Lisez! icon: Search engine
Julliard
EAN : 9782260020424
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 130 x 205 mm

Fleur de tonnerre

Date de parution : 07/03/2013

Hélène Jégado a tué des dizaines de ses contemporains sans aucune raison apparente.
Quels secrets renfermait cette tête qui, le 26 février 1852, sur le Champ de mars de Rennes, roula dans la corbeille de la guillotine ?

C’était au temps où l’esprit des Lumières et le catéchisme n’avaient pas soumis l’imaginaire populaire aux lois de la raison et du Dieu unique. Partout en Bretagne, dans les forêts et les landes, sur les dunes fouettées par les vents fous de l’Atlantique, couraient les légendes les plus extravagantes. Le...

C’était au temps où l’esprit des Lumières et le catéchisme n’avaient pas soumis l’imaginaire populaire aux lois de la raison et du Dieu unique. Partout en Bretagne, dans les forêts et les landes, sur les dunes fouettées par les vents fous de l’Atlantique, couraient les légendes les plus extravagantes. Le soir, au creux des fermes, on évoquait inlassablement les manigances des êtres surnaturels qu’on savait responsables de la misère et des maux qui frappaient sans relâche. De tous, l’Ankou, l’ouvrier de la mort, était le plus craint, et c’est cette terrible image qui frappa avec une violence inouïe l’esprit de la petite Hélène Jégado. Blottie contre le granit glacé des gigantesques menhirs, l’enfant minuscule se persuada qu’elle était l’incarnation de l’Ankou. Elle devait donc tuer tous ceux qui se trouveraient sur sa route et remplit sa mission avec une détermination et un sang-froid qui glacent le sang. Après avoir empoisonné sa propre mère qui l’avait surnommée « Fleur de tonnerre », elle sillonna la Bretagne, éliminant sans la moindre hésitation tous ceux qui accueillaient avec bonheur cette cuisinière si parfaite. Elle tuait tout le monde, hommes, femmes, enfants, vieillards et nourrissons. Elle empoisonnait dans les maisons, dans les presbytères, dans les couvents, dans les bordels. Et elle était si bonne, si compatissante aux chevets des mourants, que personne ne pouvait soupçonner un seul instant son monstrueux dessein. Au contraire, on plaignait cette personne si dévouée que la malchance conduisait toujours dans des familles victimes de la guigne. À laisser trop de traces, elle finit par se faire prendre, le jour où elle s’attaqua à un ancien juge, expert en affaires criminelles. Hélène Jégado reste la plus grande « serial killer » de France et, sans doute, du monde entier.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260020424
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 130 x 205 mm

Ils en parlent

“En même temps que l’odyssée d’une serial-killeuse singulière, Teulé brosse le tableau d’une Bretagne étrange, empétrée dans des cultes bizarres – celui de Saint-Yves-de-Vérité, que l’on fouettait pour qu’il vous exauce, laisse tout de même un peu perplexe. Il nous sert également un couple décoiffant de perruquiers normands, venu là faire son négoce de cheveux, mais tellement accablé par les événements que c’en est misère. Et qui mériterait de rester un petit bout de temps dans les annales de la littérature.”

Michel Genson / Le Républicain lorrain

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • pwetpwet Posté le 30 Avril 2021
    Jean Teulé nous raconte l’histoire d’Hélène Jégado, la plus grande meurtrière de l’histoire. Surnommée Fleur de Tonnerre par sa mère, Hélène est cuisinière et sillonne la Bretagne pour accomplir son dessein macabre. De famille en famille, elle va empoisonner, sans aucun état d’âme, hommes, femmes et enfants sans distinction. L’écriture de Jean Teulé est très belle, c’est très imagé, c’est poétique aussi. Fidèle à lui-même, Jean Teulé reste un maître dans l’art de nous divertir avec un sujet aussi dramatique. Son légendaire humour noir, son language décalé nous régale. Jai passé un bon moment de lecture et j’ai découvert l’histoire de cette meurtrière légendaire que je ne connaissais pas. En tout cas je n’aurais pas aimé croiser sa route ! Vous reprendrez bien un peu de soupe aux herbes avec un soupçon d’arsenic ? :)
  • Wolfgang Posté le 27 Mars 2021
    Hélène Jégado quitte la ferme familiale après le décès de sa mère emportant dans son bissac un peu de belladone et de l'arsenic. Se faisant embaucher de maison en maison, partout où elle travaille, elle finit au bout de quelques temps par tuer une bonne partie des habitants de la maison. Une bouteille d'arsenic récupérée sur un bateau échoué l'accompagne toute sa vie. Jeunes, vieux, enfants, bébés, tout le monde y passe. Sans état d'âme, un peu par hasard "sans le faire exprès' au début, puis de plus en plus consciemment au fur et à mesure que son histoire avance. C'est une histoire glaçante, mais bizarrement, Hélène n'éveille pas vraiment d'antipathie. On est comme elle spectateur de sa morbide vie et des morts qu'elle sème sur son passage. C'est malgré tout une terrible histoire. 37 morts lui sont reprochés à son procès, mais il y en a beaucoup plus. Rien que dans les "dégâts collatéraux" causés par la distribution aux pauvres de certaines préparations empoisonnées, on ne compte pas les victimes inconnues. Le roman fait apparaitre une paire de perruquiers normands, sans cesse victimes de malchance, qui sont toujours présents là où se trouve Hélène. J'avoue ne pas comprendre leur rôle dans l'histoire,... Hélène Jégado quitte la ferme familiale après le décès de sa mère emportant dans son bissac un peu de belladone et de l'arsenic. Se faisant embaucher de maison en maison, partout où elle travaille, elle finit au bout de quelques temps par tuer une bonne partie des habitants de la maison. Une bouteille d'arsenic récupérée sur un bateau échoué l'accompagne toute sa vie. Jeunes, vieux, enfants, bébés, tout le monde y passe. Sans état d'âme, un peu par hasard "sans le faire exprès' au début, puis de plus en plus consciemment au fur et à mesure que son histoire avance. C'est une histoire glaçante, mais bizarrement, Hélène n'éveille pas vraiment d'antipathie. On est comme elle spectateur de sa morbide vie et des morts qu'elle sème sur son passage. C'est malgré tout une terrible histoire. 37 morts lui sont reprochés à son procès, mais il y en a beaucoup plus. Rien que dans les "dégâts collatéraux" causés par la distribution aux pauvres de certaines préparations empoisonnées, on ne compte pas les victimes inconnues. Le roman fait apparaitre une paire de perruquiers normands, sans cesse victimes de malchance, qui sont toujours présents là où se trouve Hélène. J'avoue ne pas comprendre leur rôle dans l'histoire, peut être un élément comique ? Fleur de Tonnerre laisse une drôle d'impression. Méfiez vous dorénavant quand une cuisinière bretonne vous offre un gâteau aux amandes !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fabrice_lireetlivres Posté le 22 Janvier 2021
    Cette fois, l’auteur nous emmène en Bretagne au XIXème siècle sur les traces du premier (?) tueur en série de l’histoire de France qui s’avère être une tueuse. De Plouhinec à Vannes, en passant par Pontivy, le parcours meurtrier d’Hélène Jegado se terminera à Rennes ou elle essaiera jusqu’à la fin de satisfaire son goût morbide. Ses talents de cuisinière font passer de vie à trépas ses différents employeurs et leur famille. Nous suivons ses pérégrinations avec stupéfaction et nos cerveaux, habitués aux techniques scientifiques modernes, se demandent comment elle a pu ne pas être démasquée avant.  Jean Teulé a l’habileté des dialogues et des réflexions à la Audiard. Il restitue dans ce roman inspiré des faits et personnages réels la culture bretonne avec ses joies, ses peurs, ses croyances et surtout ses légendes. D’une histoire grave, il en sort un récit burlesque qui prête à sourire malgré l’avalanche de décès. Les + : un récit rythmé et sans répit. Les - : rien. @lireetlivres
  • Sylvere Posté le 17 Janvier 2021
    Je suis un peu réconcilié avec l'auteur dont le "Entrez dans la danse" m'avait désespéré. Là il y a bien des longueurs, une sorte de répétition parfois ennuyeuse et toujours ces envolées de vulgarité ponctuelles et qui n'apportent jamais rien, mais le livre se lit bien et est assez agréable.
  • Bouton Posté le 11 Janvier 2021
    Nous sommes emmenés en pays breton, au début du 19ème siècle ; ce pays écrasé par la misère et farci de superstitions. Nous faisons connaissance avec Hélène Jégado, 8 ans, dite "Fleur de tonnerre" en référence à une plante non comestible. A l'aide d'un humour pince-sans-rire (j'ai éclaté de rire plusieurs fois), mélangeant le patois celtique avec le français, des dialogues savoureux, et des scènes burlesques, Jean Teulé nous emmène à travers la Bretagne (un plan débute chaque chapitre) sur les traces d'une tueuse et de son funeste destin ou devrais-je dire de "la" tueuse de ce siècle. Cela fait froid dans le dos mais le style inimitable de l'auteur m'a fait passer un très bon moment !

les contenus multimédias

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.