En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Florilège

        Julliard
        EAN : 9782260030133
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 140 x 225 mm
        Florilège

        Josyane SAVIGNEAU (Préface)
        Date de parution : 11/05/2017

        Disparue en janvier 2017, Annie Saumont nous a laissé une oeuvre singulière, d’une modernité absolue. Dès ses débuts, elle poursuit l’obsession d’écrire des nouvelles, rien que des nouvelles. Au gré d’anecdotes glanées ici et là, chacun de ses récits dresse un tableau de la société d’une humanité poignante. Avec sa...

        Disparue en janvier 2017, Annie Saumont nous a laissé une oeuvre singulière, d’une modernité absolue. Dès ses débuts, elle poursuit l’obsession d’écrire des nouvelles, rien que des nouvelles. Au gré d’anecdotes glanées ici et là, chacun de ses récits dresse un tableau de la société d’une humanité poignante. Avec sa concision extrême, sa parfaite maîtrise de l’ellipse et son art de la chute, elle sait en quelques pages créer un suspense. Ses personnages, antihéros solitaires, racontent leur infortune avec une franchise désarmante. Son univers s’attache à des détails, à des objets du quotidien, aux situations qui dérapent. Mais c’est plus encore à son style inimitable qu’on reconnaît l’écriture d’Annie Saumont. Une langue minimaliste qui bouscule la grammaire, tord la syntaxe, bannit les virgules, se réapproprie les mots de la rue.
        Pour Josyane Savigneau, journaliste au Monde des livres et préfacière de ce Florilège, Annie Saumont était « certainement la plus grande nouvelliste française ».

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782260030133
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 140 x 225 mm
        Julliard
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • CapitaineBapt Posté le 23 Juin 2017
          Merci à Babelio et aux éditions Julliard pour l'envoi de ce très bel ouvrage reçu lors de Masse critique. Merci doublement à l'éditeur Julliard, pour avoir continuellement publié cette grande auteur de nouvelles qu'est Annie Saumont. J'avoue que cela fait un peu plus de 15 ans que je lis épisodiquement des nouvelles de cette auteure. Découvert avec le titre "Moi les enfants j'aime pas tellement", j'ai tout de suite accroché à ces récits hachés, déstructurés et à la ponctuation invisible. Elle a indéniablement un style, une écriture que l'on retrouve difficilement ailleurs. Rien n'est jamais facile lorsqu'on commence la lecture d'un de ses ouvrages. Il faut s'accrocher, car peu de ponctuations (quasiment absence des virgules) et une écriture comme "on parle/pense". Et puis, les thèmes abordés ne sont jamais bien incroyables, Annie Saumont pointait les vicissitudes de la vie, une foule de personnages paumés, mauvais, décalés... évoluant dans un quotidien en apparence banal mais au combien poignant pour la plupart. Elle parvenait à extraire, en 3-4 pages, ce qui fait le tragique de l'existence, le sel de l'incertitude, les virages de nos destinées. Elle arrivait à créer une telle ambiance que nous établissons une véritable immersion dans la vie d'un... Merci à Babelio et aux éditions Julliard pour l'envoi de ce très bel ouvrage reçu lors de Masse critique. Merci doublement à l'éditeur Julliard, pour avoir continuellement publié cette grande auteur de nouvelles qu'est Annie Saumont. J'avoue que cela fait un peu plus de 15 ans que je lis épisodiquement des nouvelles de cette auteure. Découvert avec le titre "Moi les enfants j'aime pas tellement", j'ai tout de suite accroché à ces récits hachés, déstructurés et à la ponctuation invisible. Elle a indéniablement un style, une écriture que l'on retrouve difficilement ailleurs. Rien n'est jamais facile lorsqu'on commence la lecture d'un de ses ouvrages. Il faut s'accrocher, car peu de ponctuations (quasiment absence des virgules) et une écriture comme "on parle/pense". Et puis, les thèmes abordés ne sont jamais bien incroyables, Annie Saumont pointait les vicissitudes de la vie, une foule de personnages paumés, mauvais, décalés... évoluant dans un quotidien en apparence banal mais au combien poignant pour la plupart. Elle parvenait à extraire, en 3-4 pages, ce qui fait le tragique de l'existence, le sel de l'incertitude, les virages de nos destinées. Elle arrivait à créer une telle ambiance que nous établissons une véritable immersion dans la vie d'un personnage, parfois quelques heures, parfois pendant toute une vie. Il s'opère toujours un basculement qui fait que la personne va changer tout d'un coup d'existence, que la tournure de sa vie va prendre un cap auquel elle-même ne s'attendait pas. Dans ce recueil, beaucoup de tristesse, d'amertume, de misère, de méchanceté... mais abordé avec une telle richesse, une telle vérité, une telle acuité, une telle profondeur que cela en devient saisissant de réalisme. C'est beau, c'est fort, c'est puissant. Lire du Annie Saumont, c'est lire la vie.
          Lire la suite
          En lire moins
        • CarolineDBruihier Posté le 21 Juin 2017
          Tout d'abord je tiens à remercier les éditions Julliard ainsi que Babelio pour l'opération Masse critique qui m'ont permis de recevoir ce beau recueil ! Florilèges porte bien son titre, et la belle préface admirative de Josyane Savigneau rend bien hommage à l'oeuvre formidable d'Annie Saumont. Je me suis régalée à lire ces nouvelles, où l'on sent tout son travail d'écriture à la fois si moderne et si ciselée, aux fins toujours implacables qui témoignent de son grand savoir-faire. Le plus surprenant reste son travail sur le langue, ses dialectes, ses inventions, ses approximations. Annie Saumont fait la part belle à la langue parlée, dont elle pare ses nouvelles en ouvrant justement ses histoires aux gens du quotidien, à ceux sur lesquels on n'écrit pas forcément, aux oubliés, qui en deviennent des héros.

        Ils en parlent

        « On dit que les écrivains français ne savent pas écrire des nouvelles. Annie Saumont a prouvé le contraire. En témoigne ce « Florilège », compilation de petits bijoux. »
        Stéphanie Janicot / La Croix
        « Cette narratrice des petites choses parvenait à raconter une vie en trois pages, visant toujours le coeur de la cible. L'air de rien, Annie Saumont décrivait aussi la société, la famille, les jeunes incompris, les vieux trébuchant. »
        Christine Ferniot / Télérama
        « Capable de se fondre dans le moindre mot, la styliste faisait corps avec ses nouvelles. »
        Bernard Morlino / Le Magazine littéraire
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.