Lisez! icon: Search engine
Les Escales
EAN : 9782365694728
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 140 x 225 mm

La Consolation des inconnus

Collection : Domaine étranger
Date de parution : 17/09/2020
Dans un New York envoûtant, des destinées se croisent et s’entremêlent. Un roman sensible et lumineux sur l’attachement et les empreintes laissées par le déracinement et les traumatismes.
Marina, écrivaine et universitaire, habite à Harlem avec son mari Jacob et le fils de ce dernier, Ben, issu d’un premier mariage. Dans la rue, elle fait par hasard la connaissance de Constance, une jeune réfugiée rwandaise, et de son enfant, Gabriel. Marina ressent rapidement l’urgence et la nécessité d’aider... Marina, écrivaine et universitaire, habite à Harlem avec son mari Jacob et le fils de ce dernier, Ben, issu d’un premier mariage. Dans la rue, elle fait par hasard la connaissance de Constance, une jeune réfugiée rwandaise, et de son enfant, Gabriel. Marina ressent rapidement l’urgence et la nécessité d’aider ces deux êtres dévastés et à la dérive. Tandis que Constance reste distante et quasiment muette, un lien particulier se noue entre Marina et Gabriel.
Malgré les mises en garde de son mari, l’amour de Marina pour cet enfant grandit et s’épanouit, jusqu’à la confronter à sa propre histoire, au souvenir de sa mère, fantomatique et si souvent absente.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365694728
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"Un roman profondément optimiste et chaleureux, malgré les traumatismes qu'il évoque, qui affirme l'importance des liens, de la famille, de la solidarité et de la mémoire."
Tamara Weinstock / Brouillon de Culture - Radio Judaïca Belgique
« Voici un premier roman d'une rare maturité.
A travers toute une galerie de personnages, l'auteure australienne parle de la famille avec un grand "F" : celle qui nous construit, qui nous détruit parfois, aussi, celle que l'on choisit
Un roman aussi fort que son titre est prometteur...»
 
Florence Cavallin / Librairie Port Maria
« La Consolation des inconnus est un roman exceptionnel. Porté par une sublime écriture poétique, d’une grande richesse littéraire, il témoigne d’une profonde empathie pour les oubliés de ce monde. »
 
The Australian

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • alextoutsimplement Posté le 7 Novembre 2020
    Un roman que j'ai beaucoup aimé, une écriture fine et posée, des personnages riches qui ont en commun le manque d'un parent. Ce roman parle d'exil, de la perte mais aussi de résilience. Marina, Constance, Ben et Gabriel m'ont touché.. Il y a aussi beaucoup de pudeur dans cette belle écriture. Un roman que je vous conseille vivement
  • jumale Posté le 13 Octobre 2020
    #laconsolationdesinconnus #alicenelson "Hormis les accès de violence, rien n'indiquait qu'elle ait fait de la place au fond d'elle même pour son enfant " 2 femmes aux blessures enfouies, aux fêlures muettes, qui vont par la force de la vie se rencontrer. Constance, jeune femme rwandaise, qui s'est enfuie avec son fils. Marina, juive exilée en Israël, élevée dans un kibboutz, avant de revenir aux États-Unis, éduquée sans amour maternel. Un amour qu'elle cherchera toujours. 2 exils mis en parallèle, 2 traumatismes différents mais dont il est difficile de se relever. Constance qui paraît insensible, absente, dénué d'amour pour son fils Gabriel. Marina va l'aider dans ses démarches et s'attacher à Gabriel. Lui donner l'amour que Constance lui refuse, l'amour que Marina n'a pas eu. Une souffrance palpable, un livre sur l'amour filial, sur la transmission. Une histoire sur la famille, celle qui construit, celle qui détruit, et finalement le destin que l'on se choisit. Malgré quelques longueurs sur le passé et l'envie d'en connaître un peu plus sur Constance et sa fuite du Rwanda, c'est un roman poignant et beau à la fois. Une écriture poétique, un roman sensible, tout en émotions. J'ai adoré la relation de Jacob... #laconsolationdesinconnus #alicenelson "Hormis les accès de violence, rien n'indiquait qu'elle ait fait de la place au fond d'elle même pour son enfant " 2 femmes aux blessures enfouies, aux fêlures muettes, qui vont par la force de la vie se rencontrer. Constance, jeune femme rwandaise, qui s'est enfuie avec son fils. Marina, juive exilée en Israël, élevée dans un kibboutz, avant de revenir aux États-Unis, éduquée sans amour maternel. Un amour qu'elle cherchera toujours. 2 exils mis en parallèle, 2 traumatismes différents mais dont il est difficile de se relever. Constance qui paraît insensible, absente, dénué d'amour pour son fils Gabriel. Marina va l'aider dans ses démarches et s'attacher à Gabriel. Lui donner l'amour que Constance lui refuse, l'amour que Marina n'a pas eu. Une souffrance palpable, un livre sur l'amour filial, sur la transmission. Une histoire sur la famille, celle qui construit, celle qui détruit, et finalement le destin que l'on se choisit. Malgré quelques longueurs sur le passé et l'envie d'en connaître un peu plus sur Constance et sa fuite du Rwanda, c'est un roman poignant et beau à la fois. Une écriture poétique, un roman sensible, tout en émotions. J'ai adoré la relation de Jacob et Marina, un amour attachant, magnifique. "Ton corps peut remplir ma vie, tout comme ton rire peut repousser le mur noir de la tristesse "
    Lire la suite
    En lire moins
  • ckdkrk169 Posté le 29 Septembre 2020
    Un premier roman très attachant, d’une grande sensibilité, qui raconte les destins croisés de femmes en souffrance. L’une, réfugiée du Rwanda, ne montre aucune tendresse envers son jeune enfant tandis que Marina s’accroche à ses souvenirs pour tenter de se rappeler une manifestation d’amour de sa mère. Marina ne se souvient d’aucune intimité entre Gizela et ses enfants, elle vivait à côté d’eux sans les voir. Quelle tristesse quand Marina avoue être dans l’incapacité à croire au bonheur même lorsqu’il est présent. Constance, elle, semble insensible à son enfant et incapable de l’aimer : qu’elles horreurs a-t-elle pu traverser se demande Marina ? Ce récit à la fois triste et lumineux est à lire absolument pour l’écriture poétique et envoûtante. J’ai été conquise aussi par l’émotion et la tendresse qui se dégagent des rapports entre Marina et Jacob, Marina et Ben et l’attachement sans faille de Marina pour Gabriel, ce petit ange. Un très beau premier roman paru aux éditions Les Escales. Une auteure que je vais suivre dorénavant.
  • myfabulousreading Posté le 25 Septembre 2020
    Entre amitiés improbables et douloureuses réminiscences du passé, ce roman nous transperce de par l'amour inconditionnel que Marina va éprouver pour Gabriel, cet enfant qui n'est pas le sien, un amour aussi foudroyant que dangereux. C'est un protagoniste qui possède une âme altruiste et généreuse et qui ne demande qu'à offrir le réconfort, la sécurité et l'amour maternel dont elle a été privée. J'ai beaucoup aimé ce personnage très authentique, blessée par son enfance mais disposée à tendre la main sans jugement. #7165; Je me suis parfois un peu perdue dans certaines digressions sur le passé ou sur d'autres personnages secondaires, et j'aurai aimé en savoir davantage sur Constance, sur sa fuite du Rwanda et sa relation si distante et froide avec son fils. #7165; J'ai passé un bon moment malgré ces quelques longueurs, totalement conquise par la complexité très bien exploitée, à la fois du personnage de Marina, mais aussi des liens familiaux et de leurs effets sur la construction de chacun dans son parcours de vie. J'ai egalement aimé la façon dont l'auteure aborde le déracinement et les difficultés pour se reconstruire en faisant ce parallèle entre l'histoire et la souffrance de ces deux femmes. Un bien joli roman à découvrir.
  • Carolivra Posté le 23 Septembre 2020
    Constance est une réfugiée rwandaise. Elle a fui son pays et s’est échouée à New-York avec son petit garçon de trois ans, Gabriel. Marina est professeure à l’université. Elle vit avec son mari Jacob et le fils de ce dernier Ben. Ils ont choisi Harlem pour s’établir et acheter une maison: un quartier populaire mais coloré et lumineux. Un jour Marina croise le chemin de Constance et de Gabriel…. La Consolation des inconnus est un magnifique roman, une pépite comme on n’en fait peu. C’est un roman qui parle d’amour, d’exil, de rupture. D’un côté, nous sommes face à Constance qui a fui le génocide rwandais. Elle a fui, son bébé sur le dos mais on sent rapidement le malaise qui existe entre ces deux êtres. Constance n’éprouve aucun amour pour son fils. Elle s’en occupe en le lavant, le nourrissant, l’habillant mais au-delà des gestes du quotidien, Constance ne le serre jamais dans ses bras, ne lui parle pas, ne le console pas. Sans jamais que l’auteur ne le dise, on devine que Gabriel est né d’un viol durant le génocide rwandais. C’est au lecteur de deviner l’exil, la honte, la culpabilité qui rongent Constance. De l’autre côté, il y a... Constance est une réfugiée rwandaise. Elle a fui son pays et s’est échouée à New-York avec son petit garçon de trois ans, Gabriel. Marina est professeure à l’université. Elle vit avec son mari Jacob et le fils de ce dernier Ben. Ils ont choisi Harlem pour s’établir et acheter une maison: un quartier populaire mais coloré et lumineux. Un jour Marina croise le chemin de Constance et de Gabriel…. La Consolation des inconnus est un magnifique roman, une pépite comme on n’en fait peu. C’est un roman qui parle d’amour, d’exil, de rupture. D’un côté, nous sommes face à Constance qui a fui le génocide rwandais. Elle a fui, son bébé sur le dos mais on sent rapidement le malaise qui existe entre ces deux êtres. Constance n’éprouve aucun amour pour son fils. Elle s’en occupe en le lavant, le nourrissant, l’habillant mais au-delà des gestes du quotidien, Constance ne le serre jamais dans ses bras, ne lui parle pas, ne le console pas. Sans jamais que l’auteur ne le dise, on devine que Gabriel est né d’un viol durant le génocide rwandais. C’est au lecteur de deviner l’exil, la honte, la culpabilité qui rongent Constance. De l’autre côté, il y a Marina et son mari Jacob. Ils sont juifs. Là aussi, par d’incessants aller-retour, l’auteur nous conte leur histoire familiale. D’abord Gizela, la mère de Marina qui est venue de Pologne après la guerre, qui a essayé de croire aux kibboutz, qui a finalement renoncé à ses enfants. Puis les parents de Jacob, eux aussi réfugiés juifs, qui ont tenté l’aventure en Israël et qui sont rentrés meurtris, déçus. Leur idéal s’est écroulé d’un seul coup et ils se sont retrouvés contraints à l’exil, une fois de plus. L’auteur met en parallèle les histoires juive et rwandaise, montrant la douleur des exilés et des survivants. Alice Nelson nous parle avec douceur de la difficulté de l’exil, de la reconstruction d’une identité après avoir tout perdu. Sa langue est belle et prend aux tripes. Il ne se passe pas grand-chose finalement dans ce roman mais c’est déjà beaucoup. Tout est dans les silences, les non-dits des personnages. J’ai été touchée par l’histoire de ces deux femmes, Constance et Marina, qui appartiennent à deux mondes différents et qui vont pourtant se retrouver autour de Gabriel. Alice Nelson nous offre un roman sur l’amour filial, sur la transmission de ce que l’on est, de ce que l’on représente. « La Consolation des inconnus » est un magnifique roman qui saura vous émouvoir et vous faire réfléchir.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !