RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Jeux de miroirs

            Les Escales
            EAN : 9782365692021
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 304
            Format : 140 x 225 mm
            Jeux de miroirs

            Isabelle MAILLET (Traducteur)
            Collection : Domaine étranger
            Date de parution : 26/01/2017
            Véritable phénomène d’édition, Jeux de miroirs est en cours de publication dans plus de 38 pays. Ce roman à la construction diabolique tient son lecteur en haleine jusqu'à la toute dernière page.
            « Ça se commence et ça ne se lâche pas. Le livre du semestre ! » 
            (TF1)

            « Une fin digne de Sherlock Holmes ! » 
            (Europe 1 )

            « Mon cœur fait boum pour Jeux de miroirs ! » 
            (Audrey Pulvar, C8)​

            Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit un manuscrit intitulé Jeux de miroirs qui l’intrigue immédiatement....
            « Ça se commence et ça ne se lâche pas. Le livre du semestre ! » 
            (TF1)

            « Une fin digne de Sherlock Holmes ! » 
            (Europe 1 )

            « Mon cœur fait boum pour Jeux de miroirs ! » 
            (Audrey Pulvar, C8)​

            Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit un manuscrit intitulé Jeux de miroirs qui l’intrigue immédiatement. En effet, l’un des personnages n’est autre que le professeur Wieder, ponte de la psychologie cognitive, brutalement assassiné à la fin des années quatre-vingt et dont le meurtre ne fut jamais élucidé. Se pourrait-il que ce roman contienne des révélations sur cette affaire qui avait tenu en haleine les États-Unis ?

            Persuadé d’avoir entre les mains un futur best-seller qui dévoilera enfin la clef de l’intrigue, l’agent tente d’en savoir plus. Mais l’auteur du manuscrit est décédé et le texte inachevé. Qu’à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d’investigation pour écrire la suite du livre. Mais, de souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d’un maelström de fausses pistes.

            Et si la vérité n’était qu’une histoire parmi d’autres ?


            « Un premier roman impressionnant : aussi intelligent que bien écrit »
            (The Times)

            « Avec Jeux de miroirs , le roumain Eugen O. Chirovici brouille magistralement les pistes. » (L'Express)

            « Conceptuellement intelligent. »
            (Booklist) 

            « Le livre parfait pour ceux qui ont besoin de leur dose d'Umberto Eco. »
            (BBC)

            « Les mensonges énoncés ouvertement, les mémoires défaillantes et les secrets bien gardés nous trompent au point de ne plus savoir qui croire, tandis que l'action tend vers un dénouement rusé et tout à fait crédible. »
            (Publishers Weekly)

            « Un roman construit avec intelligence. »
            (Publishers Weekly)

            « Un thriller délicat et incroyablement ficelé. »
            (The Daily Mail)

            « Une narration magique qui continue de nous hanter bien après un dénouement très satisfaisant ! »
            (The Daily Mail)  

            « À lire d'une traite (vous n'aurez pas le choix) ! »
            (Page)

            « Le polar idéal pour un week end hivernal au coin du feu : ne le ratez pas ! »
            (Audrey Pulvar, C8)

            « Un des livres événement de ce début d'année ! »
            (La Région (Suisse))

            « Chirovici campe bien ses personnages et titille le lecteur avec des révélation judicieusement distillées. Un puzzle littéraire sophistiqué et intelligent.»
            (Kirkus Reviews)
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782365692021
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 304
            Format : 140 x 225 mm
            Les Escales
            21.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Si vous avez aimé La Vérité sur l’affaire Harry Québert, vous adorerez Jeux de miroirs. »

            « Un polar vraiment très réussi ! »
             
            « Un des incontournables de l’année. »
            Gérard Collard / La Griffe noire - Saint-Maur-des-Fossés - 94

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • MichelRoberge Posté le 14 Décembre 2018
              Résumé : Cette fois, il tient peut-être un best-seller. Pour Peter Katz, agent littéraire, le manuscrit qu’il reçoit a tout pour faire un succès : l’assassinat à Princeton du professeur Wieder, star de la psychologie cognitive, est un mystère vieux de trente ans… Le voilà raconté noir sur blanc, de l’intérieur : jeux de pouvoir, triangle amoureux, tout est là. Mais le texte s’arrête à la nuit du meurtre et son auteur vient de mourir… Qu’à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d’investigation pour écrire la suite du livre. De souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d’un maelström de fausses pistes. Et si la vérité n’était qu’une histoire parmi d’autres ? Commentaires : Jeux de miroirs, un thriller époustouflant, est le premier roman de cet auteur roumain à être traduit en français et publié dans plus de 38 pays. Un scénario original mené avec brio dans lequel Chirovici s’amuse à brouiller les pistes. Accrocheur dès le début avec la reproduction du manuscrit reçu par un agent littéraire et inspiré d’un drame réel et non élucidé 30 ans plus tôt. Le texte d’un auteur qui a toujours souhaité devenir écrivain et qui met la table au déroulement de... Résumé : Cette fois, il tient peut-être un best-seller. Pour Peter Katz, agent littéraire, le manuscrit qu’il reçoit a tout pour faire un succès : l’assassinat à Princeton du professeur Wieder, star de la psychologie cognitive, est un mystère vieux de trente ans… Le voilà raconté noir sur blanc, de l’intérieur : jeux de pouvoir, triangle amoureux, tout est là. Mais le texte s’arrête à la nuit du meurtre et son auteur vient de mourir… Qu’à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d’investigation pour écrire la suite du livre. De souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d’un maelström de fausses pistes. Et si la vérité n’était qu’une histoire parmi d’autres ? Commentaires : Jeux de miroirs, un thriller époustouflant, est le premier roman de cet auteur roumain à être traduit en français et publié dans plus de 38 pays. Un scénario original mené avec brio dans lequel Chirovici s’amuse à brouiller les pistes. Accrocheur dès le début avec la reproduction du manuscrit reçu par un agent littéraire et inspiré d’un drame réel et non élucidé 30 ans plus tôt. Le texte d’un auteur qui a toujours souhaité devenir écrivain et qui met la table au déroulement de l’intrigue qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne. Chirovici nous plonge dans plusieurs versions d’un même récit. Celui de l’agent littéraire et les enquêtes menées par un journaliste et par un policier à la retraite. Ce dernier aura le fin mot de cette histoire où chaque personnage a sa propre version de l’affaire. Avec une écriture fluide et efficace, l’auteur présente chaque hypothèse de solution qui se détruit au fur et à mesure de l’avancement du récit. Celui-ci nous tient en haleine avec une panoplie de personnages interpellés, aux points de vue aussi complémentaires que contradictoires. Jeux de miroirs est un véritable jeu de mémoire que seule la révélation finale saura dénouer le drame. Son auteur soulève des questions quasi existentielles. Dans la vie de tous les jours, qui ment ? Qui imagine ou fausse la réalité ? Qui croit se souvenir ? Qui réinvente le passé ? Car, comme l’affirme Chirovici : « La littérature se nourrit d’imagination et de souvenirs – vrais ou faux ? » Une réflexion fascinante campée dans un récit sans suspense haletant, mais qui alimente chez le lecteur un désir de connaître la vérité présentée sous des apparences trompeuses et la manipulation des informations. En somme, un excellent roman qui nous convie à réfléchir sur les attributs de la mémoire à court, moyen et long terme qui pourrait se résumer par l’ultime paragraphe de Jeux de miroirs : « Un grand écrivain français a dit un jour que le souvenir des choses passées n’est pas nécessairement le souvenir des choses telles qu’elles furent. Il avait sûrement raison. » Anecdote racontée par l’auteur. – Ce roman avait été refusé par une dizaine d’agents littéraires