Lisez! icon: Search engine
Julliard
EAN : 9782260024187
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 216
Format : 130 x 205 mm

La Dernière Nuit du Raïs

Date de parution : 20/08/2015
« Longtemps j’ai cru incarner une nation et mettre les puissants de ce monde à genoux. J’étais la légende faite homme. Les idoles et les poètes me mangeaient dans la main. Aujourd’hui, je n’ai à léguer à mes héritiers que ce livre qui relate les dernières heures de ma fabuleuse... « Longtemps j’ai cru incarner une nation et mettre les puissants de ce monde à genoux. J’étais la légende faite homme. Les idoles et les poètes me mangeaient dans la main. Aujourd’hui, je n’ai à léguer à mes héritiers que ce livre qui relate les dernières heures de ma fabuleuse existence.
Lequel, du visionnaire tyrannique ou du Bédouin indomptable, l’Histoire retiendra-t-elle ? Pour moi, la question ne se pose même pas puisque l’on n’est que ce que les autres voudraient que l’on soit. »
Avec cette plongée vertigineuse dans la tête d’un tyran sanguinaire et mégalomane, Yasmina Khadra dresse le portrait universel de tous les dictateurs déchus et dévoile les ressorts les plus secrets de la barbarie humaine. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260024187
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 216
Format : 130 x 205 mm
Julliard

Ils en parlent

"J'étais Kadhafi", dit l'écrivain algérien francophone Yasmina Khadra qui s'est littéralement glissé dans la peau du dictateur libyen dans "La dernière nuit du raïs", un des romans les plus ahurissants de la rentrée littéraire.
Culturebox / France Info

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lagrandestef Posté le 15 Février 2020
    20 octobre 2011. Mouammar Khadafi #1605;#1593;#1605;#1585; #1575;#1604;#1602;#1584;#1575;#1601;#1610; , Guide de la révolution libyenne, s’enfuyait de Syrte, dernier bastion de ses partisans, et pris dans une embuscade, était arrêté, torturé et tué. Dans ce livre Yasmina Khadra nous relate les dernières heures de ce colonel-dictateur déchu, qui arriva au pouvoir en 1969 par un coup d'état. Militant du panarabisme et du panafricanisme, doté d'une volonté farouche, il permit à la Lybie de retrouver une souveraineté nationale et fut un des grands espoirs de l'unité arabe. Mais ses méthodes répressives, de plus en plus dures au fil des années (emprisonnements, mutilations, pendaisons des opposants, et de ceux qu'il considérait être comme des ennemis de la révolution ( universitaires, étudiants, Frères musulmans , journalistes ) le firent passer du cpté obscur de l'histoire. Évitant la facilité de faire de ce personnage "de facto" un monstre ( qu'il a souvent été au demeurant) , Yasmina Khadra , en utilisant l'écriture à la première personne, livre un portrait nuancé, non manichéen, introspectif de Khadafi . Sans jugement ni excuse. La langue est très belle, musicale , la plume acérée, parfois acide; le regard politique souvent présent. C'est une expérience assez déroutante... 20 octobre 2011. Mouammar Khadafi #1605;#1593;#1605;#1585; #1575;#1604;#1602;#1584;#1575;#1601;#1610; , Guide de la révolution libyenne, s’enfuyait de Syrte, dernier bastion de ses partisans, et pris dans une embuscade, était arrêté, torturé et tué. Dans ce livre Yasmina Khadra nous relate les dernières heures de ce colonel-dictateur déchu, qui arriva au pouvoir en 1969 par un coup d'état. Militant du panarabisme et du panafricanisme, doté d'une volonté farouche, il permit à la Lybie de retrouver une souveraineté nationale et fut un des grands espoirs de l'unité arabe. Mais ses méthodes répressives, de plus en plus dures au fil des années (emprisonnements, mutilations, pendaisons des opposants, et de ceux qu'il considérait être comme des ennemis de la révolution ( universitaires, étudiants, Frères musulmans , journalistes ) le firent passer du cpté obscur de l'histoire. Évitant la facilité de faire de ce personnage "de facto" un monstre ( qu'il a souvent été au demeurant) , Yasmina Khadra , en utilisant l'écriture à la première personne, livre un portrait nuancé, non manichéen, introspectif de Khadafi . Sans jugement ni excuse. La langue est très belle, musicale , la plume acérée, parfois acide; le regard politique souvent présent. C'est une expérience assez déroutante et envoutante finalement. A lire
    Lire la suite
    En lire moins
  • gonewiththegreen Posté le 26 Décembre 2019
    Mouammar Kadhafi, en cette nuit d'Octobre 2011, est encerclé par les rebelles , soumis aux bombardements de la coalition et doit se terrer dans les faubourgs de Syrte. Il n'a plus autour de lui que les derniers fidèles de sa garde rapprochée. La nuit à venir sera la dernière et c'est l'occasion pour le "Frère Guide" de revenir sur son existence. Autant j'avais été déçu par "Dieu n'habite pas la Havane", autant ce court roman m'a révélé l'étendu du talent de Yasmina Khadra. Déjà, l'idée est en elle même un tour de force, se placer dans la tête de Kadhafi lors de ses derniers moments sur terre. Mais la force de l'auteur est de créer l'ambiguïté, sans renier bien entendu le côté despote sanguinaire mégalomane héroïnomane du bédouin libyen. Il le fait avec un texte dur mais qui laisse une place à la poésie, fait remarquable devant les faits narrés. Je sors un peu dérangé de ce texte . Bien entendu, Kadhafi est un tortionnaire comme certains pays ont le malheur d'avoir à leur tête. Mais je m'interroge de plus en plus sur ingérence de l'occident . L'auteur fait le parallèle avec l'Irak et Saddam Hussein. Mais que sont devenus ces pays qu'on l'on... Mouammar Kadhafi, en cette nuit d'Octobre 2011, est encerclé par les rebelles , soumis aux bombardements de la coalition et doit se terrer dans les faubourgs de Syrte. Il n'a plus autour de lui que les derniers fidèles de sa garde rapprochée. La nuit à venir sera la dernière et c'est l'occasion pour le "Frère Guide" de revenir sur son existence. Autant j'avais été déçu par "Dieu n'habite pas la Havane", autant ce court roman m'a révélé l'étendu du talent de Yasmina Khadra. Déjà, l'idée est en elle même un tour de force, se placer dans la tête de Kadhafi lors de ses derniers moments sur terre. Mais la force de l'auteur est de créer l'ambiguïté, sans renier bien entendu le côté despote sanguinaire mégalomane héroïnomane du bédouin libyen. Il le fait avec un texte dur mais qui laisse une place à la poésie, fait remarquable devant les faits narrés. Je sors un peu dérangé de ce texte . Bien entendu, Kadhafi est un tortionnaire comme certains pays ont le malheur d'avoir à leur tête. Mais je m'interroge de plus en plus sur ingérence de l'occident . L'auteur fait le parallèle avec l'Irak et Saddam Hussein. Mais que sont devenus ces pays qu'on l'on a libéré au nom de la sainte démocratie (après les avoir spoliés ou tentés de spolier au nom de la sainte religion) ? Quel est le rôle de l'occident dans l'éclosion de l'état islamique. Où en est la Libye aujourd'hui ? C'est en cela que le livre est dérangeant car la haine de Kadhafi pour les "croisés" est très bien transcrites et amène à se poser des questions. Je ne sais pas enfin si les dernières pages qui décrivent la traque finale sont historiques mais elles sont en tous les cas remarquablement transcrites et montrent que les successeurs de Kadhafi ne partent pas sur des bases "démocratiques " évidentes. Enfin, l'image du campeur de Élysée est évoquée, ce qui montre toute l'ambiguïté que le mot démocratie peut englober !
    Lire la suite
    En lire moins
  • champsaurine Posté le 3 Novembre 2019
    Les derniers instants de M.Kadhafi racontés par un auteur exceptionnel lequel nous livre l'esprit du dictateur, sa manière de voir les choses, le pouvoir et les moyens de le conserver, le peuple, de se voir lui-même, ses réflexions. La plume de l'auteur précise et choisie rend le tyran bien plus angoissant, sanguinaire car intelligent et cultivé malgré tout. C'est un livre impressionnant et dérangeant car cette façon d'exercer le pouvoir est celle de n'importe quel dictateur passé, présent et futur !
  • hOUMUS Posté le 2 Octobre 2019
    Pas si mal par rapport au thème choisi. Mais on a du mal à y croire.
  • Winter- Posté le 26 Août 2019
    Ce livre m'a laissé une forte impression : celle de vivre aussi la dernière nuit de Mouammar Kadhafi. L'auteur nous démontre que l'être humain est capable du meilleur comme du pire en nous montrant le bon et le mauvais côté du dictateur. Yasmina Khadra a réussi haut la main le challenge d'écrire un livre d'une façon si subjective. Comme avec l'Attentat, nous pouvons ouvrir notre esprit et enfin comprendre des idées et des positions radicalement opposées tout en ne basculant pas pour l'un ou l'autre. Ce roman se lit d'une traite, on ne s'en lasse pas tant l'histoire est haletante et intéressante. On oublierait presque que c'est un roman et non une autobiographie.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.