Lisez! icon: Search engine
Nil
EAN : 9782841119523
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 112
Format : 95 x 180 mm

Instinct primaire

Collection : Les Affranchis
Date de parution : 15/06/2017

« Elle se défend alors qu’elle ne devrait pas avoir à se défendre, elle seule a un droit sur son corps et ce qu’elle en fait est de sa responsabilité, à elle et cela n’est pas négociable. La question ne devrait même pas être posée. A moins, bien entendu, que...

« Elle se défend alors qu’elle ne devrait pas avoir à se défendre, elle seule a un droit sur son corps et ce qu’elle en fait est de sa responsabilité, à elle et cela n’est pas négociable. La question ne devrait même pas être posée. A moins, bien entendu, que son corps soit mis sous tutelle d’Etat comme étant un bien de l’humanité à préserver, auquel cas elle ne s’appartiendrait plus, auquel cas elle ferait partie d’un fonds commun, à la manière d’une espèce à préserver ou d’un monument classé patrimoine mondial mais en attendant qu’on en arrive là, la femme s’appartient et personne ne peut lui dire le contraire. »

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782841119523
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 112
Format : 95 x 180 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • rotko Posté le 21 Novembre 2015
    Pas étonnant que ce livre hérisse le poil des ménagères conservatrices comme des féministes « progressistes ». une écrivain célibataire adresse, après rupture, un courrier à son amant marié et lui rappelle que la femme est un être à part entière, qu'elle même n'envie ni le mariage ni les enfants ; Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une lettre de femme encore amoureuse, déçue par son amant. Elle lui avait pourtant bien expliqué ses vues, il n’en a pas tenu compte, prisonnier des stéréotypes ; si elle a fait des concessions muettes, elle reprend maintenant la parole, pour se justifier et régler ses comptes, malgré les incohérences de son comportement. D’où l’aspect un peu confus de ce courrier rédigé en plusieurs fois, avec des propos radicaux dus aux émotions récentes. Le contexte ainsi précisé, on comprend mieux, je crois, ses formules chocs, telles que « la femme devrait penser plus avec son cerveau qu’avec son utérus », et les différentes notions qu’elle met à mal : - Le mariage, contrat de fidélité ? Elle le veut provisoire, non un CDI, mais un CDD, reconductible éventuellement. L’assurance éternelle n’est pas de ce monde, la flexibilité existe à tous les... Pas étonnant que ce livre hérisse le poil des ménagères conservatrices comme des féministes « progressistes ». une écrivain célibataire adresse, après rupture, un courrier à son amant marié et lui rappelle que la femme est un être à part entière, qu'elle même n'envie ni le mariage ni les enfants ; Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une lettre de femme encore amoureuse, déçue par son amant. Elle lui avait pourtant bien expliqué ses vues, il n’en a pas tenu compte, prisonnier des stéréotypes ; si elle a fait des concessions muettes, elle reprend maintenant la parole, pour se justifier et régler ses comptes, malgré les incohérences de son comportement. D’où l’aspect un peu confus de ce courrier rédigé en plusieurs fois, avec des propos radicaux dus aux émotions récentes. Le contexte ainsi précisé, on comprend mieux, je crois, ses formules chocs, telles que « la femme devrait penser plus avec son cerveau qu’avec son utérus », et les différentes notions qu’elle met à mal : - Le mariage, contrat de fidélité ? Elle le veut provisoire, non un CDI, mais un CDD, reconductible éventuellement. L’assurance éternelle n’est pas de ce monde, la flexibilité existe à tous les niveaux ! -Avoir des enfants ? Comme d'autres s'attaquent à la croissance pour prôner la décroissance, elle voudrait qu’à l’engouement pour la reproduction, succède une phase de "dé-reproduction" ! C'est provocant, drôle, et sa lettre entame d'une dent féroce les stéréotypes. - Soit on voit le drame passionnel et on demeure à l’écoute, bienveillant dans le contexte, - soit on prend de la distance - comme elle tente de le faire, et on y verra un humour féroce et des propos caustiques. - On peut aussi avoir simultanément les deux attitudes. Conclusion : J'aime bien ses provocations raisonnées.