sans donner d’explication. Une réalité que vivent de nombreux auteurs. Après l’avoir présenté à une petite maison d’édition qui n’avait malheureusement pas les moyens de verser une avance et de le distribuer de façon adéquate, Chirovici s’est laissé convaincre par cet éditeur de relancer son manuscrit auprès d’autres agents littéraires. Deux jours après l’envoi, entre autres chez Peters, Fraser Dunlop pour qui le projet allait « faire un carton », le contrat était signé : « L’édition est une industrie hautement subjective, et beaucoup de grands romans ont d’abord été rejetés. Même si les refus sont toujours difficiles à accepter, il faut s’accrocher et continuer à essayer. » Ce que j’ai aimé : L’originalité de l’histoire. La réflexion sur la mémoire, cette faculté qui oublie peut-être volontairement. L’intérêt soutenu du début à la fin. La psychologie des personnages. Le style fluide. Ce que j’ai moins aimé : -
              Lire la suite
              En lire moins
            • EveQ Posté le 3 Novembre 2018
              L'agent littéraire Peter Katz a reçu un mail de Richard Flynn avec, en pièce jointe, un extrait d’un manuscrit relatant ses souvenirs lorsqu’il était étudiant à l’université de Princeton en 1987. Il y a fait connaissance du professeur Joseph Wieder par l’intermédiaire de sa colocataire Laura Baines. Cela suscite l’intérêt de Peter Katz qui décide de commencer immédiatement la lecture du manuscrit. Richard Flynn n’aura jamais l’occasion de lui remettre la fin du manuscrit. Nous découvrons le manuscrit avec Peter Katz dès le deuxième chapitre. Avec un style fluide, l’auteur détaille la psychologie de chacun des personnages et nous plonge dans les méandres de la mémoire. Le roman est découpé en 3 parties correspondant à 3 voix différentes du récit : Peter Katz, l’agent littéraire, John Keller, un de ses amis journaliste free lance et Roy Freeman, inspecteur de police à la retraite. Chacun découvre des documents et recueille différents témoignages. Cela se traduit par la confrontation de différentes versions des événements remontant à près de 30 ans.
            • Lire-une-passion Posté le 28 Septembre 2018
              Avant tout, ce qui m'a attirée pour ce livre c'est sa couverture et son titre. Comme son nom l'indique, la couverture a un effet miroir très mystérieux et donne envie d'en savoir plus. Je ne pensais pas être aussi prise fans l'histoire et pourtant, j'ai franchement eu du mal à reposer le livre, à tel point que je l'ai fini en un seul jour, voulant tout savoir. Quand Peter Katz reçoit un manuscrit intitulé "jeux de miroirs", il l'intrigue immédiatement. Après avoir lu les premières pages reçues, il décide de joindre l'auteur en question. En effet, ce que raconte ce livre, c'est un fait divers qui s'est passé quelques décennies plus tôt. Malheureusement, entre temps, l'auteur est mort. Néanmoins, Peter Katz est déterminé à avoir la fin de l'histoire. Pour cela, il engage un journaliste d'investigation pour écrire la suite du livre... Avouez qu'étant dans le monde du livre (et moi en plus auteure), tout cela intrigue ! Alors, quand j'ai commencé cette lecture, je vous avoue que je ne savais pas dans quoi je me lançais, si ce n'était que ça risquait d'être une histoire assez particulière, que l'on voit peu (voire pas du tout) en littérature. Et je ne me... Avant tout, ce qui m'a attirée pour ce livre c'est sa couverture et son titre. Comme son nom l'indique, la couverture a un effet miroir très mystérieux et donne envie d'en savoir plus. Je ne pensais pas être aussi prise fans l'histoire et pourtant, j'ai franchement eu du mal à reposer le livre, à tel point que je l'ai fini en un seul jour, voulant tout savoir. Quand Peter Katz reçoit un manuscrit intitulé "jeux de miroirs", il l'intrigue immédiatement. Après avoir lu les premières pages reçues, il décide de joindre l'auteur en question. En effet, ce que raconte ce livre, c'est un fait divers qui s'est passé quelques décennies plus tôt. Malheureusement, entre temps, l'auteur est mort. Néanmoins, Peter Katz est déterminé à avoir la fin de l'histoire. Pour cela, il engage un journaliste d'investigation pour écrire la