravailler à médecin du monde et reprend les voyages. Mais un jour en entrant dans l'appartement de son père, Ariane découvre que son père partage sa vie avec une nouvelle femme, qui ressemble étrangement à sa mère, mais celle ci n'est pas là pour ça. Édith dicte sa loi et désormais elle et lui ne font qu'un, Ariane et sa famille sont exclus de la vie de ce nouveau couple. J'ai découvert un roman autobiographique très poignant, qui m'a parfois mise hors de moi. J'avais tellement envie de voir partir cette femme si possessive et détestable. J'ai aussi compris à quel point Ariane était prête à faire ce sacrifice pour que son père soit heureux, épanouie à nouveau.Une grande marque d'empathie que je ne suis pas certaine d'avoir dans cette situation précise. Le rythme de l'écriture est très soutenu, ce qui donne du cœur et de la force à ce roman. Ariane s'est confiée comme avec beaucoup d'amour, de justesse et de pudeur...Ariane Bois grandi dans une famille unie, ses parents forts de sentiments l'un pour l'autre mène une vie riche et remplie de voyage grâce à leur carrière de médecin et de écrivain reporteur. Leur vie bascule au décès de leur fils aîné âgé de vingt ans qui mettra fin à ses jours suite à une rupture amoureuse. Ariane est mariée, a deux enfants, c'est dans le sud de la France que les grands parents profitent de leurs petits enfants. Ce bonheur retrouvé ne sera que de courte durée, la maman d'Ariane perdant tragiquement la vie dans un accident d'hélicoptère lors d'un reportage. C'est à deux désormais qu'ils doivent faire face, un père et sa fille. Après le déménagement d'Ariane et de sa famille, son père vient s'installer dans l'appartement voisin. Le temps s'écoule, la vie reprend son court, son père décide de retravailler à médecin du monde et reprend les voyages. Mais un jour en entrant dans l'appartement de son père, Ariane découvre que son père partage sa vie avec une nouvelle femme, qui ressemble étrangement à sa mère, mais celle ci n'est pas là pour ça. Édith dicte sa loi et désormais elle et lui ne font qu'un, Ariane et sa famille sont exclus...
    Lire la suite
    En lire moins
  • charlotterevedelivres 06/02/2023
    " Chère maman, Lorsque tu nous as quittés, le monde s'est écroulé sous mes pieds. Le ciel s'est voilé devant mes yeux. Avec Papa, nous avons dû surmonter notre peine et cette douleur nous a rapprochés. Nous sommes devenus inséparables. Nos yeux ont parlé pour nous et ce lien d'amour est devenu indestructible. Je suis devenue maman à mon tour. Porter la vie est la plus belle chose qui pouvait m'arriver. Pour que les rayons du soleil viennent à nouveau réchauffer mon cœur meurtri de ton absence. Le temps a fait son œuvre et les larmes ont cessé petit à petit de couler. Les repas en famille avec Papa et ses petits-enfants. Il ne manquait que toi. Puis est venu pour Papa le temps de la reconstruction. Il a fini par nous présenter Edith. Cette femme qui était venue lui prendre son cœur. Celui qui t'appartenait mais que tu avais laissé vide depuis ta mort. Jamais elle ne prendrait ta place. Mais je voyais Papa sourire à nouveau et plus que tout au monde, son bonheur était primordial. Les joies de reconstruire une vie familiale. Des moments de partage et de joie devant nous. La complicité qui nous liait avec Papa allait être au paroxysme lors de ces futurs repas autour de cette famille reconstruite et unie. Personne ne voyait le ciel s'assombrir à nouveau. Personne n'entendait les mots assassins. Personne ne se posait de questions sur mon visage qui se fermait. Ces paroles cachées, des mots insidieux. Je voulais chasser cette noirceur de mon esprit mais elle revenait sans cesse. Le conte de fée dans lequel je m'étais imaginée me réfugier depuis ta mort s'avérait celui d'une descente aux enfers. L'étau se resserrait. Personne ne me croyait. Tout le monde me disait de ne pas y prêter attention. Et les mots fusaient de plus belle. Attaques, sourires de façade avant le déchainement et l'isolement. Je me sentais seule. C'était voulu. J'ai lutté jusqu'au bout. Jusqu'au dernier souffle. Imaginer pardonner ? Insoutenable pensée. J'ai tant de peine que l'histoire se soit terminée ainsi. Que les colombes volent dans le ciel pour y ramener la douceur qui nous a été enlevée. "" Chère maman, Lorsque tu nous as quittés, le monde s'est écroulé sous mes pieds. Le ciel s'est voilé devant mes yeux. Avec Papa, nous avons dû surmonter notre peine et cette douleur nous a rapprochés. Nous sommes devenus inséparables. Nos yeux ont parlé pour nous et ce lien d'amour est devenu indestructible. Je suis devenue maman à mon tour. Porter la vie est la plus belle chose qui pouvait m'arriver. Pour que les rayons du soleil viennent à nouveau réchauffer mon cœur meurtri de ton absence. Le temps a fait son œuvre et les larmes ont cessé petit à petit de couler. Les repas en famille avec Papa et ses petits-enfants. Il ne manquait que toi. Puis est venu pour Papa le temps de la reconstruction. Il a fini par nous présenter Edith. Cette femme qui était venue lui prendre son cœur. Celui qui t'appartenait mais que tu avais laissé vide depuis ta mort. Jamais elle ne prendrait ta place. Mais je voyais Papa sourire à nouveau et plus que tout au monde, son bonheur était primordial. Les joies de reconstruire une vie familiale. Des moments de partage et de joie devant nous. La complicité qui nous liait avec Papa allait être au paroxysme lors de...
    Lire la suite
    En lire moins
  • fifilosofia 26/12/2022
    Une fille à la limite de l’emprise paternelle me semble-t-il, vouant à son père une admiration et un amour inconditionnels, déjà quelque peu lacérée par la perte de sa mère et de son frère, et qui pour continuer à entretenir avec son père une relation très serrée, je dirais même privilégiée, doit affronter la nouvelle compagne de ce dernier, elle-même une perverse narcissique totalement barrée. Voilà l’énoncé du problème tel que je l’ai ressenti. On peut se dire que tous les autres personnages de ce récit (autobiographique semble-t-il) sont plus ou moins grisés, en arrière-plan, comme dans un fondu de cinéma, le mari, les enfants de la « fille », même la « fille » elle-même qui jamais ne s’érige vraiment contre cette prédatrice qui lui vole littéralement son père et a à son égard des gestes de violence graves. Cette « fille » jamais ne se rebelle, laisse mollement la situation s’éroder toute à la confiance démesurée qu’elle a placée dans son père, ce héros ! Malheureusement, le père n’a pas joué le jeu, comme cela arrive trop souvent dans la vraie vie, et peut-être en a-t-il payé le prix fort ! Je reste perplexe, mais je connais des histoires vraies et proches de moi qui ressemblent beaucoup à celle-ci …. Une fille à la limite de l’emprise paternelle me semble-t-il, vouant à son père une admiration et un amour inconditionnels, déjà quelque peu lacérée par la perte de sa mère et de son frère, et qui pour continuer à entretenir avec son père une relation très serrée, je dirais même privilégiée, doit affronter la nouvelle compagne de ce dernier, elle-même une perverse narcissique totalement barrée. Voilà l’énoncé du problème tel que je l’ai ressenti. On peut se dire que tous les autres personnages de ce récit (autobiographique semble-t-il) sont plus ou moins grisés, en arrière-plan, comme dans un fondu de cinéma, le mari, les enfants de la « fille », même la « fille » elle-même qui jamais ne s’érige vraiment contre cette prédatrice qui lui vole littéralement son père et a à son égard des gestes de violence graves. Cette « fille » jamais ne se rebelle, laisse mollement la situation s’éroder toute à la confiance démesurée qu’elle a placée dans son père, ce héros ! Malheureusement, le père n’a pas joué le jeu, comme cela arrive trop souvent dans la vraie vie, et peut-être en a-t-il payé le prix fort ! Je reste perplexe, mais...
    Lire la suite
    En lire moins
  • roselineser 18/11/2022
    Je n'attribue que 3 étoiles car j'ai un avis partagé. J'ai adoré le style et n'ai pas lâché le roman mais j'ai été gênée par l'indulgence de la fille envers ce père certes brillant, qui a souffert, mais qui a une relation toxique avec une "virago" qui abîme les relations familiales. La compassion de la fille me semble presque anormale tant il n'est pas juste que le père idolâtré révèle une telle faiblesse. Pour moins que ça certains parents ont été jugés plus sévèrement par leurs enfants ce qui n'empêche pas l'amour.
Inscrivez-vous à la newsletter Plon
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…