Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714471222
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 460
Format : 140 x 225 mm

La Disparue de Noël

Muriel Levet (traduit par)
Collection : Le Cercle Belfond
Date de parution : 02/11/2017
Avec son art consommé de la psychologie, Rachel Abbott tisse un suspense familial riche en émotions et hautement addictif, dans la lignée de P. D. James et de Lisa Gardner. 
Une route de campagne verglacée. Une voiture qui perd le contrôle : la conductrice est tuée sur le coup ; Natasha, sa fille de six ans assise à l’arrière, se volatilise sans explication.

Quelques années plus tard, David fait de son mieux pour se reconstruire après le drame qui a emporté...
Une route de campagne verglacée. Une voiture qui perd le contrôle : la conductrice est tuée sur le coup ; Natasha, sa fille de six ans assise à l’arrière, se volatilise sans explication.

Quelques années plus tard, David fait de son mieux pour se reconstruire après le drame qui a emporté sa femme et sa fille. Il forme désormais un couple heureux avec la douce Emma et le petit Ollie, adorable bambin de dix-huit mois qui comble leur foyer.
Mais un jour, une inconnue débarque dans leur cuisine. Natasha.
Où était-elle toutes ces années ? Comment a-t-elle retrouvé le chemin de la maison ? Si David est fou de joie, Emma, elle, se sent vulnérable devant cette adolescente silencieuse.

Cadeau ou malédiction ? Que cache le retour de la disparue de Noël ?
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714471222
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 460
Format : 140 x 225 mm
Belfond
En savoir plus

