Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221108055
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 306
Format : 135 x 215 mm

J'ai vécu mille ans

Nathalie BAUER (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 28/08/2008

Au cœur de la très paysanne et mythique Grottole, en Basilicate, se succèdent amours, deuils, fugues et retours, rencontres et ruptures. De mères en filles, à la façon d'un chœur antique, les femmes racontent mille ans d'histoire et nous entraînent dans la marche du siècle.
Mères courageuses, grands-mères obstinées, tantes restées seules...

Au cœur de la très paysanne et mythique Grottole, en Basilicate, se succèdent amours, deuils, fugues et retours, rencontres et ruptures. De mères en filles, à la façon d'un chœur antique, les femmes racontent mille ans d'histoire et nous entraînent dans la marche du siècle.
Mères courageuses, grands-mères obstinées, tantes restées seules avec leurs rêves, belles jeunes filles, laides cherchant facilement querelle : ces femmes que l'on imagine brunes au teint mat, les jambes solidement plantées dans cette terre sèche, ont vécu les événements et le tournant du siècle. Pour certaines, ce fut l'unification de l'Italie, pour d'autres la Première et Seconde guerre mondiales. C'est Gioia, la plus jeune, qui recueille les souvenirs et assemble les pans de mémoire familiale, pour découvrir ce qui l'a faite, elle, fille de l'Italie contemporaine. Car, corollaire de l'industrialisation progressive du pays et des deux conflits mondiaux, la modernité s'insinue peu à peu sur les chemins pierreux de Grottole et bouleverse les traditions les plus inébranlables… Intelligence du propos, finesse du style, goût du détail et de la reconstitution concourent à faire de ce roman le portrait vivant d'un monde dur et magnifique. Mariolina Venezia s'attaque à cette saga avec une écriture très visuelle, parsemée d'images poétiques et parvient à retrouver une langue mâtinée de patois qui évoque à merveille la vie à la campagne avant l'urbanisation de la fin du XIXe siècle.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221108055
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 306
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • EmmaBer Posté le 3 Février 2020
    Très belle saga familiale, dans laquelle les générations successives traversent les grands événements de l’histoire italienne et nous la rendent plus vivante (Garibaldi, les deux guerres mondiales, l’émigration en « Mérique », le fascisme, le communisme…). L’auteure réussit à parcourir plus d’un siècle en 187 pages sans donner le tournis. La description des paysages donne envie de visiter cette région rurale et montagneuse tout au Sud de l’Italie. Les personnages sont touchants et profondément humains ; l’écriture est belle et imagée, avec quelques passages très poétiques.
  • frandj Posté le 7 Janvier 2019
    Cette saga familiale s'étend de 1861 à 1989, elle a pour cadre le Basilicate, une région très pauvre du sud de l'Italie. De génération en génération, les personnages sont nombreux. Un arbre généalogique est proposé au lecteur dès le début du roman et on y a souvent recours. Le village des protagonistes vit sa vie misérable, encadrée par la pression sociale et par les préjugés, voire les superstitions. Les grands événements historiques de l'Italie (unification, entrée en guerre de 1915, montée du fascisme, seconde guerre mondiale, chute du communisme en URSS) sont clairement évoqués, dans leur relation avec la vie de la famille. L'unification italienne intègre tout le Sud de la péninsule au royaume du Nord, qui parait tout à fait étranger aux autochtones; des bandits s'opposent au nouveau pouvoir. Dans ce contexte, Concetta donne à Francesco, un riche propriétaire foncier, son seul fils… après avoir accouché de six filles ! C'est dans cette lignée que l'on trouve tous les héros successifs de ce roman, dont beaucoup de femmes. Chaque personnage est bien individualisé: on sent que l'auteure s'est s'inspirée d'individus réels. La modernité s'introduit progressivement dans cette famille particulière et dans le village. Les idées nouvelles – y compris le... Cette saga familiale s'étend de 1861 à 1989, elle a pour cadre le Basilicate, une région très pauvre du sud de l'Italie. De génération en génération, les personnages sont nombreux. Un arbre généalogique est proposé au lecteur dès le début du roman et on y a souvent recours. Le village des protagonistes vit sa vie misérable, encadrée par la pression sociale et par les préjugés, voire les superstitions. Les grands événements historiques de l'Italie (unification, entrée en guerre de 1915, montée du fascisme, seconde guerre mondiale, chute du communisme en URSS) sont clairement évoqués, dans leur relation avec la vie de la famille. L'unification italienne intègre tout le Sud de la péninsule au royaume du Nord, qui parait tout à fait étranger aux autochtones; des bandits s'opposent au nouveau pouvoir. Dans ce contexte, Concetta donne à Francesco, un riche propriétaire foncier, son seul fils… après avoir accouché de six filles ! C'est dans cette lignée que l'on trouve tous les héros successifs de ce roman, dont beaucoup de femmes. Chaque personnage est bien individualisé: on sent que l'auteure s'est s'inspirée d'individus réels. La modernité s'introduit progressivement dans cette famille particulière et dans le village. Les idées nouvelles – y compris le fascisme et le communisme – font leur apparition dans ce coin reculé. Les personnes commencent à bouger à travers toute l'Italie. Au fil des pages, on entre franchement dans la période actuelle, que le lecteur connait mieux. Ce livre est donc à la fois une saga familiale, une peinture de moeurs et une chronique historique. Il est réussi, peut-être trop long (mon intérêt a un peu faibli après le milieu du roman), écrit dans un style direct et vivant, voire parfois foutraque. Comme d'autres écrivains italiens contemporains, Mariolina Venezia mérite d'être découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sweetie Posté le 27 Mars 2014
    Une saga familiale qui s'étend de 1861 à 1989 et dont le cadre est le Basilicate, une région du sud de l'Italie. Un arbre généalogique nous situe dès le début du roman et il faut y avoir recours souvent tout au long de la lecture. Les grands événements historiques (unification de l'Italie, montée du fascisme, guerres, chute du communisme en URSS) sont effleurés et laissent plutôt place aux bouleversements qu'ils créent chez les membres de cette famille. C'est très typique, écrit dans une langue colorée et grandement évocateur.
  • mireille.lefustec Posté le 12 Avril 2013
    C'est Gioia,la dernière descendante des Falcone qui retrace l'histoire familiale ,à Grottole,en Basilicate,région paysanne de l'Italie du sud. Cela débute en 1861, de l'unité italienne à la chute du communisme en 1989. Il a fallu six à sept ans à son auteur pour écrire cette saga car elle tenait à ce que tout_traditions, langage et mode de vie_ soit authentique. J'ai passé de bons moments avec cette famille, sur cinq générations, bien que parfois gênée par le style,l'abondance des personnes et quelques libertés avec la chronologie.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.