RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Ballade de l'impossible (nouv. éd.)

            Belfond
            EAN : 9782714450678
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 396
            Format : 140 x 225 mm
            La Ballade de l'impossible (nouv. éd.)

            Rose-Marie MAKINO-FAYOLLE (Traducteur)
            Date de parution : 14/04/2011

            Le livre qui a propulsé Haruki Murakami sur le devant de la scène internationale. Un superbe roman d'apprentissage aux résonances autobiographiques, adapté aujourd'hui au cinéma par Tran Anh Hung (L'Odeur de la papaye verte). Le film, qui a reçu trois nominations au Festival du film asiatique de Deauville 2011 dans les catégories "Lotus du meilleur film", "Lotus du jury" et "Prix de la critique internationale", sortira en salle le 4 mai prochain.

            Oeuvre d'une ampleur exceptionnelle, La Ballade de l'impossible est le livre qui a révélé Haruki Murakami. Un superbe roman d'apprentissage aux résonances autobiographiques, dans lequel l'auteur fait preuve d'une tendresse, d'un charme poétique et d'une intensité érotique saisissants.

            Au cours d'un voyage en avion, le narrateur entend une chanson des...

            Oeuvre d'une ampleur exceptionnelle, La Ballade de l'impossible est le livre qui a révélé Haruki Murakami. Un superbe roman d'apprentissage aux résonances autobiographiques, dans lequel l'auteur fait preuve d'une tendresse, d'un charme poétique et d'une intensité érotique saisissants.

            Au cours d'un voyage en avion, le narrateur entend une chanson des Beatles : « Norwegian Wood ». Instantanément, il replonge dans le souvenir d'un amour vieux de dix-huit ans.
            Quand il était lycéen, son meilleur ami, Kizuki, s'est suicidé. Kizuki avait une amie, Naoko. Ils étaient amoureux.
            Un an après ce suicide, le narrateur retrouve Naoko. Elle est incertaine et angoissée, il l'aime ainsi. Une nuit, elle lui livre son secret, puis disparaît…

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714450678
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 396
            Format : 140 x 225 mm
            Belfond
            20.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Haruki Murakami veut reprendre à son compte la grande tradition japonaise, en réconciliant onirisme et métaphysique. Ses chasses subtiles sont autant d’aventures spirituelles où l’on explore nos propres énigmes. »
            André Clavel, Lire

            « Murakami place son roman sous la tutelle de Salinger et de Fitzgerald. […] Il mêle la grâce à la noirceur avec une subtilité et une élégance qui sont, définitivement, la marque des grands écrivains... »
            Raphaëlle Leyris, Les Inrockuptibles

            PRESSE

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • hazzunah Posté le 29 Juillet 2019
              J’avais très envie de lire un Murakami pendant ces vacances (je ne connaissais de lui que le très beau « Sommeil ») et une interview d’Harry Styles par Timothée Chalamet où il disait que La Ballade de l’impossible serait le livre qu’il emporterait sur une île déserte m’a convaincu à porter mon choix sur celui-ci (oui, il suffit qu’Harry dise pour que j’exécute...). Et je n’ai pas DU TOUT été déçue ! L’histoire commence alors que Watanabe entend la chanson Norwegian Wood dans un avion le menant en Allemagne. Cette chanson le plonge dans ses souvenirs d’adolescence puisque Norwegian Wood était la chanson préférée de Nakao, la petite-amie de Kizuki, son ami qui s’est suicidé sans raisons apparentes alors qu’il avait 17 ans. L’adolescence de Watanabe c’est aussi Midori, une jeune fille un peu excentrique, pleine de vie et pourtant sur le fil de la mort, constamment. L’adolescence de Watanabe ce sont des jours empreints de solitudes, des silences, de longues conversations frôlant avec la folie et la mélancolie. J’aime ces romans où toutes les phrases, qui s’écoulent pourtant lentement et sans heurt, semblent résonner et tout dire de l’âme humaine. J’ai aimé le personnage de Watanabe, un peu hors... J’avais très envie de lire un Murakami pendant ces vacances (je ne connaissais de lui que le très beau « Sommeil ») et une interview d’Harry Styles par Timothée Chalamet où il disait que La Ballade de l’impossible serait le livre qu’il emporterait sur une île déserte m’a convaincu à porter mon choix sur celui-ci (oui, il suffit qu’Harry dise pour que j’exécute...). Et je n’ai pas DU TOUT été déçue ! L’histoire commence alors que Watanabe entend la chanson Norwegian Wood dans un avion le menant en Allemagne. Cette chanson le plonge dans ses souvenirs d’adolescence puisque Norwegian Wood était la chanson préférée de Nakao, la petite-amie de Kizuki, son ami qui s’est suicidé sans raisons apparentes alors qu’il avait 17 ans. L’adolescence de Watanabe c’est aussi Midori, une jeune fille un peu excentrique, pleine de vie et pourtant sur le fil de la mort, constamment. L’adolescence de Watanabe ce sont des jours empreints de solitudes, des silences, de longues conversations frôlant avec la folie et la mélancolie. J’aime ces romans où toutes les phrases, qui s’écoulent pourtant lentement et sans heurt, semblent résonner et tout dire de l’âme humaine. J’ai aimé le personnage de Watanabe, un peu hors du monde, étrange et attachant à sa manière. J’ai aimé le Tokyo décrit par Murakami, toutes les femmes qui passent et disparaissent au fil des pages — et qui semblent d’ailleurs bien plus héroïnes que le héros lui-même, dont la vie serait fade sans elles. Finalement, le seul « point noir du roman » ce sont les pensées souvent misogynes qui le traversent, de même que la lesbophobie. Mais l’histoire se passant dans le Japon des années 60/70, cela paraît plutôt « normal » (malheureusement). Dans tous les cas, je pense refeuilleter régulièrement ce roman qui m’a beaucoup touché... Et j’ai d’ors-et-déjà acheté un autre Murakami, pour continuer dans ma découverte de cet auteur qui fait définitivement parti de mes favoris !
              Lire la suite
              En lire moins
            • VALENTYNE Posté le 7 Juillet 2019
              J’ai trouvé ce livre sur le passage de l'adolescence à l'âge adulte très intéressant : les amis, les études, la découverte de la sexualité et de sa propre personnalité. Watanabe nous entraîne dans ses pensées et ses rencontres, sur un rythme propre à l'introspection et au questionnement. Il se cherche, se questionne, ruminant souvent le suicide de son ami. Son amie Naoko est bouleversante de fragilité. Midori, extravagante et extravertie est son contraire, malgré une vie familiale qui ne l'a pas épargnée. Pour ma part, lorsque j'ai appris le secret de Naoko dont parle la quatrième de couv, il faut bien dire que j'ai une peu décroché de ce livre. Non pas parce qu'il était moins bien écrit, ou moins intéressant mais pour moi (compte tenu de mon expérience personnelle) la fin était inéluctable et très triste, j'ai donc pris du recul et finit ce livre en simple spectateur alors qu'avant j'avais l'impression d'être dans le livre au côté de Watanabe et de Naoko.
            • Dilou1 Posté le 23 Juin 2019
              Il ne faut pas hésiter à plonger dans cette "balade" que nous propose Murakami : elle est sombre, tourmentée mais il y a aussi ces touches de lumières et d'espoir. C'est une balade dans le passé ,sur un air de Norvegian Wood des Beatles que nous propose Watanabe, le narrateur; à l'âge de tous les possibles, son ami , Kisuki, se suicide et sa petite amie, Naoko, plonge dans la dépression. C'est une balade dans Tokyo qu'il nous propose également qu'il arpente , en attendant la guérison de Naoko ...il y croise des étudiants du même âge, qui cherchent leur voie , leur vie ... Il faut plonger dans cette balade à l'écriture si simple , si fluide , si belle.
            • Lalilette50 Posté le 17 Mars 2019
              C’est le troisième roman de Murakami que je lis, et comme à chaque lecture, je me retrouve dans un univers très particulier. Ce n’est pas tant l’histoire qui est importante, mais plutôt le ressenti. Le monde de Murakami est un espace bien rangé, où chaque chose est à sa place, de manière à nous plonger dans une ambiance, calme et rassurante. Cet environnement n’est là que pour contraster avec la force et la violence des sentiments décris au fil du texte, mais aussi,  provoqués par l’auteur, au lecteur. Quand Murakami décris une scène, il le fait avec énormément de précision et de détails, de manière à épurer notre imagination et ne se concentrer que sur l’action qui se passe. Une fois le décor planté, on apprend à connaître les personnages, mais encore une fois, on a ce contraste entre la simplicité de la description et la force des sentiments. Mais ce que j’aime par-dessus tout chez cet auteur, c’est la manière qu’il a de nous transporter, de nous isoler dans un environnement fermé, afin de mieux nous bousculer. A la fin de ma lecture, et comme pour ses autres romans, j’ai toujours ce même mélange de sentiments, de l’attendrissement, un peu de douleur et beaucoup... C’est le troisième roman de Murakami que je lis, et comme à chaque lecture, je me retrouve dans un univers très particulier. Ce n’est pas tant l’histoire qui est importante, mais plutôt le ressenti. Le monde de Murakami est un espace bien rangé, où chaque chose est à sa place, de manière à nous plonger dans une ambiance, calme et rassurante. Cet environnement n’est là que pour contraster avec la force et la violence des sentiments décris au fil du texte, mais aussi,  provoqués par l’auteur, au lecteur. Quand Murakami décris une scène, il le fait avec énormément de précision et de détails, de manière à épurer notre imagination et ne se concentrer que sur l’action qui se passe. Une fois le décor planté, on apprend à connaître les personnages, mais encore une fois, on a ce contraste entre la simplicité de la description et la force des sentiments. Mais ce que j’aime par-dessus tout chez cet auteur, c’est la manière qu’il a de nous transporter, de nous isoler dans un environnement fermé, afin de mieux nous bousculer. A la fin de ma lecture, et comme pour ses autres romans, j’ai toujours ce même mélange de sentiments, de l’attendrissement, un peu de douleur et beaucoup d’empathie. J’ai vraiment hâte de lire tous ses autres romans, et je pense qu’il m’en reste une bonne vingtaine à lire. Je vais essayer d’en lire un maximum, peut-être pas pour 2018, mais très certainement une bonne moitié.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Granna21 Posté le 2 Février 2019
              Un livre d'une nostalgie terrible mais toujours aussi beau. Murakami nous emmène dans le monde de l'adolescence qui se termine et nous fait découvrir la vie estudiantine des années 70 à Tokyo. De beaux personnages et toujours une grande sensibilité.
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.