Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258079045
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 140 x 225 mm

La Croix des outrages

Collection : Terres de France
Date de parution : 19/03/2009

Dans les années 1960, le port de Collioure connaît une série de meurtres inexpliqués. Un suspense en terre catalane qui dissipe une partie de ses mystères par une procession et une croix symbolique…

Dans les années 1960, le paisible port de Collioure connaît une série de disparitions inexpliquées. Seule une femme va tenter de résoudre le mystère…
Un soir de service, dans une usine de salaison d'anchois, Luce Colomine découvre le cadavre de son patron, près d'une lanterne éteinte… Trois corps d'hommes morts...

Dans les années 1960, le paisible port de Collioure connaît une série de disparitions inexpliquées. Seule une femme va tenter de résoudre le mystère…
Un soir de service, dans une usine de salaison d'anchois, Luce Colomine découvre le cadavre de son patron, près d'une lanterne éteinte… Trois corps d'hommes morts sont ensuite retrouvés, et près d'eux un objet - un harpon, une lance, une échelle, une bourse de cuir- … Arrivent la semaine sainte et la procession de la Sanch. Lorsque Luce lève les yeux sur la Creu dels Improperis, la Croix des outrages, qui porte les instruments de la Passion et elle voit, alignés sous ses yeux, une lanterne, une lance, une échelle, une bourse… C'est sûr, il y a un lien entre les quatre morts. Mais qui va croire Luce, bavarde impénitente, cancanière et qui, malgré les réserves de la police ne recule devant rien pour mener son enquête, et encore moins les menaces. ?
Un vrai polar, en terre catalane qui dissipe une partie de ses mystères par une procession et une croix symbolique…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258079045
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • JML38 Posté le 29 Novembre 2019
    Collioure 1966 : Luce fait partie d'une famille de pêcheurs ayant du renoncer comme tant d'autres à vivre de la mer, leurs flottes de barques devenant moins rentables face aux nouveaux bateaux qui ont fait leur apparition dans les ports voisins, dans une activité sans pitié pour les petits artisans. Alors qu'elle fait le ménage dans l'usine de salaison qui l'emploie, elle découvre le corps sans vie de son patron dans un tonneau de sel. Elle devient un peu la gloire locale, celle qui a découvert le meurtre et dont tout le monde parle, ce qui ne la dérange en rien, bien au contraire. Malgré une deuxième victime rapidement cataloguée d'accidentelle, la police classe la première affaire comme étant le fait d'un cambrioleur surpris en pleine action. Cela ne satisfait pas Luce qui... Collioure 1966 : Luce fait partie d'une famille de pêcheurs ayant du renoncer comme tant d'autres à vivre de la mer, leurs flottes de barques devenant moins rentables face aux nouveaux bateaux qui ont fait leur apparition dans les ports voisins, dans une activité sans pitié pour les petits artisans. Alors qu'elle fait le ménage dans l'usine de salaison qui l'emploie, elle découvre le corps sans vie de son patron dans un tonneau de sel. Elle devient un peu la gloire locale, celle qui a découvert le meurtre et dont tout le monde parle, ce qui ne la dérange en rien, bien au contraire. Malgré une deuxième victime rapidement cataloguée d'accidentelle, la police classe la première affaire comme étant le fait d'un cambrioleur surpris en pleine action. Cela ne satisfait pas Luce qui a eu vent grâce à « radio lavoir » de deux autres morts apparemment naturels dans la commune, alimentant ses doutes et son besoin naturel d'en savoir plus. C'est surtout la présence d'objets à proximité des corps qui l'interpelle et déclenche chez elle tout un enchaînement de déductions, l'amenant à développer des hypothèses où le hasard n'a pas sa place. Hypothèses que ne partagent nullement les enquêteurs, à part un jeune inspecteur stagiaire qui l'encourage à persévérer. Luce met à profit toutes ses connaissances locales, même un de ses anciens soupirants et gendarme retraité, utilisant les lieux de commérages habituels - les lavoirs arrivant encore en tête -, pour trouver ce qui pourrait définitivement étayer la thèse criminelle qu'elle défend : le lien entre les victimes. J'avoue avoir pris plaisir à suivre les pérégrinations de cette Colliourencque, sympathique, pittoresque, mais déterminée, dans une région agréable, colorée comme la langue catalane qui agrémente le texte à de nombreuses reprises. Certes j'avoue également avoir compris bien avant le dénouement final de quoi il retournait, sans que cela ne gâche mon impression d'ensemble.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité de la collection Terres de France
Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.