En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Interfeel

        Pocket jeunesse
        EAN : 9782266248280
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 496
        Format : 140 x 225 mm
        Nouveauté
        Interfeel

        Date de parution : 07/06/2018
        Et si le monde entier avait accès à vos émotions ?
        Nathan et ses amis sont en permanence connectés à Interfeel, un réseau social qui permet de partager ses émotions. Pour l’immense majorité des habitants de la planète, connaître les émotions de chacun est tout aussi naturel que téléphoner. Mais un événement tragique va se produire sous leurs yeux et bouleverser... Nathan et ses amis sont en permanence connectés à Interfeel, un réseau social qui permet de partager ses émotions. Pour l’immense majorité des habitants de la planète, connaître les émotions de chacun est tout aussi naturel que téléphoner. Mais un événement tragique va se produire sous leurs yeux et bouleverser Nathan. Fasciné par Élizabeth, une « sans-Réseau » qui vit en marge de la société, il voit toutes ses certitudes vaciller. Ce que les deux adolescents découvriront pourrait bien changer le monde à jamais…
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266248280
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 496
        Format : 140 x 225 mm
        Pocket jeunesse
        18.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • AnaisL Posté le 11 Août 2018
          L' auteur a la capacité de nous faire entrer dans l'histoire et à ne plus vouloir la lâcher jusqu'à attendre le dénouement qui nous révèle bien des surprises ! En plus du caractère captivant, j'ai beaucoup aimé le contexte qui m'interroge énormément sur notre ultra-connexion. Une fiction plus que réaliste.. J'ai aussi beaucoup aimé tous les messages transmis en second plan du livre qui laissent espérer un monde plus ouvert et respectueux sur bien des sujets. Je veux la suite!!
        • megs_readings Posté le 10 Août 2018
          Un livre qui n’a pas traîné longtemps dans ma PAL parce qu’il me tentait vraiment énormément. Déjà, rien que le mot « dystopie », et vous m’avez perdue ! J’en ai beaucoup entendu parler sur les réseaux comme l’univers Young Adult se rapprochant de la série Black Mirror. Sachant que c’est une de mes séries favorites de tous les temps il me fallait absolument ce bouquin. En plus, j’adore cette couverture. Je n’ai pas été déçue par l’univers. J’ai adoré ce monde qu’a créé l’auteur. On nous met en garde sur la technologie et la façon dont on peut vite tomber dans l’addiction. Il soulève beaucoup de questions concernant cette technologie et le bouleversement dans les relations que cela peut avoir. On est dans un monde plus ou moins futuriste mais je l’ai trouvé extrêmement crédible. Et je peux vous assurer que ça fait froid dans le dos. Le gros point fort de ce roman c’est son rythme. Pour un premier tome, il met les choses en place tout en explorant plusieurs intrigues. On ne traîne pas en longueur et ce premier opus ne fait pas que présenter son univers. Il se passe énormément de choses et je ne m’attendais pas du tout... Un livre qui n’a pas traîné longtemps dans ma PAL parce qu’il me tentait vraiment énormément. Déjà, rien que le mot « dystopie », et vous m’avez perdue ! J’en ai beaucoup entendu parler sur les réseaux comme l’univers Young Adult se rapprochant de la série Black Mirror. Sachant que c’est une de mes séries favorites de tous les temps il me fallait absolument ce bouquin. En plus, j’adore cette couverture. Je n’ai pas été déçue par l’univers. J’ai adoré ce monde qu’a créé l’auteur. On nous met en garde sur la technologie et la façon dont on peut vite tomber dans l’addiction. Il soulève beaucoup de questions concernant cette technologie et le bouleversement dans les relations que cela peut avoir. On est dans un monde plus ou moins futuriste mais je l’ai trouvé extrêmement crédible. Et je peux vous assurer que ça fait froid dans le dos. Le gros point fort de ce roman c’est son rythme. Pour un premier tome, il met les choses en place tout en explorant plusieurs intrigues. On ne traîne pas en longueur et ce premier opus ne fait pas que présenter son univers. Il se passe énormément de choses et je ne m’attendais pas du tout à cette tournure des événements. Dans un premier temps j’ai eu du mal à distinguer les personnages secondaires. Mais au fur et à mesure de l’histoire on apprend à mieux les connaître. J’ai trouvé intéressant la façon dont l’auteur se joue des relations entre eux. En bref, un excellent premier tome. Il est original, prenant et très crédible. Cette dystopie est réaliste et c’est ce qui la rend glaçante. J’ai vraiment hâte de lire la suite !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Saiwhisper Posté le 20 Juillet 2018
          Comme beaucoup, le résumé d’« Interfeel » a su titiller ma curiosité au point que j’achète l’ouvrage sans lire d’avis sur la toile ou dans les médias. J’avais très envie de découvrir cet univers où tout le monde est interconnecté… Or, quand on voit les prouesses technologiques de notre siècle et l’importance accrue des réseaux sociaux, je me dis qu’un misérable pas existe entre cette fiction et notre monde… Ai-je finalement aimé ou non ce roman d’anticipation ? J’aurais tendance à dire que « oui »… puis à me raviser !… J’ai vraiment tardé à écrire cet avis, car je ne savais toujours pas sur quel pied danser… D’ailleurs, je pense qu’il me manque une information pour me positionner : cet ouvrage est-il un one-shot comme je le pensais en l’achetant ou bien est-ce le premier opus d’une saga ?… Parce que la fin est plus qu’ouverte ! Elle incite complètement à une suite. Trop d’éléments sont mis en place dans l’ultime chapitre tandis que les dernières lignes sont totalement insoutenables. À mes yeux, c’est même illogique de s’arrêter-là ! Dans ce cas, pourquoi ne pas le marquer ? De coutume, les éditions PKJ sont très claires lorsqu’une série voit... Comme beaucoup, le résumé d’« Interfeel » a su titiller ma curiosité au point que j’achète l’ouvrage sans lire d’avis sur la toile ou dans les médias. J’avais très envie de découvrir cet univers où tout le monde est interconnecté… Or, quand on voit les prouesses technologiques de notre siècle et l’importance accrue des réseaux sociaux, je me dis qu’un misérable pas existe entre cette fiction et notre monde… Ai-je finalement aimé ou non ce roman d’anticipation ? J’aurais tendance à dire que « oui »… puis à me raviser !… J’ai vraiment tardé à écrire cet avis, car je ne savais toujours pas sur quel pied danser… D’ailleurs, je pense qu’il me manque une information pour me positionner : cet ouvrage est-il un one-shot comme je le pensais en l’achetant ou bien est-ce le premier opus d’une saga ?… Parce que la fin est plus qu’ouverte ! Elle incite complètement à une suite. Trop d’éléments sont mis en place dans l’ultime chapitre tandis que les dernières lignes sont totalement insoutenables. À mes yeux, c’est même illogique de s’arrêter-là ! Dans ce cas, pourquoi ne pas le marquer ? De coutume, les éditions PKJ sont très claires lorsqu’une série voit le jour : le numéro de tome est souvent noté sur la couverture ou à la page de garde… Or, rien n’est indiqué… Je suis donc songeuse et n’arrive pas à me positionner. Soit on est sur un seul et unique tome et je suis totalement déçue au point de le déconseiller sous peine d’être frustré… Soit on est sur un premier opus original dont je ressors hyper enthousiaste et affirme ma hâte de connaître la suite ! Cet univers futuriste ressemble beaucoup au nôtre. Les parents des héros ont connu l’intégration d’Interfeel, un réseau social qui permet de ressentir les émotions des interlocuteurs. Ils ont vu le changement arriver ainsi que les mentalités évoluer. La liberté sous toutes ses formes en a pris un coup… Tout le système se base à présent sur cette technologie au point de rejeter ceux qui ne l’utilisent pas… J’ai apprécié découvrir ce nouvel univers qui est aisément concevable. Par exemple, les animaux sont devenus rares, de même que certains aliments. Les gens mangent des insectes à chaque repas, ce qui est logique quand on lit certains articles affirmant que les insectes contiennent plus de protéines que les viandes que l’on achète sur le marché. Certains scientifiques disent même que c’est l’une des meilleures solutions pour nourrir les milliards d’individus d’ici une quarantaine d’années… Donc pourquoi pas ? Ajoutons à cette alimentation nouvelle une technologie hyper avancée : des voitures qui fonctionnent grâce à des ondes électriques provenant des panneaux solaires, des journaux numériques, de la musique directement projetée aux oreilles, l’éradication des ordinateurs qui ont été remplacés par des hologrammes quasi-réels (odeurs, sons, émotions, etc.) et l’Opale un petit objet technologique attribué à chaque individu. Ce futur inventé par Antonin Atger est crédible et c’est ce qui le rend d’autant plus effrayant ! … Car, évidemment, toute cette avancée n’est pas sans risque. La littérature (« 1984 » avec Big Brother, « Fahrenheit 451 » et bien d’autres) et les films nous l’ont souvent répété : il faut se méfier de ceux qui font mauvais usage des technologies… C’est bien évidemment le cas avec Interfeel qui, rapidement, va apparaître comme de moins en moins idéal aux yeux de Nathan, le personnage principal… Celui-ci va toujours se poser des questions et ne va jamais rester statique. Il est un véritable moteur faisant avancer les événements ou le débat. Bien que je recense plusieurs longueurs, le rythme est assez bien géré. On distingue nettement les différentes parties du livre. On va d’abord découvrir cet univers uniforme où tout semble réglé comme du papier à musique. Une sorte de cocon dans lequel Nathan, très bon codeur, se sent relativement bien… On passe ensuite à un élément violent qui va faire exploser les certitudes du jeune homme et de son entourage. La rencontre de certains individus comme la fougueuse Elizabeth et d’autres Sans-Réseaux va leur permettre de tout remettre en question… Bien que l’on soit sur une trame scénaristique classique, j’ai aimé suivre l’évolution des protagonistes. Chacun a sa façon de réagir face à l’absence d’Interfeel dans leur vie. Les émotions se bousculent, en particulier de nouvelles qu’ils ne connaissaient pas : la jalousie, la haine, les remords, l’amour. Leur ancien monde les ayant conditionnés dans la servitude et ayant brimé leur personnalité, ils deviennent comme des nouveaux nés qui expérimentent la vie et découvrent enfin ce que sont les sentiments. Malgré la situation, on n’est pas sur une atmosphère niaise. Certes, il y a un triangle amoureux en arrière plan cependant, il est tellement léger et peu développé que c’est comme s’il n’existait pas. La romance est d’ailleurs très secondaire, laissant davantage de place aux rebondissements et aux révélations. C’est très appréciable ! Les personnages secondaires sont assez nombreux et ne sont pas tous développés de la même manière. C’est l’une des raisons qui me pousse à réclamer une suite : autant certains ont su rapidement abattre leurs cartes comme Vlad Ekaton et ses collègues, autant une poignée d’entre eux sont survolés ou rentrent tardivement en action… C’est dommage, d’autant plus que je n’ai pas spécialement eu de surprise et m’attendais à la plupart des twists… La moitié du roman est assez trouble néanmoins, elle a le mérite d’être assez prenante, dynamique et déstabilisante. Elle a surtout pour avantage de propulser l’intrigue vers une situation incroyable… Du moins, en espérant qu’elle débouche un jour quelque part via une suite ! « Interfeel » est donc un ouvrage de science-fiction avec un monde riche, une grande quantité de personnages, une tension assez palpable et un final qui incite à se jeter sur la suite. C’est donc prometteur, mais avec un goût d’inachevé… Reste à voir si l’auteur a prévu de développer tout ça ou non… !
          Lire la suite
          En lire moins
        • elbonito42 Posté le 19 Juillet 2018
          un très bon livre auquel j'ai accroché dès le synopsis, notamment grâce au thème : et si les réseaux sociaux nous permettaient de ressentir les émotions des autres ? Plus d'amour sans que quiconque le sache, plus de haine cachée, de désir refoulé, de frustration... [masquer] le livre débute sur le "suicide" du professeur de Nathan, le protagoniste principal de l'histoire. Ce geste le choque et s'ensuit une série d'aventures incroyable jusqu'à la chute incroyable... ...que je ne dévoilerai pas sans vous gâcher le livre ;-).[/masquer] le livre est étonnement bien écrit et je trouve que, pour un premier roman, c'est un très très bon début!! la fin annonce une suite, j'en suis sûr, et contrairement aux autres critiques de cette page, je trouve cela normal car il est impossible de traiter d'un tel sujet en un seul livre (déjà imposant d'ailleurs, ce qui pourrai faire peur aux petits lecteurs...) je terminerai en disant que malgré sa taille, il est très facile à lire.
        • Khalya Posté le 20 Juin 2018
          J’ai lu ce livre dans le cadre de la masse critique Babelio. Je l’avais coché un peu par hasard, happée au passage par le résumé qui m’intriguait beaucoup. Et bien m’en a pris parce que j’ai frôlé le coup de cœur. Pourquoi seulement frôlé ? Tout simplement parce que, à aucun moment, ni au début du livre, ni à la fin, il n’est fait mention d’une éventuelle suite. Or, vu comment se fini ce livre, clairement, la bonne opinion que j’en ai est subordonné à l’existence d’une suite. Imaginez donc un feu d’artifice. Les couleurs sont de plus en plus brillantes, les bouquets de plus en plus étendus et au moment du bouquet final…pshiiiiit… un pétard mouillé. C’est à peu près l’effet qu’aurait sur moi l’annonce de l’absence de suite. Et comme on est dans l’incertitude, et que je déteste l’incertitude, je n’arrive pas au coup de cœur. Interfeel est présenté comme un réseau social, mais il est évident qu’il est bien plus que ça. Déjà, s’il n’est pas obligatoire de l’utiliser, c’est tout de même fortement conseillé. Ceux qui refusent Interfeel, les sans-réseaux, sont regardé avec suspicion mais ce n’est pas le seul désagrément que provoque leur refus du « progrès... J’ai lu ce livre dans le cadre de la masse critique Babelio. Je l’avais coché un peu par hasard, happée au passage par le résumé qui m’intriguait beaucoup. Et bien m’en a pris parce que j’ai frôlé le coup de cœur. Pourquoi seulement frôlé ? Tout simplement parce que, à aucun moment, ni au début du livre, ni à la fin, il n’est fait mention d’une éventuelle suite. Or, vu comment se fini ce livre, clairement, la bonne opinion que j’en ai est subordonné à l’existence d’une suite. Imaginez donc un feu d’artifice. Les couleurs sont de plus en plus brillantes, les bouquets de plus en plus étendus et au moment du bouquet final…pshiiiiit… un pétard mouillé. C’est à peu près l’effet qu’aurait sur moi l’annonce de l’absence de suite. Et comme on est dans l’incertitude, et que je déteste l’incertitude, je n’arrive pas au coup de cœur. Interfeel est présenté comme un réseau social, mais il est évident qu’il est bien plus que ça. Déjà, s’il n’est pas obligatoire de l’utiliser, c’est tout de même fortement conseillé. Ceux qui refusent Interfeel, les sans-réseaux, sont regardé avec suspicion mais ce n’est pas le seul désagrément que provoque leur refus du « progrès » : ils n’ont également pas accès aux meilleurs soins, réservés aux utilisateurs d’interfeel, pas accès non plus aux emplois lucratifs. La population connectée pense immédiatement que quelqu’un qui n’a pas interfeel dissimule ses émotions parce qu’il a quelque chose de grave à cacher. S’il ne semble plus y avoir de discrimination liée à la couleur de peau, à la religion ou à l’orientation sexuelle, la majorité des utilisateurs montrent leur intolérance à l’égard des sans-réseaux. La haine n’a pas disparue, elle s’est seulement trouvé un autre réceptacle. Au-delà de l’histoire en elle-même, on peut déceler une sévère critique des réseaux sociaux et de l’utilisation de plus en plus systématique qui en est faite (pas plus tard qu’hier, j’ai eu droit à : « Comment, tu n’utilises pas instagram ?? Mais c’est trop bizarre de ne pas être instagrammeur… ». Héroïquement, je n’ai pas fait de commentaire). Le rythme du roman est haletant. Presque à chaque page, il y a une révélation, un rebondissement, voire une trahison. Au début j’avais du mal à me repérer car on est plongée dans cet univers sans préparation, mais, au fil des discussions entre les personnages, de leur cours au lycée même, on commence à comprendre comment on est passé de notre monde actuel au monde d’interfeel. Du côté des personnages, je ne me suis réellement attachée qu’à Nathan. Il se remet sans cesse en question, cherche à comprendre les choses et ce, même quand cela va à l’encontre de tout ce qu’il a toujours appris. J’espère que dans la suite, si suite il y a, on apprendra à mieux connaitre ses camarades ainsi que Kassandra Kacem dont le passé m’intrigue beaucoup. Je me pose encore tellement de questions sur les personnages que ce soit les parents de Nathan, Claude Erat, le tatoueur ou encore le commissaire Ekaton ou Karl Certal, et le retournement de situation qui clôt le livre ne me donne qu’une envie : En savoir davantage.
          Lire la suite
          En lire moins
        Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
        À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com