Lisez! icon: Search engine

Jeux de miroirs

Les Escales
EAN : 9782365692021
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 225 mm
Jeux de miroirs

Isabelle MAILLET (Traducteur)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 26/01/2017
Véritable phénomène d’édition, Jeux de miroirs est en cours de publication dans plus de 38 pays. Ce roman à la construction diabolique tient son lecteur en haleine jusqu'à la toute dernière page.
« Ça se commence et ça ne se lâche pas. Le livre du semestre ! » 
(TF1)

« Une fin digne de Sherlock Holmes ! » 
(Europe 1 )

« Mon cœur fait boum pour Jeux de miroirs ! » 
(Audrey Pulvar, C8)​

Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit un manuscrit intitulé Jeux de miroirs qui l’intrigue immédiatement....
« Ça se commence et ça ne se lâche pas. Le livre du semestre ! » 
(TF1)

« Une fin digne de Sherlock Holmes ! » 
(Europe 1 )

« Mon cœur fait boum pour Jeux de miroirs ! » 
(Audrey Pulvar, C8)​

Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit un manuscrit intitulé Jeux de miroirs qui l’intrigue immédiatement. En effet, l’un des personnages n’est autre que le professeur Wieder, ponte de la psychologie cognitive, brutalement assassiné à la fin des années quatre-vingt et dont le meurtre ne fut jamais élucidé. Se pourrait-il que ce roman contienne des révélations sur cette affaire qui avait tenu en haleine les États-Unis ?

Persuadé d’avoir entre les mains un futur best-seller qui dévoilera enfin la clef de l’intrigue, l’agent tente d’en savoir plus. Mais l’auteur du manuscrit est décédé et le texte inachevé. Qu’à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d’investigation pour écrire la suite du livre. Mais, de souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d’un maelström de fausses pistes.

Et si la vérité n’était qu’une histoire parmi d’autres ?


« Un premier roman impressionnant : aussi intelligent que bien écrit »
(The Times)

« Avec Jeux de miroirs , le roumain Eugen O. Chirovici brouille magistralement les pistes. » (L'Express)

« Conceptuellement intelligent. »
(Booklist) 

« Le livre parfait pour ceux qui ont besoin de leur dose d'Umberto Eco. »
(BBC)

« Les mensonges énoncés ouvertement, les mémoires défaillantes et les secrets bien gardés nous trompent au point de ne plus savoir qui croire, tandis que l'action tend vers un dénouement rusé et tout à fait crédible. »
(Publishers Weekly)

« Un roman construit avec intelligence. »
(Publishers Weekly)

« Un thriller délicat et incroyablement ficelé. »
(The Daily Mail)

« Une narration magique qui continue de nous hanter bien après un dénouement très satisfaisant ! »
(The Daily Mail)  

« À lire d'une traite (vous n'aurez pas le choix) ! »
(Page)

« Le polar idéal pour un week end hivernal au coin du feu : ne le ratez pas ! »
(Audrey Pulvar, C8)

« Un des livres événement de ce début d'année ! »
(La Région (Suisse))

« Chirovici campe bien ses personnages et titille le lecteur avec des révélation judicieusement distillées. Un puzzle littéraire sophistiqué et intelligent.»
(Kirkus Reviews)
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365692021
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 225 mm
Les Escales

Ils en parlent

« Si vous avez aimé La Vérité sur l’affaire Harry Québert, vous adorerez Jeux de miroirs. »

« Un polar vraiment très réussi ! »
 
« Un des incontournables de l’année. »
Gérard Collard / La Griffe noire - Saint-Maur-des-Fossés - 94

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Kimmidolll Posté le 2 Mai 2019
    J'ai tout d'abord été attirée par ce livre grâce à sa couverture et ses jolis reflets tel un miroir ! L'histoire se lit rapidement et je recommande fortement ce livre!
  • OlivierV Posté le 23 Avril 2019
    Ce polar psychologique est construit autour de 3 fils narratifs : le récit inachevé d'une intrigue amoureuse dans une université et l'assassinat irrésolu d'un charismatique professeur de sciences cognitives, les recherches fouillées d'un journaliste 25 ans plus tard pour démêler le vrai du faux à partir du manuscrit puis la reprise (et la conclusion ?) de l'enquête par un ex-flic de l'époque. Un procédé certes classique mais bien ficelé qui fait de ce "Jeux de miroir" un guide pratique du journalisme d'investigation pour les nuls, dans l'ambiance du film "The Ghost Writer" de Roman Polanski. À découvrir.
  • Floccus Posté le 16 Janvier 2019
    J'ai pris du plaisir et fort peu de notes en écoutant ce livre audio. C'est un polar comme je les aime entre les oreilles : sobre, facile à suivre mais intrigant, sortant de l'ordinaire, laissant subsister des vacuités qui font travailler la réflexion et l'imagination. L'auditeur est actif dans un partenariat avec l'écrivain taquin qui ne dit pas tout. Ce dernier manipule sans cesse notre frustration. Et nous accroche à l'hameçon. Un coin de notre cerveau reste toujours disponible pour ce récit, même quand on l'interrompt pour s'adonner à d'autres activités. Vincent Schmitt est parfait. Ceci dit, une fois quitté, il n'en reste rien.
  • Ndiwwa Posté le 15 Janvier 2019
    Polar prenant et qu'on ne lâche pas, même si pour ma part, je l'ai trouvé décevant... Au départ, l'intrigue, avec comme cadre la fac et un trio amoureux avec au coeur un professeur, m'a fait pensé à "La vérité sur l'affaire Harry Quebert", impression qui s'est confirmée avec le mystère autour de la mort non élucidée du personnage. En revanche, même si on a envie de découvrir le fin mot du livre, et du livre dans le livre (autre similitude avec le Joel Dicker), j'ai trouvé le dénouement légèrement décevant. Mon esprit avait commencé à broder d'autres théories autour de l'activité du professeur victime du meurtre (je n'en dis pas trop pour ne pas spoiler) et j'ai l'impression d'un rendez-vous manqué. Tant de choses auraient pu être faites autour de ce thème, des jeux de miroirs, de la manipulation et des méandres de l'esprit humain et de la mémoire... J'ai aimé la narration par 3 points de vues qui enrichit la lecture, donc pas une entière déception, mais quand même...
  • MichelRoberge Posté le 14 Décembre 2018
    Résumé : Cette fois, il tient peut-être un best-seller. Pour Peter Katz, agent littéraire, le manuscrit qu’il reçoit a tout pour faire un succès : l’assassinat à Princeton du professeur Wieder, star de la psychologie cognitive, est un mystère vieux de trente ans… Le voilà raconté noir sur blanc, de l’intérieur : jeux de pouvoir, triangle amoureux, tout est là. Mais le texte s’arrête à la nuit du meurtre et son auteur vient de mourir… Qu’à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d’investigation pour écrire la suite du livre. De souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d’un maelström de fausses pistes. Et si la vérité n’était qu’une histoire parmi d’autres ? Commentaires : Jeux de miroirs, un thriller époustouflant, est le premier roman de cet auteur roumain à être traduit en français et publié dans plus de 38 pays. Un scénario original mené avec brio dans lequel Chirovici s’amuse à brouiller les pistes. Accrocheur dès le début avec la reproduction du manuscrit reçu par un agent littéraire et inspiré d’un drame réel et non élucidé 30 ans plus tôt. Le texte d’un auteur qui a toujours souhaité devenir écrivain et qui met la table au déroulement de... Résumé : Cette fois, il tient peut-être un best-seller. Pour Peter Katz, agent littéraire, le manuscrit qu’il reçoit a tout pour faire un succès : l’assassinat à Princeton du professeur Wieder, star de la psychologie cognitive, est un mystère vieux de trente ans… Le voilà raconté noir sur blanc, de l’intérieur : jeux de pouvoir, triangle amoureux, tout est là. Mais le texte s’arrête à la nuit du meurtre et son auteur vient de mourir… Qu’à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d’investigation pour écrire la suite du livre. De souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d’un maelström de fausses pistes. Et si la vérité n’était qu’une histoire parmi d’autres ? Commentaires : Jeux de miroirs, un thriller époustouflant, est le premier roman de cet auteur roumain à être traduit en français et publié dans plus de 38 pays. Un scénario original mené avec brio dans lequel Chirovici s’amuse à brouiller les pistes. Accrocheur dès le début avec la reproduction du manuscrit reçu par un agent littéraire et inspiré d’un drame réel et non élucidé 30 ans plus tôt. Le texte d’un auteur qui a toujours souhaité devenir écrivain et qui met la table au déroulement de l’intrigue qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne. Chirovici nous plonge dans plusieurs versions d’un même récit. Celui de l’agent littéraire et les enquêtes menées par un journaliste et par un policier à la retraite. Ce dernier aura le fin mot de cette histoire où chaque personnage a sa propre version de l’affaire. Avec une écriture fluide et efficace, l’auteur présente chaque hypothèse de solution qui se détruit au fur et à mesure de l’avancement du récit. Celui-ci nous tient en haleine avec une panoplie de personnages interpellés, aux points de vue aussi complémentaires que contradictoires. Jeux de miroirs est un véritable jeu de mémoire que seule la révélation finale saura dénouer le drame. Son auteur soulève des questions quasi existentielles. Dans la vie de tous les jours, qui ment ? Qui imagine ou fausse la réalité ? Qui croit se souvenir ? Qui réinvente le passé ? Car, comme l’affirme Chirovici : « La littérature se nourrit d’imagination et de souvenirs – vrais ou faux ? » Une réflexion fascinante campée dans un récit sans suspense haletant, mais qui alimente chez le lecteur un désir de connaître la vérité présentée sous des apparences trompeuses et la manipulation des informations. En somme, un excellent roman qui nous convie à réfléchir sur les attributs de la mémoire à court, moyen et long terme qui pourrait se résumer par l’ultime paragraphe de Jeux de miroirs : « Un grand écrivain français a dit un jour que le souvenir des choses passées n’est pas nécessairement le souvenir des choses telles qu’elles furent. Il avait sûrement raison. » Anecdote racontée par l’auteur. – Ce roman avait été refusé par une dizaine d’agents littéraires sans donner d’explication. Une réalité que vivent de nombreux auteurs. Après l’avoir présenté à une petite maison d’édition qui n’avait malheureusement pas les moyens de verser une avance et de le distribuer de façon adéquate, Chirovici s’est laissé convaincre par cet éditeur de relancer son manuscrit auprès d’autres agents littéraires. Deux jours après l’envoi, entre autres chez Peters, Fraser Dunlop pour qui le projet allait « faire un carton », le contrat était signé : « L’édition est une industrie hautement subjective, et beaucoup de grands romans ont d’abord été rejetés. Même si les refus sont toujours difficiles à accepter, il faut s’accrocher et continuer à essayer. » Ce que j’ai aimé : L’originalité de l’histoire. La réflexion sur la mémoire, cette faculté qui oublie peut-être volontairement. L’intérêt soutenu du début à la fin. La psychologie des personnages. Le style fluide. Ce que j’ai moins aimé : -
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !