Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782359250527
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 160
Format : 115 x 205 mm

Injuriez-vous !

Du bon usage de l'insulte

Date de parution : 12/05/2016
Pourquoi insulte-t-on ? Dans quels cas les injures sont-elles efficaces ? Comment peuvent-elles aussi rater leur cible et se retourner contre celui qui les profère ? Ces questions nous en apprennent beaucoup sur la société et ses règles de bon fonctionnement. Si injurier, c’est chercher à humilier, « bien injurier », c’est surtout apprendre à se révolter.
 
« Fils de pute », « nique ta mère », « sale chien », « connasse », « pédé » : pourquoi insulte-t-on ? Dans quels cas les injures sont-elles efficaces ? Comment peuvent-elles aussi rater leur cible et se retourner contre celui qui les profère ?
Injurier, c’est chercher à...
« Fils de pute », « nique ta mère », « sale chien », « connasse », « pédé » : pourquoi insulte-t-on ? Dans quels cas les injures sont-elles efficaces ? Comment peuvent-elles aussi rater leur cible et se retourner contre celui qui les profère ?
Injurier, c’est chercher à humilier. Ce livre pourrait certes nous apprendre à « bien injurier », mais il pourrait aussi nous aider à résister à la violence des mots. Celui qui veut injurier efficacement doit se faire apprenti sociologue ! Car les injures renferment des mystères plus profonds qu’il n’y paraît à première vue. Elles tendent à nous assigner un rôle, à nous définir. Elles recèlent un réel pouvoir magique : celui qui est nommé peut se reconnaître, et trouver ainsi une nouvelle manière d’exister et… de se révolter.
Ce livre explore une variété d’injures et d’insultes courantes aujourd’hui. À chaque fois, il en reconstitue le contexte et le sens. Il propose ainsi un parcours amusant, plein de péripéties et d’aventures dans un monde pas toujours reluisant qui est pourtant le nôtre. C’est aussi un livre d’espoir pour un avenir meilleur.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782359250527
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 160
Format : 115 x 205 mm

Ils en parlent

Pour son premier livre, Julienne Flory s’est lancée dans l‘étude savante des injures. Ce n’est pas un domaine très étudié par l’université. L’injure ou l’insulte sont cantonnées dans la périphérie de la linguistique, dans la zone moche de la lexicographie. Quant aux philosophes, ils ne s’intéressent guère aux crachats. Julienne Flory fait donc preuve d’audace en déblayant un terrain en jachère où poussent les mauvaises herbes du langage. Il y a bien eu le Traité d’injurologie et le Dictionnaire des injures (10/18, 2004) de Robert Édouard, précurseur dans la discipline, mais la jeune philosophe fait ici appel à Bourdieu et à quelques autres pour saisir l’insulte dans ses variétés comportementales et sociologiques. Si l’injure est une manière de refuser les codes d’un langage normé et dominant, elle est aussi souvent l’expression de la haine, de la misogynie, de l’homophobie ou du racisme. Des murs de Pompéi à Internet, on constate la permanence de règles dans l’insulte. Julienne Flory s’attache à les décrypter. Elle explique leurs origines et leurs manières de faire appel à la famille, à la sexualité et à la soumission que l’« injurieur » intime à l'« injuré ». Même s’il s’agit de marquer une rupture avec les usages, le plus souvent  l’injure n’a rien de commun avec la révolution. Elle est de plus en plus la manifestation d’un dépit, d’un dégout ou d’un mépris. On s’éloigne ainsi de cette branche discréditée de l’éloquence dont on mesure la richesse dans le Traité des injures publié au XVIIIe siècle et qui laissait penser qu’il s’agissait d’un art. Le champ lexical s’est resserré sur quelques formules ordinaires. Chacun y a recours pour évacuer quelque chose. En cela, l’étude de Julienne Flory, pleine d’esprit et de sérieux, nous aide à réfléchir sur la persistance de cette violence verbale.
 
Laurent Lemire / Livres Hebdo
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !