RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Je n'ai pas trahi

            Pocket jeunesse
            EAN : 9782266287975
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 320
            Format : 140 x 225 mm
            Je n'ai pas trahi

            Date de parution : 06/06/2019
            Une enquête palpitante qui alterne récits de Résistance et vendetta moderne.
            Luna, seize ans, vient d’emménager à Ajaccio où sa mère a décidé de refaire sa vie. Seule comme jamais, elle se plonge dans les études et décide de préparer le Concours national de la résistance. En remontant le fil de l’Histoire, elle découvre le sort méconnu des Juifs de Corse.... Luna, seize ans, vient d’emménager à Ajaccio où sa mère a décidé de refaire sa vie. Seule comme jamais, elle se plonge dans les études et décide de préparer le Concours national de la résistance. En remontant le fil de l’Histoire, elle découvre le sort méconnu des Juifs de Corse. Ce qui n’était pour elle qu’un devoir de classe lui permet, contre toute attente, de lever un lourd secret familial. Son destin de lycéenne d’aujourd’hui se mêle à celui de Salomon, jeune résistant d’hier, au gré d’une vendetta sans limites et sans âge.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266287975
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 320
            Format : 140 x 225 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • lolols28 Posté le 22 Août 2019
              Un bon roman, bien écrit. On apprend beaucoup sur la corde, son histoire sous l'occupation, la mentalité, l'envie de changement. L'histoire est bien concye, mais hélas on se perd un peu dans différentes intrigues, les passages d'une époque a l'autre dont logiques.
            • lolols28 Posté le 22 Août 2019
              Un bon roman, bien écrit. On apprend beaucoup sur la corde, son histoire sous l'occupation, la mentalité, l'envie de changement. L'histoire est bien concye, mais hélas on se perd un peu dans différentes intrigues, les passages d'une époque a l'autre dont logiques.
            • FelicieAussi Posté le 25 Juillet 2019
              « Je n’ai pas trahi » est un roman jeunesse plutôt destiné aux ados. Il traite d’un pan de l’histoire, à l’époque de la seconde guerre. Mais cette fois, nous serons sur un territoire différent puisque l’intrigue se passe sur l’ile de beauté, c’est donc une autre approche avec un ennemi Italien et la résistance des Corses dans le maquis. Luna jeune lycéenne de 16 ans, travaille sur le Concours National de la Résistance : au fil de ses recherches, elle découvre un cliché de femme qui ressemble étrangement à une photo de famille, celle de sa grand mère pendant la guerre. Elle va découvrir des secrets bien gardés sur sa famille. Elle se liera d’amitié avec Mattéo, un jeune garçon de sa classe. Alors qu’ils préparent leur exposé, ils vont être témoins d’une fusillade-à-la-Corse qui va les entrainer malgré eux, dans de dangereuses aventures, au milieu du maquis et des montagnes. En parallèle, un troisième personnage important, Salomon, jeune résistant de l’époque. Nous le suivrons dès 1943, par des chapitres interposés et très bien mêlés à l’histoire de Luna et Mattéo. Doucement, nous remonterons le fil de l’histoire jusqu’à croiser les destins de ces 3 personnages principaux. Frédéric Couderc a... « Je n’ai pas trahi » est un roman jeunesse plutôt destiné aux ados. Il traite d’un pan de l’histoire, à l’époque de la seconde guerre. Mais cette fois, nous serons sur un territoire différent puisque l’intrigue se passe sur l’ile de beauté, c’est donc une autre approche avec un ennemi Italien et la résistance des Corses dans le maquis. Luna jeune lycéenne de 16 ans, travaille sur le Concours National de la Résistance : au fil de ses recherches, elle découvre un cliché de femme qui ressemble étrangement à une photo de famille, celle de sa grand mère pendant la guerre. Elle va découvrir des secrets bien gardés sur sa famille. Elle se liera d’amitié avec Mattéo, un jeune garçon de sa classe. Alors qu’ils préparent leur exposé, ils vont être témoins d’une fusillade-à-la-Corse qui va les entrainer malgré eux, dans de dangereuses aventures, au milieu du maquis et des montagnes. En parallèle, un troisième personnage important, Salomon, jeune résistant de l’époque. Nous le suivrons dès 1943, par des chapitres interposés et très bien mêlés à l’histoire de Luna et Mattéo. Doucement, nous remonterons le fil de l’histoire jusqu’à croiser les destins de ces 3 personnages principaux. Frédéric Couderc a une connaissance de la Corse véritable, pour y avoir vécu pendant de longues années. On sent bien que ces écrits sont très documentés et constituent une véritable source d’infos pour les lecteurs. Cependant, le style est très abordable, le thème de la seconde guerre mondiale est déjà porteur d’horreur, il ne s’agirait pas de décourager ces nouveau lecteurs. De plus, les trois personnages sont fortement identifiés : Luna, réservée mais curieuse et combative, Mattéo, en pleine recherche d’identité et complexé par son passé et Salomon un jeune écorché vif, puis vieux monsieur rude et mystérieux. Ils vont tous les trois évoluer au milieu de l’histoire, en ressortir grandis et découvrir leur véritable identité. J’ai beaucoup aimé ce roman jeunesse : il met en lumière une part de vérité sur l’occupation et les Justes de Corse. Outre le côté ‘enquête et course poursuite’ subie par Luna et Mattéo que j’ai trouvé un brin impensable pour des jeunes de leur âge, l’histoire est vraiment bien construite et les passages historiques sont d’un réalisme troublant, malheureusement…. J’ai aussi pointé les premiers émois d’ados, si chargés d’interrogations existentielles ! La buissonnière et moi avons eu le privilège de rencontrer Frédéric Couderc dans les locaux de Babelio : un auteur charmant, très bavard, avec qui on aurait bien prolongé la soirée pour en savoir – encore plus. Il est vraiment captivant et nous à livré sans secret, la fabrication de son dernier roman au titre si approprié « Je n’ai pas trahi »
              Lire la suite
              En lire moins
            • FelicieAussi Posté le 25 Juillet 2019
              « Je n’ai pas trahi » est un roman jeunesse plutôt destiné aux ados. Il traite d’un pan de l’histoire, à l’époque de la seconde guerre. Mais cette fois, nous serons sur un territoire différent puisque l’intrigue se passe sur l’ile de beauté, c’est donc une autre approche avec un ennemi Italien et la résistance des Corses dans le maquis. Luna jeune lycéenne de 16 ans, travaille sur le Concours National de la Résistance : au fil de ses recherches, elle découvre un cliché de femme qui ressemble étrangement à une photo de famille, celle de sa grand mère pendant la guerre. Elle va découvrir des secrets bien gardés sur sa famille. Elle se liera d’amitié avec Mattéo, un jeune garçon de sa classe. Alors qu’ils préparent leur exposé, ils vont être témoins d’une fusillade-à-la-Corse qui va les entrainer malgré eux, dans de dangereuses aventures, au milieu du maquis et des montagnes. En parallèle, un troisième personnage important, Salomon, jeune résistant de l’époque. Nous le suivrons dès 1943, par des chapitres interposés et très bien mêlés à l’histoire de Luna et Mattéo. Doucement, nous remonterons le fil de l’histoire jusqu’à croiser les destins de ces 3 personnages principaux. Frédéric Couderc a... « Je n’ai pas trahi » est un roman jeunesse plutôt destiné aux ados. Il traite d’un pan de l’histoire, à l’époque de la seconde guerre. Mais cette fois, nous serons sur un territoire différent puisque l’intrigue se passe sur l’ile de beauté, c’est donc une autre approche avec un ennemi Italien et la résistance des Corses dans le maquis. Luna jeune lycéenne de 16 ans, travaille sur le Concours National de la Résistance : au fil de ses recherches, elle découvre un cliché de femme qui ressemble étrangement à une photo de famille, celle de sa grand mère pendant la guerre. Elle va découvrir des secrets bien gardés sur sa famille. Elle se liera d’amitié avec Mattéo, un jeune garçon de sa classe. Alors qu’ils préparent leur exposé, ils vont être témoins d’une fusillade-à-la-Corse qui va les entrainer malgré eux, dans de dangereuses aventures, au milieu du maquis et des montagnes. En parallèle, un troisième personnage important, Salomon, jeune résistant de l’époque. Nous le suivrons dès 1943, par des chapitres interposés et très bien mêlés à l’histoire de Luna et Mattéo. Doucement, nous remonterons le fil de l’histoire jusqu’à croiser les destins de ces 3 personnages principaux. Frédéric Couderc a une connaissance de la Corse véritable, pour y avoir vécu pendant de longues années. On sent bien que ces écrits sont très documentés et constituent une véritable source d’infos pour les lecteurs. Cependant, le style est très abordable, le thème de la seconde guerre mondiale est déjà porteur d’horreur, il ne s’agirait pas de décourager ces nouveau lecteurs. De plus, les trois personnages sont fortement identifiés : Luna, réservée mais curieuse et combative, Mattéo, en pleine recherche d’identité et complexé par son passé et Salomon un jeune écorché vif, puis vieux monsieur rude et mystérieux. Ils vont tous les trois évoluer au milieu de l’histoire, en ressortir grandis et découvrir leur véritable identité. J’ai beaucoup aimé ce roman jeunesse : il met en lumière une part de vérité sur l’occupation et les Justes de Corse. Outre le côté ‘enquête et course poursuite’ subie par Luna et Mattéo que j’ai trouvé un brin impensable pour des jeunes de leur âge, l’histoire est vraiment bien construite et les passages historiques sont d’un réalisme troublant, malheureusement…. J’ai aussi pointé les premiers émois d’ados, si chargés d’interrogations existentielles ! La buissonnière et moi avons eu le privilège de rencontrer Frédéric Couderc dans les locaux de Babelio : un auteur charmant, très bavard, avec qui on aurait bien prolongé la soirée pour en savoir – encore plus. Il est vraiment captivant et nous à livré sans secret, la fabrication de son dernier roman au titre si approprié « Je n’ai pas trahi »
              Lire la suite
              En lire moins
            • NanouAnne25 Posté le 20 Juillet 2019
              C’est une belle découverte que ce roman jeunesse, pas seulement divertissant, mais aussi enrichissant sur le plan culturel car écrit sur fond historique. Luna a 16 ans et, inscrite au concours national de la résistance et de la déportation, elle se penche sur la question de l’attitude de la Corse envers les Juifs lors de la seconde guerre mondiale. « Corse, île des Justes ? Ce serait le thème de son exposé. Elle avait bien réfléchi au point d’interrogation. La légende voulait qu’aucun Juif n’ait été déporté de l’île pendant la guerre. La solidarité et la protection l’avaient emporté sur les dénonciations et les bassesses en Corse. Mais Luna ne voulait pas seulement recopier Internet et les sites qui vantaient l’attitude héroïque des uns et des autres. » En parallèle de l’enquête de Luna, on suit l’histoire de Salomon pendant la seconde guerre mondiale, un jeune juif de Corse. Ce thème choisi et développé par l’auteur m’a interpellée. Je ne m’étais jamais posé la question du sort des Juifs en Corse, pensant que le traitement avait été le même que sur le Continent. Le récit mêle éléments fictionnels et réalité, il est très bien documenté et j’ai beaucoup apprécié d’apprendre des faits que... C’est une belle découverte que ce roman jeunesse, pas seulement divertissant, mais aussi enrichissant sur le plan culturel car écrit sur fond historique. Luna a 16 ans et, inscrite au concours national de la résistance et de la déportation, elle se penche sur la question de l’attitude de la Corse envers les Juifs lors de la seconde guerre mondiale. « Corse, île des Justes ? Ce serait le thème de son exposé. Elle avait bien réfléchi au point d’interrogation. La légende voulait qu’aucun Juif n’ait été déporté de l’île pendant la guerre. La solidarité et la protection l’avaient emporté sur les dénonciations et les bassesses en Corse. Mais Luna ne voulait pas seulement recopier Internet et les sites qui vantaient l’attitude héroïque des uns et des autres. » En parallèle de l’enquête de Luna, on suit l’histoire de Salomon pendant la seconde guerre mondiale, un jeune juif de Corse. Ce thème choisi et développé par l’auteur m’a interpellée. Je ne m’étais jamais posé la question du sort des Juifs en Corse, pensant que le traitement avait été le même que sur le Continent. Le récit mêle éléments fictionnels et réalité, il est très bien documenté et j’ai beaucoup apprécié d’apprendre des faits que je ne connaissais pas du tout sur le sujet. La démarcation entre ce qui relève de la fiction et ce qui appartient à la réalité est assez évidente, d’autant que l’auteur rajoute en fin de roman une note détaillée à ce sujet. Pour son titre « Je n’ai pas trahi », l’auteur l’a emprunté aux derniers mots écrits par le résistant corse Fred Scamaroni : « Je n’ai pas parlé ». Un beau clin d'oeil et un bel hommage à ce martyr qui, arrêté par la milice italienne en 1943, s'est suicidé dans sa cellule pour ne pas trahir les siens. Plusieurs personnages apparaissent dans le récit. En plus de Luna et Salomon, nous faisons la connaissance de Mattéo, un camarade de classe de Luna, fan de graffiti, qui s’engagera lui aussi dans le Concours de la résistance. Garance et Mina, la mère et la grand-mère de Luna, auront aussi un rôle à jouer. L’idée d’alterner entre deux époques, celle de la seconde guerre mondiale et celle d’aujourd’hui, ajoute du relief au récit. Un parallèle est d’ailleurs fait entre l’antisémitisme existant dans les années 40 via le personnage de Salomon et le racisme malheureusement actuel à l’encontre des Arabes sur l’île via le personnage de Mattéo. Car Mattéo s’appelle en réalité Majid. Cependant, victime de préjugés racistes, sa maman l’a fortement incité à « adapter » son prénom en fonction des interlocuteurs… N’est-ce pas dérangeant qu’un enfant soit obligé de changer son prénom et donc quelque part de renier ses origines pour avoir la paix ?? L’auteur interpelle ainsi ado et adultes sur une grande cause de divisions et de guerres qui se répète encore et toujours, la haine à l’égard d’un peuple, d’une race, d’une nationalité. L’enquête de Luna se joue avec en trame de fond les éternelles omertas et vendettas présentes sur l’île et que l’auteur dénonce. Je souligne aussi que l’auteur rend hommage au courage des femmes, que ce soit lors de la seconde guerre mondiale ou aujourd’hui. Des liens intergénérationnels se créent entre les personnages. L’écriture est simple, fluide, et permet une entrée facile dans l’histoire. La présence de suspense, d’action, d’aventure, et d’un peu d’amour également devrait plaire aux ados. Des romans et des documentaires ayant pour thème la seconde guerre mondiale, il en existe à foison. Celui-ci, parce qu’il nous fait voir cette époque dans un contexte et sous un angle différents, j’en ferai la promotion auprès des professeurs d’histoire de mon établissement. C’est un livre qui gagne vraiment à être lu, et de par les thèmes abordés (racisme, courage, quête identitaire), je le mettrai en avant pour les jeunes dans mon CDI.
              Lire la suite
              En lire moins
            Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
            À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.