Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262074968
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 500
Format : 154 x 240 mm

Figures du catharisme

Date de parution : 05/04/2018
Une vision renouvelée du catharisme à travers ceux, des plus humbles aux plus considérables, qui l'ont vécu de près.
 
Jouant sur la plasticité du mot « figure » (de proue, de danse, de style, etc.), le présent ouvrage offre 17 chapitres qui sont autant de clés pour pénétrer dans le vaste domaine que le biographe de Simon de Montfort ou de saint Dominique explore depuis de nombreuses années.
Du testament d’un hobereau « hérétique »...
Jouant sur la plasticité du mot « figure » (de proue, de danse, de style, etc.), le présent ouvrage offre 17 chapitres qui sont autant de clés pour pénétrer dans le vaste domaine que le biographe de Simon de Montfort ou de saint Dominique explore depuis de nombreuses années.
Du testament d’un hobereau « hérétique » aux pérégrinations de deux sœurs traquées par l’Inquisition, de l’attaque d’une abbaye pour libérer le parfait cathare qui y est détenu, aux raisons qui ont conduit le très catholique roi d’Aragon à combattre aux côtés des protecteurs de l’hérésie, des mythes bibliques dont s’est nourri le catharisme à l’exil en Lombardie des Languedociens qui fuyaient la persécution, sans oublier le vaste clan nobiliaire qui régna quarante ans sur Montségur, autant de regards jetés sur le drame occitan du xiiie siècle.
Mais aussi, et surtout, autant d’occasions de s’immerger dans le vécu quotidien de ceux qui, de l’humble bouvier au grand seigneur, en furent témoins, acteurs ou victimes.
 
Spécialiste incontesté du catharisme, auquel il a consacré toute son œuvre, Michel Roquebert a publié de nombreux ouvrages chez Perrin, notamment L’Epopée cathare en cinq volumes, qui a fait, et fait encore, date.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262074968
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 500
Format : 154 x 240 mm

Ils en parlent

Dans cet essai très pointu mais écrit avec simplicité, le spécialiste incontesté du catharisme tord le cou à quelques idées sur le phénomène cathare. 
Paul François Paoli / Le Figaro Littéraire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Henri-l-oiseleur Posté le 2 Novembre 2018
    Un livre épais, sobre et documenté sur la première moitié du XIII°s dans ce qui n'était pas encore "le Midi de la France", mais les comtés de Toulouse, Carcassonne et Foix. L'auteur résume et synthétise dans sa première partie ce que l'on sait du catharisme au plan théologique, et de façon plus originale, les réactions à la contestation cathare dans l'art chrétien et la littérature arthurienne du temps : il voit dans l'insistance sur l'humanité charnelle du Christ, chez les peintres et les écrivains, une réfutation en images des idées cathares héritées des hérésies antiques. C'est un tour de force de concentrer en peu de pages tant de problématiques complexes, et de le faire clairement. Mais la plus grande partie du volume est consacrée à l'ancrage du catharisme dans la société occitane du XIII°, dans ses aspects humains, sociaux, juridiques et militaires. Roquebert dégage des archives de l'Inquisition une série de figures des deux sexes (l'église et la foi cathares reposant en grande partie sur les femmes) et venues de toutes les classes sociales, du paysan au chevalier. L'attention au détail, la recréation de destinées singulières, font revivre ce XIII°s et garantissent l'ouvrage de toutes les dérives délirantes que le sujet... Un livre épais, sobre et documenté sur la première moitié du XIII°s dans ce qui n'était pas encore "le Midi de la France", mais les comtés de Toulouse, Carcassonne et Foix. L'auteur résume et synthétise dans sa première partie ce que l'on sait du catharisme au plan théologique, et de façon plus originale, les réactions à la contestation cathare dans l'art chrétien et la littérature arthurienne du temps : il voit dans l'insistance sur l'humanité charnelle du Christ, chez les peintres et les écrivains, une réfutation en images des idées cathares héritées des hérésies antiques. C'est un tour de force de concentrer en peu de pages tant de problématiques complexes, et de le faire clairement. Mais la plus grande partie du volume est consacrée à l'ancrage du catharisme dans la société occitane du XIII°, dans ses aspects humains, sociaux, juridiques et militaires. Roquebert dégage des archives de l'Inquisition une série de figures des deux sexes (l'église et la foi cathares reposant en grande partie sur les femmes) et venues de toutes les classes sociales, du paysan au chevalier. L'attention au détail, la recréation de destinées singulières, font revivre ce XIII°s et garantissent l'ouvrage de toutes les dérives délirantes que le sujet a provoquées. La lecture n'est guère divertissante, car le style de l'auteur est assez lourdement universitaire et extrêmement factuel. L'extirpation par la violence d'une religion, étudiée dans les archives de l'Inquisition, les bûchers, les prisons perpétuelles, une police et un espionnage religieux de tous les instants, donnent une image sinistre du catholicisme romain médiéval. Les seigneurs du Nord et leurs suzerains, roi de France, duc de Bourgogne, font figure d'exécutants des ordres d'une papauté autoritaire qui ne vainc leur mauvaise grâce et leurs réticences qu'en leur promettant les biens matériels des hérétiques, décrétés de bonne prise quel que soit le degré d'engagement religieux des propriétaires : parfaits, simples croyants ou protecteurs et sympathisants. Cette opération de pieux pillage, qui fait penser aux trafics de biens protestants après 1685 et de ceux des émigrés pendant la Révolution, s'ajoute au meurtre légal sur le bûcher, le vol légal et les spoliations.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…