RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Fleur de tonnerre

            Julliard
            EAN : 9782260020424
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 288
            Format : 130 x 205 mm
            Fleur de tonnerre

            Date de parution : 07/03/2013

            Hélène Jégado a tué des dizaines de ses contemporains sans aucune raison apparente.
            Quels secrets renfermait cette tête qui, le 26 février 1852, sur le Champ de mars de Rennes, roula dans la corbeille de la guillotine ?

            C’était au temps où l’esprit des Lumières et le catéchisme n’avaient pas soumis l’imaginaire populaire aux lois de la raison et du Dieu unique. Partout en Bretagne, dans les forêts et les landes, sur les dunes fouettées par les vents fous de l’Atlantique, couraient les légendes les plus extravagantes. Le...

            C’était au temps où l’esprit des Lumières et le catéchisme n’avaient pas soumis l’imaginaire populaire aux lois de la raison et du Dieu unique. Partout en Bretagne, dans les forêts et les landes, sur les dunes fouettées par les vents fous de l’Atlantique, couraient les légendes les plus extravagantes. Le soir, au creux des fermes, on évoquait inlassablement les manigances des êtres surnaturels qu’on savait responsables de la misère et des maux qui frappaient sans relâche. De tous, l’Ankou, l’ouvrier de la mort, était le plus craint, et c’est cette terrible image qui frappa avec une violence inouïe l’esprit de la petite Hélène Jégado. Blottie contre le granit glacé des gigantesques menhirs, l’enfant minuscule se persuada qu’elle était l’incarnation de l’Ankou. Elle devait donc tuer tous ceux qui se trouveraient sur sa route et remplit sa mission avec une détermination et un sang-froid qui glacent le sang. Après avoir empoisonné sa propre mère qui l’avait surnommée « Fleur de tonnerre », elle sillonna la Bretagne, éliminant sans la moindre hésitation tous ceux qui accueillaient avec bonheur cette cuisinière si parfaite. Elle tuait tout le monde, hommes, femmes, enfants, vieillards et nourrissons. Elle empoisonnait dans les maisons, dans les presbytères, dans les couvents, dans les bordels. Et elle était si bonne, si compatissante aux chevets des mourants, que personne ne pouvait soupçonner un seul instant son monstrueux dessein. Au contraire, on plaignait cette personne si dévouée que la malchance conduisait toujours dans des familles victimes de la guigne. À laisser trop de traces, elle finit par se faire prendre, le jour où elle s’attaqua à un ancien juge, expert en affaires criminelles. Hélène Jégado reste la plus grande « serial killer » de France et, sans doute, du monde entier.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782260020424
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 288
            Format : 130 x 205 mm
            Julliard
            20.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            “En même temps que l’odyssée d’une serial-killeuse singulière, Teulé brosse le tableau d’une Bretagne étrange, empétrée dans des cultes bizarres – celui de Saint-Yves-de-Vérité, que l’on fouettait pour qu’il vous exauce, laisse tout de même un peu perplexe. Il nous sert également un couple décoiffant de perruquiers normands, venu là faire son négoce de cheveux, mais tellement accablé par les événements que c’en est misère. Et qui mériterait de rester un petit bout de temps dans les annales de la littérature.”

