En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        ETRANGE SUICIDE DANS UNE FIAT ROUGE A FAIBLE KILOMETRAGE

        Sonatine
        EAN : 9782355841132
        Code sériel : 43
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 140 x 220 mm
        ETRANGE SUICIDE DANS UNE FIAT ROUGE A FAIBLE KILOMETRAGE

        Élodie LEPLAT (Traducteur)
        Date de parution : 13/09/2012

        Un mélange d’humour anglais et de roman d’intrigue ? Que demander de mieux !

        Ethelred Tressider écrit des romans policiers sous trois noms différents. Et, ces temps-ci, il a trois fois plus de problèmes que n’importe qui. Avec l’inspiration d’abord, qui commence à lui faire sérieusement défaut, avec son agent littéraire ensuite, l’encombrante Elsie, qui n’aime ni la littérature ni les écrivains, avec son...

        Ethelred Tressider écrit des romans policiers sous trois noms différents. Et, ces temps-ci, il a trois fois plus de problèmes que n’importe qui. Avec l’inspiration d’abord, qui commence à lui faire sérieusement défaut, avec son agent littéraire ensuite, l’encombrante Elsie, qui n’aime ni la littérature ni les écrivains, avec son ex-femme enfin, Géraldine, qui vient de disparaître mystérieusement. Lorsque le corps de celle-ci est retrouvé près de chez lui et que la police évoque la piste d’un tueur en série, l’infatigable Elsie pousse notre brave romancier à exploiter d’hypothétiques talents de détective pour résoudre cette étrange affaire qui, elle en est convaincue, saura lui rendre l’inspiration. Mais y a-t-il vraiment un tueur en série ? Et si oui, est-ce vraiment lui qui a tué Géraldine ?

        Maître de la manipulation, L.-C. Tyler entraîne le lecteur d’un rebondissement à l’autre, dans une construction diabolique, pleine de chausse-trappes et de trompe-l’œil, jusqu’à une conclusion complètement inattendue, tous les indices disséminés dans le livre apparaissant alors en pleine lumière. Sans jamais se départir de l’humour et du charme fou qui font toute la saveur des romans policiers anglais classiques, il joue avec tous les clichés du genre et nous offre ainsi un thriller au suspense implacable, terriblement jubilatoire.

        Après des études de géographie et une carrière au British Council qui l’a amené à vivre dans de nombreux pays étrangers, du Soudan à la Malaisie, L.-C. Tyler a dirigé une association caritative. Il se consacre aujourd’hui entièrement à l’écriture. Étrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage est son premier roman.

        « L.-C. Tyler joue avec toutes les conventions du roman d’intrigue. Au programme, des coups de théâtre, des traits d’esprit mémorables et beaucoup, beaucoup de plaisir. » The Guardian

        « Une intrigue et des personnages extraordinaires, un plaisir de lecture rare. » The Times

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355841132
        Code sériel : 43
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 140 x 220 mm
        Sonatine
        16.20 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Salsa38 Posté le 25 Mars 2018
          J'ai d'abord été attirée par le titre et la couverture (oui, je sais, on n'achète pas un livre pour sa couverture !). Et lorsque j'ai lu les critiques, j'ai eu très envie de découvrir ce roman dont on vantait l'humour "so british". Mais j'avoue que j'ai été un peu déçue. Ce n'est ni "désopilant" ni "rocambolesque", contrairement à ce que disent certaines critiques. Certes, je l'ai lu avec plaisir car la plume de Tyler est agréable (et la traduction excellente). J'ai même ri parfois sur certains passages très réussis. Mais j'ai aussi trouvé quelques longueurs ; heureusement qu'il ne fait que 230 pages ! A mon avis, si on veut lire quelque chose de "désopilant" ou "rocambolesque", mieux vaut lire l'excellent livre de Jonas Jonasson, "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" (par contre, on peut allègrement faire l'impasse sur son second bouquin, "L'analphabète qui savait compter"... une grosse déception pour moi !)
        • MarcDessart1976 Posté le 9 Novembre 2017
          Ethelred Tressider, écrivain de seconde zone, et Elsie Thirkettle, son agent littéraire, avec laquelle il entretient une relation d'amour-haine, mènent dans ce livre une enquête policière loufoque sur l'assassinat de Géraldine, l'ex-épouse d'Ethelred. Fausses pistes, rebondissements burlesques, humour pince-sans-rire très british font de ce petit bouquin un polar léger et décalé qui se laisse lire avec plaisir. Rien d'inoubliable au final, mais un très bon moment de détente. Ce qui est parfois largement suffisant !
        • Gudulle Posté le 30 Octobre 2017
          De l'intrigue, du suspense, un crime... Saupoudrez d'humour so british ! Mélangez et vous obtiendrez un roman palpitant qui vous mènera d'un bout à l'autre sans jamais dévoiler son issue. Efficace, drôle, surprenant, rondement mené, ce polar anglais est un vrai délice.
        • Saiwhisper Posté le 20 Août 2017
          Les romans avec un titre à rallonge, j’ai un peu appris à m’en méfier, car les derniers répondant à ces critères m’ont assez déçue… Toutefois, celui-ci me semblait sympathique et prometteur, car c’était ma mère qui me l’avait recommandé. De plus, certains blogueurs avaient apprécié cette lecture. Je me suis donc lancée en espérant un peu d’humour et de suspense le temps d’un week-end. Globalement, j’ai trouvé cet ouvrage plutôt pas mal : les personnages sont atypiques, l’intrigue ne met pas trop de temps à se mettre en place et les indices se succèdent assez facilement au début et au milieu du roman. Par ailleurs, l’auteur a un style particulier, vif, direct, sarcastique et humoristique qui me rappelle la plume de Philippe Saimbert. Le fait qu’Ethelred, l’un des personnages principaux, soit écrivain et qu’il enquête sans les autorités m’a fortement rappelé « La vérité sur l’affaire Harry Quebert » que j’avais bien aimé. Ainsi, le mélange était plutôt agréable. Dans « Étrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage », L. C. Tyler va longuement s’attarder sur le métier d’écrivain, sur les trois pseudonymes d’Ethelred, sa relation avec ses personnages, ses envies d’écrire, sa confusion entre son personnage récurrent... Les romans avec un titre à rallonge, j’ai un peu appris à m’en méfier, car les derniers répondant à ces critères m’ont assez déçue… Toutefois, celui-ci me semblait sympathique et prometteur, car c’était ma mère qui me l’avait recommandé. De plus, certains blogueurs avaient apprécié cette lecture. Je me suis donc lancée en espérant un peu d’humour et de suspense le temps d’un week-end. Globalement, j’ai trouvé cet ouvrage plutôt pas mal : les personnages sont atypiques, l’intrigue ne met pas trop de temps à se mettre en place et les indices se succèdent assez facilement au début et au milieu du roman. Par ailleurs, l’auteur a un style particulier, vif, direct, sarcastique et humoristique qui me rappelle la plume de Philippe Saimbert. Le fait qu’Ethelred, l’un des personnages principaux, soit écrivain et qu’il enquête sans les autorités m’a fortement rappelé « La vérité sur l’affaire Harry Quebert » que j’avais bien aimé. Ainsi, le mélange était plutôt agréable. Dans « Étrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage », L. C. Tyler va longuement s’attarder sur le métier d’écrivain, sur les trois pseudonymes d’Ethelred, sa relation avec ses personnages, ses envies d’écrire, sa confusion entre son personnage récurrent et lui-même ou tout simplement ses échanges avec son éditeur. On a d’ailleurs affaire à une sacrée critique de l’univers littéraire… Malgré cette mise en abime sur le monde de la littérature, les réflexions sont acerbes, haineuses et peu passionnées. On a l’impression que les auteurs ont les poings liés par les maisons d’édition : ils n’osent pas faire évoluer leurs personnages ou mettre des situations trop complexes et ne peuvent pas sortir des sentiers battus afin de ne pas perdre leur lectorat… J’ignore s’il en est ainsi avec certaines maisons d’édition, cependant cela sent le vécu ! En plus d’Ethelred, la narration va être perçue du point de vue d’Elsie, une amie de longue date. Cette dernière est du genre directe, vulgaire, virulente, curieuse, intelligente, lucide et gourmande. Elle a beau être alliée à Ethelred, elle ne se gêne pas pour le juger, lui rentrer dedans ou critiquer son passé. Par exemple, elle ne supporte par l’ex-femme de son compagnon qu’elle va souvent copieusement insulter… Ces deux personnages sont à la fois originaux et francs dans leurs propos. Personnellement, cela ne me dérange pas, toutefois ils n’ont rien fait que j’ai approuvé ou qui a suscité ma sympathie ainsi que mon empathie. À vrai dire, je ne me suis pas du tout attachée à ce duo. Certes, les deux protagonistes se complètent bien néanmoins, je ne les ai pas suivis en m’inquiétant pour eux ou en savourant les obstacles qui vont se dresser devant eux. Je suivais l’avancée de l’enquête, tout simplement… D’ailleurs, je m’attendais à une telle fin. Cela colle vraiment à l’ambiance dans laquelle le lecteur baignait. Le dénouement est donc assez original, bien qu’ouvert… Il reste une bonne part de mystère et c’est au lecteur de faire ses propres choix… Pour revenir sur le scénario, j’ai trouvé qu’il était bien tissé toutefois, je m’attendais à être davantage tenue en haleine. Même si la mise en place est rapide et l’enquête progressive, une bonne partie de l’ouvrage souffre de longueurs. Je n’ai pas accroché aux extraits de chapitres rédigés par Ethelred. Ils étaient nombreux et, à mes yeux, pas forcément utiles si ce n’est pour comprendre davantage l’un des deux narrateurs… J’avais besoin d’un peu plus de dynamisme, car on m’avait présenté cette histoire comme un thriller. Or, j’ai besoin d’être en immersion et d’être vraiment prise par le rythme lorsque je lis un roman de ce genre. Ici, je n’ai pas ressenti cela. C’est un polar avec une enquête intéressante, mais pas un thriller. Malgré tout, cette lecture est plutôt correcte et se lit vite. Je suis simplement difficile, car j’ai tendance à avoir de grandes attentes lorsqu’il s’agit d’une recommandation d’un proche… À réserver aux amateurs de polar aimant l’humour anglais et n’ayant pas peur des fins ouvertes.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Tuclasakoi Posté le 20 Février 2017
          Une enquête policière atypique. Mais on est loin de l’esprit des Monty Python! Le roman nous donne à découvrir un point de vue intéressant de la littérature policière anglaise.

        Ils en parlent

        L.-C. Tyler joue avec toutes les conventions du roman d’intrigue. Au programme, des coups de théâtre, des traits d’esprit mémorables et beaucoup, beaucoup de plaisir.
        The Guardian
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.