Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266245555
Code sériel : 7171
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 130 x 185 mm

Hawkmoon / Intégrale 2

Gérard LEBEC (Traducteur), Stéphane DESA (Direction de collection)
Date de parution : 10/03/2016
Le Comte Airain
Le Champion de Garathorm
La Quête de Tanelorn


Le Ténébreux Empire est vaincu, la paix est revenue, Hawkmoon et Yisselda règnent sagement de leur château reconstruit.
Mais la sérénité est un rêve inaccessible au Champion Éternel. Le spectre du Comte Airain hante les marais à la recherche de Hawkmoon. Et ce...
Le Comte Airain
Le Champion de Garathorm
La Quête de Tanelorn


Le Ténébreux Empire est vaincu, la paix est revenue, Hawkmoon et Yisselda règnent sagement de leur château reconstruit.
Mais la sérénité est un rêve inaccessible au Champion Éternel. Le spectre du Comte Airain hante les marais à la recherche de Hawkmoon. Et ce n’est que le début de ses tourments. Des passages s'ouvrent, d'autres se referment, emportant ceux qui lui sont le plus chers et déchaînant le chaos dans ce monde. Le multivers est à la fois un piège et la seule voie possible pour découvrir les réponses...
C'est à Tanelorn, la mythique cité perdue, que la confrontation de l’Épée Noire et du Bâton Runique révélera la nature du Champion Éternel.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266245555
Code sériel : 7171
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 130 x 185 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • laulautte Posté le 20 Juin 2020
    We can be heroes, just for one day. Cette deuxième intégrale de La Légende de Hawkmoon, regroupant les trois derniers tomes du cycle (Le Comte Airain, Le Champion de Garathorm, La Quête de Tanelorn, écrits de 1973 à 1975) multiverse plus qu’elle ne pulse. Chaque tome est l'écho des perpétuelles incarnations du Champion Eternel, croise les autres récits du multivers de l’auteur et se lit comme un élément de cet ensemble cohérent pour le lecteur familier qui se joue des innombrables permutations entre les personnages, les lieux, autres objets magiques et ornements… pour d’autres (comme moi, qui n’a pas eu une grande idée de découvrir Moorcock avec Hawkmoon), seule l’imagination débordante de l’auteur, plus d’humanisme dans cette intégrale que d’énergie comme dans la première, ne mène pas à une certaine lassitude. Michael Moorcock boucle avec le personnage de Hawkmoon son incommensurable multivers centré sur le canon du Champion Eternel, et cette idée que nous pouvons être cet héros dont le monde devrait pouvoir se passer. Cette deuxième intégrale est tout autant que la première une modeste distraction qui suscite pourtant l’envie de connaître les effroyables et incroyables aventures des Trois qui Sont Un, en commençant par celles de Corum…
  • BazaR Posté le 27 Août 2016
    A priori, le deuxième volume de l’intégrale de « La légende de Hawkmoon » ne s’imposait pas. Hawkmoon avait déjà réglé ses comptes avec le Ténébreux Empire de Granbretanne ; certains de ses compagnons étaient décédés dans l’aventure, d’autres avaient survécu. Que dire de plus ? Eh bien ce sillage de l’œuvre principale s’est, à ma grande surprise, révélé particulièrement plaisant. Comme s’il était resté insatisfait de la fin donnée à son cycle, Michael Moorcock décide de la modifier. A coup de voyage dans le temps (qui évoquent Doctor Who comme dit si bien Alfaric) et de balades dans des univers parallèles, Moorcock rebat ses cartes, élimine les poussières de l’Empire qui trainaient ici et là et offre une seconde chance à certains personnages trop tôt disparus. Au final je pense que, parmi les avatars du Champion Éternel, c’est Hawkmoon qui gagne le destin le plus heureux. Mais au-delà du simple Hawkmoon, Moorcock met un point final à l’ensemble de son multivers baigné à l’eau des comics. L’ensemble des forces fondamentales – le Bâton Runique, l’Épée Noire, la Balance Cosmique, le Champion et son Compagnon – sont convoqués au tribunal dirigé par leur créateur (je parle de l’auteur) qui les balaie... A priori, le deuxième volume de l’intégrale de « La légende de Hawkmoon » ne s’imposait pas. Hawkmoon avait déjà réglé ses comptes avec le Ténébreux Empire de Granbretanne ; certains de ses compagnons étaient décédés dans l’aventure, d’autres avaient survécu. Que dire de plus ? Eh bien ce sillage de l’œuvre principale s’est, à ma grande surprise, révélé particulièrement plaisant. Comme s’il était resté insatisfait de la fin donnée à son cycle, Michael Moorcock décide de la modifier. A coup de voyage dans le temps (qui évoquent Doctor Who comme dit si bien Alfaric) et de balades dans des univers parallèles, Moorcock rebat ses cartes, élimine les poussières de l’Empire qui trainaient ici et là et offre une seconde chance à certains personnages trop tôt disparus. Au final je pense que, parmi les avatars du Champion Éternel, c’est Hawkmoon qui gagne le destin le plus heureux. Mais au-delà du simple Hawkmoon, Moorcock met un point final à l’ensemble de son multivers baigné à l’eau des comics. L’ensemble des forces fondamentales – le Bâton Runique, l’Épée Noire, la Balance Cosmique, le Champion et son Compagnon – sont convoqués au tribunal dirigé par leur créateur (je parle de l’auteur) qui les balaie d’un revers de la main. Foin de ces artifices divins qui veulent gouverner la destinée de l’homme. L’homme n’en a pas besoin. Il peut, il doit se prendre en main et affronter son destin seul, avec ses propres forces et surtout, une grande confiance en ses capacités. C’est le message profondément humaniste que Moorcock livre à son public. Personnellement j’ai encore du chemin à parcourir dans ce multivers. Je le reprendrai un de ces jours, certainement avec la Quête d’Érekosë.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.