            Michel Genson / Le Républicain lorrain

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • belaval Posté le 11 Mars 2019
              j'aime lire Teulé mais je n'ai pas trop aimé Fleur de Tonnerre que j'ai trouvé trop répétitif; je me demande comment fait Teulé pour trouver ces faits divers à partir desquels il écrit avec sa verve et son humour grinçant.
            • Sebastien95 Posté le 22 Février 2019
              Ecouté en livre audio. Si la plume de Jean Teulé reste souple, et met en valeur plutôt en finesse le récit, la litanie des empoisonnés relève peu à peu d'une certaine routine. Cette routine est d'autant plus sensible que la personnalité d'Hélène ne fait pas vraiment l'objet d'une étude attentive... L’interprétation de Lebert est en revanche remarquable.
            • Milleliri Posté le 17 Janvier 2019
              Ce petit roman relate le parcours criminel d'Anne Jégado, Bretonne imprégnée du folklore de son pays qui décide de devenir l'Ankou pour exorciser ses peurs irrationnelles. C'est un fait divers réel, comme souvent dans les romans de Teulé. Née en 1803, celle qui est qualifiée de plus grande tueuse en série de l'histoire de France meurt sous le couperet de la guillotine en 1852 avec sur la conscience (ou pas) une petite centaine d'empoisonnements souvent réussis. Ici la gouaille de Teulé n'est plus si anachronique. Elle se marie bien avec ce personnage énigmatique qui tue comme investie d'une mission, faiseuse d'une si terrible soupe aux herbes pour curés, notables, vieillards et enfants, hommes et femmes sans distinction. Et malgré ce palmarès macabre, le roman est plutôt drôle du fait du décalage entre des saillies et jeux de mots de « Fleur de Tonnerre », qui annonce toujours l'air de rien ce qu'elle s'apprête à faire, et l'horreur de ce qu'elle fait effectivement. Comme quand elle imite sans le moindre état d'âme le bruit de la charrette de l'Ankou « wik wik » alors qu'un médecin constate dans la pièce d'à côté le décès d'un énième curé. Ou qu'elle s'insurge parce que «... Ce petit roman relate le parcours criminel d'Anne Jégado, Bretonne imprégnée du folklore de son pays qui décide de devenir l'Ankou pour exorciser ses peurs irrationnelles. C'est un fait divers réel, comme souvent dans les romans de Teulé. Née en 1803, celle qui est qualifiée de plus grande tueuse en série de l'histoire de France meurt sous le couperet de la guillotine en 1852 avec sur la conscience (ou pas) une petite centaine d'empoisonnements souvent réussis. Ici la gouaille de Teulé n'est plus si anachronique. Elle se marie bien avec ce personnage énigmatique qui tue comme investie d'une mission, faiseuse d'une si terrible soupe aux herbes pour curés, notables, vieillards et enfants, hommes et femmes sans distinction. Et malgré ce palmarès macabre, le roman est plutôt drôle du fait du décalage entre des saillies et jeux de mots de « Fleur de Tonnerre », qui annonce toujours l'air de rien ce qu'elle s'apprête à faire, et l'horreur de ce qu'elle fait effectivement. Comme quand elle imite sans le moindre état d'âme le bruit de la charrette de l'Ankou « wik wik » alors qu'un médecin constate dans la pièce d'à côté le décès d'un énième curé. Ou qu'elle s'insurge parce que « Léon Napo » a fait plus de morts qu'elle. Ou encore quand elle vante sa fameuse soupe auprès d'un futur ex-employeur : « C'est ma spécialité, mon triomphe. Impossible de trouver un vivant qui en dise du mal. » Et Teulé, quand il oublie le juron, c'est aussi une plume poétique. Le folklore breton s'y prête merveilleusement bien et ça donne de très jolis passages. Sans compter le running gag - plus profond qu'il n'y paraît - des deux perruquiers normands, qui finissent plus bretons que la Bretagne, le corps couvert de leur récolte de cheveux quand ils ne la plantent pas comme du maïs dans un champs. « Entendant cela, sur la lande aux légendes de Plouhinec, les fantômes des druides doivent bien rire dans leur barbe de lichens verts et mauves. Quand Fleur de tonnerre évoque sa cuisine on la croirait ivre d'avoir bu l'univers. » « Sur le soir, lors des veillées, la chandelle de résine éclaire à peine et la lumière se fait magicienne. Un sifflement de vent entendu dehors, c'est la voix d'un noyé qui réclame un tombeau. » Après, Teulé, c'est casse-gueule ; difficile de savoir quand ça passe ou pas, s'il en fait trop ou pas assez. Je vois pas mal de gens déçus mais pour ma part, ce petit roman m'a beaucoup plu.
              Lire la suite
              En lire moins
            • ju-s-tine Posté le 10 Octobre 2018
              Un roman assez drôle, quoi qu'un peu répétitif dans son scénario. Mais c'est aussi le schéma de l'histoire qui est fait ainsi (après tout, c'est inspiré de faits réels, Hélène Jégado ayant "fait carrière" en tant qu'empoisonneuse..). Je suis donc un peu partagée sur ce point là, mais dans l'ensemble, ce fut un bon moment de lecture. Le plus terrifiant reste tout de même le fait que ce roman soit inspiré de faits réels...
            • corally4 Posté le 20 Août 2018
              C’est l’histoire véridique d’Hélène Jégado , la plus grande tueuse du 19E ; surnommée par ses parents « Fleurs de Tonnerre », nourrie de légendes celtiques racontées le soir prés de l’âtre, elle se croit investit d’une mission . Elle est l’Ankou, ange de la Mort ET pour accomplir sa tâche quoi de mieux qu’une bonne cuisinière dont les mets, et gâteaux sont vantés de village en village, car personne ne sait que les gens en meurent. Jean Teulé avec une écriture alerte, nous fait cheminer avec Hélène à travers les villages bretons , et lui adjoint deux colporteurs dont les mésaventures dédramatisent la situation. Un excellent moment de lecture que je recommande qui en plus nous apprend cette histoire dont je n’avais jamais entendu parler ; presque un policier.

            les contenus multimédias

            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
            Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.