Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782259205405
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1152
Format : 154 x 240 mm
Histoires parallèles
Collection : Feux croisés
Date de parution : 08/03/2012
Éditeurs :
Plon
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus

Histoires parallèles

Collection : Feux croisés
Date de parution : 08/03/2012

Un événement littéraire historique: une œuvre monumentale, considérée par la critique mondiale comme "le Guerre et Paix du 21e siècle".

« Il ne faut pas longtemps pour que l’œil humain s’accommode aux ténèbres. »

Chef d’œuvre de Péter Nádas - dix-huit ans d’écriture, plus de cinq ans de traduction, une centaine...

« Il ne faut pas longtemps pour que l’œil humain s’accommode aux ténèbres. »

Chef d’œuvre de Péter Nádas - dix-huit ans d’écriture, plus de cinq ans de traduction, une centaine de personnages, tout à la fois chaos total et structure absolue -, Histoires parallèles faisait scandale en Hongrie avant même...

« Il ne faut pas longtemps pour que l’œil humain s’accommode aux ténèbres. »

Chef d’œuvre de Péter Nádas - dix-huit ans d’écriture, plus de cinq ans de traduction, une centaine de personnages, tout à la fois chaos total et structure absolue -, Histoires parallèles faisait scandale en Hongrie avant même sa publication et paraît à présent dans le monde entier.
Balayant soixante ans d’une Europe livrée aux remugles de l’Histoire et aux bouleversements de la société, le livre fait se côtoyer les époques dans un écho sans cesse démultiplié. La barbarie nazie résonne, répercutée à l’infini, d’histoire en histoire, les corps se libèrent parfois, la parole demeure souvent trompeuse, le sexe entravé débonde dans l’ombre, impudique et brut. Mystérieux et complexe, le roman fonctionne comme une chambre d’écho, traversée de stridences et de grondements, Nádas joue de la langue comme d’une flûte à serpents, et le lecteur, tour à tour fasciné, épuisé, révulsé, est toujours irrésistiblement attiré par son chant complexe et puissant. Ambitieux, exigeant, profond et brûlant, le texte de Nádas crée un monde à la fois palpable et insaisissable, apparemment anarchique, mais infiniment structuré, irrémédiablement clos et démesurément libre.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259205405
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1152
Format : 154 x 240 mm
Plon
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus

Ils en parlent

Devant ce livre, on peut hésiter, comme on le ferait devant une immense paroi à gravir à mains nues : dix-huit ans d'écriture, plus de cinq pour la traduction, et un demi-siècle d'histoire embrassé dans une chronologie heurtée où s'entremêlent destins collectifs et individuels. Péter Nádas, né en 1942 à Budapest, auteur de La Fin d'un roman de famille (1991) et du Livre des mémoires (1998), est un de ces écrivains hongrois qui, tel Péter Esterházy, affrontent la longue durée, brassant les décennies et les convulsions de leur pays. Ces Histoires parallèles, qui closent la trilogie, il serait vain de vouloir les résumer. Une multitude de personnages, une imbrication d'époques, depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu'aux lendemains de l'effondrement du mur de Berlin, une écriture sous tension, des chapitres qui oscillent entre cruauté et intimité, tout cela compose une fresque démentielle qui n'autorise aucune dérobade au lecteur

Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • collectifpolar 22/02/2021
    Sur fond de chute du mur de Berlin, une intrigue qui mêle de multiples destins et s'ouvre sur la découverte par un jogger d'un cadavre dans un jardin public. Un roman très ambitieux et très remarqué. Il est référencé comme roman policier mais c'est plus une fresque historique qu'un "simple" polar, l'enquête n'étant qu'un prétexte pour nous immerger dans cette histoire folle conté par l’écriture dense de Peter Nadas. Je comprends , les critiques parfois dithyrambiques de cet ouvrage qui nous plonge dans le tumulte des peuples qui s’affrontent et dans l’histoire insensée de notre humanité.
  • mdhennin 08/05/2012
    L'écriture de Nadas est d'une densité telle qu'elle mène le lecteur à l'étouffement, tandis que, paradoxalement, l'auteur parvient à figer le temps, à étirer chaque instant à l'infini pour scruter chacune des secondes qui s'égrène au microscope des sentiments et des émotions. On en ressort engourdi, hébété, comme traversant un brouillard épais : les mains tâtonnent, palpent minutieusement les objets alentours, mais ne permettent pas d'avoir une vision d'ensemble, ce qui est dommage et frustrant. On devine que l'on flotte au milieu d'un chef d’œuvre à la puissance historique époustouflante, mais sans table d'orientation, sans guide, sans accompagnateur, on se perd, on s'essouffle. Ces histoires parallèles ne se croisent que de loin en loin et l'on s'y égare trop facilement.
Inscrivez-vous à la newsletter Plon
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…