Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782348065101
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 306
Format : 140 x 205 mm

Je n'existais plus

Les mondes de l'emprise et de la déprise

Collection : Sciences humaines
Date de parution : 18/03/2021
« Je n’existais plus. » Cette phrase, Pascale Jamoulle l’a entendue à de multiples reprises lors de l’enquête de terrain qu’elle a menée, pendant sept ans, pour mieux cerner et comprendre ce fait social contemporain qu’est l’emprise. Prononcés par des personnes qui se sont longtemps tues, ces mots en résument... « Je n’existais plus. » Cette phrase, Pascale Jamoulle l’a entendue à de multiples reprises lors de l’enquête de terrain qu’elle a menée, pendant sept ans, pour mieux cerner et comprendre ce fait social contemporain qu’est l’emprise. Prononcés par des personnes qui se sont longtemps tues, ces mots en résument les effets d’anéantissement et de dépersonnalisation. Auparavant libres de penser et d’exister par elles-mêmes, elles sont devenues dépendantes d’un prédateur ou d’un système prédateur, charismatique. En les piégeant, celui-ci s’est approprié graduellement différentes dimensions (physiques, mentales, socioéconomiques, symboliques...) de leur existence.
Cet ouvrage explore et cherche à élucider les systèmes d’emprise, les passages d’une emprise à une autre, ainsi que les dynamiques d’émancipation qui permettent de s’en libérer. Il croise les lieux d’investigation (le couple, la famille, le soin, le travail, l’économie souterraine) et les récits de personnes touchées. Il pose en particulier cette question anthropologique : les systèmes d’emprise ont-ils la même structure, d’un terrain à l’autre ? Les processus lents et progressifs de la déprise sont-ils similaires ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782348065101
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 306
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

Dans Je n’existais plus, Pascale Jamoulle définit des grands invariants de l’emprise dans différentes situations : le couple, la famille, le soin, le travail, l’économie souterraine et mafieuse. À chaque fois, malgré la singularité des êtres, des systèmes de prédation se rejouent, avec le consentement actif des « abusés », certains devenant abusifs eux-mêmes.
Cynthia Fleury / L'Humanité
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !