En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Fleur de tonnerre

        Julliard
        EAN : 9782260020424
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 130 x 205 mm
        Fleur de tonnerre

        Date de parution : 07/03/2013

        Hélène Jégado a tué des dizaines de ses contemporains sans aucune raison apparente.
        Quels secrets renfermait cette tête qui, le 26 février 1852, sur le Champ de mars de Rennes, roula dans la corbeille de la guillotine ?

        C’était au temps où l’esprit des Lumières et le catéchisme n’avaient pas soumis l’imaginaire populaire aux lois de la raison et du Dieu unique. Partout en Bretagne, dans les forêts et les landes, sur les dunes fouettées par les vents fous de l’Atlantique, couraient les légendes les plus extravagantes. Le...

        C’était au temps où l’esprit des Lumières et le catéchisme n’avaient pas soumis l’imaginaire populaire aux lois de la raison et du Dieu unique. Partout en Bretagne, dans les forêts et les landes, sur les dunes fouettées par les vents fous de l’Atlantique, couraient les légendes les plus extravagantes. Le soir, au creux des fermes, on évoquait inlassablement les manigances des êtres surnaturels qu’on savait responsables de la misère et des maux qui frappaient sans relâche. De tous, l’Ankou, l’ouvrier de la mort, était le plus craint, et c’est cette terrible image qui frappa avec une violence inouïe l’esprit de la petite Hélène Jégado. Blottie contre le granit glacé des gigantesques menhirs, l’enfant minuscule se persuada qu’elle était l’incarnation de l’Ankou. Elle devait donc tuer tous ceux qui se trouveraient sur sa route et remplit sa mission avec une détermination et un sang-froid qui glacent le sang. Après avoir empoisonné sa propre mère qui l’avait surnommée « Fleur de tonnerre », elle sillonna la Bretagne, éliminant sans la moindre hésitation tous ceux qui accueillaient avec bonheur cette cuisinière si parfaite. Elle tuait tout le monde, hommes, femmes, enfants, vieillards et nourrissons. Elle empoisonnait dans les maisons, dans les presbytères, dans les couvents, dans les bordels. Et elle était si bonne, si compatissante aux chevets des mourants, que personne ne pouvait soupçonner un seul instant son monstrueux dessein. Au contraire, on plaignait cette personne si dévouée que la malchance conduisait toujours dans des familles victimes de la guigne. À laisser trop de traces, elle finit par se faire prendre, le jour où elle s’attaqua à un ancien juge, expert en affaires criminelles. Hélène Jégado reste la plus grande « serial killer » de France et, sans doute, du monde entier.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782260020424
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 130 x 205 mm
        Julliard
        20.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • marmotte-g Posté le 28 Décembre 2017
          Dans ce roman Jean Teulé nous raconte l’histoire d’une célèbre tueuse en série française Hélène Jégado qui à cause de superstition est persuadée d’être l’ouvrière de la mort. Un bon roman dans l’ensemble.
        • pycrozet Posté le 19 Novembre 2017
          Pas mal, mais "peut mieux faire" Tous les ingrédients sont réunis pour une belle et grande histoire : une empoisonneuse multirécidiviste, une terre de traditions encore un peu en marge des progrès industriels, des personnages secondaires nombreux et à peu près tous crédibles, le tout sur fond d'histoire vraie. Pourtant, la sauce ne prend qu'à moitié. Le roman se lit d'une traite mais sans susciter un grand intérêt vu son extrême répétitivité (meurtre un, meurtre deux, meurtre trois : on a parfois l'impression de compter les moutons pour s'endormir, sans que rien ne vienne jamais troubler cette trame narrative). Le style est toujours celui, très passe-partout, auquel nous a habitués Jean Teulé, pas de surprise de ce côté-là. En somme, une lecture pas désagréable pour occuper deux ou trois heures perdues dans le train ou sur la plage, mais pas à la hauteur de ce que le pitch pouvait laisser espérer.
        • steph5977 Posté le 3 Octobre 2017
          LASSANT : j'ai aimé ce livre, malgré une répétition des faits dans l'histoire et une fin pas trop comprise. J'essaierai de voir le films afin de compléter ma vision du livre et pourquoi pas le relire par la suite
        • jeunejane Posté le 10 Août 2017
          Je parcours mes livres et m'aperçois que je n'ai pas rédigé une critique pour "Fleur de Tonnerre". C'est très étonnant car j'ai pris des notes en long et en large au moment de ma lecture en 2013. Hélène Jégado, née en Bretagne en 1803, est élevée sans douceur aucune. Cette brusquerie fait partie des habitudes campagnardes de son époque et elle écoute les légendes ancestrales hantées par l'Ankou, le dieu de la mort. Elle cueille des herbes et très tôt, utilise le pouvoir maléfique de celles-ci pour mettre fin à la vie de tous ceux qu'elle croise sur son chemin en leur préparant sa fameuse soupe aux herbes, car malheureusement, cette charmante jeune fille exerce les fonctions de cuisinière. A son procès, en 1852, les spécialistes criminels étudient son comportement par la phrénologie: une pseudoscience qui ne fera pas long feu mais qui laissera des traces dans notre langage familier. La phrénologie étudie les bosses du crâne qui expliqueraient le caractère des humains. Ainsi disait-on encore il y a quelques années "avoir la bosse des maths" ou " avoir la bosse du commerce". Toujours est-il que j'ai bien apprécié le roman de Jean Teulé à lire avec un peu de distance en... Je parcours mes livres et m'aperçois que je n'ai pas rédigé une critique pour "Fleur de Tonnerre". C'est très étonnant car j'ai pris des notes en long et en large au moment de ma lecture en 2013. Hélène Jégado, née en Bretagne en 1803, est élevée sans douceur aucune. Cette brusquerie fait partie des habitudes campagnardes de son époque et elle écoute les légendes ancestrales hantées par l'Ankou, le dieu de la mort. Elle cueille des herbes et très tôt, utilise le pouvoir maléfique de celles-ci pour mettre fin à la vie de tous ceux qu'elle croise sur son chemin en leur préparant sa fameuse soupe aux herbes, car malheureusement, cette charmante jeune fille exerce les fonctions de cuisinière. A son procès, en 1852, les spécialistes criminels étudient son comportement par la phrénologie: une pseudoscience qui ne fera pas long feu mais qui laissera des traces dans notre langage familier. La phrénologie étudie les bosses du crâne qui expliqueraient le caractère des humains. Ainsi disait-on encore il y a quelques années "avoir la bosse des maths" ou " avoir la bosse du commerce". Toujours est-il que j'ai bien apprécié le roman de Jean Teulé à lire avec un peu de distance en savourant son humour noir et caustique. Mon préféré de l'auteur reste "Le Montespan".
          Lire la suite
          En lire moins
        • chocoladdict Posté le 25 Juillet 2017
          Avec sa truculence légendaire et sa plume décalée et singulière, Teulé nous narre le parcours d' Hélène Jegado, l’une des plus grandes criminelles du 19ème siècle. Surnommée Fleur de Tonnerre elle sème le mal depuis toute petite en empoisonnant tous ceux qui croisent sa routfleurtonnerree. Elevée au lait des superstitions celtiques et particulièrement imprégnée par celle de l'Ankou , eprésentation de la mort dans une légende bretonne racontée aux enfants, cette petite fille malmenée par la vie, deviendra la plus grande serial killer de l'histoire de France Une lecture du roman de Jean TEULE assez déroutante, mais plaisante

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        “En même temps que l’odyssée d’une serial-killeuse singulière, Teulé brosse le tableau d’une Bretagne étrange, empétrée dans des cultes bizarres – celui de Saint-Yves-de-Vérité, que l’on fouettait pour qu’il vous exauce, laisse tout de même un peu perplexe. Il nous sert également un couple décoiffant de perruquiers normands, venu là faire son négoce de cheveux, mais tellement accablé par les événements que c’en est misère. Et qui mériterait de rester un petit bout de temps dans les annales de la littérature.”

        Michel Genson / Le Républicain lorrain
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.