En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Garder les morts vivants

        La Découverte
        EAN : 9782348037566
        Code sériel : 210
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 228
        Format : 160 x 240 mm
        Nouveauté
        Garder les morts vivants

        Collection : Revue Réseaux
        Date de parution : 16/08/2018
        À rebours des travaux en sociologie ou anthropologie qui s’intéressent aux pratiques de deuil, au chagrin, à l’idée de perte, ce numéro de Réseaux propose de penser les pratiques médiatiques, numériques et juridiques qui, tout en actant des décès de personnes, les gardent en vie, en actualisant et déplaçant en permanence leur image et leur lien avec le monde des vivants.
        Il s’agit d’explorer les imaginaires, les régimes du dicible et du visible, les enjeux de définition que la mort recouvre dans différents domaines : des hommages en ligne, sur la page Facebook d’une personne défunte ou sur une borne numérique érigée sur les lieux d’un attentat, à la définition du... Il s’agit d’explorer les imaginaires, les régimes du dicible et du visible, les enjeux de définition que la mort recouvre dans différents domaines : des hommages en ligne, sur la page Facebook d’une personne défunte ou sur une borne numérique érigée sur les lieux d’un attentat, à la définition du statut juridique des données à caractère personnel des personnes défuntes, en passant par les hommages aux célébrités décédées dans les grands médias. Chacun de ces domaines présente une même caractéristique : celle de représenter, d’écrire, de dire et donc de définir la mort. Cette entrée par les enjeux de sémiotisation, d’écriture et de représentation conduit à interroger la manière dont la mort se dessine, se donne à voir et se réalise dans différents dispositifs. Elle soulève en outre toute une série de questions sur le rôle du langage et de l’écrit (juridique, médiatique, numérique) dans la gestion de la part affective de la mort. Aussi ce numéro choisit-il d’aborder les modes d’évocation de la mort comme autant d’expressions sensibles, d’interventions saturées d’affect et de performances émotionnelles. Au travers de cette exploration, il rend compte de la place centrale des vivants dans la fabrique des morts, et de la dimension relationnelle de toute évocation publique de la mort. Il s’agit non seulement de maintenir la relation avec les disparus mais aussi de faire communauté avec les personnes possiblement affectées par un décès.
        Élaboré à partir d’une réflexion sur les traces numériques post mortem, dans le sillage d’un projet ANR sur les Éternités numériques (2014-2018), ce numéro interroge la spécificité de l’objet mort et la façon dont l’attention portée à cet objet déplace les cadres classiques d’appréhension du sujet, de l’identité et de la communauté. Pour cela, il propose quatre contributions qui s’intéressent à la fois à la formulation juridique de la mort et aux pratiques d’hommages et d’adresses aux défunts lors de décès au retentissement collectif (à la suite des attentats de Madrid ou lorsqu’il s’agit d’une personnalité par exemple) ou intime (la perte d’un proche dans une famille, un cercle amical ou une communauté professionnelle ou de loisirs). Chacune de ces contributions se penche sur les dimensions visibles et saisissables de la mort et par contraste, de la vie, ainsi que de la relation au défunt et à ses proches. Le repérage des normes qui régissent ces hommages et ces communautés émotionnelles ouvre également la voie à une réflexion sur les rapports de pouvoir qui traversent ces communautés.
        Ce numéro de Réseaux a été coordonné par Fanny Georges, Virginie Julliard, Nelly Quemener et Hélène Bourdeloie.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782348037566
        Code sériel : 210
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 228
        Format : 160 x 240 mm
        La Découverte
        25.00 €
        Acheter
        ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
        Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com