suite du livre... Avouez qu'étant dans le monde du livre (et moi en plus auteure), tout cela intrigue ! Alors, quand j'ai commencé cette lecture, je vous avoue que je ne savais pas dans quoi je me lançais, si ce n'était que ça risquait d'être une histoire assez particulière, que l'on voit peu (voire pas du tout) en littérature. Et je ne me suis pas trompée ! Comme je vous le disais plus haut, je ne m'attendais pas à aimer autant, à être prise dans ce cercle vicieux, à vouloir en savoir toujours plus. À travers trois voix, nous voyons l'histoire découler de nos yeux. Nous sommes, en quelques sortes, les acteurs de ce récits. Car, comme les personnages, nous menons aussi cette enquête si mystérieuses. Et je peux vous dire que vous n'êtes pas au bout de vos surprises. L'auteur manie très bien les mots et nous fait suspecter tout le monde. Mais quand je dis tout le monde, chacun devient petit à petit le meurtrier de ce vaut divers. On ne sait plus quoi penser, l'auteure nous tord l'esprit petit à petit, pour nous amener sur des chemins plus que tortueux. Je n'irai pas jusqu'à dire que je me suis attachée aux personnages, parce que je pense que l'auteur a fait en sorte que ce ne soit pas le cas. Et c'est là encore une preuve qu'il a très bien réussi son coup ! Parce que, même si on a beau de pas forcément aimer les personnages, ils nous rendent assez curieux pour qu'on veuille en savoir plus sur eux.#8203; #8203;En résumé, voilà un polar qui m'aura pris en ses dents et ses griffes du début à la fin. J'ai franchement eu beaucoup de mal à le lâcher, tant j'ai été prise dans ce cercle vicieux. Les personnages ont aussi leur façon de nous tenir en haleine, accentués par l'auteur qui sait jouer sur les mots. Un roman que je vous conseille vivement de découvrir !
              Lire la suite
              En lire moins
            • ZeroJanvier79 Posté le 2 Septembre 2018
              Je me méfie toujours des livres annoncés comme "le roman événement" ou comme "un véritable phénomène d'édition". Publié initialement en langue anglaise en 2014, la traduction française de ce roman est parue au début de cette année. Habituellement, j'aurais plutôt été tenté de le lire en langue originale, mais la version française m'a été offerte par l'éditeur par l'intermédiaire de la plateforme Netgalley.fr, je me suis donc résolu à le lire en français. Je ne connaissais absolument E.O. Chirovici, l'auteur roumain de ce livre. Il est apparemment un spécialiste des polars dans son pays, et Jeux de Miroirs est son premier roman écrit directement en anglais, sous le titre The Book of Mirrors. Je crois que le titre original me plait plus que sa version française, car il colle mieux à l'intrigue du roman : Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit un manuscrit intitulé Jeux de miroirs qui l'intrigue immédiatement. En effet, l'un des personnages n'est autre que le professeur Wieder, ponte de la psychologie cognitive, brutalement assassiné à la fin des années quatre-vingt et dont le meurtre ne fut jamais élucidé. Se pourrait-il que ce roman contienne des révélations sur cette affaire qui avait tenu en haleine les États-Unis ? Persuadé d'avoir... Je me méfie toujours des livres annoncés comme "le roman événement" ou comme "un véritable phénomène d'édition". Publié initialement en langue anglaise en 2014, la traduction française de ce roman est parue au début de cette année. Habituellement, j'aurais plutôt été tenté de le lire en langue originale, mais la version française m'a été offerte par l'éditeur par l'intermédiaire de la plateforme Netgalley.fr, je me suis donc résolu à le lire en français. Je ne connaissais absolument E.O. Chirovici, l'auteur roumain de ce livre. Il est apparemment un spécialiste des polars dans son pays, et Jeux de Miroirs est son premier roman écrit directement en anglais, sous le titre The Book of Mirrors. Je crois que le titre original me plait plus que sa version française, car il colle mieux à l'intrigue du roman : Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit un manuscrit intitulé Jeux de miroirs qui l'intrigue immédiatement. En effet, l'un des personnages n'est autre que le professeur Wieder, ponte de la psychologie cognitive, brutalement assassiné à la fin des années quatre-vingt et dont le meurtre ne fut jamais élucidé. Se pourrait-il que ce roman contienne des révélations sur cette affaire qui avait tenu en haleine les États-Unis ? Persuadé d'avoir entre les mains un futur best-seller qui dévoilera enfin la clef de l'intrigue, l'agent tente d'en savoir plus. Mais l'auteur du manuscrit est décédé et le texte inachevé. Qu'à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d'investigation pour écrire la suite du livre. Mais, de souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d'un maelström de fausses pistes. Et si la vérité n'était qu'une histoire parmi d'autres ? L'intrigue tourne autour du meurtre d'un certain professeur Wieder, enseignant et chercheur émérite à l'université de Princeton à la fin des années 80. L'auteur nous propose donc de résoudre l'énigme que constitue ce meurtre. En soi, cela ne parait pas très original, mais c'est la structure narrative du roman qui lui donne tout son intérêt. Il faut d'abord préciser que le roman est découpé en trois parties successives, chacune étant consacrée à un narrateur : le roman commence avec la voix de Peter Katz, l'agent littéraire qui reçoit le fameux manuscrit "Jeux de miroirs" auquel le roman doit son propre titre ; le récit se poursuit ensuite avec un journaliste chargé par l'agent littéraire d'enquêter sur le manuscrit et sur l'affaire criminelle qu'il relate ; enfin, la parole est donnée à un policier désormais retraité mais qui avait mené l'enquête sur la mort du professeur Wieder trois décennies plus tôt. Cette succession de narrateurs s'accompagne évidemment de révélations sur l'affaire et sur les différents suspects. Les trois narrateurs interrogent eux-mêmes des témoins et des personnes impliquées, ou suspectées de l'être, dans l'assassinat. Chaque témoin apporte une part de vérité, ou en tout une part de sa vérité ; car toute la construction du roman repose sur le fait que chaque partie prenante interprète les faits selon sa propre sensibilité et ses propres obsessions. Le roman propose ainsi autant de points de vue, au sens littéraire du terme, sur des événements passés. Finalement, la résolution de l'enquête est anecdotique, elle n'est pas l'élément le plus important dans ce livre. Si au début du roman j'ai été facilement absorbé par le mystère autour du crime, je me suis transformé progressivement en lecteur distant par rapport à l'enquête elle-même, pour observer avec plaisir la construction du récit et la multiplication des pistes et des fausses pistes. Plus qu'un roman d'enquête criminelle, ce livre m'est apparu comme une réflexion aboutie et réussie sur la construction d'une fiction, et sur l'interprétation forcément subjective des faits par des individus qui se distinguent par leur personnalité et leur passé. Alors que j'étais plutôt déçu au début de ma lecture, ayant l'impression d'être tombé sur une banale enquête sans originalité, la suite et surtout la fin m'ont emballé et cela m'amène à garder un très bon souvenir de ce roman. Ce n'est peut-être pas le "roman événement" comme le clame l'éditeur sur la jaquette, mais c'est assurément un bon roman qui a le mérite d'apporter quelque chose de neuf dans cette littérature de genre maltraitée par des best-sellers trop souvent médiocres.
              Lire la suite
              En lire moins
            • sweetie Posté le 7 Juillet 2018
              Roman policier aux allures psychologiques, Jeux de miroirs offre une intrigue intéressante autour de personnages nous livrant tour à tour leur version d'un meurtre perpétré il y a plus d'une vingtaine d'années. C'est le premier roman écrit directement en anglais par cet auteur d'origine roumaine. Peut-être la prose en a-t-elle souffert, car j'ai eu souvent l'étrange impression de déjà lu par certaines phrases formatées et des comparaisons ressassées. Les envolées lyriques ne se retrouvent guère dans le genre policier mais ce roman-ci manque cruellement d'originalité dans son écriture.
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
            Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !