Lisez! icon: Search engine
Nathan
EAN : 9782092492079
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 324
Format : 155 x 227 mm

Grim, fils du marais - Roman dès 12 ans

,

Collection : Roman Grand format
Date de parution : 09/09/2021
Un roman d’aventures au style inimitable
Grim est un garçon muet qui ignore son âge et cache son passé. Fuyant un mystérieux danger, il découvre un monde singulier. Un monde de castes, peuplé de différentes espèces humaines, dispersées en ilots dans un marais doré, au cœur de forêts mauves. Détenteur d’un terrible secret, Grim entame un... Grim est un garçon muet qui ignore son âge et cache son passé. Fuyant un mystérieux danger, il découvre un monde singulier. Un monde de castes, peuplé de différentes espèces humaines, dispersées en ilots dans un marais doré, au cœur de forêts mauves. Détenteur d’un terrible secret, Grim entame un périple avec de nouveaux compagnons vers le palais de la reine pour la prévenir d’un complot qui se trame contre elle…

Un roman pour les adolescents dès 12 ans. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782092492079
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 324
Format : 155 x 227 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LesDemoisellesdeChatillon Posté le 3 Janvier 2022
    En demi-teinte J'avais beaucoup apprécié les précédents titres de Gaël Aymon, en particulier Et ta vie m'appartiendra, sorte de réécriture moderne de La peau de chagrin. Avec Grim, fils du marais, l'auteur se frotte à nouveau à de grands classiques de la littérature mais de manière beaucoup plus subtile. Il nous envoie cette fois dans un monde fantastique, à la croisée de l'Odyssée et du Magicien d'Oz, très riche mais qui ne m'a pourtant pas entièrement convaincue. Grim est en fuite. Sur le marais, le danger rôde. Et ce n'est pas à la Ruche que le petit garçon trouvera la paix car même la Reine est menacée. Accompagné des quelques amis qu'il se fera en chemin, Grim est en route pour le Palais... Le monde créé par l'auteur est vraiment intéressant. Il est riche et complexe - trop peut-être parfois pour de jeunes lecteurs... J'ai aimé le système de castes, ce qui n'est pas d'une très grande originalité dans le genre mais les différents "types" d'humains le sont par contre. On pénètre dans un monde étrange. On ne sait ni où ni quand nous sommes, on se sent aussi perdu que Grim et en ça c'est une réussite. Je n'ai par contre pas du tout... En demi-teinte J'avais beaucoup apprécié les précédents titres de Gaël Aymon, en particulier Et ta vie m'appartiendra, sorte de réécriture moderne de La peau de chagrin. Avec Grim, fils du marais, l'auteur se frotte à nouveau à de grands classiques de la littérature mais de manière beaucoup plus subtile. Il nous envoie cette fois dans un monde fantastique, à la croisée de l'Odyssée et du Magicien d'Oz, très riche mais qui ne m'a pourtant pas entièrement convaincue. Grim est en fuite. Sur le marais, le danger rôde. Et ce n'est pas à la Ruche que le petit garçon trouvera la paix car même la Reine est menacée. Accompagné des quelques amis qu'il se fera en chemin, Grim est en route pour le Palais... Le monde créé par l'auteur est vraiment intéressant. Il est riche et complexe - trop peut-être parfois pour de jeunes lecteurs... J'ai aimé le système de castes, ce qui n'est pas d'une très grande originalité dans le genre mais les différents "types" d'humains le sont par contre. On pénètre dans un monde étrange. On ne sait ni où ni quand nous sommes, on se sent aussi perdu que Grim et en ça c'est une réussite. Je n'ai par contre pas du tout adhéré au style d'écriture. C'est très personnel mais je n'aime pas le style parlé. Grim, enfant muet, est le narrateur de l'histoire. Il parle donc avec un peu de naïveté mais là n'a pas été mon plus gros problème. Je peux parfaitement passer au-dessus de la suppression de la négation - bien que je préfère que ce soit uniquement dans les dialogues et non tout du long - les erreurs grammaticales me posent nettement plus de soucis. Les "malgré que" m'ont fait mal, vraiment. D'accord c'est un enfant qui s'exprime mais imprimer dans un livre des erreurs de ce type me fait me demander comment un jeune lecteur le reçoit. Verra-t-il la faute ou trouvera-t-il parfaitement normal ensuite d'écrire "malgré que" puisqu'il l'a lu dans un livre ? Il y a quelques longueurs mais l'aventure de Grim reste très plaisante à suivre. J'ai particulièrement aimé les valeurs véhiculées : le refus de se soumettre à sa prédestinée, l'ouverture à la différence, l'amitié, les dangers de la science à outrance et de l'eugénisme... J'ai pensé tout le long de ma lecture au Magicien d'Oz et la citation de Lyman Frank Baum à la fin de l'ouvrage m'a fait sourire. En somme, c'est une lecture en demi-teinte. J'ai aimé l'univers créé par l'auteur mais je l'ai trouvé un peu trop complexe pour de jeunes lecteurs et je n'ai pas adhéré au parti-pris du style narratif. Grim, fils du marais est un OLNI qui fera le bonheur des grands ados amateurs de fantastique (qui sauront sûrement mieux que moi passer au-dessus de la grammaire).
    Lire la suite
    En lire moins
  • Analire Posté le 6 Décembre 2021
    Gaël Aymon est un auteur français de romans jeunesse que je connais bien, puisque j’ai déjà pu apprécier dans le passé plusieurs de ses histoires. Ces dernières étaient plutôt réalistes et rationnelles, elles traitaient de thématiques actuelles, je pense notamment à Silent boy, qui parlait d’harcèlement scolaire, ou à Et ta vie m’appartiendra, sorte de réécriture du célèbre roman d’Honoré de Balzac, Peau de chagrin. Avec Grim fils du marais, Gaël Aymon nous embarque dans un univers fantastique et merveilleux sorti tout droit de son imagination. Grim, un jeune enfant muet vivant dans une forêt mystérieuse, fui un ennemi inconnu. Il se réfugie dans une Ruche, lieu intriguant, où des Nourrices élèvent des enfants et leur apprennent à vivre dans un monde complexe. Jarvin, l’une des Nourrice, prend Grim sous son aile. La Nourrice essaie tant bien que mal de cerner ce garçon et de comprendre ce qui l’amène dans la Ruche : fuit-il un ennemi ? est-il un fugueur ? Lorsqu’il est l’heure pour les enfants de rejoindre leurs Maisons respectives – Auxiliants, Combattants, Servants ou Reproduisants… -, la couvée censée les remplacer se trouve vide. Jarvin décide de percer à jour ce mystère et emmène Grim avec lui jusqu’au... Gaël Aymon est un auteur français de romans jeunesse que je connais bien, puisque j’ai déjà pu apprécier dans le passé plusieurs de ses histoires. Ces dernières étaient plutôt réalistes et rationnelles, elles traitaient de thématiques actuelles, je pense notamment à Silent boy, qui parlait d’harcèlement scolaire, ou à Et ta vie m’appartiendra, sorte de réécriture du célèbre roman d’Honoré de Balzac, Peau de chagrin. Avec Grim fils du marais, Gaël Aymon nous embarque dans un univers fantastique et merveilleux sorti tout droit de son imagination. Grim, un jeune enfant muet vivant dans une forêt mystérieuse, fui un ennemi inconnu. Il se réfugie dans une Ruche, lieu intriguant, où des Nourrices élèvent des enfants et leur apprennent à vivre dans un monde complexe. Jarvin, l’une des Nourrice, prend Grim sous son aile. La Nourrice essaie tant bien que mal de cerner ce garçon et de comprendre ce qui l’amène dans la Ruche : fuit-il un ennemi ? est-il un fugueur ? Lorsqu’il est l’heure pour les enfants de rejoindre leurs Maisons respectives – Auxiliants, Combattants, Servants ou Reproduisants… -, la couvée censée les remplacer se trouve vide. Jarvin décide de percer à jour ce mystère et emmène Grim avec lui jusqu’au Haras où se trouve les Dames et Sieurs qui fournissent les Damoiselles au Palais de la Reine pour qu’elle puisse faire naître de nouveaux enfants. Là-bas, c’est avec horreur que Jarvin et Grim se retrouvent au coeur d’un complot qui les dépasse : les Haras se révoltent et veulent renverser le Palais et tuer la Reine. Une décision qui mettrait en péril toute l’humanité. J’ai été comblée par l’inventivité de l’auteur. Je ne suis pas une grande adepte du fantastique et encore moins de la fantasy ; pourtant, ici, le doux mélange des genres crée un univers onirique accessible à tous, qui nous plonge immédiatement dans un monde féerique, où l’on se retrouve comme des enfants émerveillés. C’est une histoire dynamique, dans laquelle on ne s’ennuie pas. Les aventures s’enchaînent avec aisance et volupté. De nombreuses références sont faites aux contes et légendes anciennes, dans lesquels des héros tels que Ulysse, Lancelot et j’en passe, réussissent des exploits hors du commun. Nos héros s’identifient aisément à ces héros : ils sont engagés, même au péril de leur vie, terriblement courageux et ils accomplissent des exploits au profit d’une communauté, celle de la Reine, dont dépend la survie de leur Maison, de leur vie et de l’humanité toute entière. J’ai adoré découvrir les différentes particularités des personnages qui parsèment l’histoire. J’ai particulièrement apprécié la joyeuse bande de héros que nous suivons du début à la fin : Grim, Jarvin, Felée, Halona, Cheveyo. Malgré les différences de culture, d’éducation, de façons de penser, ils arrivent à cohabiter et à avancer ensemble vers un objectif commun. Une belle et solide amitié naît entre ces cinq personnages, qui fait chaud au coeur et plaisir à voir. J’adresse une maison spéciale à la maison d’éditions, qui s’est surpassée sur le design du livre, en produisant une magnifique couverture, lumineuse, vive, qui promet des aventures merveilleuses. L’histoire est également entrecoupée de dessins en noir et blanc réalisés par Violaine Leroy, que j’aurais grandement apprécié voir plutôt en couleurs. Mais sans doute est-ce une question de coût (fournir des dessins en papier glacé et en couleurs aurait augmenté considérablement le prix du livre). Tout de même, elles permettent de se représenter encore plus concrètement cet univers fantastique qui nous enchante. Le seul point négatif que je vois à souligner, c’est le style d’écriture. Le narrateur, qui est également notre héros, Grim, s’exprime d’une manière un peu niaise, en coupant volontairement certaine phrase, en mâchant certains mots, en obstruant totalement la forme négative ; ce qui donne un style décousu, un peu simple, peu français finalement, qui pourrait donner un mauvais exemple aux jeunes lecteurs qui le lit. Un roman fantastique féerique, qui nous plonge dans un univers onirique merveilleux, tout en nous faisant vivre milles aventures extraordinaire. C'est une réussite : bravo !
    Lire la suite
    En lire moins
  • SophieLesBasBleus Posté le 3 Décembre 2021
    Je garde une impression assez mitigée après la lecture du livre de Gaël Aymon. En effet, si j'ai été absolument épatée par la richesse et l'inventivité de l'univers dans lequel évoluent les personnages, j'ai parfois eu du mal à me représenter le fonctionnement de cette société où règne la prédétermination. Cela tient probablement au fait que le récit soit construit autour du seul point de vue de Grim, un enfant justement prédestiné à tout ignorer et, au début, incapable de communiquer avec les autres. Si bien que tous les repères du lecteur disparaissent et qu'il lui faut accepter de ne se laisser porter que par la narration. Par exemple, le vocabulaire désignant les lieux et les fonctions se réfère, au début, à la société des abeilles (la Ruche, le grand nid, le couvain, la Reine...) et il m'a été difficile de m'imaginer les personnages comme des humains. De plus, les rôles de chaque "caste" de cette société ne prennent sens que très tardivement dans le récit : que sont les Damoiseaux et Damoiselles ? Quelle est leur origine ? Sont-ils enfants des Dames et des Sieurs des Haras, comme les chapitres 7 et 8 le laissent entendre ? Ou... Je garde une impression assez mitigée après la lecture du livre de Gaël Aymon. En effet, si j'ai été absolument épatée par la richesse et l'inventivité de l'univers dans lequel évoluent les personnages, j'ai parfois eu du mal à me représenter le fonctionnement de cette société où règne la prédétermination. Cela tient probablement au fait que le récit soit construit autour du seul point de vue de Grim, un enfant justement prédestiné à tout ignorer et, au début, incapable de communiquer avec les autres. Si bien que tous les repères du lecteur disparaissent et qu'il lui faut accepter de ne se laisser porter que par la narration. Par exemple, le vocabulaire désignant les lieux et les fonctions se réfère, au début, à la société des abeilles (la Ruche, le grand nid, le couvain, la Reine...) et il m'a été difficile de m'imaginer les personnages comme des humains. De plus, les rôles de chaque "caste" de cette société ne prennent sens que très tardivement dans le récit : que sont les Damoiseaux et Damoiselles ? Quelle est leur origine ? Sont-ils enfants des Dames et des Sieurs des Haras, comme les chapitres 7 et 8 le laissent entendre ? Ou bien sont-ils enfants de la Reine comme le raconte Ukim (p. 308) "C'étaient des bébés minuscules, qui étaient envoyés par les quatre tunnels dans les quatre zones du Palais : une pour les enfants Auxiliants, une pour les Servants, une pour les Combattants, et une autre pour vous, mes Damoiselles et mes Damoiseaux !" ? La fin du roman apporte, certes, beaucoup de réponses et si les principes de cette société deviennent plus clairs, un certain flou a continué, pour moi, de baigner tout ce qui amène l'issue du récit. Le foisonnement de cet univers le rend complexe à appréhender dans le détail, en tout cas lors d'une première lecture. Les difficultés de compréhension viennent également, me semble-t-il, du style de la narration. Pris en charge par Grim, enfant muet, ayant grandi hors la société où il se trouve projeté, le récit est conduit dans un registre familier oralisé (absence de marques de négation, ellipses syntaxiques, pas toujours de concordance des temps). Ce qu'il voit est, pour lui, incompréhensible car il ne possède pas les codes régissant cette organisation sociale. Le lecteur est donc dans la même situation, ce qui permet l'identification, le suspense et la crainte. La cohérence de ces choix narratifs est indiscutable, mais il n'en reste pas moins que cette écriture ajoute, à mon avis, une difficulté de compréhension. Mais peut-être que des lecteurs plus jeunes y seront moins sensibles que moi ! Ce qui m'apparaît, en revanche, extrêmement stimulant et fécond ce sont les thématiques portées par ce roman étonnant. Que ce soit les résonances avec notre société actuelle, le respect des différences, les significations philosophique, politique, sociale, du "vivre ensemble", la définition de la rébellion, la cruauté d'un monde fondé sur l'apparence, ou les risques des manipulations génétiques, les sujets de réflexion ne manquent pas ! En ce sens, le roman de Gaël Aymon ouvre tout un champ d'interprétations d'une richesse considérable et permet de prolonger l'aventure de Grim par de multiples débats tant littéraires que philosophiques.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Boom Posté le 27 Octobre 2021
    ... L’imaginaire de l’auteur m’a complètement emporté et immergé dans la vie de Grim. Je me suis très vite attachée à ce personnage si calme mais au courage impressionnant. Il fait preuve également de malice pour se sortir de situations compliquées et dangereuses, et il est également un fin observateur. Découvrir toute cette histoire à ces côtés a été un véritable plaisir ! Je ne peux que vous inviter à découvrir ce roman de Gaël Aymon, vous allez être époustouflé par l’histoire de Grim, sans aucun doute !
  • Anarya Posté le 22 Septembre 2021
    Grim est un garçon muet qui a toujours vécu dans la dangereuse Forêt Mouvante. Après un terrible événement, il est contraint de fuir et découvre enfin le monde qui ne se limite pas à sa forêt. Il y découvre un système de castes, où chacun à son utilité – Nourrice, Construisant, Combattant ou encore Guérissant, Dame et Sieur, etc. Mais il se retrouve aussi bientôt mêlé à un vaste complot qui vise à renverser la Reine, leur mère à tous, et se lance avec de nombreux compagnons dans un périple pour la prévenir du danger qui la menace. Quel univers ! Quel souffle et quel style ! Dès les premières pages de ce roman d’aventure singulier, oscillant entre fantasy et dystopie, on est complètement happé par le récit. Dans la peau et l’esprit de Grim, on découvre en même temps que lui ce monde étrange, construit autour d’une Reine toute-puissante qui a créé chaque être et leur a assigné des tâches précises et utiles au bon fonctionnement de leur civilisation et à la survie de l’humanité. Si l’univers présenté ressemble à ce que vous connaissez des sociétés de fourmis ou d’abeilles, ce n’est pas un hasard... Grim est un garçon muet qui a toujours vécu dans la dangereuse Forêt Mouvante. Après un terrible événement, il est contraint de fuir et découvre enfin le monde qui ne se limite pas à sa forêt. Il y découvre un système de castes, où chacun à son utilité – Nourrice, Construisant, Combattant ou encore Guérissant, Dame et Sieur, etc. Mais il se retrouve aussi bientôt mêlé à un vaste complot qui vise à renverser la Reine, leur mère à tous, et se lance avec de nombreux compagnons dans un périple pour la prévenir du danger qui la menace. Quel univers ! Quel souffle et quel style ! Dès les premières pages de ce roman d’aventure singulier, oscillant entre fantasy et dystopie, on est complètement happé par le récit. Dans la peau et l’esprit de Grim, on découvre en même temps que lui ce monde étrange, construit autour d’une Reine toute-puissante qui a créé chaque être et leur a assigné des tâches précises et utiles au bon fonctionnement de leur civilisation et à la survie de l’humanité. Si l’univers présenté ressemble à ce que vous connaissez des sociétés de fourmis ou d’abeilles, ce n’est pas un hasard et l’analogie se dévoile tout le long du roman. Malgré le handicap de Grim, qui se trouve être bien gênant quand on veut comprendre, se faire comprendre et que l’on est détenteur de secrets, le garçon va s’attirer la protection et la sympathie de plusieurs personnages qui vont l’accompagner dans une quête aussi dangereuse qu’essentielle à la survie de tous ! Et, surtout, son regard neuf, voire naïf, sur le monde qu’il découvre sera le point de départ d’une réflexion juste et fascinante sur la notion de singularité et de collectif. Car au-delà de l’aventure passionnante et haletante, le roman de Gaël Aymon est avant tout une magnifique réflexion sur la force de l’amitié. Qu’importe l’étrangeté de l’un, la différence de l’autre, l’important réside dans le respect et l’amitié que l’on porte à l’autre, l’acceptant dans son entier, avec ses qualités et ses défauts. Une notion simple et universelle qu’il n’est jamais inutile de rappeler… La singularité et la réussite de ce roman tient aussi au style, une écriture très visuelle qui éveille tout de suite notre imaginaire pour une immersion immédiate dans cet univers marécageux, et une voix curieuse qui se démarque, rappelant ce qu’a pu faire Patrick Ness dans Le chaos en marche. Elle est aussi dans la description de cet univers et de ces castes à la création et l’utilité aussi terribles que fascinantes, qui offre quelques bons moments de frissons et une certaine exigence qui provoque la réflexion. Enfin, les illustrations de Violaine Leroy qui accompagnent le récit. Toujours trop rares en littérature ado, elles apportent ici une vision de l’univers et son style au crayon et à l’encre adoucit l’âpreté du monde de Grim. Un roman palpitant et profond comme on les aime. Ne passez pas à côté !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés