Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266266628
Code sériel : 436
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 120 x 180 mm

Fables

Jean-Marc DANIEL (Préface), Benoît HEILBRUNN (Direction de collection)
Collection : Agora
Date de parution : 29/08/2019
« Chacun son métier, / Les vaches seront bien gardées. » Qui ne connaît ce célèbre adage rentré dans la mémoire collective ?
Nous le devons en réalité à Jean-Pierre de Claris de Florian, fabuliste de talent qui vécut dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, ce siècle béni que domina...
« Chacun son métier, / Les vaches seront bien gardées. » Qui ne connaît ce célèbre adage rentré dans la mémoire collective ?
Nous le devons en réalité à Jean-Pierre de Claris de Florian, fabuliste de talent qui vécut dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, ce siècle béni que domina la France par le brio de sa production intellectuelle. Florian dont l’œuvre est aujourd’hui éclipsée par l’autorité de La Fontaine a connu de son temps une véritable notoriété.
Cette édition, préfacée par Jean-Marc Daniel, est une occasion unique de redécouvrir un fabuliste majeur trop largement méconnu.


Préface de Jean-Marc Daniel

12/21
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266266628
Code sériel : 436
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 120 x 180 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • frandj Posté le 29 Avril 2019
    Florian (1755-1794) n'a jamais bénéficié d'une renommée comparable à celle de Jean de la Fontaine, mais c'est un fabuliste estimable. Ses cent poésies, largement inspirées du fonds commun des fables, sont bien enlevées et agréables à lire. Certaines des "morales" proposées sont maintenant passées dans la langue française courante. Sait-on, par exemple, que « Rira bien qui rira le dernier » est une expression tirée d'une des fables de Florian ? Moi, je l'ignorais. Ce petit recueil est une jolie découverte pour moi.
  • HORUSFONCK Posté le 9 Mars 2018
    Le nom de Florian m'était juste connu, mais pas ces beaux vers. Jean-Pierre Claris de Florian est infiniment moins célèbre pour ses fables que Jean de La Fontaine... Et c'est bien dommage. L'homme était sage, qui vécut en cette fin du dix-huitième siècle. Il est le continuateur et l'héritier de ces fabulistes, héritiers d'une tradition multi-séculaire remontant des conteurs de l' Asie et même peut-être de l' Inde. Beaucoup de pépites, dans ces cent textes souvent éclairés, que j'ai lu dans l'édition numérique du domaine public. Florian, comme La Fontaine ont donné aux animaux ce qui leur manquait: La parole, pour mieux la faire entendre à l'homme. Un recueil délicieux, comme une bonne adresse où l'on vient retourner des pages pour en reprendre quelques mots.
  • cicou45 Posté le 9 Octobre 2015
    Attirée par la couverture, quelque peu alléchante et par le titre, je me suis laissée tenter par cet ouvrage qui était délicatement déposé bien en vue sur un des rayonnages de la médiathèque et j'ai été conquise ! D'une part, je n'avais jamais entendu parler de cet auteur jusqu'à présent (donc cela ne pouvait qu'accroître un tout petit peu ma culture littéraire) et d'autre part, j'avais envie de lire quelque chose de léger et d'agréable (entendez par léger, quelque chose dont l'écriture glisse, qui se lise rapidement mais nous fasse cependant réfléchir et pour le coup, ces trois qualités se retrouvent réunies ici). Dans son essai qui est placé en guise d'introduction "Le la fable", Jean-Pierre Calaris de Florian explique bien au lecteur qu'il est parfaitement conscient qu'avec ses fables, il, n'égalera probablement jamais celles de Jean de la Fontaine mais il s'y risque néanmoins et à juste titre, puisque si certaines de ses fables ressemblent étrangement à celles du dit auteur, elles sont néanmoins totalement différentes. Jean-Pierre Calaris de Florian imite, s'inspire, sans jamais le cacher, d'autres fables écrites par des auteurs étrangers sans pour autant, ô grand jamais, plagier ! Disons simplement qu'il redonne une autre vie, autre... Attirée par la couverture, quelque peu alléchante et par le titre, je me suis laissée tenter par cet ouvrage qui était délicatement déposé bien en vue sur un des rayonnages de la médiathèque et j'ai été conquise ! D'une part, je n'avais jamais entendu parler de cet auteur jusqu'à présent (donc cela ne pouvait qu'accroître un tout petit peu ma culture littéraire) et d'autre part, j'avais envie de lire quelque chose de léger et d'agréable (entendez par léger, quelque chose dont l'écriture glisse, qui se lise rapidement mais nous fasse cependant réfléchir et pour le coup, ces trois qualités se retrouvent réunies ici). Dans son essai qui est placé en guise d'introduction "Le la fable", Jean-Pierre Calaris de Florian explique bien au lecteur qu'il est parfaitement conscient qu'avec ses fables, il, n'égalera probablement jamais celles de Jean de la Fontaine mais il s'y risque néanmoins et à juste titre, puisque si certaines de ses fables ressemblent étrangement à celles du dit auteur, elles sont néanmoins totalement différentes. Jean-Pierre Calaris de Florian imite, s'inspire, sans jamais le cacher, d'autres fables écrites par des auteurs étrangers sans pour autant, ô grand jamais, plagier ! Disons simplement qu'il redonne une autre vie, autre façon de penser, autre façon d'interpréter puisque publiées dans un contexte historique différents, ces fameuses fables qui nous donnent de fameuses leçons de vie ! Un ouvrage, comme je l'ai dit, agréable à lire mais si, je n'ai pas attribué la note maximale à cet ouvrage, c'est que parmi ces 120 fables, j'ai bien peur de ne pas les avoir toutes comprises à leur juste mesure et certaines sont d'ailleurs déjà plus ou moins oubliées. Un ouvrage qui mériterait donc, tout comme les fables de La fontaine, d'être non seulement mais aussi relu et encore relu, pourquoi pas d'être apprises par coeur comme l'on faisait si bien avec son prédécesseur et incontournable maître dans l'art de la fable ! A découvrir et à faire découvrir !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.