Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258193901
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 376
Format : 140 x 225 mm

Faiseurs d'histoires

Claire-Marie CLEVY (Traducteur)
Date de parution : 17/09/2020
Rentrée littéraire 2020

« Je sais bien pourquoi je suis là – je suis venue parce que le monde est en train de tourner le dos aux réfugiés, parce que l’Amérique n’est plus l’Amérique, et que l’Europe suit le même chemin. »
Dina Nayeri a une enfance heureuse à Ispahan, malgré la rigueur de la société iranienne. Jusqu’au jour où sa mère, convertie au christianisme, est menacée de mort et fuit le pays avec ses enfants. Pendant deux ans, la famille vit dans la clandestinité avant d’obtenir l’asile aux États-Unis. Dina entreprend alors... Dina Nayeri a une enfance heureuse à Ispahan, malgré la rigueur de la société iranienne. Jusqu’au jour où sa mère, convertie au christianisme, est menacée de mort et fuit le pays avec ses enfants. Pendant deux ans, la famille vit dans la clandestinité avant d’obtenir l’asile aux États-Unis. Dina entreprend alors une métamorphose douloureuse qui la conduit à Princeton, puis à une brillante carrière et un beau mariage. Mais cette existence finit par lui sembler vide de sens. En 2016, pour mieux comprendre son passé et la crise humanitaire qui se joue aux portes de l’Europe, elle part à la rencontre d'autres réfugiés.
Au fil des pages, sa voix se mêle à celle des déracinés dont elle a croisé la route. Il y a Valid et Taraa, partis d’Afghanistan pour échapper aux Talibans, Kaweh, un jeune militant kurde devenu avocat ou encore Kambiz, qui s’immolera par le feu...
D'une plume aussi émouvante qu'affûtée, Dina Nayeri aborde les thèmes essentiels à la compréhension des réfugiés et de leur expérience. Comment un individu traumatisé doit-il mettre son histoire en scène pour qu'on le juge crédible ? Qui "mérite" d'être sauvé ? Une lettre d'amour à la culture iranienne, une ode à la résilience et un plaidoyer pour l'entraide et l'accueil, dans un monde qui semble se refermer sur lui-même.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258193901
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 376
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« Des histoires de familles, des histoires de convertis, des histoires d'Iraniens, dont la culture, pleine de légendes immémoriales, se heurte à celle des Européens bien plus pragmatiques, et surtout méconnaissant la réalité d'un régime politique très particulier.
Ce texte est peut-être un chemin de thérapie pour l'auteur, il sera probablement l'occasion d'une prise conscience pour le lecteur. C'est en tout cas un récit nécessaire et douloureux, mais plein d'espérance. N'hésitez pas ! »
Bernadette de Labarthe / Librairie La Procure de Rouen

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Pixie-Flore Posté le 13 Octobre 2021
    Dans "Faiseurs d'histoires", Dina Nayeri nous raconte ce qui pousse une personne à quitter son pays, à espérer trouver mieux ailleurs, à sauver sa vie. Elle nous raconte le départ et l'arrivée, l'attente insupportable, l'image que les pays occidentaux renvoient de loin et la réalité de ce qui s'y trouve. Son texte est essentiel pour bien comprendre ce qui se joue. Pour se mettre à la place de ceux qui fuient ou qui quittent volontairement un pays. Elle démonte les argumentations simplistes, les idées toutes faites. Facile de juger, bien à l'abri dans un pays en paix, dans une maison à soi. Et pourtant, combien de personnes sont "issues de l'immigration" dans le monde ? Combien de familles sont vraiment ancrées dans un pays depuis un temps immémorial ? Peu, vraisemblablement. Les mots de Dina Nayeri sont forts. Les témoignages bouleversants. Je n'ai qu'une chose à reprocher à ce livre, une chose qui m'a rendu sa lecture un peu ardue : Dina Nayeri a une fâcheuse manie d'entrecouper ses témoignages par un bout de son histoire ou par un autre témoignage. Elle nous raconte - et se raconte - de façon hachée, un bout d'une histoire par-ci, l'autre bout-par là. C'est... Dans "Faiseurs d'histoires", Dina Nayeri nous raconte ce qui pousse une personne à quitter son pays, à espérer trouver mieux ailleurs, à sauver sa vie. Elle nous raconte le départ et l'arrivée, l'attente insupportable, l'image que les pays occidentaux renvoient de loin et la réalité de ce qui s'y trouve. Son texte est essentiel pour bien comprendre ce qui se joue. Pour se mettre à la place de ceux qui fuient ou qui quittent volontairement un pays. Elle démonte les argumentations simplistes, les idées toutes faites. Facile de juger, bien à l'abri dans un pays en paix, dans une maison à soi. Et pourtant, combien de personnes sont "issues de l'immigration" dans le monde ? Combien de familles sont vraiment ancrées dans un pays depuis un temps immémorial ? Peu, vraisemblablement. Les mots de Dina Nayeri sont forts. Les témoignages bouleversants. Je n'ai qu'une chose à reprocher à ce livre, une chose qui m'a rendu sa lecture un peu ardue : Dina Nayeri a une fâcheuse manie d'entrecouper ses témoignages par un bout de son histoire ou par un autre témoignage. Elle nous raconte - et se raconte - de façon hachée, un bout d'une histoire par-ci, l'autre bout-par là. C'est une construction qui m'a gênée. Néanmoins, son livre est nécessaire car il plaide pour un peu plus d'humanité et d'entraide dans nos sociétés. Merci à Babelio et aux éditions 10-18 pour cette lecture enrichissante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • OSOLEMIO Posté le 22 Septembre 2021
    C'est un récit autobiographique assorti de témoignages : des histoires de réfugiés qu'elle a rencontré après son arrivée, son assimilation, sa réussite aux US. Dina Nayeri est né à Ispahan en 1979, son père est dentiste , il est musulman et, sa maman médecin : elle mène une vie confortable avec son frère Khosrou et ses grands mères Moti et Masi. Mais au retour d'un séjour à Londres pour voir Moti qui a déja fui l'Iran, sa mère se convertit à la religion chrétienne. Elle va être menacée par le régime islamiste et décidera de fuir avec ses 2 enfants. Ils vont vivre clandestinement à Dubaï, Khosrou va se prénommer Daniel, ils vont ensuite intégrer un centre d'accueil de migrants à l'hôtel Barba en Italie et, c''est là qu'ils commencent leur vie de réfugiés en attendant d'obtenir l'asile aux USA. Dina a 10 ans et elle commence une autre vie dans l'Oklahoma ! Elle veut s'intégrer par tous les moyens : physiques, sportifs : elle s'inscrit au taekwondo, apprend l'anglais, et travaille bien en classe car elle sent qu'elle a besoin de faire la preuve qu'elle peut arriver même en étant étrangère, sans ressources, sans repères. Elle va se faire refaire le nez, s'américaniser... C'est un récit autobiographique assorti de témoignages : des histoires de réfugiés qu'elle a rencontré après son arrivée, son assimilation, sa réussite aux US. Dina Nayeri est né à Ispahan en 1979, son père est dentiste , il est musulman et, sa maman médecin : elle mène une vie confortable avec son frère Khosrou et ses grands mères Moti et Masi. Mais au retour d'un séjour à Londres pour voir Moti qui a déja fui l'Iran, sa mère se convertit à la religion chrétienne. Elle va être menacée par le régime islamiste et décidera de fuir avec ses 2 enfants. Ils vont vivre clandestinement à Dubaï, Khosrou va se prénommer Daniel, ils vont ensuite intégrer un centre d'accueil de migrants à l'hôtel Barba en Italie et, c''est là qu'ils commencent leur vie de réfugiés en attendant d'obtenir l'asile aux USA. Dina a 10 ans et elle commence une autre vie dans l'Oklahoma ! Elle veut s'intégrer par tous les moyens : physiques, sportifs : elle s'inscrit au taekwondo, apprend l'anglais, et travaille bien en classe car elle sent qu'elle a besoin de faire la preuve qu'elle peut arriver même en étant étrangère, sans ressources, sans repères. Elle va se faire refaire le nez, s'américaniser et ensuite réussir à intégrer Princeton ! Elle va se marier avec Philip, puis s'en séparer et refaire sa vie à Londres avec Sam avec qui elle aura une petite fille. Mais, elle ressent toujours le vide de sa vie et décide de devenir écrivain et d'aller à la rencontre des réfugiés en Grèce, en Angleterre, au Pays Bas. Elle va écouter les histoires de ceux qui comme elle, ont du fuir leur pays pour des raisons de religion, d'homosexualité, d'opposition au régime islamiste, ces réfugiés qui vivent leur exil dans la difficulté car les fonctionnaires qui accordent l'asile veulent savoir s' ils ont des raisons sérieuses d'être accueillis, s'ils sont sincères ! Elle va les aider à mener cette " vie de caméléon" aidée par des organismes spécialisés et par des bénévoles comme Ahmed Pouri, qui leur apprend comment fonctionne le système, les aide à tout moment de leur parcours pour la demande d'asile. Elle a été émue par Kambiz qui n'ayant pas été écouté et cru va s'immoler par le feu à 36 ans, par Kameh : militant Kurde qui réussit à devenir avocat des réfugiés et bien d'autres..Valid, Taara, Minoo... Ce récit est divisé en 4 parties : la fuite, les camps, l'asile, l'assimilation, mais le 5° chapitre qu'elle nomme : le rapatriement culturel sera l'occasion pour Dina Nayeri de revenir sur son parcours , ses origines et les motivations de son intérêt pour les réfugiés. Elle est européenne, a tout réussi sur le plan professionnel, sentimental mais elle, qui avait des tics, une perpétuelle démangeaison, des principes rigoureux , elle ne peut pas oublier l'Iran qui est ancré dans son coeur pour toujours ! Quand elle va à la rencontre des réfugiés, de ceux qui ont eu les mêmes difficultés qu'elle, voire pire car elle, venait d'un milieu privilégié : elle se sent toujours impuissante à les aider et, son écriture devient un moyen de retourner à son pays, de se rapatrier..." les recherches sont l'histoire " ! Ces histoires sont touchantes, d'autant que le sort des réfugiés est loin d'être réglé et, le combat de Dina n'est pas terminé ! Le récit présente des longueurs, des répétitions mais surtout, venant d'une écrivaine aussi diplômée une narration désordonnée ! Elle a voulu certainement concentrer trop d'histoires, de détails dans ces 453 pages mais, trop d'infos tuent l'info ! Merci à babelio et aux éditions 10-18 pour ce livre de la Masse Critique de septembre 2021.
    Lire la suite
    En lire moins
  • charlene_bzh Posté le 21 Septembre 2021
    Faiseurs d'histoires est un récit de vie, celle de Dina Nayeri. C'est une enfant lorsqu'elle doit fuir l'Iran. Après un long périple, elle arrive avec sa famille aux États-Unis où ils obtiennent l'asile. Mais c'est aussi le récit de vie de tous les autres, les sans-papiers, les déracinés. Alternance de chapitres autobiographiques et de chapitres écris comme des témoignages. Il ne s'agit pas d'un roman à proprement parler, mais plus d'un document témoignant de la vie de ses réfugiés d'Iran et du Moyen-Orient, leur exile, leur fuite, les camps d'accueil, leur ressenti, leur vécu et les différentes étapes de leur parcours. Ce récit amène à réfléchir sur le vécu de ses personnes, leurs besoins, leurs souffrances et ce que nous, occidentaux, leur proposons. Le gouffre qui existe entre ce que l'on croit bien faire et le ressenti de chacun Pourquoi certains réfugiés s'en sortent mieux que d'autres ? Leur histoire est la même : fuir son pays sous la menace de mort. Certaines histoires paraissent plus crédibles que d'autres. La subjectivité des responsables entre en jeux. C'est sordide, chacun n'aura pas la même "chance" d'obtenir l'asile. J'ai eu quelques difficultés à entrer dans l'histoire. Je ne sais pas si c'est l'écriture... Faiseurs d'histoires est un récit de vie, celle de Dina Nayeri. C'est une enfant lorsqu'elle doit fuir l'Iran. Après un long périple, elle arrive avec sa famille aux États-Unis où ils obtiennent l'asile. Mais c'est aussi le récit de vie de tous les autres, les sans-papiers, les déracinés. Alternance de chapitres autobiographiques et de chapitres écris comme des témoignages. Il ne s'agit pas d'un roman à proprement parler, mais plus d'un document témoignant de la vie de ses réfugiés d'Iran et du Moyen-Orient, leur exile, leur fuite, les camps d'accueil, leur ressenti, leur vécu et les différentes étapes de leur parcours. Ce récit amène à réfléchir sur le vécu de ses personnes, leurs besoins, leurs souffrances et ce que nous, occidentaux, leur proposons. Le gouffre qui existe entre ce que l'on croit bien faire et le ressenti de chacun Pourquoi certains réfugiés s'en sortent mieux que d'autres ? Leur histoire est la même : fuir son pays sous la menace de mort. Certaines histoires paraissent plus crédibles que d'autres. La subjectivité des responsables entre en jeux. C'est sordide, chacun n'aura pas la même "chance" d'obtenir l'asile. J'ai eu quelques difficultés à entrer dans l'histoire. Je ne sais pas si c'est l'écriture ou la façon d'amener les témoignages, mais j'ai trouvé ma lecture laborieuse. Je suis restée extérieur au récit. J'ai aimé découvrir et apprendre sur la vie des réfugiés, des sans-papiers, mais la froideur de l'écriture m'a laissé de marbre émotionnellement bien souvent. Et puis passées les 100 premières pages, je me suis laissée emporter. À noter beaucoup de répétitions et une construction de récit pas toujours simple à suivre. Une lecture très riche et complexe qui amène à réfléchir sur notre place et celle des autres dans notre société, sur notre histoire et notre construction. Mensonges ou réalité, que faire pour être cru et accepté ? J'avais très envie de découvrir ce livre et je remercie @babelio_ et @editions1018 pour l'envoi et pour cette découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Medelia Posté le 20 Avril 2021
    Dans ce livre bouleversant d’humanité, Dina Nayeri entremêle son histoire d’exil aux récits d’autres exilés. L’autrice nous livre des témoignages déchirants tout en menant une réflexion approfondie sur le statut des réfugiés et sur la manière dont la société occidentale les perçoit. Un livre savamment construit qui porte les voix de personnes trop souvent ignorées. Si vous avez aimé Faiseurs d'histoires de Dina Nayeri, je ne peux que vous conseiller de lire le fabuleux roman de Marc Alexandre Oho Bambe à savoir Les Lumières d'Oujda.
  • ClemChocho Posté le 15 Mars 2021
    Avec « Faiseurs d’histoires », Dina Nayeri donne une place aux réfugiés. On écoute des récits. La fuite. L'attente. L'étiquette. Se perdre. A mon sens, l’auteur s’est égarée en ressassant un manifeste mythique et manichéen, virant parfois à la diatribe contre les individus ordinaires méprisants et les bureaucrates incompétents, dans un ouvrage qui raconte avant tout des histoires, dont la sienne. Car qu'importent ses embellissements, ses omissions, ses incohérences, son embrasement émotionnel, le récit de vie est puissant. Malgré des maladresses, mission accomplie pour « Faiseurs d’histoires » dont les nombreux sens du titre en français sonnaient d’emblée comme une belle invitation à naviguer et à réfléchir. A lire et méditer
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Prix littéraire
    Lisez

    Goncourt, Femina, Médicis : nos auteurs dans la course aux prix littéraires

    Les premières listes des grands prix littéraires de l’automne sont désormais connues. De Camille Pascal en lice pour le Goncourt à Elizabeth Wetmore nommée pour le Grand prix de littérature américaine, petit tour d’horizon de nos auteurs sélectionnés.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Rentrée littéraire 2020 : les romans étrangers se dévoilent

    Elle arrive, elle est là, la rentrée littéraire 2020. Cette année, elle est marquée par un nombre important de romans qui interrogent le monde et notre société. Des histoires intenses, fascinantes, qui osent dévier et surprendre. Découvrez les romans qui composent la rentrée littéraire de nos éditeurs, côté domaine étranger.

    Bonne lecture !

    Lire l'article