RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La disparue de la cabine n° 10

            Fleuve éditions
            EAN : 9782265116504
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 140 x 210 mm
            La disparue de la cabine n° 10

            Héloïse ESQUIÉ (Traducteur)
            Collection : Fleuve noir
            Date de parution : 11/01/2018
            Revue de presse
            « Ruth Ware délivre un petit délice de polar maritime…  Une écriture chaloupée qui n'oublie pas d'être nerveuse pour tenir le lecteur en haleine. » Pierrick Fay, Les Echos
            « Ruth Ware noue avec ce polar une intrigue solide, peint des personnages attachants et nous fait voguer au rythme d'une histoire au...
            Revue de presse
            « Ruth Ware délivre un petit délice de polar maritime…  Une écriture chaloupée qui n'oublie pas d'être nerveuse pour tenir le lecteur en haleine. » Pierrick Fay, Les Echos
            « Ruth Ware noue avec ce polar une intrigue solide, peint des personnages attachants et nous fait voguer au rythme d'une histoire au dénouement bien ficelé. Agréable et dépaysant. » D.D., La Voix du Nord
            « Dans un cadre luxueux et confiné, mystère et angoisse sont au rendez-vous de ce polar au dénouement tordu à souhait. » François Estrada, L'Echo du Centre
            « Une enquête haletante.» Isabelle Couriol (Librairie de Paris à Saint Etienne), Page des libraires
            « Un bijou d’angoisse et de terreur en milieu clos ! » Georges Charrière, Le Courrier picard

            Une semaine à bord d'un yacht luxueux, à sillonner les eaux du Grand Nord avec seulement une poignée de passagers.
            Pour Laura Blacklock, journaliste pour un magazine de voyage, difficile de rêver d'une meilleure occasion de s'éloigner au plus vite de la capitale anglaise.
            D'ailleurs, le départ tient toutes ses promesses : le ciel est clair, la mer est calme et les invités très sélects de l'Aurora rivalisent de jovialité. Le champagne coule à flot, les conversations ne manquent pas de piquant et la cabine est un véritable paradis sur l'eau.
            Mais dès le premier soir, le vent tourne. Laura, réveillée en pleine nuit, voit la passagère de la cabine adjacente être passée par-dessus bord.
            Le problème ? Aucun voyageur, aucun membre de l'équipage ne manque à l'appel. L'Aurora poursuit sa route comme si de rien n'était.
            Le drame ? Laura sait qu'elle ne s'est pas trompée. Ce qui fait d'elle l'unique témoin d'un meurtre, dont l'auteur se trouve toujours à bord...
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782265116504
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 140 x 210 mm
            Fleuve éditions
            20.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Un drame à l’ambiance ultra tendue au cours d’un voyage de presse qui tourne horriblement mal… Ware a écrit une variation excellente du thème de “la femme en péril” avec une héroïne courageuse et un cadre oppressant. » Sunday Times

            « Le style Ruth Ware est une ode au old fashion : une habilité à combiner la menace sous-jacente avec une plume délicate… mais une prose acérée. » Sunday Express

            « La disparue de la cabine n°10 inverse la tendance, et loin d'un deuxième opus décevant, Ruth Ware nous livre une trame aussi tendue et provocatrice que celle de son premier roman. » Independent

            « Ce thriller va vous tenir en haleine… » Closer

            « Agatha Christie rencontre La Fille du train... Effrayant et troublant, vous n'allez pas le lâcher. » The Sun

            « Ruth Ware noue avec ce polar une intrigue solide, peint des personnages attachants et nous fait voguer au rythme d'une histoire au dénouement bien ficelé. Agréable et dépaysant. » D.D., La Voix du Nord

            « Une enquête haletante.» Isabelle Couriol (Librairie de Paris à Saint Etienne), Page des libraires

            « Ruth Ware délivre un petit délice de polar maritime…  Une écriture chaloupée qui n'oublie pas d'être nerveuse pour tenir le lecteur en haleine. » Pierrick Fay, Les Echos

            « Dans un cadre luxueux et confiné, mystère et angoisse sont au rendez-vous de ce polar au dénouement tordu à souhait. » François Estrada, L'Echo du Centre

            « Un bijou d’angoisse et de terreur en milieu clos ! » Georges Charrière, Le Courrier picard

            « Il y a un zeste d’Agatha Christie chez Ruth Ware, cette touche so british d’élégance dans le désespoir de la femme traquée et fragile qui va – peut-être ! – parvenir à trouver des ressources insoupçonnées. De quoi séduire les fans du genre. » Jean Berthelot de La Glétais, Sang-Froid

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • pacaa Posté le 10 Avril 2019
              Lu en Avril 2019 Livre qui se dévore. Histoire narrée à la première personne du singulier, avec toutes les pensées et questionnements de la protagoniste. Livre découpé en plusieurs parties et chapitres. Il y a également entre chaque partie des mails de Judah ou d'autres personnes sur l'actualité. Tout comme elle, le lecteur cherche à démêler les faits et découvrir la vérité. Elle est journaliste, n'a pas l'habitude des enquêtes mais son cerveau fait son propre cheminement. Un cambriolage chez elle au début du roman la déstabilise et elle n'arrive pas à dormir. Elle est sensible aux bruits. La croisière arrive juste après. L'alcool du premier soir la discrédibilise aux yeux des autres passagers sur ce qu'elle a vu. Elle cherche qui peut la croire et l'aider mais elle se méfie de tous. Elle est sur une croisière donc dans un lieu fermé. ça m'a rappelé Dix petits nègres d'Agatha Christie. Spoile : je pense que Carrie avait prémédité de tuer son amant. Elle est excellente comédienne. Je n'avais pas confiance en elle.
            • BenedicteBiblio Posté le 6 Avril 2019
              Sur le papier, La disparue de la cabine n°10 disposait de quelques atouts pour grandement me plaire. Une ambiance huis clos. Une croisière on ne peut plus dépaysante. De nombreux suspects, et la possibilité d’enquêter sur l’identité du meurtrier (littéralement coincé à bord) ! J’ai eu l’occasion d’emprunter ce thriller dans la bibliothèque familiale, et je ne le regrette pas une seule seconde. J’ai trouvé le roman addictif : les pages tournaient toutes seules, je ne pouvais plus du tout m’arrêter. Malheureusement, je n’ai pas été conquise autant que j’aurais souhaité l’être. Cette expérience de lecture a sans doute souffert (bien malgré moi) de la comparaison avec Mort sur le Nil, dont on retrouve de nombreux ingrédients et qui propose une intrigue de départ similaire. Journaliste et trentenaire, Laura Blacklock n’hésite pas un instant lorsque l’occasion lui est offerte de faire ses preuves sur le plan professionnel. L’idée d’une croisière d’une semaine à bord de l’Aurora, un paquebot de luxe, s’annonce palpitante. Rencontrer d’autres passagers, pour la plupart richissimes, lui permettra sans aucun doute de se faire des contacts et un nom, mais aussi d’épater sa supérieure. Laura ne s’attendait simplement pas à devoir jouer les enquêtrices en herbe. Lorsque la... Sur le papier, La disparue de la cabine n°10 disposait de quelques atouts pour grandement me plaire. Une ambiance huis clos. Une croisière on ne peut plus dépaysante. De nombreux suspects, et la possibilité d’enquêter sur l’identité du meurtrier (littéralement coincé à bord) ! J’ai eu l’occasion d’emprunter ce thriller dans la bibliothèque familiale, et je ne le regrette pas une seule seconde. J’ai trouvé le roman addictif : les pages tournaient toutes seules, je ne pouvais plus du tout m’arrêter. Malheureusement, je n’ai pas été conquise autant que j’aurais souhaité l’être. Cette expérience de lecture a sans doute souffert (bien malgré moi) de la comparaison avec Mort sur le Nil, dont on retrouve de nombreux ingrédients et qui propose une intrigue de départ similaire. Journaliste et trentenaire, Laura Blacklock n’hésite pas un instant lorsque l’occasion lui est offerte de faire ses preuves sur le plan professionnel. L’idée d’une croisière d’une semaine à bord de l’Aurora, un paquebot de luxe, s’annonce palpitante. Rencontrer d’autres passagers, pour la plupart richissimes, lui permettra sans aucun doute de se faire des contacts et un nom, mais aussi d’épater sa supérieure. Laura ne s’attendait simplement pas à devoir jouer les enquêtrices en herbe. Lorsque la passagère de la cabine qui jouxte sa propre chambre est semble-t-il expédiée par-dessus bord, les doutes s’intallent… Sa propre vie est-elle en danger ? Qui pourrait avoir fait le coup ? Lord Bullmer, propriétaire du yacht, et son épouse (de santé plutôt fragile) semblent être hors de cause. Mais alors qui… Ben, son ex plutôt lourd, qui tente de lui mettre le grappin dessus ? Nilsson, l’agent de sécurité qui ne croit absolument pas aux soupçons de notre héroïne ? Laura devrait se méfier de tous, surtout si elle veut s’en sortir… Le point positif de ce roman : son ambiance huis clos on ne peut plus efficace. Sur ce bateau, Laura se trouve coupée du monde (le réseau ne fonctionnant pas). Et je dois dire que regroupés, tous les petits détails imaginés par l’auteure tiennent la route et réussissent à nous donner quelques sueurs froides. Les fragilités de Laura nous sont également révélées, et c’est un autre point que j’ai adoré. J’ai ainsi pu douter de tous les personnages, même de notre héroïne. La construction du récit est entrecoupée de mails de Judah, le petit ami de Laura. Ceci permet de proposer un autre angle de vue, et de nous induire en erreur, une nouvelle fois. Là où j’ai été déçue, c’est au niveau des personnages secondaires. Certains sont mis en avant plus que d’autres, mais je dois dire que dans l’ensemble je les ai trouvés plutôt fades et n’apportant pas forcément une plus-value à l’intrigue. Outre la disparition d’une passagère et le ressenti de claustrophobie de Laura (dont on ne doute pas une seule seconde tant le lecteur se trouve embarqué dans l’intrigue), il ne se passe pas non plus grand chose sur ce yacht, et c’est bien dommage. Avec La disparue de la cabine n°10, j’ai plutôt passé un bon moment même s’il me manque aujourd’hui quelques ingrédients pour faire de cette lecture un coup de cœur. Le final proposé, angoissant et bluffant à souhait, est plutôt intéressant. Un roman à découvrir pour son ambiance huis-clos, étouffante.
              Lire la suite
              En lire moins
            • GB Posté le 11 Mars 2019
              Bien aimé ce roman jusqu'au trois quarts. La fin est un peu tirée par les cheveux mais nous tient quand même en haleine. Je ne sais pas si je vais revisiter cette auteure.
            • Mirabilia Posté le 5 Mars 2019
              Un cambriolage suivi d’une disparition sur un bateau et c’est parti pour enquêter tout en ne se sentant jamais en sécurité. Ce polar tient en haleine sur le premier tiers. L’énigme fonctionne et le puzzle semble complexe. Puis la longueur survient : peu de retournements, des secrets finalement assez simples et un suspense réduit au minimum car on devine globalement l’issue de l’histoire. Du coup, l’ennui survient. C’est dommage car le début et la fin fonctionnaient bien. Il manquait un bon milieu.
            • Selket Posté le 1 Mars 2019
              Si vous avez aimé "la fille du train" de Paula Hawkins, vous ne serez pas déçu par ce huis clos maritime. Un thriller psychologique dans les fjords norvégiens où ce qui parait n'est pas ce que l'on pense.
            Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
            Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.