Ils en parlent

« Tous les éléments du bon polar psychologique sont présents. Ce suspense familial est riche en émotions et plein de rebondissements. Palpitant.»
Télé Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • simonjean Posté le 21 Octobre 2021
    "La disparue de Noël" est le 4e livre de Rachel Abbott que je lis . Cette autrice m'a toujours fait passer de très bons moments , sans m'ennuyer un seul instant . Cette fois-ci , après un début prometteur et un climat angoissant vite installé , le rythme ralentit au milieu de l'histoire qui se traîne en longueur un bon moment . L'intrigue plutôt alambiquée ne m'a pas emporté et j'ai trouvé le livre un peu trop long . Cette déception ne m'empêchera pas de lire d'autres histoires de Rachel Abbott .
  • LapassiondeVivie Posté le 10 Octobre 2021
    J'ai adoré! Vraiment pas déçue d'avoir découvert cette autrice. La disparue de Noel est le 2e roman que je lis de celle-ci. Je lui donne aussi un 5\5. Nous embarquons dans ce suspense psychologique dès les premières pages, et ce, jusqu'à la toute fin. De plus, je viens d'apprendre qu'il y a un 2e tome à ce roman : Ceux qui doivent périr. Trop contente! ;0)
  • Peluche0706 Posté le 7 Septembre 2021
    J’ai lu ce roman car j’ai reçu via Netgalley « Ceux qui doivent périr ». En réalité, La disparue de Noël a une fin un peu abrupte et les fans auraient réclamé une suite à cette histoire. « Ceux qui doivent périr » est donc la réponse à ses fans. Rachel Abbott a fait fort encore une fois. En mettant en parallèle l’histoire principale avec l’enquête de Tom Douglas, l’enquêteur star de l’auteure, Rachel Abbott sait manier le suspense. On est toujours sur une histoire simple à la base : un accident de voiture : la mère, conductrice est décédée sur le coup, et la petite fille, Tasha, qui se trouvait à l’arrière du véhicule, semble introuvable. 6 ans plus tard, le corps d’une petite fille est retrouvé. Est-ce Tasha ? En tout cas, c’est l’occasion de relancer des recherches à son sujet. Elle reste introuvable malgré toutes les investigations mises en place par la police. Mais, ces recherches vont être arrêtées lorsque Tasha fait sa réapparition inopinée dans la cuisine de ses parents. Elle est silencieuse, ne veut rien dire, et semble en vouloir à son père. Où était-elle ? Pourquoi ce silence ? Qui était la fille retrouvée morte... J’ai lu ce roman car j’ai reçu via Netgalley « Ceux qui doivent périr ». En réalité, La disparue de Noël a une fin un peu abrupte et les fans auraient réclamé une suite à cette histoire. « Ceux qui doivent périr » est donc la réponse à ses fans. Rachel Abbott a fait fort encore une fois. En mettant en parallèle l’histoire principale avec l’enquête de Tom Douglas, l’enquêteur star de l’auteure, Rachel Abbott sait manier le suspense. On est toujours sur une histoire simple à la base : un accident de voiture : la mère, conductrice est décédée sur le coup, et la petite fille, Tasha, qui se trouvait à l’arrière du véhicule, semble introuvable. 6 ans plus tard, le corps d’une petite fille est retrouvé. Est-ce Tasha ? En tout cas, c’est l’occasion de relancer des recherches à son sujet. Elle reste introuvable malgré toutes les investigations mises en place par la police. Mais, ces recherches vont être arrêtées lorsque Tasha fait sa réapparition inopinée dans la cuisine de ses parents. Elle est silencieuse, ne veut rien dire, et semble en vouloir à son père. Où était-elle ? Pourquoi ce silence ? Qui était la fille retrouvée morte ? Le père de Tasha s’est remarié avec Emma et elle va jouer un rôle très important dans cette histoire. C’est d’ailleurs à travers ses yeux que l’on va vivre ces retrouvailles en famille et qui va, tant qu’elle le peut, essayer de créer un lien avec Tasha. Comme d’habitude, je me suis retrouvée happée par l’histoire. Les chapitres sont relativement courts, des bouts d’explications sont parsemés ici et là, et Tom Douglas semble mettre toujours le doigt sur les éléments importants de l’enquête. Les pages se sont quasiment tournées toutes seules, aucune difficulté dans ma lecture. Je pourrais peut-être reprocher un peu de longueurs parfois. Et comme d’habitude, la fin (et tout particulièrement sur ce roman donc) est assez frustrante. En même temps, en y réfléchissant bien, je ne sais pas quelle fin aurait pu me convenir ici. Je trouve néanmoins qu’elle est assez alambiquée. Mais de manière générale, j’apprécie les romans de cette auteure pour le suspense maintenu tout au long des pages. Tom Douglas est particulièrement attachant par ailleurs et son histoire personnelle entre souvent en jeu dans l’histoire de loin ou de près. En bref, ce fut une bonne lecture. J’attends de voir la suite avec « Ceux qui doivent périr ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • belig Posté le 3 Octobre 2020
    Dès les premières pages, on est embarqué dans l histoire. On sent que quelque chose n anormal de met en place. Pitié pour cette petite fille et en même temps, elle fait flipper....on n arrive plus à décrocher du livre sans vraiment de pause. Tout ce que l on peut imaginer est loin de la vérité. Super livre, très psychologie. Je lirais avec grand plaisir d autres enquêtes de ce même auteur
  • luocine Posté le 24 Septembre 2020
    Dans mon club de lecture, il y a quelques lectrices de romans policiers, elles sont très exigeantes si bien que, lorsqu’elles décernent un coup de cœur, je suis volontiers leurs recommandations. Souvent, c’est qu’au delà de l’intrigue policière, il y a un intérêt historique, sociologique ou la découverte d’une autre civilisation. Rien de tout cela ici, c’est un polar dans la plus plus pure des traditions. Et pourtant, je l’ai lu sans pouvoir m’arrêter pendant deux jours. L’intrigue est bien ficelée et le suspens très bien dosé. Evidemment, j’ai lu d’abord (ou presque) le dernier chapitre parce que je ne pouvais pas supporter que mes personnages préférés meurent. Je ne vous dirai rien, puisque vous êtes capables de supporter la mort des gentils en attendant la dernière page pour savoir s’ils seront sauvés des griffes des méchants. Non seulement vous en êtes capables mais en plus vous aimez ça ! Je ne sais pas si j’aimerai vous rencontrer dans les tunnels sombres et mal famés de Manchester … Oui, parce que dans la banlieue de cette grande ville industrielle traîne une faune qui se livre à des trafics en tout genre. Ce qui est assez invraisemblable c’est que de nombreux... Dans mon club de lecture, il y a quelques lectrices de romans policiers, elles sont très exigeantes si bien que, lorsqu’elles décernent un coup de cœur, je suis volontiers leurs recommandations. Souvent, c’est qu’au delà de l’intrigue policière, il y a un intérêt historique, sociologique ou la découverte d’une autre civilisation. Rien de tout cela ici, c’est un polar dans la plus plus pure des traditions. Et pourtant, je l’ai lu sans pouvoir m’arrêter pendant deux jours. L’intrigue est bien ficelée et le suspens très bien dosé. Evidemment, j’ai lu d’abord (ou presque) le dernier chapitre parce que je ne pouvais pas supporter que mes personnages préférés meurent. Je ne vous dirai rien, puisque vous êtes capables de supporter la mort des gentils en attendant la dernière page pour savoir s’ils seront sauvés des griffes des méchants. Non seulement vous en êtes capables mais en plus vous aimez ça ! Je ne sais pas si j’aimerai vous rencontrer dans les tunnels sombres et mal famés de Manchester … Oui, parce que dans la banlieue de cette grande ville industrielle traîne une faune qui se livre à des trafics en tout genre. Ce qui est assez invraisemblable c’est que de nombreux enfants sans liens avec des adultes sont livrés à des mafieux qui les utilisent comme mule pour la drogue et les prostituent, je me demande ce que font les services sociaux britanniques, cela ressemble plus à la vision de Dickens qu’à la Grande Bretagne d’aujourd’hui. Comme je ne peux pas vous raconter l’histoire, je peux au moins dire comment elle commence. Un soir d’hiver une maman et sa fille Natasha âgée de six ans sont victime d’un accident de la route, la maman est tuée sur le coup, mais la petite fille a disparu (d’où le titre en français). Six ans plus tard, le mari de cette femme, David a refait sa vie avec Emma et ensemble ils ont un bébé Ollie. Un jour Natasha revient chez son père et le roman peut commencer, car, si elle est revenue, cela semble surtout pour détruire la nouvelle vie de son père. On ne saura que peu à peu ce qu’elle a vécu pendant ces six années qui sont des années d’horreur absolue. Et nous ne saurons qu’au moment du dénouement pourquoi elle en veut tant à son père au point de mettre en danger la vie d’Ollie, ce bébé rieur. Je crois que, pour ne rien divulgâcher, j’en ai assez dit, il me reste à évoquer les policiers En particulier d’un certain Tom qui mène l’enquête et qui est très malheureux de la mort de son frère Jack un hacker victime d’un accident quelques temps auparavant. Mais ce roman est plutôt centré sur les victimes et les malfrats, les policiers font leur travail mais à part Tom n’ont pas une personnalité très marquée .
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Lisez

    Thriller domestique : 7 romans à dévorer la porte fermée à double tour

    Si les romans policiers venus du froid et les tueurs en série continuent de faire frissonner des millions de lecteurs, la tendance actuelle est plutôt au thriller domestique et ses anti-héroïnes complexes. Des femmes ordinaires, parfois mal dans leur peau, qui font face à un mal insidieux, celui qui se cache dans le salon des voisins ou qui se glisse jusque dans leur vie de famille. Découvrez notre sélection.

    Lire l'article