RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Dernière Conquête du major Pettigrew

            Nil
            EAN : 9782841114375
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 496
            Format : 140 x 225 mm
            La Dernière Conquête du major Pettigrew

            Johan-Frédérik HEL GUEDJ (Traducteur)
            Date de parution : 15/03/2012

            Scones, confiture d’orange amère, littérature et petite tasse de thé : le dernier joyau de la couronne !

            À Edgecombe St. Mary, en plein cœur de la campagne anglaise, une tasse de thé délicatement infusé est un rituel auquel, à l’heure dite, le major Ernest Pettigrew ne saurait déroger pas plus qu’à son sens du devoir et à son extrême courtoisie, aussi désuète que touchante, qui font de...

            À Edgecombe St. Mary, en plein cœur de la campagne anglaise, une tasse de thé délicatement infusé est un rituel auquel, à l’heure dite, le major Ernest Pettigrew ne saurait déroger pas plus qu’à son sens du devoir et à son extrême courtoisie, aussi désuète que touchante, qui font de lui l’archétype même du gentleman anglais : raffiné, sarcastique et irréprochable. Dans ce petit village pittoresque où les cottages le disputent aux clématites, le major a depuis trop longtemps délaissé son jardin. Désormais veuf, il a pour seule compagnie ses livres, ses chers Kipling, et quelques amis du club de golf fuyant leurs dames patronnesses. Ce n’est guère son fils, Roger, un jeune londonien ambitieux, qui pourrait le combler de tendresse. Mais, le jour où le major apprend le décès de son frère Bertie, la présence douce et gracieuse de Mme Ali, veuve elle aussi, va réveiller son cœur engourdi. Tout devrait les séparer, elle, la petite commerçante d’origine pakistanaise, et lui, le major anglais élevé dans le plus pur esprit britannique. Pourtant leur passion pour la littérature et la douleur partagée du deuil sauront les réunir. Ils vont, dès lors, être confrontés aux préjugés mesquins des villageois, où le racisme ordinaire sévit tout autant dans les soirées privées, sur le parcours de golf, à la chasse, sur les bancs de messe que dans les douillets intérieurs. Et les obstacles seront pour eux d’autant plus nombreux que leurs familles s’en mêlent : Roger s’installe dans un cottage voisin avec Sandy, sa petite amie américaine, et le neveu de Mme Ali, musulman très strict rentré du Pakistan, se découvre un enfant caché…
            C’est avec beaucoup de charme et d’intelligence que Helen Simonson s’empare du thème des traditions pour montrer combien elles peuvent être à la fois une valeur refuge et un danger. Il se dégage de son roman une atmosphère so british qui enchante. Reste une question : votre tasse de thé, vous le prendrez avec un nuage de lait ou une tranche de citron ?

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782841114375
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 496
            Format : 140 x 225 mm
            Nil
            21.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "(...) cette love story métissée entre seniors racontée avec justesse, pudeur et optimisme. Un best-seller programmé qui fait du bien."

            Jean-Claude Perrier / Livres Hebdo

            "La Dernière conquête du major Pettigrew se révèle un roman charmant et à contre-courant de la production contemporaine"

            Alexandre Fillon / JDD

            "Une jolie fable british à l'âme coquette, une authentique romance... et un coup de pied bien envoyé à tous les préjugés mesquins."

            Grazia

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Artiola Posté le 30 Juin 2019
              Et la dernière conquête du major fut la bonne. Ah non, pas celle que vous imaginez, mais celle que vous allez découvrir. J'ai passé des moments agréables de lecture en compagnie de plusieurs personnages attachants. Et les quelques longueurs ne m'ont même pas dérangées. PS: Les vacances approchent. Si vous avez une petite place pour 'La dernière conquête du major Pettigrew', elle va vous surprendre.
            • MaggyM Posté le 26 Mai 2019
              La dernière conquête du major Pettigrew, c'est l'histoire d' un major veuf, so english, qui se surprend lui-même à éprouver quelques sentiments envers Madame Ali, une veuve pakistanaise, qui tient l'épicerie du village. Sur fond de campagne anglaise, on est tour à tour ému ou joyeux, à suivre ces villageois qui ne sont pas épargnés par le racisme quotidien, les blessures du passé, l'âge qui avance, les relations familiales pas toujours faciles... Bref, pour les amateurs du genre et pour passer un bon moment, je vous recommande ce livre de Hélène Simonson.
            • Eric76 Posté le 19 Mai 2019
              Insupportable anglais, raide et revêche, qui jette un regard dédaigneux sur tout ce qui ne lui ressemble pas... Soixante-huit ans au compteur, ancien militaire, et nostalgique du grand empire perdu… Un monde moderne qui décidément ne l’intéresse pas. Toute cette agitation, cette frivolité, ce manque de savoir-vivre, ce goût étrange pour tout ce qui est nouveau et neuf, très peu pour lui ! Lui ne se sent bien qu’à Edgecombe Saint Mary, le village de ses aïeux. Lui n’aime que les vieilles choses patinées par les ans, ébréchées ici, rayées là, un peu branlantes sur les bords, mais qui ont toutes une histoire à raconter. Un cœur froissé au souvenir de son épouse partie trop tôt. Un cœur endurci où se cachent pourtant beaucoup de tendresse et de pudeur. Tout cela ! c’est le major Pettigrew. Et puis il y a madame Ali. Une pakistanaise qui tient l’épicerie du village. Madame Ali est très inquiète, car depuis la mort de son mari tant aimé, sa famille ne cesse de lui rappeler qu’une veuve de son âge devrait rentrer au bercail pour s’occuper de la marmaille du clan. Son indépendance choque et dérange. Elle passerait presque pour une provocation. Comment résister... Insupportable anglais, raide et revêche, qui jette un regard dédaigneux sur tout ce qui ne lui ressemble pas... Soixante-huit ans au compteur, ancien militaire, et nostalgique du grand empire perdu… Un monde moderne qui décidément ne l’intéresse pas. Toute cette agitation, cette frivolité, ce manque de savoir-vivre, ce goût étrange pour tout ce qui est nouveau et neuf, très peu pour lui ! Lui ne se sent bien qu’à Edgecombe Saint Mary, le village de ses aïeux. Lui n’aime que les vieilles choses patinées par les ans, ébréchées ici, rayées là, un peu branlantes sur les bords, mais qui ont toutes une histoire à raconter. Un cœur froissé au souvenir de son épouse partie trop tôt. Un cœur endurci où se cachent pourtant beaucoup de tendresse et de pudeur. Tout cela ! c’est le major Pettigrew. Et puis il y a madame Ali. Une pakistanaise qui tient l’épicerie du village. Madame Ali est très inquiète, car depuis la mort de son mari tant aimé, sa famille ne cesse de lui rappeler qu’une veuve de son âge devrait rentrer au bercail pour s’occuper de la marmaille du clan. Son indépendance choque et dérange. Elle passerait presque pour une provocation. Comment résister à la pression familiale quand on est seule à cinquante-huit ans ? Pas besoin d’être grand clerc pour deviner que Madame Ali et le major Pettigrew vont se rencontrer, puis s’aimer. Et pour cela, être contraints de bousculer sérieusement le rituel des convenances, aussi bien pakistanaises qu’anglaises. Ah ! L’émoi du vieux major raide et sarcastique à la vue des foulards aux couleurs éclatantes de Madame Ali et de son sourire radieux. Au moindre de ses soupirs, il faut le voir s’emballer comme un ado boutonneux en train de découvrir pour la toute première fois une poitrine de femme. C’est touchant. C’est drôle. C’est beau. Difficile de s’aimer quand on a dépassé une certaine limite, et d’ignorer deux familles aussi sensibles que du béton. Le major et madame Ali s’enfuiront au bout du monde, et c’est au bout du monde qu’ils feront l’amour pour la première fois. Ils garderont comme un bien précieux ce petit moment d’éternité. Lui et son bonheur tout neuf de jeune écervelé ; elle qui se sent libre aux côtés de cet homme couvert de rides et de cicatrices. Un beau livre. Un récit d’une grande humanité et d’une grande tendresse. Rien n’est plus beau que la chanson des vieux amants.
              Lire la suite
              En lire moins
            • sabine59 Posté le 1 Mai 2019
              Comme il a été délicieux, ce moment passé en compagnie du major! Au sein d'un village du Sussex, où il est de bon ton d'adhérer aux différents clubs privés réservés à " l'élite" , voilà que notre major, veuf, qui porte encore bien ses soixante-huit ans, tombe amoureux...oh, my god!! de l'épicière . Et oh re- my god! , elle s'appelle Madame Ali, elle est pakistanaise, veuve aussi, elle a cinquante huit ans. Ce n'est pas du tout un parti pour lui! Tant de ladies seraient prêtes à le dorloter dans ses vieux jours...D'autant plus qu'il est bien attachant, Mr Pettigrew! On se doute que les convenances vont être bouleversées. Madame Ali , dans une robe jugée bariolée, qui accompagne le Major à une fête, cela ne se fait pas, voyons! Regards réprobateurs, mines méprisantes vont s'opposer à cette alliance inattendue. Et choquante. D'autres obstacles attendent nos deux tourtereaux, notamment la famille intrusive de Madame Ali... Dans une atmosphère so british, avec humour, l'auteur, l'air de rien, tout en légèreté, met l'accent sur les réactions racistes et les clichés sociaux, et nous appelle, à travers cette histoire, à plus de tolérance et d'ouverture... Un appel que nous devrions... Comme il a été délicieux, ce moment passé en compagnie du major! Au sein d'un village du Sussex, où il est de bon ton d'adhérer aux différents clubs privés réservés à " l'élite" , voilà que notre major, veuf, qui porte encore bien ses soixante-huit ans, tombe amoureux...oh, my god!! de l'épicière . Et oh re- my god! , elle s'appelle Madame Ali, elle est pakistanaise, veuve aussi, elle a cinquante huit ans. Ce n'est pas du tout un parti pour lui! Tant de ladies seraient prêtes à le dorloter dans ses vieux jours...D'autant plus qu'il est bien attachant, Mr Pettigrew! On se doute que les convenances vont être bouleversées. Madame Ali , dans une robe jugée bariolée, qui accompagne le Major à une fête, cela ne se fait pas, voyons! Regards réprobateurs, mines méprisantes vont s'opposer à cette alliance inattendue. Et choquante. D'autres obstacles attendent nos deux tourtereaux, notamment la famille intrusive de Madame Ali... Dans une atmosphère so british, avec humour, l'auteur, l'air de rien, tout en légèreté, met l'accent sur les réactions racistes et les clichés sociaux, et nous appelle, à travers cette histoire, à plus de tolérance et d'ouverture... Un appel que nous devrions tous entendre...
              Lire la suite
              En lire moins
            • Dromdeche Posté le 23 Janvier 2019
              Un livre que j'ai lu avec grand plaisir. Il a le charme désuet des enquetes à la mode british, avec la bonne dose d'humour.
            Aventurez-vous sur les rives du NiL
            Petite maison généraliste à forte personnalité, NiL a toujours défendu avec passion les regards d'auteurs originaux sans se poser la question des genres. Embarquez dès à présent pour recevoir toutes les actualités de NiL !