En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Homicides multiples dans un hôtel miteux des bords de Loire

        Sonatine
        EAN : 9782355842238
        Code sériel : 113
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 140 x 220 mm
        Homicides multiples dans un hôtel miteux des bords de Loire

        Élodie LEPLAT (Traducteur)
        Date de parution : 19/09/2013

        Vous aimez Agatha Christie et l’humour anglais ?

        « Le polar vient de trouver son Monty Python ! » Le Point

        Ethelred Tressider, obscur auteur de polars, ne fait rien comme tout le monde. Sa crise de la quarantaine, par exemple. Quand un homme ordinaire s’achète une Harley-Davidson, fonde un groupe de heavy metal ou trouve le chemin de...

        « Le polar vient de trouver son Monty Python ! » Le Point

        Ethelred Tressider, obscur auteur de polars, ne fait rien comme tout le monde. Sa crise de la quarantaine, par exemple. Quand un homme ordinaire s’achète une Harley-Davidson, fonde un groupe de heavy metal ou trouve le chemin de Dieu, Ethelred, lui, a préféré disparaître en abandonnant tout derrière lui. C’était compter sans son agent, la terrible Elsie Thirkettle, qui, lancée sur ses traces, ne tarde pas à le retrouver dans une auberge miteuse des bords de Loire, peuplée de quelques philatélistes réunis pour la foire aux timbres du village. Alors que tous deux s’apprêtent à repartir pour l’Angleterre, un de ces collectionneurs obsessionnels a la mauvaise idée de se faire assassiner. Tous les hôtes étant assignés à résidence, nos protagonistes vont en profiter, faute de mieux, pour mettre leur sagacité à l’épreuve. Lorsque deux autres clients sont retrouvés morts, Elsie et Ethelred, dont le séjour commence dangereusement à ressembler à un roman de leur auteur favori, Agatha Christie, vont redoubler d’enthousiasme. Auront-ils enfin l’opportunité dont ils rêvent depuis toujours de réunir tous les suspects d’une affaire dans un grand salon afin de leur révéler le nom du coupable ?

        Loin des thrillers sombres et tourmentés, L. C. Tyler nous propose ici un hommage aussi irrésistible qu’astucieux à l’âge d’or du roman policier, époque bénie où le meurtrier avait un mobile précis, des moyens à la portée de tous et une intelligence plus pratique que démoniaque. Jouant sur tous les clichés et multipliant les mises en abyme, il nous offre ainsi un petit bijou du genre.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355842238
        Code sériel : 113
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 140 x 220 mm
        Sonatine
        18.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • liberliber Posté le 26 Septembre 2017
          Après un an de « séparation », l'agente littéraire Elsie Thirkettle retrouve son écrivain « préféré » Ethelred Tressider dans un hôtel vieillot de Chaubord, une bourgade des bords de Loire. A peine arrivée, la boulimique de chocolat « assiste » à l'assassinat de deux des hôtes. Enchaînant gaffe sur gaffe, la pétulante Elsie mène l'enquête. Truffée de références à la « reine du crime » Agatha Christie et surfant sur un humour typiquement british, cette lecture est plaisante mai je l'ai très vite oubliée.
        • Sharon Posté le 19 Avril 2017
          Si vous avez envie de suivre l’itinéraire de deux enquêteurs pas doués du tout mais qui sont persuadés de l’être, le tout remplis de moments très drôles, vous êtes au bon endroit. Il s’est passé un an depuis l’intrigue de la Fiat rouge (que je n’ai pas encore lu) et Elsie retrouve avec surprise Ethelred. Elle a un aveu à lui faire, mais celui-ci attendra : il est plus urgent et je ne parle pas de l’écriture du dernier manuscrit de notre auteur de troisième zone. Comme le dit si bien Elsie : Les petits garçons s’attirent toujours des ennuis, mais on ne leur en veut jamais longtemps, pas vrai ? Le petit garçon revient des Indes, après quelques déboires sentimentaux. Il loge dans un hôtel qui n’a certainement reçu aucune étoile dans aucun guide. Oui, cela existe, si l’on cherche bien (note : il est même des hôtels avec étoiles qui à certaines périodes de l’année, laissent franchement à désirer). En revanche, dans la belle ville de Chaubord siège une magnifique chocolaterie, qui confectionne des chocolats tout aussi splendides. Idéal pour Elsie ! Ne ratez pas sa merveilleuse évasion de l’hôtel prison pour acquérir un ballotin de ses merveilles. Et l’enquête ?... Si vous avez envie de suivre l’itinéraire de deux enquêteurs pas doués du tout mais qui sont persuadés de l’être, le tout remplis de moments très drôles, vous êtes au bon endroit. Il s’est passé un an depuis l’intrigue de la Fiat rouge (que je n’ai pas encore lu) et Elsie retrouve avec surprise Ethelred. Elle a un aveu à lui faire, mais celui-ci attendra : il est plus urgent et je ne parle pas de l’écriture du dernier manuscrit de notre auteur de troisième zone. Comme le dit si bien Elsie : Les petits garçons s’attirent toujours des ennuis, mais on ne leur en veut jamais longtemps, pas vrai ? Le petit garçon revient des Indes, après quelques déboires sentimentaux. Il loge dans un hôtel qui n’a certainement reçu aucune étoile dans aucun guide. Oui, cela existe, si l’on cherche bien (note : il est même des hôtels avec étoiles qui à certaines périodes de l’année, laissent franchement à désirer). En revanche, dans la belle ville de Chaubord siège une magnifique chocolaterie, qui confectionne des chocolats tout aussi splendides. Idéal pour Elsie ! Ne ratez pas sa merveilleuse évasion de l’hôtel prison pour acquérir un ballotin de ses merveilles. Et l’enquête ? Elle progresse, et pas grâce à nos enquêteurs émérites, avec ou sans chocolat. D’ailleurs, Elsie a son mot à dire sur la chose : Ma foi, songeai-je, c’est une bonne chose que le contribuable français ignore qu’il est loin d’en avoir pour son argent. L’enquête n’avait démarré que deux jours auparavant et ils partaient déjà la queue entre les jambes. Maigret devait se retourner dans sa tombe. Les enquêtes d’Elsie et Ethelred sont drôles et reposantes, pas inoubliables, certes, mais ce n’est pas ce qu’on leur demande.
          Lire la suite
          En lire moins
        • rickiss Posté le 17 Août 2016
          On retrouve avec bonheur dans ce second tome l'improbable Ethelred Tressider et sa pétulante agent littéraire Elsie Thirkettle. Fous rires ganratis et frissons de plaisir livresques dans cette aventure au parfum nostalgique d'un bon vieil Agatha Christie, dont L.C. Tyler emprunte habilement les codes tout en les détournant suffisamment pour ne pas tomber dans la pâle copie -nous sommes plutôt ici dans un hommage affectueux et gentiment irrévérencieux. Sans s'attendre à une enquête renversante ou un roman époustouflant, le lecteur peut espérer passer un très agréable moment de lecture. Détente et fous rires, voilà un programme auquel, personnellement, je ne résiste pas. L'habile mise en abyme finale amène le lecteur à prendre un peu de distance avec le roman, invitant à ne pas croire sans réserve tout ce que nous dit l'auteur... car c'est bien connu, certains auteurs sont parfois de vrais "embrouilleurs professionnels" !
