En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        J'ai toujours aimé la nuit

        Sonatine
        EAN : 9782355845543
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 130 x 180 mm
        J'ai toujours aimé la nuit

        Date de parution : 02/11/2017
        Un flic. Un tueur. Un face à face. 
        Un commandant de police enfermé seul avec un tueur.
        La scène pourrait paraître banale.
        Elle l’est déjà un peu moins lorsqu’on sait que c’est la dernière nuit de service actif du policier et que, pour la première fois de sa longue et monotone carrière, il se retrouve enfin face à ce dont...
        Un commandant de police enfermé seul avec un tueur.
        La scène pourrait paraître banale.
        Elle l’est déjà un peu moins lorsqu’on sait que c’est la dernière nuit de service actif du policier et que, pour la première fois de sa longue et monotone carrière, il se retrouve enfin face à ce dont il a toujours rêvé : un tueur en série inconnu des forces de l’ordre.
        Sauf que, dans cette maison isolée, c'est le tueur qui pointe son arme depuis des heures sur le policier.
        Depuis des heures l’officier écoute et essaye de graver dans sa mémoire l’incroyable confession de celui qui se surnomme « l’archange de la mort » et qui lui raconte dans le détail son « œuvre » : dix années de crimes impunis.
        Comment le flic en est-il arrivé là ? Comment une simple altercation au début de la soirée l’a-t-il mis sur la piste du tueur ? Et quelles sont ses chances de s’en sortir ?
         
        Patrick Chamoiseau nous livre ici un formidable roman noir, en même temps qu’il dresse un portrait déchirant d’une Martinique livrée à tous les débordements, en passe de perdre sa culture, sa magie et son humanité.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355845543
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 130 x 180 mm
        Sonatine
        14.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Polars_urbains Posté le 14 Avril 2018
          J’ai toujours aimé la nuit est une étrange confrontation entre un assassin et un inspecteur de la PJ à quelques heures de la retraite, une garde à vue inversée entre Ephraïm, Evariste Pilon, vieux flic féru de Glissant et de Saint John Perse et Hypérion Victimaire, vengeur, qui, le tient sous la menace de son arme. Voici donc l’histoire de Victimaire (les noms propres ont leur importance chez Chamoiseau), archange exterminateur en mission à Fort-de-France, justicier au service des jeunesses perdues par la misère, la violence et le crack, que l’on lit découvre avec horreur tant certaines scènes font frémir avant de ressentir une sorte d’empathie, une fois mieux cernées les activités et les méfaits de ses victimes. Un récit que doit subir une nuit entière « l’inspectère » Pilon, lui qui s’est contenté toute sa carrière de « rêver à une belle enquête qui aurait donné du sens à sa vie policière » et a dû « se réfugier dans les romans policiers pour vivre une vraie chasse aux criminels ». Une descente dans l’abîme et le désespoir le plus noir avant que n’apparaisse une légère lueur. Comme si le crime pouvait mener à la rédemption. Le monologue... J’ai toujours aimé la nuit est une étrange confrontation entre un assassin et un inspecteur de la PJ à quelques heures de la retraite, une garde à vue inversée entre Ephraïm, Evariste Pilon, vieux flic féru de Glissant et de Saint John Perse et Hypérion Victimaire, vengeur, qui, le tient sous la menace de son arme. Voici donc l’histoire de Victimaire (les noms propres ont leur importance chez Chamoiseau), archange exterminateur en mission à Fort-de-France, justicier au service des jeunesses perdues par la misère, la violence et le crack, que l’on lit découvre avec horreur tant certaines scènes font frémir avant de ressentir une sorte d’empathie, une fois mieux cernées les activités et les méfaits de ses victimes. Un récit que doit subir une nuit entière « l’inspectère » Pilon, lui qui s’est contenté toute sa carrière de « rêver à une belle enquête qui aurait donné du sens à sa vie policière » et a dû « se réfugier dans les romans policiers pour vivre une vraie chasse aux criminels ». Une descente dans l’abîme et le désespoir le plus noir avant que n’apparaisse une légère lueur. Comme si le crime pouvait mener à la rédemption. Le monologue logorrhéique d’Hypérion Victimaire justifiant sa « mission » (l’inadmissible ne saurait rester impuni) et la cavalcade dans « l’en-ville » qui suit l’un de ses crimes est entrecoupé par les réflexions de Pilon sur l’enquête qu’il menait avant leur face-à-face. Dans ce huis-clos haletant, le temps de l’action et le temps de la narration semblent se confondre dans un vaste tumulte émotionnel jusqu’à l’explosion / explication finale. La structure, complexe, est servie par la plume vive, précise et oh combien lyrique de Patrick Chamoiseau. Les lecteurs retrouveront avec plaisir la langue de Texaco et des autres romans de l’auteur martiniquais avec la diglossie créole-français (« langue maman » et langue cartésienne) qui en est la marque. Qu’est-ce qui relève du bien, qu’est-ce qui tient du mal ? Qu’est-ce qui est juste et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Autant de questions que pose ce livre fort, aussi étonnant que déconcertant.
          Lire la suite
          En lire moins
        • OSAIS Posté le 1 Janvier 2018
          Ce roman m'a captivée. La construction narrative originale tient en haleine de bout en bout. La qualité du roman est de réussir une alchimie parfaite entre la fiction et le documentaire étayé. Quelle lumineuse idée que d'avoir fait de la nuit un personnage à part entière du roman et d'avoir fait des quartiers foyalais et des alentours de Fort-de-France le théâtre du récit tout aussi familiers d'étranges. Il ressort de ce roman une profonde humanité, une compassion qui réhabilite le lieu, les hommes et les femmes que l'on pensait en perdition. Il ouvre la réflexion et derrière la noirceur savamment orchestrée surgit l'espoir. Chamoiseau signe une nouvelle fois son grand talent. Son roman est nécessaire.
        • Livresque78 Posté le 18 Décembre 2017
          Voici un roman très noir que nous propose Patrick Chamoiseau aux éditions Sonatine. Un huis clos particulièrement bien narré, qui me permet de découvrir l’écriture de l’auteur. Eloi Ephraïm reçoit à la veille de son départ en retraite, une confession inattendue d’un tueur psychopathe et sanguinaire,  ce tueur c’est Hypérion Victimaire, ancien militaire Martiniquais qui se considère comme étant droit et honnête. Hypérion nous explique comment il est devenu ce tueur, cet archange chargé de rendre ses lettres de noblesse à son île.  Entre Eloï et Hypérion, un point commun, celui de vouloir rendre cette Martinique tant aimée, mais bien évidemment les méthodes ne sont pas les mêmes. Bien qu’Eloï ait été un flic engagé et passionné, à tel point qu’il en a négligé sa vie personnelle, il ne peut qu’écouter avec effarement cette confession hors du commun...
        • coquinnette1974 Posté le 5 Décembre 2017
          J'ai toujours aimé la nuit, de Patrick Chamoiseau, est un roman que j'ai reçu par net galley et les éditons Sonatine. Il s'agit d'un très bon thriller, bien noir, qui m'a captivé de la première à la dernière page. Une espèce de huit clos très bien écrit, avec des personnages forts, une histoire qui se tient du début à la fin. Nous sommes à La Martinique, bien loin des images de carte postale, avec un regard aiguisé, et très actuel. Beaucoup de noirceur dans ce roman très réussit, et quelle écriture, vraiment un plaisir à lire. Cela m'a donné envie de découvrir d'autres romans de cet auteur. Je donne cinq étoiles à ce très bon thriller, que je recommande chaudement :)
        • -Olivier- Posté le 11 Novembre 2017
          Lors de sa dernière garde de nuit, à la veille de sa retraite, le commandant de police Eloi Ephraïm Evariste Pilon se retrouve en mauvaise posture, le pistolet d’un tueur braqué sur lui. Et il va en être ainsi durant quasiment tout le roman car il s’agit d’un huis-clos, d’un face-à-face entre un policier et un tueur. Le tueur, c’est Hypérion Victimaire, ex-militaire, élevé par une mère exemplaire, sa "manman", une "Grande personne", qui lui a appris la droiture, le respect, l’honneur et le tranchant de l’autorité. Au travers de la confession de celui-ci, c’est la dérive de la Martinique que décrit Patrick Chamoiseau. La Martinique de son enfance perd de son identité et de son charme. Des quartiers autrefois imprégnés de bonnes manières font place à des zones populaires, à des regroupements d’HLM, habités par des colonies de Saint-Luciens, Haïtiens, Dominiquais, qui traficotent la drogue, vendent des armes, et commettent toutes sortes d’atrocités. Le tueur nous parle de la lente germination d’une nécessité qu’il perçoit en lui. "Tant de crimes, de coups, de sang, de monstres en liberté, tellement de trafics et de pertes humaines dans les boues du cannabis et de la cocaïne, tellement de violeurs de femmes et d’enfants, et... Lors de sa dernière garde de nuit, à la veille de sa retraite, le commandant de police Eloi Ephraïm Evariste Pilon se retrouve en mauvaise posture, le pistolet d’un tueur braqué sur lui. Et il va en être ainsi durant quasiment tout le roman car il s’agit d’un huis-clos, d’un face-à-face entre un policier et un tueur. Le tueur, c’est Hypérion Victimaire, ex-militaire, élevé par une mère exemplaire, sa "manman", une "Grande personne", qui lui a appris la droiture, le respect, l’honneur et le tranchant de l’autorité. Au travers de la confession de celui-ci, c’est la dérive de la Martinique que décrit Patrick Chamoiseau. La Martinique de son enfance perd de son identité et de son charme. Des quartiers autrefois imprégnés de bonnes manières font place à des zones populaires, à des regroupements d’HLM, habités par des colonies de Saint-Luciens, Haïtiens, Dominiquais, qui traficotent la drogue, vendent des armes, et commettent toutes sortes d’atrocités. Le tueur nous parle de la lente germination d’une nécessité qu’il perçoit en lui. "Tant de crimes, de coups, de sang, de monstres en liberté, tellement de trafics et de pertes humaines dans les boues du cannabis et de la cocaïne, tellement de violeurs de femmes et d’enfants, et toutes ces nuées de prédateurs qui décimaient notre jeunesse, qu’il me fut clair que quelque chose d’au-delà de moi allait venir. " Influencé par la clairvoyance de son voisin, Hortensius Capilotas, qui fait commerce avec des démons invisibles pour s’efforcer de soulager les désespérés qui viennent quémander une solution à leur déveine, Hypérion se transforme petit à petit en psychopathe vengeur et ravageur, un archange chargé de purifier La Martinique. "Je suis un massacreur, un égorgeur de chose, un défonceur de chair, un déchireur de peau, un briseur de vertèbres, un démanteleur de hanches, d’épaules et de cou, un écarteleur de poitrine, un dérouleur de boyaux, et parfois un très goulu buveur de sang ! J’ai mordu, battu, écrasé, coupé et abîmé presque toutes les formes d’existence qui en valaient la peine, c’est-à-dire qui méritaient le châtiment divin, la frappe claire de l’Archange." Le policier, c’est Eloi Ephraïm Evariste Pilon, un homme valeureux et honnête, qui à force de se consacrer un peu trop à son métier n’a pas vu venir la dégringolade de sa vie familiale. Sa femme, devenue alcoolique, s’est suicidée et sa fille, Caroline, passe de foyer en foyer. La veille de sa retraite, ce dont il a rêvé toute sa vie se tient devant lui : un assassin pas ordinaire, un psychopathe de grande ampleur qui, pour des raisons obscures, se livre sans retenue à lui. Eloi Ephraïm Evariste Pilon se tait au maximum ne voulant rien troubler de ce paysage d’horreur que le monstre a entrepris de redessiner sur sa réalité et sur celle de son pays. Au détour de la confession du tueur, le policier va entr’apercevoir l’existence de sa fille dont la route a croisé celle de ce dernier au cours d’une nuit, celle de ce vendredi 13, qui commença par une virée insensée, meurtrière et irréfléchie, et finit par un massacre vengeur et prémédité. Les deux personnages, chacun à leur manière, au fil du récit de l’un et des pensées de l’autre, nous parlent de la Martinique d’aujourd’hui, sa langue, ses paysages, sa misère, ses beautés, sa cuisine et sa délinquance aussi… A l’opposé l’un de l’autre, par des moyens et des méthodes différents, ils ont pourtant un but semblable, rétablir une humanité sur terre, une humanité qui n’a pas complètement disparu mais qui est en train de disparaître. "Sans trop hausser le ton, je leur expliquai que l’inadmissible n’était pas admissible, que ce qui était arrivé là était de notre faute à tous, que la faute n’était pas quelque chose de visible, même de compréhensible, elle était faite de toutes sortes de petites démissions, de petites insignifiances, de petits accommodements, de négligences, de bêtises, et d’une perte de vue que dans la vie il fallait de la droiture, de la netteté, un rêve, un idéal, une hauteur et une intransigeance ! Je leur parlai aussi du tranchant de cette autorité qui depuis trop longtemps nous avait désertés, et qui devait retrouver sa haute place verticale dans tous nos horizons !" Patrick Chamoiseau nous livre là un beau thriller, bien noir, avec un tueur psychopathe, des jeunes fous qui se croient plus forts que tout et un policier intègre qui enquête avec intelligence et patience tout en cherchant à retrouver sa fille...
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        " Un très beau livre. "
        Alain Léauthier / Marianne
        « Sombre. » Nelly Fualdes
        Nelly Fualdes / Jeune Afrique
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com