    Lire la suite
    En lire moins
  • missmolko1 Posté le 31 Juillet 2015
    Bilan mitigé pour ce roman, peut-etre que j'en attendais bien plus et au final je suis déçue. C'est surtout la narratrice qui m'a déplu. Si elle a des idées bien précises sur certains sujets de société, elle est pour autant incapable de mener sa vie, de prendre des décisions...... "Il existe une nouvelle forme de politiquement correct féminin qu’il ne faut pas contredire, surtout pas et elle est redoutable. La fierté d’être mère est désormais la suprême mission, sacrée qui plus est, de la femme et cette mère là a tous les droits." Elle est effacée, revendique son statut de maitresse et s'en contente bref j'ai adoré la détester. L’écriture de Pia Petersen n'en reste pas moins agréable ce qui donne un peu d’intérêt a ce court roman.
  • sabine972 Posté le 5 Avril 2014
    http://sabariscon.wordpress.com/?s=pia+petersen
  • MissG Posté le 26 Janvier 2014
    Pia Petersen mène une réflexion sur deux fronts : tout d'abord celui du mariage, assimilé à un contrat et à toute l'horreur de ce terme : "Le mariage, c'est signer un contrat dans lequel il est stipulé qu'il ne faut plus jamais tomber amoureux de quelqu'un d'autre. Est-ce que l'on a si peur de perdre l'autre que l'on soit obligé de lui mettre un contrat autour du cou ?"; ainsi que sur le conditionnement des femmes à devoir faire des enfants et surtout de le désirer sous peine de passer pour un animal de foire : "Depuis mon enfance, on m'a raconté qu'une femme doit désirer se marier, elle doit vouloir des enfants et si ce n'est pas le cas, elle n'est pas normale, une vraie femme cherche l'homme avec qui construire le nid, un homme prêt à s'engager jusqu'au bout, ce bout étant la construction de la famille et accessoirement, elle peut viser une carrière mais toujours accessoirement, l'enfantement étant le but final.". Grand bien m'en fasse, et j'en remercie mes parents, je n'ai pas été élevée dans cette vision archaïque et dépassée de la femme et de sa condition, mais je dois reconnaître que malheureusement pour certaines personnes... Pia Petersen mène une réflexion sur deux fronts : tout d'abord celui du mariage, assimilé à un contrat et à toute l'horreur de ce terme : "Le mariage, c'est signer un contrat dans lequel il est stipulé qu'il ne faut plus jamais tomber amoureux de quelqu'un d'autre. Est-ce que l'on a si peur de perdre l'autre que l'on soit obligé de lui mettre un contrat autour du cou ?"; ainsi que sur le conditionnement des femmes à devoir faire des enfants et surtout de le désirer sous peine de passer pour un animal de foire : "Depuis mon enfance, on m'a raconté qu'une femme doit désirer se marier, elle doit vouloir des enfants et si ce n'est pas le cas, elle n'est pas normale, une vraie femme cherche l'homme avec qui construire le nid, un homme prêt à s'engager jusqu'au bout, ce bout étant la construction de la famille et accessoirement, elle peut viser une carrière mais toujours accessoirement, l'enfantement étant le but final.". Grand bien m'en fasse, et j'en remercie mes parents, je n'ai pas été élevée dans cette vision archaïque et dépassée de la femme et de sa condition, mais je dois reconnaître que malheureusement pour certaines personnes ce point de vue est toujours d'actualité. Tout comme je rejoins l'auteur sur certaines anecdotes de son récit avec des propos tenus par des femmes à l'égard d'une qui ne souhaite ni enfant voire ni mari, ce sont des situations que j'ai plus ou moins vécues et où j'ai eu plus ou moins envie d'expliquer que la vie ne correspond pas à une seule case bien définie à laquelle il faut se conformer et/ou d'étriper la personne en face de moi devant tant de bêtises et de lieux communs débités à la seconde. Mais là où je suis moins d'accord, c'est le manque de nuance qu'il y a. Soit la femme est totalement hors cadre, soit elle s'inscrit dans le schéma et juge la précédente. Heureusement qu'il y a des femmes plus nuancées, de celles qui même mariées avec enfants acceptent la célibataire ne désirant pas d'enfant. Le propos développé passe trop d'un extrême à l'autre, il y a aussi un juste milieu, des femmes qui ne jugent pas d'autres femmes. La femme n'est pas que carriériste ou désirant fonder un foyer avec un mari aimant, il y en a qui choisissent les deux, finalement j'aurais bien aimé entendre parler d'elles également, car elles ont fait avancer le féminisme à leur façon et ne sont pas non plus une minorité. Là où je rejoins l'auteur, c'est que je pensais également que le féminisme aurait rendu les femmes plus tolérantes les unes envers les autres, or il n'en est rien : "Je pensais qu'après le féminisme, les femmes seraient plus tolérantes envers celles qui font des choix de vie différents, comme celui de ne pas avoir d'enfant mais non. Je me suis longtemps demandé pourquoi et c'est assez incroyable mais les femmes se définissent encore aujourd'hui d'après leur ventre.". Mais encore une fois, ce propos bienvenu n'est pas nuancé et tout de suite l'auteur lui fait face avec son opposé : "Moi, je dis que la femme devrait penser plus avec son cerveau qu'avec son utérus.". Non, la femme ne pense pas qu'avec son utérus ou qu'avec son cerveau, certaines utilisent très bien leur cerveau, ce qui n'est pas incompatible avec l'utilisation de son utérus. Tout comme une femme écrivain n'écrit pas soit un roman dégoulinant d'amour appartenant à la catégorie Harlequin soit une autofiction. Tout comme sa vision de la femme, cette classification des écrivains féminines est elle aussi réductrice. L'autre point intéressant de cette lettre, c'est que Pia Petersen y dé-diabolise la vision de la maîtresse, cette horrible femme qui s'accapare l'époux d'une autre dans des intentions toutes plus mauvaises les unes que les autres. Il y a des femmes qui vivent très bien leur condition de maîtresse et qui l'acceptent, c'est le cas de la narratrice à qui cette situation convenait très bien et qui n'a jamais demandé à en changer : "Je crois que c'est ce que j'aimais dans notre histoire, notre liberté, la tienne, la mienne. C'était fondamental. On n'avait pas besoin d'un contrat d'appartenance.". Là où j'ai été interpellée dans ma lecture, c'est que malgré les fautes reconnues de la narratrice et celles qu'elle énonce de son ex-compagnon à aucun moment il n'est vraiment question de communication entre ces deux êtres. Car finalement, ce qui a conduit à leur rupture, à cette fuite à l'église, c'est bel et bien un manque de communication, de dialogue. A force de trop se reposer sur des non-dits, des certitudes que l'on croyait connues de l'autre, cela a conduit à la séparation de deux êtres : "J'ai probablement eu tort en n'abordant jamais la question mais je n'acceptais plus ce droit de propriété induit et bétonné par le contrat de mariage où l'on appartient entièrement à quelqu'un, où l'on est dépossédé de soi et de sa liberté élémentaire.". Cet aspect d'un couple n'est qu'effleuré et c'est dommage car pour être complète cette confession sous forme parfois de remise en question n'aurait pas dû porter que sur la femme-mariée et la femme-mère car finalement, les erreurs reconnues ne le sont qu'à moitié et n'expliquent pas tout. A lire cette chronique, il ne faut pas croire que je ne garderai de ce texte qu'un sentiment mitigé, d'autant plus qu'il s'agit de ma première lecture d'une oeuvre de Pia Petersen mais j'ai d'ores et déjà un de ses romans en attente, c'est donc avec grand plaisir que je continuerai de la découvrir. Au contraire, cette lecture a tenu ses promesses et même si mon propos est parfois nuancé, je reconnais que Pia Petersen a fait preuve d'un courage littéraire en écrivant un tel texte, qu'il soulève des questions qui touchent plus ou moins chaque lecteur en le renvoyant à son propre vécu, qu'il dépoussière le féminisme et permet d'y apporter un regard neuf, et dont la plus grande qualité est de ne laisser personne indifférent. C'est un écrit qui suscite le débat et les échanges de point de vue, à mon sens l'un des récits les plus intéressants de cette rentrée littéraire 2013/2014. "Instinct primaire" fait partie de ces livres couillus qui malmènent le lecteur en énonçant des vérités ou tout du moins des points de vue qui ne sont pas toujours plaisants à entendre et qui ont le mérite de lancer et de nourrir le débat.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Titine75 Posté le 17 Décembre 2013