        • litteraturepassion Posté le 17 Août 2016
          Elsie, agent littéraire, a fort à faire avec son auteur fétiche, Ethelred Tressider, obscur auteur de polars et, à ses moments perdus, écrivant également des romans à l'eau de rose. Il ne trouve rien de mieux à faire que de tout plaquer, crise de la cinquantaine oblige, pour partir avec une femme qu'elle n'hésite pas à qualifier de "morue". Mais la belle histoire tourne court, et il se retrouve vite seul, contraint de recontacter Elsie, d'autant qu'elle a bloqué ses comptes. Ils se retrouvent dans un hôtel miteux des bords de Loire, qui est le QG de philatélistes présents pour une foire aux timbres qui se tient dans le coin. Mais alors qu'ils s'apprêtent à quitter cet endroit pour le moins sordide (le papier peint se décolle aux murs!), ne voilà t-il pas qu'un des collectionneurs a la mauvaise idée de mourir assassiné. Tous les clients sont alors assignés à résidence. Pas question pour nos deux héros de rater cette occasion inespérée de mettre à profit ce qu'ils savent faire, à savoir résoudre des enquêtes, d'autant qu'un second meurtre est rapidement perpétré. Et Elsie ne rêve alors plus que d'une chose :... Elsie, agent littéraire, a fort à faire avec son auteur fétiche, Ethelred Tressider, obscur auteur de polars et, à ses moments perdus, écrivant également des romans à l'eau de rose. Il ne trouve rien de mieux à faire que de tout plaquer, crise de la cinquantaine oblige, pour partir avec une femme qu'elle n'hésite pas à qualifier de "morue". Mais la belle histoire tourne court, et il se retrouve vite seul, contraint de recontacter Elsie, d'autant qu'elle a bloqué ses comptes. Ils se retrouvent dans un hôtel miteux des bords de Loire, qui est le QG de philatélistes présents pour une foire aux timbres qui se tient dans le coin. Mais alors qu'ils s'apprêtent à quitter cet endroit pour le moins sordide (le papier peint se décolle aux murs!), ne voilà t-il pas qu'un des collectionneurs a la mauvaise idée de mourir assassiné. Tous les clients sont alors assignés à résidence. Pas question pour nos deux héros de rater cette occasion inespérée de mettre à profit ce qu'ils savent faire, à savoir résoudre des enquêtes, d'autant qu'un second meurtre est rapidement perpétré. Et Elsie ne rêve alors plus que d'une chose : réunir tout le monde dans le grand salon, comme sait si bien le faire Agatha Christie dans ses romans, pour révéler le nom du meurtrier qu'elle aura réussi à confondre. Dès les premières lignes le ton est donné. Nous avons face à nous un récit rythmé et plein d'humour. Il met en scène des personnages désopilants et réjouissants. De situations abracadabrantesques en situations abracadabrantesques, nous suivons cette caricature des meilleurs polars à travers l'enquête, qui a bien du mal à décoller, le coupable restant bien discret. De révélations en fausses pistes, c'est un vrai bon moment de lecture que nous offre ce romancier. J'avais déjà beaucoup aimé son premier livre "Étrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage" et celui ci, de la même veine, est encore meilleur. Il va sans dire que dès qu'il en publiera un troisième selon le bon vieil adage, jamais deux sans trois, je le mets immédiatement dans mon caddie et je file sous la couette avec mes lunettes.
          Lire la suite
          En lire moins
        • caryatide Posté le 1 Juillet 2016
          On prend les mêmes et on recommence. Mais cette fois-ci le pauvre Ethelred qui a voyagé bien loin de ses bases se retrouve dans un hôtel miteux des bords de Loire. Et quand il espère être délivré par le venue de son agent, l'encombrante mais salvatrice Elsie, les voila coincés tous les deux, un des collectionneurs de timbres présents pour le salon ayant été assassiné ! Pour s'amuser, sans se prendre la tête...

        Ils en parlent

        L'auteur joue sur tous les clichés du genre et multiplie les mises en abyme pour nous offrir un petit bijou irrésistible.
        AFP
        Un polar pétillant, plein de finesse, ponctué de clins d’œil complices à la "reine du crime" et de délicieuses digressions sur l'art de trucider.
        Le Figaro Magazine
        Dans une ambiance à la Agatha Christie baignée d'humour british, ce livre est un roman policier épatant.
         
        Notre Temps
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.