Lisez! icon: Search engine
Flaubert et Louise Colet
Date de parution : 25/11/2021
Éditeurs :
Écriture

Flaubert et Louise Colet

Date de parution : 25/11/2021
Critique, chroniqueur et passionné par la littérature du XIXe siècle, Joseph Vebret raconte l’une des passions les plus célèbres des lettres françaises : celle liant Gustave Flaubert à Louise Colet, aussi brève et tumultueuse que féconde par la correspondance.
Le 28 juillet 1846, Gustave Flaubert, une force de la nature, rencontre Louise Colet dans l’atelier du sculpteur Pradier. De dix ans son aînée, elle est plus connue pour ses... Le 28 juillet 1846, Gustave Flaubert, une force de la nature, rencontre Louise Colet dans l’atelier du sculpteur Pradier. De dix ans son aînée, elle est plus connue pour ses frasques et son caractère enflammé que pour ses vers et ses romans. Lui-même sacrifie au « fanatisme de l’art »,... Le 28 juillet 1846, Gustave Flaubert, une force de la nature, rencontre Louise Colet dans l’atelier du sculpteur Pradier. De dix ans son aînée, elle est plus connue pour ses frasques et son caractère enflammé que pour ses vers et ses romans. Lui-même sacrifie au « fanatisme de l’art », unique consolation au « ridicule intrinsèque à la vie humaine ». Mais il n’a encore rien publié.

Le coup de foudre est immédiat, violent, dévastateur. Louise va-t-elle s’offrir corps et âme à ce jeune homme de vingt-quatre ans ? Pourquoi Gustave s’enfuit-il au bout de trois jours en Normandie, la laissant à sa déconvenue ? S’il l’a déjà oubliée, pourquoi lui écrit-il : « Tu as un pouvoir d’attraction à faire dresser les pierres à ta voix » ? Combien d’années pourra durer ce manège d’eau et de feu ? Et qui est donc cette Emma, à laquelle il consacre bientôt ses jours et ses nuits ?

Lettre après lettre, Joseph Vebret retrace l’histoire d’une passion aussi tumultueuse que féconde par la correspondance amoureuse qu’elle a fait naître, l’une des plus belles des lettres françaises.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782359053418
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 14 x 22,5 mm
EAN : 9782359053418
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 14 x 22,5 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • afadeau 19/05/2022
    Heureuse époque pour les biographes d’écrivains que celle permettant, grâce aux échanges épistolaires, de reconstituer les vingt-deux rencontres de Gustave et Louise. Depuis le temps s’est accéléré, les échanges ont pris de multiples chemins et les biographies seront, je n’en doute pas, de plus en plus incertaines et sujet à controverse. Tandis qu’ici l’auteur structure son récit à partir des lettres de Gustave et de Louise, telles qu’elles ont été conservées, se contentant d’en commenter des extraits choisis, avec beaucoup d’humour et de retenue. De leur rencontre entre 1846 et 1848, les amants ne se seront vus que six fois, un premier acte mouvementé. Le chapitre 10 est d’ailleurs intitulé très finement « Entracte », avec rupture puis départ de Flaubert en orient accompagné de son ami Du Camp. Entracte au cours duquel Louise connaît diverses liaisons amoureuses qui ne parviennent pas à lui faire oublier son grand amour. Le deuxième acte court de 1851 à 1855 où une Louise obstinée parvient à ramener Gustave vers elle. J’ai aimé découvrir la genèse des œuvres de Flaubert. A 15 ans, Gustave est amoureux d’Elisa Schlésinger. Elle servira de modèle à Marie Arnoux dans L’éducation sentimentale. Après l’échec de La Tentation de... Heureuse époque pour les biographes d’écrivains que celle permettant, grâce aux échanges épistolaires, de reconstituer les vingt-deux rencontres de Gustave et Louise. Depuis le temps s’est accéléré, les échanges ont pris de multiples chemins et les biographies seront, je n’en doute pas, de plus en plus incertaines et sujet à controverse. Tandis qu’ici l’auteur structure son récit à partir des lettres de Gustave et de Louise, telles qu’elles ont été conservées, se contentant d’en commenter des extraits choisis, avec beaucoup d’humour et de retenue. De leur rencontre entre 1846 et 1848, les amants ne se seront vus que six fois, un premier acte mouvementé. Le chapitre 10 est d’ailleurs intitulé très finement « Entracte », avec rupture puis départ de Flaubert en orient accompagné de son ami Du Camp. Entracte au cours duquel Louise connaît diverses liaisons amoureuses qui ne parviennent pas à lui faire oublier son grand amour. Le deuxième acte court de 1851 à 1855 où une Louise obstinée parvient à ramener Gustave vers elle. J’ai aimé découvrir la genèse des œuvres de Flaubert. A 15 ans, Gustave est amoureux d’Elisa Schlésinger. Elle servira de modèle à Marie Arnoux dans L’éducation sentimentale. Après l’échec de La Tentation de saint Antoine, le sujet de Madame Bovary aurait été soufflé par son ami Bouilhet reprochant à Gustave une tendance à tomber dans le lyrisme... Gustave cultivera toute sa vie l’exaltation de l’adolescence, l’amour, la pureté, la beauté, le sublime, l’éternité. Il va s’attacher à construire son œuvre, seul endroit où il peut trouver l’absolu recherché. L’amitié chez lui est masculine et sert sa passion d’écrivain (Louis Bouilhet, Maxime Du Camp...). L’amour qu’il porte à Louise est d’autant plus intense qu’il la tient éloignée de son quotidien. L’auteur s’agace par moment de ce qu’il trouve dans les lettres de Gustave. « On ne saurait être plus goujat ! »... « Quelle triste conception de l’amour ! ». Joseph Vebret admire visiblement l’écrivain mais a plutôt le cœur du côté de Louise, amoureuse d’un drôle de lascar donnant moins qu’il ne reçoit. Encore qu’il module : pour ces deux-là on a l’alliance de l’eau et du feu ; Louise en prise avec la vie parisienne, autrice reconnue tenant salon alors que Gustave en Normandie rêve d'accéder au statut d’écrivain ; elle vivant intensément chaque jour, lui se retirant le plus possible dans la littérature. Louise et son entêtement ! Une femme forte, qui ne s’en laisse pas compter. Liée avec divers artistes de renom, poétesse célèbre, couronnée par l’Académie française, elle a tenu salon chez elle avec Victor Hugo, Alfred de Musset, Alfred de Vigny, Charles Baudelaire, ainsi que de nombreux peintres et politiciens... George Sand avait eu une relation avec Alfred de Musset dans leur jeunesse. On retrouve le même Musset, vieillissant et porté sur l’alcool, en amant de compensation d’une Louise désemparée. La biographie de l’ouvrage cite des titres qui disent beaucoup : « L’indomptable Louise Colet », Louise Colet ou la Muse », Gustave Flaubert, une manière de vivre », « Louise Colet. Du sang, de la bile, de l’encre et du malheur », « Les véhémences de Louise Colet », « Louise Colet et ses amis littéraires », « Mon cher volcan ou la vie passionnée de Louise Colet », « Flaubert, une jeunesse d’ours », « Louise Colet ou l’éclectisme littéraire. Une écrivaine parmi les hommes. » J’ai eu aussi quelques surprises : Gustave s’engageant dans la garde nationale et qui aurait été vu participant à une barricade un fusil à la main lors de la révolution de 1848 ? Mythe ou réalité ? Personnellement je ne l'imagine pas autrement qu'en observateur prudent... Gustave avait tous les atouts en main et a réussi à atteindre son objectif de postérité. Louise a dû batailler dur et est en passe d’être oubliée. On doit être reconnaissant à Joseph Vebret de redonner une visibilité à celle que Gustave Flaubert appelait « La muse ». Rare sont les femmes à passer la barre de la misogynie à cette époque et quand une George Sand y parvient, c’est en masculinisant son nom ! Joseph Vebret est auteur et éditeur. Il a notamment écrit sur les procès de Gustave Flaubert, Charles Baudelaire et Oscar Wilde, ceci parmi une quarantaine d’ouvrages (romans, récits historiques, théâtre, anthologies). Ce Flaubert et Louise Colet est parfait, passionnant de bout en bout. Il m’a éclairé, une fois de plus, sur les mécanismes conduisant à la sélection littéraire, qui n’a rien de naturel et d’absolu. J’aime m’intéresser aux oublié (es) de ce récit national qui gomme ce qui lui déplaît. Vous avez compris que cette Louise Colet attire ma curiosité. Depuis quelques années on la redécouvre et pour la première fois depuis longtemps deux de ses romans ont été réédités : Un drame dans la rue de Rivoli et Une Histoire de soldat. Je serais peut-être amené à parler dans quelques temps de celle qui a aidé Victor Hugo lors de son exil et que celui-ci acclamait, ce n’est pas rien. Du côté de Gustave Flaubert il a la longue amitié avec la dame de Nohant et c’est beaucoup pour moi également. Heureux livre qui réunit (ou désunit...) tous ces personnages. Si vous vous intéressez à la littérature du XIXe siècle, à l’art de la biographie, aux livres épistolaires... ce livre de Joseph Vebret est fait pour vous. Chronique avec illustrations (dessins de Gustave et Louise, de la propriété de Croisset, de la couverture... ) sur Bibliofeel . Je n’ai pas trouvé de photo de Gustave jeune car il n’était pas du tout en vue. A l’inverse il y a quantité de dessins, gravures et photos de Louise, plus âgée de 10 ans et déjà célèbre dans sa jeunesse. Propriété de Croisset, imaginée par Thomsen, 1937. Pavillon de Croisset. Photo : Service audiovisuel, Faculté des Lettres, Université de Rouen Flaubert meurt à Croisset, le 8 mai 1880, en plein travail sur les dernières pages de Bouvard et Pécuchet. Peu après, le domaine de Croisset est vendu par les Commanville, et la grande maison est immédiatement détruite. On dit qu’elle se dégradait, qu’il aurait fallu beaucoup d’argent pour l’entretenir. Les Commanville n’avaient pas les fonds nécessaires, et la vente permettait d’éponger bien des dettes. On a beaucoup glosé sur le devenir de cette maison d’artiste : une usine à pétrole (signe d’un progrès industriel que Flaubert détestait) ; une distillerie d’alcool (à part quelques grogs, on ne lui connaissait aucun penchant pour les boissons fortes) ; une fabrique de papier (ironie du sort…). Site Université de Rouen
    Lire la suite
    En lire moins
  • lehibook 03/03/2022
    Lu dans le cadre de "Masse critique" Drôles de corps , drôles d’esprits ! La liaison de Louise Colet et de Gustave Flaubert entre étreintes passionnées (rares mais intenses) et correspondance (surabondante) tour à tour enflammée, acrimonieuse et intellectuelle est le sujet de cet ouvrage. « Sur un malentendu , ça pourrait marcher » (il faut toujours citer les grands auteurs) mais ça ne marchera pas ,ou si peu. Car malentendu il y a , entre le désir d’un amour fusionnel et exclusif de l’une , et la liaison charnelle épisodique doublée d’un compagnonnage intellectuel de l’autre. Les deux n’excluant pas les escapades sentimentales et passades : Louise avec Musset , Vigny etc (excusez du peu) ,Gustave avec ses almées orientales et surtout Emma Bovary. De cette étude approfondie menée par Joseph Vebret il ressort un côté peu glorieux de Flaubert adepte de la misogynie féroce de son siècle et une sympathie pour Louise , féministe convaincue et femme engagée (elle soutint aussi la Commune et Hugo en exil) . Mais de cet embarquement pour Cythère avec tempête et naufrage ,il reste des lettres passionnantes comme on n’en écrit plus.
  • Ma_vie_en_livres 01/03/2022
    Merci à Babelio et à Ecriture pour cette découverte. On ne parle pas ici de grande littérature au niveau du style, mais j'ai beaucoup aimé ce parti pris de restituer la vie de Flaubert au travers de sa relation avec Louise Colet. La structure du livre fait qu'on le lit aisément car les extraits des oeuvres des deux protagonistes rendent le récit très vivant. De même, certains moments, partagés ou pas, de leur vie, tels que décrits par l'auteur, nous font clairement comprendre leur influence sur l'oeuvre de Gustave Flaubert et Louise Colet. Autre point très intéressant : la vie à Paris et en Normandie dans les années 1840-1870, très bien décrite et finement illustrée. L'auteur a sûrement fait beaucoup de recherches pour restituer de manière si fidèle (en tout cas aucun détail ne choque, au contraire, on est vite transporté dans l'époque) l'atmosphère de la capitale et de la proche province. La psychologie des personnages (pas uniquement des deux principaux) est très bien travaillée, on n'est pas loin du roman. Ainsi, même les lecteurs qui ne sont pas passionnés par Flaubert ou sa Muse peuvent vraiment passer un bon moment de lecture.
  • ckdkrk169 20/12/2021
    Cet essai combine des extraits de la correspondance entre Louise Colet, Flaubert et le récit de leurs vies. J’ai aimé cette parfaite alchimie entre ces deux formats qui éclairent les jeunes années du grand écrivain : ses relations avec sa mère omniprésente, ses maladies, ses premiers écrits et la vie parisienne entouré d’autres artistes. À la fois témoignage d’une époque et portraits de deux artistes, un écrivain en devenir et une poétesse, cet ouvrage m’a beaucoup intéressée. Leurs relations sont chaotiques : parfois amoureuses et d’autres fois ils se déchirent. Louise n’accepte pas l’éloignement de Gustave qu’elle ne comprend pas. Comment expliquer le refus de Flaubert de la présenter à sa famille ? L’écriture fluide et le rythme enlevé contribuent à rendre ce texte accessible à tous et captivant. Je recommande à tous les passionnés de Flaubert cet ouvrage
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés