Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749102535
Façonnage normé : BROCHE

La chasse aux enfants

Collection : Romans
Date de parution : 28/05/2004

En août 1934, les jeunes pensionnaires de la maison de redressement de Belle-île-en-Mer, las des mauvais traitements, de la nourriture infecte et des nerfs de bœuf dont les accablent des gardiens pour la plupart sadiques, brûlent les bâtiments puis s'échappent et s'éparpillent dans l'île. La population civile, aidée par des...

En août 1934, les jeunes pensionnaires de la maison de redressement de Belle-île-en-Mer, las des mauvais traitements, de la nourriture infecte et des nerfs de bœuf dont les accablent des gardiens pour la plupart sadiques, brûlent les bâtiments puis s'échappent et s'éparpillent dans l'île. La population civile, aidée par des touristes, organise dans la nuit une "chasse aux enfants". Ils sont tous repris sauf un dont la trace se perdra à jamais. À la suite de ce fait-divers, une enquête menée par des journalistes révèle à l'opinion publique française que la maison de redressement est un véritable pénitencier pour enfants.

Jean-Hugues Lime s'est inspiré de ce drame pour écrire ce roman – avec des mots à fleur de sang – où des enfants face à la barbarie des adultes apprennent les gestes de la résistance, de la dignité. Comment ne pas se prendre d'amitié et d'affection pour ces petits bagnards, "Misérables" des temps modernes ?

Un roman sensible et captivant. Impossible de s'en évader avant la fin !

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749102535
Façonnage normé : BROCHE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Iboo Posté le 7 Mai 2021
    Le Morbihan est ma région de coeur. Lorsque j'étais enfant puis ado, durant sept années consécutives, mes parents louaient, pour un mois, une maison à Larmor-Baden et, chaque été, nous ne manquions pas d'aller passer une journée à Belle-Île. J'aime tant cette région que, depuis dix ans, mon mari et moi, y retournons, chaque année, une dizaine de jours et la sillonnons de long en large, quittant notre petit hôtel (toujours à Larmor-Baden) dès le matin pour n'y rentrer que dans la soirée. Naturellement, chaque fois, nous consacrons une journée à faire le tour de Belle-Île qui, comme son nom l'indique, est si belle. Et, ce n'est qu'assez récemment, en visitant le musée de la Citadelle Vauban, que j'ai eu connaissance de ce bagne pour enfants. Vous ne serez donc pas surpris si je vous dis que lorsque j'ai vu ce livre passer dans mon fil d'actualités sur Babelio, j'ai sauté sur l'occasion d'en savoir plus sur ce sujet qui m'avait interpellée. Ce roman historique m'a bouleversée ! Jean-Hugues Lime a habilement construit son histoire ; de telle sorte que l'on y entre avec la même innocence que son jeune héros, Raymond Mézéguié, pour évoluer vers un même ressenti de révolte, de... Le Morbihan est ma région de coeur. Lorsque j'étais enfant puis ado, durant sept années consécutives, mes parents louaient, pour un mois, une maison à Larmor-Baden et, chaque été, nous ne manquions pas d'aller passer une journée à Belle-Île. J'aime tant cette région que, depuis dix ans, mon mari et moi, y retournons, chaque année, une dizaine de jours et la sillonnons de long en large, quittant notre petit hôtel (toujours à Larmor-Baden) dès le matin pour n'y rentrer que dans la soirée. Naturellement, chaque fois, nous consacrons une journée à faire le tour de Belle-Île qui, comme son nom l'indique, est si belle. Et, ce n'est qu'assez récemment, en visitant le musée de la Citadelle Vauban, que j'ai eu connaissance de ce bagne pour enfants. Vous ne serez donc pas surpris si je vous dis que lorsque j'ai vu ce livre passer dans mon fil d'actualités sur Babelio, j'ai sauté sur l'occasion d'en savoir plus sur ce sujet qui m'avait interpellée. Ce roman historique m'a bouleversée ! Jean-Hugues Lime a habilement construit son histoire ; de telle sorte que l'on y entre avec la même innocence que son jeune héros, Raymond Mézéguié, pour évoluer vers un même ressenti de révolte, de haine et de désespoir. De révolte envers cette administration planquée, sourde, aveugle et bornée. De haine envers ces petits chefs imbéciles, sadiques et lâches, dégueulant leurs petites frustrations sur de pauvres mômes orphelins ou abandonnés, des enfants perdus, des voleurs de pommes. De désespoir envers l'Humanité ; envers cette populace aussi abrutie qu'ignare. Cette populace aux instincts grégaires dont la responsabilité individuelle est noyée dans la meute qui, sous l'exhortation d'une pourriture en chef, s'enthousiasme et se sent héroïque à donner la chasse, arme au poing, à des enfants affamés, battus et faibles. Et ces ignominies ne remontent pas au Moyen-Âge, elles sont tout près de nous et n'ont même pas un siècle ! La Colonie Pénitentiaire a été créée en 1880 puis transformée en IPES (Institut Public d'Education Surveillée) après 1945. La Révolte des Enfants de Belle-Île a eu lieu en Août 1934. Plus jamais je ne verrai Belle-Île comme avant. Des fantômes d'enfants hantent désormais son paysage.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Diabolau Posté le 8 Février 2018
    Voilà un roman méconnu, qui traite assez brillamment d'une histoire méconnue : l'évasion de masse qui s'est déroulée dans les années 30 au bagne pour enfants de Belle-Ile, et surtout la manière affligeante dont la direction du bagne traita cette affaire, mettant à contribution la "brave population" de l'île en offrant une récompense à tous ceux qui leur ramèneraient des fugitifs. N'écoutant que leur "bon cœur", des centaines d'enfoirés lancèrent des battues avec chiens et fusils de chasse (!) Jacques Prévert, témoin des faits puisqu'il passait des vacances sur l'île au même moment, fit part de son écœurement dans un poème intitulé "chasse à l'enfant". C'est complètement par hasard que j'ai découvert cette histoire, lorsque j'ai séjourné dans un hébergement collectif situé dans les anciens ateliers du bagne... Et c'est aussi sur Belle Ile que j'ai acheté ce beau roman. Suprême rengrènement de mal, il convient d'ajouter que certains des pauvres mômes qui furent incarcérés n'avaient commis aucun délit : leurs parents avaient juste décidé de les placer ici pour leur "édification". D'autres occupants encore avaient pour seul défaut... d'être orphelins.
  • Chasto Posté le 8 Décembre 2015
    Témoignages saisissants sur des décennies de mensonges administratifs et humains. Ceux ci prendront fins grâce à l'errance de pas d'un homme, Jacques Prévert.
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !