RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Dernière des Stanfield

            Robert Laffont
            EAN : 9782221157855
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 140 x 225 mm
            La Dernière des Stanfield

            Date de parution : 20/04/2017

            Ma vie a changé un matin alors que j’ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m’apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt.
            L’auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m’ordonnait de ne parler de cette histoire...

            Ma vie a changé un matin alors que j’ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m’apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt.
            L’auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m’ordonnait de ne parler de cette histoire à personne.
            J’avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l’été s’achevait et j’étais encore loin d’avoir fait mon deuil.
            Qu’auriez-vous fait à ma place ?
            Probablement la même erreur que moi.


            Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres.
            Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel.
            George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l’Est au Québec.
            Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits.
            Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas.
            L’auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore.
            Quel est le lien qui les unit ?
            Quel crime leurs mères ont-elles commis ?
            Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ?
            Au cœur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l’été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.

            « Un roman mené de main de maître. Magnifique et addictif ! » Gilles Tranchant, Librairie Cheminant
            « Marc Levy a toujours eu la passion des secrets de famille. Mais là, il se surpasse. » Josyane Savigneau
            « Entre émotion et suspense : un jeu de piste haletant. » Philippe Chauveau, Web TV Culture

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221157855
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 140 x 225 mm
            Robert Laffont

            Ils en parlent

            RENCONTRE - C'est l’événement du jour en librairie : l'arrivée de La Dernière des Stanfield, le nouveau roman de Marc Levy. L'auteur a accordé sa toute première interview à RTL pour présenter cette grande saga familiale.
            Bernard Lehut / RTL
            Dans son livre La Dernière des Stanfield, Marc Levy évoque le regret ne pas avoir posé plus de questions à ses parents. Au micro de Nagui, il explique pourquoi… et se raconte.
            Nagui / France Inter
            Souvent, nous connaissons à peine nos proches. C’est ce que rappelle Marc Levy dans son nouveau best-seller, La Dernière des Stanfield. Un suspens d’une grande virtuosité, palpitant et émouvant.
            Philippe Vallet / France Info

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • TrueDuck Posté le 3 Septembre 2019
              mon dernier Marc Levy en date. Ça faisait longtemps que je n'avais rien lu de lui, et c'est parfaitement calculé et assumé ! Parce que bon, niveau gore, il est plutôt pauvre le multi-milliardaire écrivain. Et bien je ne regrette pas de m'y être remis avec ce titre car c'est un très bon conteur d'une part, et d'autre part j'ai trouvé que la construction qu'il avait donnée à son histoire était originale et bien pensée. Pourtant, avec des flash-backs déroutants, de nombreux personnages étonnants, des changements de narrateurs permanents qui peuvent perdre le lecteur souvent peu attentif que je suis, ça aurait pu ne pas marcher du tout. Mais comme je l'ai lu sur une courte période, ça a très bien fonctionné et c'était une lecture idéale pour terminer mes "vacances". Du côté de l'histoire, quand on parle de secrets de famille, là, on est pas juste servis, mais littéralement gavés ! Et ça tient très bien la route. Une très belle histoire d'amour qui s'entremêle d'histoires d'amour avec un soupçon d'histoires d'amour ; ce qui n'enlève rien au rythme de cette histoire d'amour. (Il y a du suspense, de la tendresse, du rire, de l'emotion, parce que Levy ce n'est pas que... mon dernier Marc Levy en date. Ça faisait longtemps que je n'avais rien lu de lui, et c'est parfaitement calculé et assumé ! Parce que bon, niveau gore, il est plutôt pauvre le multi-milliardaire écrivain. Et bien je ne regrette pas de m'y être remis avec ce titre car c'est un très bon conteur d'une part, et d'autre part j'ai trouvé que la construction qu'il avait donnée à son histoire était originale et bien pensée. Pourtant, avec des flash-backs déroutants, de nombreux personnages étonnants, des changements de narrateurs permanents qui peuvent perdre le lecteur souvent peu attentif que je suis, ça aurait pu ne pas marcher du tout. Mais comme je l'ai lu sur une courte période, ça a très bien fonctionné et c'était une lecture idéale pour terminer mes "vacances". Du côté de l'histoire, quand on parle de secrets de famille, là, on est pas juste servis, mais littéralement gavés ! Et ça tient très bien la route. Une très belle histoire d'amour qui s'entremêle d'histoires d'amour avec un soupçon d'histoires d'amour ; ce qui n'enlève rien au rythme de cette histoire d'amour. (Il y a du suspense, de la tendresse, du rire, de l'emotion, parce que Levy ce n'est pas que des histoires d'amour, hein ! Mais bon, quand même. On ne se refait pas.) C'est construit comme un polar (comme j'aime bien ça, les polars, je les vois partout. On ne se refait pas, je l'ai déjà dit juste au-dessus concernant Levy, alors je peux bien avoir ce point commun avec lui, non !! Tu vas pas m'en vouloir de vouloir être riche comme lui, si !!) et les questions sont posées jusqu'à la toute dernière page qui donne toutes les réponses. Le rythme est soutenu grâce justement aux 3 périodes sur lesquelles s'étalent ces histoires de famille, entre 2017 / 1980 / 1944. Et si on suit bien tout, on se rend compte que l'ancien architecte (Levy. L'allusion a son passé était claire pour toi ?) a fait un super plan (analogie excellente, pas vrai ? Punaise, que je suis bon. Un like, peut-être, pour une fois ?) avec un superbe plafond cathédrale (oui, bon, là, j'en ai fait trop je crois. Tu peux annuler le like, alors). On se doute rapidement de la tournure des évènements mais des petits "plus" viennent bousculer certaines certitudes, ce qui n'est pas déplaisant pour nous faire ensuite arriver à une fin, qui, comme souvent chez Levy, est assez touchante. C'est un peu un "punchlineur" du dernier-paragraphe-qui-donne-dans -l'émouvant. Mais c'est ça qu'on aime. Voilà. J'ai donc lu encore un Levy et j'attendrai sûrement quelques années avant d'en lire un autre, histoire de ne pas m'en dégoûter totalement car ça fait du bien ces petites bulles de lectures. Si j'en prends trop, après, ça fait comme un été où tu bouffes chaque jour un barbecue : tu ne sens plus que le cramé et tu perds le goût de tout le reste. Finalement, Levy, c'est comme une brochette : ça sent bon l'été, il y a même les légumes que tu ne manges jamais durant le reste de l'année et au final ça fait juste le job car tu te dis que c'est pas plus mal que les berbecues soient interdits dans ton immeuble tout le restant de l'année.
              Lire la suite
              En lire moins
            • TrueDuck Posté le 3 Septembre 2019
              mon dernier Marc Levy en date. Ça faisait longtemps que je n'avais rien lu de lui, et c'est parfaitement calculé et assumé ! Parce que bon, niveau gore, il est plutôt pauvre le multi-milliardaire écrivain. Et bien je ne regrette pas de m'y être remis avec ce titre car c'est un très bon conteur d'une part, et d'autre part j'ai trouvé que la construction qu'il avait donnée à son histoire était originale et bien pensée. Pourtant, avec des flash-backs déroutants, de nombreux personnages étonnants, des changements de narrateurs permanents qui peuvent perdre le lecteur souvent peu attentif que je suis, ça aurait pu ne pas marcher du tout. Mais comme je l'ai lu sur une courte période, ça a très bien fonctionné et c'était une lecture idéale pour terminer mes "vacances". Du côté de l'histoire, quand on parle de secrets de famille, là, on est pas juste servis, mais littéralement gavés ! Et ça tient très bien la route. Une très belle histoire d'amour qui s'entremêle d'histoires d'amour avec un soupçon d'histoires d'amour ; ce qui n'enlève rien au rythme de cette histoire d'amour. (Il y a du suspense, de la tendresse, du rire, de l'emotion, parce que Levy ce n'est pas que... mon dernier Marc Levy en date. Ça faisait longtemps que je n'avais rien lu de lui, et c'est parfaitement calculé et assumé ! Parce que bon, niveau gore, il est plutôt pauvre le multi-milliardaire écrivain. Et bien je ne regrette pas de m'y être remis avec ce titre car c'est un très bon conteur d'une part, et d'autre part j'ai trouvé que la construction qu'il avait donnée à son histoire était originale et bien pensée. Pourtant, avec des flash-backs déroutants, de nombreux personnages étonnants, des changements de narrateurs permanents qui peuvent perdre le lecteur souvent peu attentif que je suis, ça aurait pu ne pas marcher du tout. Mais comme je l'ai lu sur une courte période, ça a très bien fonctionné et c'était une lecture idéale pour terminer mes "vacances". Du côté de l'histoire, quand on parle de secrets de famille, là, on est pas juste servis, mais littéralement gavés ! Et ça tient très bien la route. Une très belle histoire d'amour qui s'entremêle d'histoires d'amour avec un soupçon d'histoires d'amour ; ce qui n'enlève rien au rythme de cette histoire d'amour. (Il y a du suspense, de la tendresse, du rire, de l'emotion, parce que Levy ce n'est pas que des histoires d'amour, hein ! Mais bon, quand même. On ne se refait pas.) C'est construit comme un polar (comme j'aime bien ça, les polars, je les vois partout. On ne se refait pas, je l'ai déjà dit juste au-dessus concernant Levy, alors je peux bien avoir ce point commun avec lui, non !! Tu vas pas m'en vouloir de vouloir être riche comme lui, si !!) et les questions sont posées jusqu'à la toute dernière page qui donne toutes les réponses. Le rythme est soutenu grâce justement aux 3 périodes sur lesquelles s'étalent ces histoires de famille, entre 2017 / 1980 / 1944. Et si on suit bien tout, on se rend compte que l'ancien architecte (Levy. L'allusion a son passé était claire pour toi ?) a fait un super plan (analogie excellente, pas vrai ? Punaise, que je suis bon. Un like, peut-être, pour une fois ?) avec un superbe plafond cathédrale (oui, bon, là, j'en ai fait trop je crois. Tu peux annuler le like, alors). On se doute rapidement de la tournure des évènements mais des petits "plus" viennent bousculer certaines certitudes, ce qui n'est pas déplaisant pour nous faire ensuite arriver à une fin, qui, comme souvent chez Levy, est assez touchante. C'est un peu un "punchlineur" du dernier-paragraphe-qui-donne-dans -l'émouvant. Mais c'est ça qu'on aime. Voilà. J'ai donc lu encore un Levy et j'attendrai sûrement quelques années avant d'en lire un autre, histoire de ne pas m'en dégoûter totalement car ça fait du bien ces petites bulles de lectures. Si j'en prends trop, après, ça fait comme un été où tu bouffes chaque jour un barbecue : tu ne sens plus que le cramé et tu perds le goût de tout le reste. Finalement, Levy, c'est comme une brochette : ça sent bon l'été, il y a même les légumes que tu ne manges jamais durant le reste de l'année et au final ça fait juste le job car tu te dis que c'est pas plus mal que les berbecues soient interdits dans ton immeuble tout le restant de l'année.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Livrepassion16 Posté le 23 Août 2019
              J'ai beaucoup aimé ! Le thème des secrets de famille est bien traité. L'envoi des lettres anonymes est une bonne façon d'entrer dans l'intrigue afin de tenir le lecteur en haleine. Même si on devine certaines choses, il reste des surprises à découvrir avant la fin.
            • Livrepassion16 Posté le 23 Août 2019
              J'ai beaucoup aimé ! Le thème des secrets de famille est bien traité. L'envoi des lettres anonymes est une bonne façon d'entrer dans l'intrigue afin de tenir le lecteur en haleine. Même si on devine certaines choses, il reste des surprises à découvrir avant la fin.
            • Cali71 Posté le 17 Août 2019
              J'ai aimé l'intrigue, les personnages et l'ambiance du livre. En revanche je suis vraiment déçue par quelques incohérences que je ne comprends toujours pas : Elby est la jumelle de Michel et la sœur aînée de Maggie. Pourquoi dit elle page 327 qu'elle serait la dernière des Stanfield ? Pas logique ce devrait être sa soeur. Et lorsqu'on apprend que sa mère a été adoptée, la dernière des Stanfield cest Hannah à priori. Quelqu'un peut il éclairer ma lanterne ? Merci.

            les contenus multimédias

            Marc Levy