Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258066717
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 324
Format : 140 x 225 mm

La Bête

,

LUCILE CLAUSS (Traducteur), Maximilien STADLER (Traducteur)
Collection : Sang d'Encre
Date de parution : 23/04/2009

Certains crimes méritent-ils vengeance ?

Lorsque Bernt Lund parvient à s'évader du quartier pour délinquants sexuels de la prison d'Aspsås, le commissaire Ewert Grens et son adjoint Sven Sundkvist, de la police de Stockholm, craignent le pire. Quatre ans auparavant, Lund a en effet violé et assassiné deux fillettes, sans jamais manifester le moindre remords...

Lorsque Bernt Lund parvient à s'évader du quartier pour délinquants sexuels de la prison d'Aspsås, le commissaire Ewert Grens et son adjoint Sven Sundkvist, de la police de Stockholm, craignent le pire. Quatre ans auparavant, Lund a en effet violé et assassiné deux fillettes, sans jamais manifester le moindre remords pour ses actes. Leurs peurs se révèlent fondées : le corps d'une enfant est retrouvé peu de temps après dans un bois, portant la signature de Lund. Tandis que la nation entière s'indigne de l'impuissance des autorités face au meurtrier en fuite, Fredrik, le père de la petite victime, décide de se faire lui-même justice…

Thriller d'une noirceur absolue, réflexion magistrale sur la notion de justice, La Bête est le premier titre publié en France d'une série culte en Scandinavie. Traduit en une dizaine de langues, le roman a reçu en 2005 La Clé de verre, la plus haute distinction du polar nordique, décernée, entre autres, à Henning Mankell et Stieg Larsson.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258066717
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 324
Format : 140 x 225 mm
Presses de la cité

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Snail11 Posté le 8 Octobre 2019
    Roman qui nous questionne sur la légitimité de la justice personnelle et ses conséquences, violences justifiées, avis radicaux , erreurs, rumeurs et lynchages. Pour bousculer nos certitudes, les victimes sont des enfants et leur crime atroce.
  • Fuelyod Posté le 22 Novembre 2017
    Bien plus qu'un roman policier ! Ce roman décrit parfaitement l'impuissance de la société à trouver une solution face à la criminalité psychopathe. Les effets "domino" des décisions prises successivement par les acteurs de ce récit nous montrent à quel point il est difficile parfois de trouver une issue... Dans cette histoire, pour la justice c'est l'impasse : quel que soit le jugement, les éventuelles répercussions étaient lourdes conséquences.
  • mikaele Posté le 15 Mai 2017
    Wow ! Je ne m'attendais certes pas à une lecture aussi captivante lorsque j'ai lu la quatrième de couverture de La Bête. Une lecture prenante et intéressante, qui nous offre la possibilité d'imaginer jusqu'où on peut aller par vengeance, pour se faire justice soi-même. Le style est saccadé, soutenu, essoufflant, les termes sans concession font grincer des dents, frissonner. Les personnages sont tour à tour repoussants et attirants, tellement plein d'humanité (mis à part pour certain) que c'en est déconcertant. Je ne pouvais pas arrêter ma lecture tellement c'était ensorcelant. Dans le genre, c'est vraiment du jamais-vu ou, en tout cas, du pas vu souvent. La finale m'a jeté par terre , carrément ! Sans conteste un livre à lire !
  • christinebeausson Posté le 10 Février 2017
    Odjuret en suédois, la bête en français. Coup de coeur, grande découverte ! Qu'est ce que c'est que cette bête immonde ? L'assassin pédophile récidiviste ? Le père d'une petite victime qui devient l'assassin du meurtrier de sa fille pour se venger, pour éviter d'autres meurtres insupportables ? La haine, l'intolérance qui monte dans ce bon pays très tranquille qu'est la Suède face à la déviance ? La construction du roman est impressionnante, nous devinons ce qui va se passer ... alors ce ne sera pas écrit, ce n'est pas la peine, notre cerveau a déjà mis en place la scène, alors on passe à la suite, à l'après. Doit on mettre à mort un homme pour qu'il ne soit plus un danger comme on le ferait avec un chien enragé ? Un homme n'est il qu'un chien ? Faut il piquer les chiens enragés ? Un homme, peut on le tabasser à mort ? Alors la bête immonde c'est peut être tout ce bordel qui n'est pas de la fiction mais de simples faits rassemblés ça et là et qui décrivent ce qui est déjà arrivé et ce qui peut arriver demain !
  • Errant Posté le 8 Juin 2016
    Parfois, trop rarement sans doute, un roman policier réussit à poser une question fondamentale qui porte à réflexion et suscite des débats. C'est nettement le cas ici où criminels et justiciers se confondent au grand dam de l'appareil légal qui ne sait pas trop comment jongler avec cette prise en main de la justice par un père dont la fille a été la victime d'un pervers récidiviste, incurable et bien déterminé à poursuivre ses desseins machiavéliques. La psychiatrie a failli, le système carcéral à failli, la police a failli; que reste-t-il? Résignation ou s'occuper soi-même du problème... Les auteurs illustrent bien le dilemme et les « dommages collatéraux » des options. Non seulement ce livre est captivant, mais il nous interpelle et nous éloigne des solutions simplistes, quelles qu'elles soient. Chapeau.
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.