Lisez! icon: Search engine
Nil
EAN : 9782841114375
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 496
Format : 140 x 225 mm

La Dernière Conquête du major Pettigrew

Johan-Frédérik HEL GUEDJ (Traducteur)
Date de parution : 15/03/2012

Scones, confiture d’orange amère, littérature et petite tasse de thé : le dernier joyau de la couronne !

À Edgecombe St. Mary, en plein cœur de la campagne anglaise, une tasse de thé délicatement infusé est un rituel auquel, à l’heure dite, le major Ernest Pettigrew ne saurait déroger pas plus qu’à son sens du devoir et à son extrême courtoisie, aussi désuète que touchante, qui font de...

À Edgecombe St. Mary, en plein cœur de la campagne anglaise, une tasse de thé délicatement infusé est un rituel auquel, à l’heure dite, le major Ernest Pettigrew ne saurait déroger pas plus qu’à son sens du devoir et à son extrême courtoisie, aussi désuète que touchante, qui font de lui l’archétype même du gentleman anglais : raffiné, sarcastique et irréprochable. Dans ce petit village pittoresque où les cottages le disputent aux clématites, le major a depuis trop longtemps délaissé son jardin. Désormais veuf, il a pour seule compagnie ses livres, ses chers Kipling, et quelques amis du club de golf fuyant leurs dames patronnesses. Ce n’est guère son fils, Roger, un jeune londonien ambitieux, qui pourrait le combler de tendresse. Mais, le jour où le major apprend le décès de son frère Bertie, la présence douce et gracieuse de Mme Ali, veuve elle aussi, va réveiller son cœur engourdi. Tout devrait les séparer, elle, la petite commerçante d’origine pakistanaise, et lui, le major anglais élevé dans le plus pur esprit britannique. Pourtant leur passion pour la littérature et la douleur partagée du deuil sauront les réunir. Ils vont, dès lors, être confrontés aux préjugés mesquins des villageois, où le racisme ordinaire sévit tout autant dans les soirées privées, sur le parcours de golf, à la chasse, sur les bancs de messe que dans les douillets intérieurs. Et les obstacles seront pour eux d’autant plus nombreux que leurs familles s’en mêlent : Roger s’installe dans un cottage voisin avec Sandy, sa petite amie américaine, et le neveu de Mme Ali, musulman très strict rentré du Pakistan, se découvre un enfant caché…
C’est avec beaucoup de charme et d’intelligence que Helen Simonson s’empare du thème des traditions pour montrer combien elles peuvent être à la fois une valeur refuge et un danger. Il se dégage de son roman une atmosphère so british qui enchante. Reste une question : votre tasse de thé, vous le prendrez avec un nuage de lait ou une tranche de citron ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782841114375
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 496
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"(...) cette love story métissée entre seniors racontée avec justesse, pudeur et optimisme. Un best-seller programmé qui fait du bien."

Jean-Claude Perrier / Livres Hebdo

"La Dernière conquête du major Pettigrew se révèle un roman charmant et à contre-courant de la production contemporaine"

Alexandre Fillon / JDD

"Une jolie fable british à l'âme coquette, une authentique romance... et un coup de pied bien envoyé à tous les préjugés mesquins."

Grazia

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nanouche Posté le 6 Septembre 2021
    Ernest Pettigrew, veuf de 68 ans, major en retraite de l'armée britannique, est devenu l'ami -et plus peut-être- de Mme Jasmina Ali, veuve de 10 ans sa cadette, d'origine pakistanaise et propriétaire de l'épicerie du petit village d'Edgecombe Saint Mary, sur la côte sud de l'Angleterre. L'évolution de cette relation bouleverse la vie de nos deux protagonistes, bien sûr, mais aussi celle de leurs familles et de leur communauté car parents et amis y sont majoritairement défavorables. Roger, le fils unique du major, un jeune loup de la city aux dents longues, se voit bien hériter de son père dès que possible et l'arrivée d'une belle-mère potentielle le contrarie. Du côté de la famille de Mme Ali, on compte sur elle pour s'occuper d'une vieille dame. Quant aux membres du club de golf dont fait partie le major, ils prétendent que leur réprobation n'a rien à voir avec la couleur de la peau de Mme Ali mais uniquement avec son origine sociale... Ah que voilà une charmante histoire ! Si la fin ne fait aucun doute dès le début, les péripéties sont nombreuses pour y arriver. Le tout est plutôt bien écrit et avec une pointe d'humour pince sans rire comme je... Ernest Pettigrew, veuf de 68 ans, major en retraite de l'armée britannique, est devenu l'ami -et plus peut-être- de Mme Jasmina Ali, veuve de 10 ans sa cadette, d'origine pakistanaise et propriétaire de l'épicerie du petit village d'Edgecombe Saint Mary, sur la côte sud de l'Angleterre. L'évolution de cette relation bouleverse la vie de nos deux protagonistes, bien sûr, mais aussi celle de leurs familles et de leur communauté car parents et amis y sont majoritairement défavorables. Roger, le fils unique du major, un jeune loup de la city aux dents longues, se voit bien hériter de son père dès que possible et l'arrivée d'une belle-mère potentielle le contrarie. Du côté de la famille de Mme Ali, on compte sur elle pour s'occuper d'une vieille dame. Quant aux membres du club de golf dont fait partie le major, ils prétendent que leur réprobation n'a rien à voir avec la couleur de la peau de Mme Ali mais uniquement avec son origine sociale... Ah que voilà une charmante histoire ! Si la fin ne fait aucun doute dès le début, les péripéties sont nombreuses pour y arriver. Le tout est plutôt bien écrit et avec une pointe d'humour pince sans rire comme je l'aime. J'ai passé un plaisant moment de lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • laetitiaflagothier Posté le 21 Avril 2021
    ( 25/05/2013 ) Comme dit dans la présentation du livre " Un roman à déguster avec scones et marmelade " et je compléterai même par avec une bonne tasse de thé pour être sûr de savourer chaque page!! Ici, on rit et on s’émeut de se major qui du haut de ses plus de soixante printemps redécouvre l'Amour en compagnie de la personne de Mme Ali! Mais c'est sans compter sur un entourage "so british" qui se cache derrière les convenances pour faire sentir au major pourquoi cette Amour ne peut être bien pour lui et une famille au bord de l'égoïsme... Mais n'ayez crainte! Le major est prêt à reprendre du service pour ne pas laisser passer sa chance dans le coeur de Mme Ali!!
  • Matinyoupi Posté le 10 Décembre 2020
    On passe un agréable moment avec le major Pettigrew, mais il ne me laissera pas de souvenir impérissable. C'est mièvre, disons.
  • wagner67 Posté le 18 Juin 2020
    Je cherchais une lecture légère avec un peu d'humour et mon libraire m'a proposé ce livre. Une belle écriture, un humour souvent caustique, je me suis laissée porter par cette histoire. En Angleterre, le major Pettigrew, veuf de 68 ans, retraité de l'armée, est un vrai gentleman. Il vit seul dans sa maison de Sussex, quartier plutôt bourgeois, et son fils travaille et demeure à Londres. La relation père-fils est tendue, c'est l'extravagance du fils face la rigueur du père. Le majeur comme tout bon anglais est amateur de thé, il s'approvisionne dans une petite épicerie gérée par Mme Ali, une veuve pakistanaise. En plus du thé, ils sont passionnés de littérature surtout de l'auteur Kipling et de ces éléments va naître une romance, tout d'abord une cours discrète ou l'on rougit comme des adolescents, ou l'on pèse les mots et les gestes pour apprivoiser l'autre. Le récit nous mènera sur le green et en forêt, et oui, le major aime le golf et la chasse et c'est avec ses amis qu'il partage ces loisirs. Mais la romance Pettigrew-Ali fait jaser !!! « comment un anglais peut-il s'amouracher d'une pakistanaise »
  • Caro17 Posté le 3 Juin 2020
    J'ai passé un délicieux moment de lecture avec ce très cher major Pettigrew, un homme raffiné, respectueux des traditions et à l'humour mordant (un gentleman), qui s'éprend de Mme Ali, la gérante d'origine pakistanaise de la boutique d'un petit village du Sussex, ce qui (vous vous en doutez) va bousculer les « bonnes convenances » de ce village. Une atmosphère so british et une romance qui véhicule un joli message de tolérance, et donne le sourire ! J'ai bien aimé que l'histoire soit raconté d'un point de vue masculin, cela change vraiment des romans de ce type. J'ai connu Helen Simonson avec L'été avant la guerre (lu il y a 3 ans) que j'ai beaucoup apprécié et j'espère qu'elle écrira d'autres romans.
Aventurez-vous sur les rives du NiL
Petite maison généraliste à forte personnalité, NiL a toujours défendu avec passion les regards d'auteurs originaux sans se poser la question des genres. Embarquez dès à présent pour recevoir toutes les actualités de NiL !