RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Eugenia

            Julliard
            EAN : 9782260030003
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 504
            Format : 1 x 225 mm
            Eugenia

            Date de parution : 01/03/2018

            À la fin des années trente, parce qu’elle est tombée sous le charme d’un romancier d’origine juive, Eugenia, une jeune et brillante étudiante roumaine, prend soudain conscience de la vague de haine antisémite qui se répand dans son pays. Peu à peu, la société entière semble frappée par cette gangrène...

            À la fin des années trente, parce qu’elle est tombée sous le charme d’un romancier d’origine juive, Eugenia, une jeune et brillante étudiante roumaine, prend soudain conscience de la vague de haine antisémite qui se répand dans son pays. Peu à peu, la société entière semble frappée par cette gangrène morale, y compris certains membres de sa propre famille. Comment résister, lutter, témoigner, quand tout le monde autour de soi semble hypnotisé par la tentation de la barbarie ?
            Avec pour toile de fond l’ascension du fascisme européen, ce roman foisonnant revient sur un épisode méconnu de la Seconde Guerre mondiale, l’effroyable pogrom de Jassy. Portrait d’une femme libre, animée par le besoin insatiable de comprendre l’origine du mal, ce livre est aussi une mise en garde contre le retour des heures les plus sombres de l’Histoire.

            Prix Anaïs-Nin 2019

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782260030003
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 504
            Format : 1 x 225 mm
            Julliard

            Ils en parlent

            « Dans la tête des hommes et dans l’histoire des nations, Lionel Duroy cherche les clefs de la haine de l’autre et sonde l’impensable. Les familiers de l’auteur retrouveront sa sensibilité, ses motifs – la famille, l’amour, le désir, le mal, la mémoire, l’écriture – et une liberté de questionnement qui s’attaque à  l’immense sujet, cette banalité du mal, ce cœur maléfique, "the vicious heart" dont parlait l’américain Meyer Levin. » 
            Alice Ferney / Le Figaro Littéraire

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • orlane_dreau Posté le 6 Octobre 2019
              Comme le titre l’indique le personnage central de ce roman est Eugenia, une jeune Roumaine que l’on va suivre pendant la seconde guerre mondiale. Lors d’un de ses cours de français, son enseignante convie, Mihai Sebastien, un auteur juif, à présenter son dernier roman. Il n’est pas bon d’être juif en cette période. La conférence dégénère et Mihai est violemment agressé par des étudiants antisémites. Choquée par la violence des actes auxquels elle assiste, Eugenia prend sa défense et souhaite combattre cette haine. Un combat qu’elle aura bien du mal à mener y compris au sein de sa propre famille. Les années passent, Eugenia devient journaliste à Bucarest où elle retrouve Mihai. La guerre est sur le point d’éclater et Eugenia ne compte pas rester simple spectatrice. Je dois avouer que j’ai davantage eu l’impression d’avoir un récit historique entre les mains qu’un roman. Ce livre est très factuel et détaille une période bien sombre de l’histoire roumaine que je ne connaissais pas. J’ai dû me faire violence pour aller jusqu’au bout de ma lecture. A la fois parce que les horreurs abordées sont insoutenables et qu’elles n’ont pas été compensées par une histoire d’amour prenante. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, notamment à... Comme le titre l’indique le personnage central de ce roman est Eugenia, une jeune Roumaine que l’on va suivre pendant la seconde guerre mondiale. Lors d’un de ses cours de français, son enseignante convie, Mihai Sebastien, un auteur juif, à présenter son dernier roman. Il n’est pas bon d’être juif en cette période. La conférence dégénère et Mihai est violemment agressé par des étudiants antisémites. Choquée par la violence des actes auxquels elle assiste, Eugenia prend sa défense et souhaite combattre cette haine. Un combat qu’elle aura bien du mal à mener y compris au sein de sa propre famille. Les années passent, Eugenia devient journaliste à Bucarest où elle retrouve Mihai. La guerre est sur le point d’éclater et Eugenia ne compte pas rester simple spectatrice. Je dois avouer que j’ai davantage eu l’impression d’avoir un récit historique entre les mains qu’un roman. Ce livre est très factuel et détaille une période bien sombre de l’histoire roumaine que je ne connaissais pas. J’ai dû me faire violence pour aller jusqu’au bout de ma lecture. A la fois parce que les horreurs abordées sont insoutenables et qu’elles n’ont pas été compensées par une histoire d’amour prenante. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, notamment à celui de Mihai. En résumé une lecture qui fait du bien pour ne pas oublier les horreurs que le monde a vécu mais qui n’est pas suffisamment romancée à mon goût.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Beatrice258 Posté le 21 Septembre 2019
              Remarquable récit inspiré du journal intime de Mihail Sébastian, qui rétablit la vérité sur les persécutions des juifs roumains fin 1930. Inutile d'en rajouter encore des lignes et des lignes. Tout a été dit et bien commenté dans les critiques que je rejoins entièrement. Ne rien oublier de cette période sombre et rester très vigilant avec l'actualité de nos jours sur la montée de certains partis…
            • mireille.lefustec Posté le 5 Septembre 2019
              Tout a été dit dans les chroniques précédentes, je n'en ajoute pas une supplémentaire. En revanche, je veux dire à quel point ce livre m'a bouleversée. Je ne connaissais pas cette page d'Histoire de la Roumanie. J'ai lu jusqu'à l’écœurement ce dont l'être humain est capable. "Ce furent les journées les plus bestiales de l'histoire de l'humanité" Constantin Balmus Un regret : que ce roman n'ait pas été écrit par une Roumaine.
            • tuica Posté le 1 Septembre 2019
              Grâce à Eugenia, j’ai redescendu l’avenue Victorei, déambulé dans le parc Cismigiu, visité mogosoaia, pris un café chez capsa, retrouvé l’ambiance tant aimée de Bucarest et de la Roumanie ... quel plaisir égoïste. Cependant la période décrite est oppressante et terrible avec la Montée de l’antisémitisme au sein même des familles , des « amis », du pays. J’ai beaucoup aimé, et l’écriture de Duroy comme toujours et l’histoire du roman avec un petit et un grand H.
            • Tim79 Posté le 19 Juin 2019
              C'est un roman singulier que nous livre Lionel Duroy, parce qu'il diffère de la plupart de ceux qu'il a écrits depuis Le chagrin, Priez pour nous, Vertiges, où sous les traits de son double en littérature il se raconte, s'interrogeant sans cesse sur l'amour, ce qui le fait exister ou se déliter, les relations familiales... Roman singulier parce qu'il prend place en Roumanie entre 1935 et 1945 et s'ancre dans l'Histoire. Et cependant, les thèmes chers à Duroy n'en sont pas absents. Il est question de l'amour que porte Eugenia, brillante étudiante roumaine, au romancier et dramaturge juif Mihai Sebastian, mais que lui ne sait pas témoigner. Il est question des relations d'Eugenia avec sa famille, alors que son frère aîné a rejoint les Légionnaires de la Garde de Fer, alors que la conscience politique de ses parents n'a pas subi l'heureuse influence d'une enseignante, comme c'est le cas pour Eugenia. Eugenia devenue journaliste s'oppose à ses parents qui ne s'indignent pas des positions antisémites de son frère et de celles que prend peu à peu le régime, menaçant celui qu'elle aime et qui ne veut quitter la Roumanie parce que cette guerre et les menaces qui pèsent sur lui sont aussi... C'est un roman singulier que nous livre Lionel Duroy, parce qu'il diffère de la plupart de ceux qu'il a écrits depuis Le chagrin, Priez pour nous, Vertiges, où sous les traits de son double en littérature il se raconte, s'interrogeant sans cesse sur l'amour, ce qui le fait exister ou se déliter, les relations familiales... Roman singulier parce qu'il prend place en Roumanie entre 1935 et 1945 et s'ancre dans l'Histoire. Et cependant, les thèmes chers à Duroy n'en sont pas absents. Il est question de l'amour que porte Eugenia, brillante étudiante roumaine, au romancier et dramaturge juif Mihai Sebastian, mais que lui ne sait pas témoigner. Il est question des relations d'Eugenia avec sa famille, alors que son frère aîné a rejoint les Légionnaires de la Garde de Fer, alors que la conscience politique de ses parents n'a pas subi l'heureuse influence d'une enseignante, comme c'est le cas pour Eugenia. Eugenia devenue journaliste s'oppose à ses parents qui ne s'indignent pas des positions antisémites de son frère et de celles que prend peu à peu le régime, menaçant celui qu'elle aime et qui ne veut quitter la Roumanie parce que cette guerre et les menaces qui pèsent sur lui sont aussi une raison de vivre (plus forte que la présence d'Eugenia ?). Ses parents ne sont pas des barbares, pas eux, ils sont la voix silencieuse du discours dominant en Roumanie, d'inspiration nazie. L'Allemagne nazie prend ses aises en Roumanie après la rupture du pacte germano-soviétique et chacun alors s'accommode tant bien que mal de cette collaboration : sympathisants antisémites par habitude ou par lâcheté, résistants actifs, collaborateurs passifs, coupables pendant le pogrom de Jassy. Eugenia croise, avec Sebastian qui les considère toujours comme ses amis, des écrivains tels Nae Ionescu, Camil Petrescu, Mircea Eliade, Emil Cioran, dont l'antisémitisme, plus éclairé que celui de leurs compatriotes - ce sont des intellectuels, et ils connaissent la confession de Sebastian - est plus effroyable et condamnable (je ne lirai pas Cioran). Eugenia croise encore Curzio Malaparte, dans une fonction de journaliste-écrivain un peu trouble, dont on ne sait vraiment quelle cause il sert, sinon la sienne peut-être. C'est aussi une partie de l'histoire de la Roumanie que nous donne à découvrir Duroy, prise dans l'étau entre nazis et soviétiques, gouvernée par le "Pétain roumain", Antonescu. Et ce parallèle n'est pas le dernier intérêt du livre...
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
            Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.