Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259218863
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 225 mm

Je suis à l'Est !

Savant et autiste, un témoignage unique

Date de parution : 15/11/2012

Le premier récit d’un autiste français qui accepte de nous ouvrir les portes de son monde intérieur. Un témoignage intense, émouvant et brillant.

« Je vis avec l’autisme », écrit Josef Schovanec, soulignant ainsi ce qu’il considère plus comme une qualité que comme un handicap.
Ce voyageur passionné des civilisations anciennes maîtrise une dizaine de langues, est diplômé de Sciences Po et possède un doctorat en philosophie. Il récuse pourtant les attributs qu’on lui...

« Je vis avec l’autisme », écrit Josef Schovanec, soulignant ainsi ce qu’il considère plus comme une qualité que comme un handicap.
Ce voyageur passionné des civilisations anciennes maîtrise une dizaine de langues, est diplômé de Sciences Po et possède un doctorat en philosophie. Il récuse pourtant les attributs qu’on lui prête – ceux d’un autiste « génial » aux capacités intellectuelles extraordinaires – pour évoquer plutôt, avec beaucoup d’humour et de sensibilité, ces « petits » problèmes qui font le quotidien d’un autiste Asperger : les longues préparations nécessaires avant de prendre le métro ou de se rendre à un rendez-vous, l’angoisse qui l’étreint lorsque le téléphone sonne, la panique face au moindre imprévu, la difficulté à comprendre les codes sociaux et à nouer des relations amicales classiques, sa passion obsessionnelle pour les bibliothèques et les livres…
Il revient aussi sur son parcours psychiatrique aberrant : faute de diagnostic posé, il a évité de peu l’internement !

L’autisme reste un sujet polémique dans le monde scientifique et associatif.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259218863
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

L'autisme était Grande cause nationale de 2012. Et ensuite ? Entretien avec Josef Schovanec, 31 ans, docteur en philosophie, atteint du syndrome d’Asperger.

Télérama

Josef Schovanec, ambassadeur hors normes

Le Monde

Savant et autiste.
Josef Schovanec invité de La tête au carré sur France Inter

France Inter

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • DONZEL Posté le 2 Octobre 2021
    Rester enferrer en soi, et demeurer perméable et réceptif au monde extérieur auquel ses propres verrous intérieurs persistent à vous le refuser Un témoignage d'un courage exemplaire, un signe de vie extraordinaire qui veut transparaître et se livre toute crue au jugement étonné et souvent rigide des " gens normaux" se glorifiant de l'être et de JUGER sans plus chercher à comprendre . On avoisine là les limites de prises de conscience que ce concentré de vie vous évoque tant l'on est amené à dépasser cette peur devant " l'anormalité" en face Pour accompagner cette part formidablement émouvante et prenante de cette AUTRE SENSIBILITÉ et PERCEPTION de la vie Une vie difficile à appréhender Un témoignage pour aider et s'aider dans une recherche nouvelle de se dépasser
  • nanouche Posté le 24 Août 2021
    Josef Schovanec est une personne avec autisme. Après un récit de son enfance et de sa jeunesse, il présente ce que cela peut signifier qu'être autiste. Il y a un regard critique sur l'encadrement médical (on comprend que Josef Schovanec a eu bien de la chance de réchapper à six ans de soins psychiatriques) ou les associations de défense des handicapés. Surtout, ce que j'ai le plus apprécié, ce sont les intéressantes considérations sur l'identité et le handicap. La personne ne se résume pas à son handicap. Chacun est unique et le handicap n'est qu'un élément de l'identité, plus ou moins pertinent selon les circonstances : "Lorsque je suis seul dans ma chambre, je ne me sens pas autiste (...) Si je séjourne dans un monastère bouddhiste, où les codes sociaux sont particulièrement rigides et n'exigent pas de longs bavardages, alors, à l'issue d'une phase d'apprentissage, peut-être serai-je plus à l'aise que d'autres et mon handicap de départ deviendra-t-il avantage." Un ouvrage facile à lire et fort intéressant.
  • z9m57krbm9_1621499841364 Posté le 20 Mai 2021
    Josef schovanec est assez récemment devenu la référence nationale des personnes autistes. Il a réussi un livre abordable, intéressant et instructif, qui ne déborde pas de références médicales, avec des touches d’humour propres à lui. Une grande réussite.
  • Charlenej131 Posté le 18 Mai 2021
    Bonjour tout le monde, J'ai terminé "Je suis à l'est" de Josef Schovanec. Un témoignage touchant et rageant. Après ma lecture, je me dis: qu'est-ce que j'ai honte de mon pays et de la considération des personnes envers les gens avec autisme. (il emploie souvent cette expression). J'ai honte, car nous affichons un retard plus que considérable au niveau de la prise en charge de l'autisme. D'ailleurs la plupart des praticiens ne savent finalement même pas comment l'aborder.Je suis tombée il y a quelques années sur une pédopsychiatre qui m'a dit: Super ! Votre fils n'est plus autiste. (Ouwa il venait de faire une séance de jeu de dinette avec elle) approche purement psychanalyste. Je lui dis, qu'après plusieurs lectures à propos de l'autisme, on ne guérit pas de l'autisme. D'une part il ne s'agit en aucun cas d'une maladie que l'on peut soigner, d'autre part les personnes autistes apprennent juste à composer avec. Cette personne remettait en doute, deux diagnostics posés, par une pédopsychiatre qui suivait des formations au Canada. À la suite de cette mésaventure, j'ai contacté Mme * pour lui signifier que Mme * m'indiquait que mon fils n'était pas autiste. Celle-ci l'a fortement recadré. De cette première expérience,... Bonjour tout le monde, J'ai terminé "Je suis à l'est" de Josef Schovanec. Un témoignage touchant et rageant. Après ma lecture, je me dis: qu'est-ce que j'ai honte de mon pays et de la considération des personnes envers les gens avec autisme. (il emploie souvent cette expression). J'ai honte, car nous affichons un retard plus que considérable au niveau de la prise en charge de l'autisme. D'ailleurs la plupart des praticiens ne savent finalement même pas comment l'aborder.Je suis tombée il y a quelques années sur une pédopsychiatre qui m'a dit: Super ! Votre fils n'est plus autiste. (Ouwa il venait de faire une séance de jeu de dinette avec elle) approche purement psychanalyste. Je lui dis, qu'après plusieurs lectures à propos de l'autisme, on ne guérit pas de l'autisme. D'une part il ne s'agit en aucun cas d'une maladie que l'on peut soigner, d'autre part les personnes autistes apprennent juste à composer avec. Cette personne remettait en doute, deux diagnostics posés, par une pédopsychiatre qui suivait des formations au Canada. À la suite de cette mésaventure, j'ai contacté Mme * pour lui signifier que Mme * m'indiquait que mon fils n'était pas autiste. Celle-ci l'a fortement recadré. De cette première expérience, je me suis rendu compte qu'il ne fallait pas se laisser faire. En effet, sa prise en charge totale repose sur des diagnostics. En clair, on vous proposera telle prise en charge si vous avez tel handicap... et ainsi de suite. Un mauvais diagnostic, peut donc tout fiche en l'air en quelque sorte. J'ai eu aussi droit au fameux : mais vous savez madame, il ne faut surtout pas dire que votre fils est autiste. C'est la honte, changez plutôt le terme. Autant vous dire, que je n'ai aucun scrupule à dénoncer de genre de pratiques et d'agissements. Que je considère comme profondément inadmissible. Ou alors encore, dans une salle d'attente, mon fils faisait un peu de bruits, oh quel malheur (en vrai il n'en faisait pas plus qu'un enfant peut en faire enfin bon) le praticien sort de son bureau et s'en prend avec violence à nous. Heureusement, il a été très vite recadré et est presque venu se couler en excuses ! Je me battrai toujours pour lui, ça c'est clair ! J'ai tellement de choses à dire concernant l'exclusion des personnes autistes. À l'école par exemple, si vous n'avez pas d'assistante (e) de vie scolaire (AVS) on vous refuse presque la scolarisation. Même si l'enfant ne créé aucun problème en classe mais rendez-vous compte il a l'étiquette "autiste" dans son dossier.Un enfant avec autisme sera plus facilement exclu qu'un enfant harceleur. N'y a-t-il pas un problème dans la donne ? C'était déjà le cas dans la plus tendre enfance de Monsieur Schovanec. Triste est de constater que les choses n'évoluent toujours pas en France. Nous accumulons dans les vingt ans de retard par rapport aux anglo-saxons. est-ce normal ? où se trouve le fameux El Dorado français dont j'entends souvent parler ? Je suis consternée de lire que Josef Schovanec était considéré comme "fou" mais qu'est-ce que la folie finalement ? Qu'est-ce que la normalité ? Lui qui est d'une intelligence redoutable, des professeurs n'hésiteront en aucun cas à le dénigrer devant des classes entières.L'autisme pour moi, est une particularité, un mode de vie différent de ce qu'on nous enseigne. Une indépendance neuronale. Je le vois vraiment ainsi. Le pauvre homme a été pendant quelques années détruites par des séquences médicamenteuses. On le bourrait de neuroleptique. Des charlatans en faisaient leurs gagne-pain ! De ses multiples séances... J'ai honte, mais j'ai honte de lire de telles pratiques. Et je suis certaine que c'est encore le cas. Quand on lit que certains praticiens parlent encore de psychose infantile...Mais quelle horreur que l'ignorance. En ce qui concerne mon fils, il a essentiellement des séances éducatives et comportementales.ce qui a débloqué son langage fut la méthode PECS (A l'aide d'images et de visuels), à l'heure actuelle nous pratiquons toujours les méthodes ABA et TEACCH), n'hésitez pas à vous renseigner à leurs propos. Elles ont sauvé des familles entières au bord de l'implosion et ont sauvé des enfants et adultes avec autisme. J'ai beaucoup aimé, toutes les petites anecdotes de Josef Schovanec, je retrouve vraiment mon garçon, j'ai énormément souris. Il aborde tous ses traits particuliers avec humour. J'aime beaucoup. J'aurai des pages et des pages à écrire, tellement c'est varié ainsi que nos péripéties, et encore il n'a que 7 ans et demi. Je pense que l'on va en connaître encore beaucoup. Mais chaque jour et un jour nouveau.En clair, au moindre doute n'hésitez pas à vous renseigner, vous pouvez même m'en parler, je me ferai un plaisir de vous aider. L'union fait la force comme on dit ! Lisez ce témoignage. Ouvrez les yeux et surtout n'oubliez pas : Ne parlons plus d'autisme ASPERGER ni d'autisme de haut niveau. Comme le dit monsieur Josef Schovanec, comment pouvons-nous juger de haut ou petit niveau ? Tellement il y a de forme d'autisme. Il n' y a à ce jour que le TSA TROUBLE DU SPECTRE AUTISTIQUE qui se caractérise par des degrés. Aucune discrimination n'est à établir au sein d'un même handicap si je puis dire. Et ça m'agace fortement, d'entendre encore des personnes parler d'ASPERGER. N'hésitez pas à écouter les conférences de Josef Schovanec à ce sujet. J'ai eu la chance de voir un colloque il y a deux ans ou trois je ne sais plus où il abordait ce sujet. Je vous souhaite une très bonne journée
    Lire la suite
    En lire moins
  • tesdichiti Posté le 20 Octobre 2020
    Josef Schovanec….un cas, un merveilleux spécimen humain de connaissances, d’intelligence et de partage. Je l’ai découvert sur la radio en Belgique. Il tenait (et tiens encore) une chronique dans l’émission : « on n’est pas rentré »…il y démonte toutes nos certitudes… Autiste Asperger, il a écrit ce livre pour se montrer…ce n’est pas parfait…pour nous …mais tellement réel, utile et vrai pour lui….. A lire pour comprendre le personnage et à écouter ses chroniques sur Auvio Respect Monsieur.

les contenus multimédias

Chargement en cours...
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…