    Il y a un an, l’église, l’autel et le marié s’offraient à la narratrice d’"Instinct primaire". Mais devant la foule des amis et de la famille rassemblés, l’évidence lui apparaît soudain : elle ne veut pas se marier et ne l’a jamais voulu. Elle s’enfuit, laissant en plan l’homme qu’elle aime. Après avoir vainement essayé de le contacter pour s’expliquer, c’est une longue lettre qu’elle lui écrit. Leur histoire est au départ passionnée, un amour total même si l’homme est marié. "J’étais ivre en permanence, je pouvais déplacer des montagnes et j’avais des ailes, je me sentais extra-lucide, rien que des lieux communs et j’en voulais encore." Entre eux d’eux, l’amour était libre : pas de contrat, pas de jalousie, pas d’exigences du quotidien, juste le plaisir d’être ensemble quand on le souhaite. La narratrice, écrivain, a besoin de cette liberté pleine et entière. Elle se pensait comprise par l’autre mais on échappe pas si facilement aux conventions sociales. Cette lettre d’une centaine de pages est un magnifique plaidoyer pour la liberté en amour et pour celle des femmes. A l’heure du mariage pour tous et de l’explosion démographique, la narratrice constate qu’il est toujours problématique pour une femme de ne... Il y a un an, l’église, l’autel et le marié s’offraient à la narratrice d’"Instinct primaire". Mais devant la foule des amis et de la famille rassemblés, l’évidence lui apparaît soudain : elle ne veut pas se marier et ne l’a jamais voulu. Elle s’enfuit, laissant en plan l’homme qu’elle aime. Après avoir vainement essayé de le contacter pour s’expliquer, c’est une longue lettre qu’elle lui écrit. Leur histoire est au départ passionnée, un amour total même si l’homme est marié. "J’étais ivre en permanence, je pouvais déplacer des montagnes et j’avais des ailes, je me sentais extra-lucide, rien que des lieux communs et j’en voulais encore." Entre eux d’eux, l’amour était libre : pas de contrat, pas de jalousie, pas d’exigences du quotidien, juste le plaisir d’être ensemble quand on le souhaite. La narratrice, écrivain, a besoin de cette liberté pleine et entière. Elle se pensait comprise par l’autre mais on échappe pas si facilement aux conventions sociales. Cette lettre d’une centaine de pages est un magnifique plaidoyer pour la liberté en amour et pour celle des femmes. A l’heure du mariage pour tous et de l’explosion démographique, la narratrice constate qu’il est toujours problématique pour une femme de ne pas vouloir d’enfants. Elle entend les mots d’incomplétude, de non accomplissement. Les femmes ne sont toujours pas débarrassées des stéréotypes de la femme au foyer devant obligatoirement fonder une famille. Et il est très difficile de faire front : "J’aime ma liberté, j’aime ma vie, je t’aimais toi et j’assumais tout ça. Mais il y a les autres. Ce n’est pas si évident d’être affranchi des normes, ce n’est pas si simple de créer sa propre ligne de vie. Et dis-moi, comment est-ce que la société et la représentation que nous avons de nous-mêmes peuvent évoluer et s’adapter au monde tel qu’il est, si nous, à titre personnel, on continue à fuir dans les convenances du passé ?" Les hommes rentrent eux aussi dans les normes ou s’imaginent que la femme qu’ils aiment le souhaite. La narratrice nous montre qu’il y a d’autres voies possibles, d’autres manières d’être en couple, qu’il faut innover pour réinventer l’amour. "Instinct primaire" est un vrai livre féministe où la narratrice assume avec courage sa vision libre du couple et de l’amour. C’est également une très émouvant déclaration d’amour. Et pour cela, je la remercie sincèrement.
    Lire la suite
    En lire moins
Aventurez-vous sur les rives du NiL
Petite maison généraliste à forte personnalité, NiL a toujours défendu avec passion les regards d'auteurs originaux sans se poser la question des genres. Embarquez dès à présent pour recevoir toutes les actualités de NiL !