Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265116429
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 210 mm

La face cachée de Ruth Malone

Hélène AMALRIC (Traducteur)
Collection : Fleuve noir
Date de parution : 19/10/2017
1965. Une vague de chaleur déferle sur le Queens, banlieue ouvrière de New York, et plonge ses habitants dans un état léthargique. Un matin ordinaire, Ruth Malone, mère célibataire aux allures de star hollywoodienne, constate la disparation de ses deux enfants.
Peu après, le corps de la petite Cindy est retrouvé...
1965. Une vague de chaleur déferle sur le Queens, banlieue ouvrière de New York, et plonge ses habitants dans un état léthargique. Un matin ordinaire, Ruth Malone, mère célibataire aux allures de star hollywoodienne, constate la disparation de ses deux enfants.
Peu après, le corps de la petite Cindy est retrouvé abandonné sur un chantier, son doudou encore à la main. Lorsque, quelques jours plus tard, la dépouille de son fils, Frankie Jr, est découverte dans des conditions similaires, des voix accusatrices s’élèvent contre Ruth.
De la voisine qui a toujours eu des doutes aux médias avides de scandale, tout le monde semble avoir quelque chose à lui reprocher.
Mais qui est Ruth quand personne ne la regarde ?
Cette « mère » dont les amants entrent et sortent de sa vie depuis des années et qui ne verse pas une larme devant les corps sans vie de ses enfants.
Alors que presse, opinion publique et tribunaux condamnent Ruth avant l’heure, un seul homme va tenter de découvrir qui est vraiment cette femme : nouvelle Médée monstrueuse ou victime innocente ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265116429
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 210 mm

Ils en parlent

« … remarquable premier roman, fascinant thriller psychologique, à l'issue incertaine jusqu'à la dernière page, et surtout poignant et très subtil portrait de femme, difficile à oublier.» Philippe Blanchet, Le Figaro Magazine

« [Un] excellent premier thriller britannique » Julie Malaure, LE POINT

« La face cachée de Ruth Malone est un texte – fort et brillant – dans la tendance des dystopies domestiques des romans sur des femmes imparfaites, en colère ou blessées, qui naviguent dans des milieux sociaux hostiles, lesquels deviennent vicieusement punitifs lorsque ces femmes se rebellent. » The Guardian

« Un excellent premier roman. » The Times (livre du mois – janvier 2017)

« Cela faisait longtemps qu’un roman n’avait pas restitué une époque et un lieu avec autant de forces que le premier roman bouleversant d’Emma Flint, La face cachée de Ruth Malone. » Chicago Tribune

« Réussite phénoménale, La face cachée de Ruth Malone relève de l’exploit. C’est l’un de ces rares accomplissements : un roman foudroyant, psychologique, qui transcende le genre sans effort. Si vous croyez qu’il est impossible de le lire d’une traite, vous vous trompez. » Jeffery Deaver, auteur à bestseller international

« Avec un style enflammé qui retranscrit l’ambiance d’une époque, La face cachée de Ruth Malone d’Emma Flint est un roman qui trouble et transperce dès ses premières pages jusqu’à ses derniers mots brûlants. » Megan Abbott, auteur des bestsellers La Fin de l’innocence, Vilaines filles, Fièvre et Avant que tout se brise
 
Julie Malaure / Le Point

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Annicklecture Posté le 23 Mai 2021
    Voici un très bon thriller policier, psychologique et terrible à la fois. Très complexe l'auteure va nous perdre entre amour, haine, crimes, voyeurisme… J'ai été perdue dans mes reflexions quant à découvrir la vérité! Et surtout comment peut-on en arriver à l'indescriptible! Apparemment tirée d'une histoire vraie, en 1965 dans le Queens, une jeune femme seule va s'apercevoir de la disparition de ses deux enfants. Ruth Malonne, cette mère atypique, sera la cible des enquêteurs, des journalistes, de son voisinage. Mais où se trouve la vérité!? Un roman noir qui fait mal, en tant que femme et encore à cette époque, tout peut lui être reproché et l'accuser. C'est ce qui est mis en avant dans cette terrible histoire. Un seul homme, journaliste, sera à ses côtés, sans qu'elle le choisisse : Pete Wonicke. Il va lui consacrer tout son temps, malgré elle. Une histoire à rebondissements, captivante où les émotions ne manquent pas. Une accusée vite trouvée, des ragots, une belle femme qui prend soin d'elle à la vue du public ne peut être que coupable! Il y a donc ici une histoire d'infanticide et la place de la femme dans la société à ce moment-là. Que dire d'aujourd'hui? Il y a... Voici un très bon thriller policier, psychologique et terrible à la fois. Très complexe l'auteure va nous perdre entre amour, haine, crimes, voyeurisme… J'ai été perdue dans mes reflexions quant à découvrir la vérité! Et surtout comment peut-on en arriver à l'indescriptible! Apparemment tirée d'une histoire vraie, en 1965 dans le Queens, une jeune femme seule va s'apercevoir de la disparition de ses deux enfants. Ruth Malonne, cette mère atypique, sera la cible des enquêteurs, des journalistes, de son voisinage. Mais où se trouve la vérité!? Un roman noir qui fait mal, en tant que femme et encore à cette époque, tout peut lui être reproché et l'accuser. C'est ce qui est mis en avant dans cette terrible histoire. Un seul homme, journaliste, sera à ses côtés, sans qu'elle le choisisse : Pete Wonicke. Il va lui consacrer tout son temps, malgré elle. Une histoire à rebondissements, captivante où les émotions ne manquent pas. Une accusée vite trouvée, des ragots, une belle femme qui prend soin d'elle à la vue du public ne peut être que coupable! Il y a donc ici une histoire d'infanticide et la place de la femme dans la société à ce moment-là. Que dire d'aujourd'hui? Il y a très longtemps que j'avais ce roman dans ma liseuse et cela a été très intéressant de le lire. Que de questionnements et de doutes tout au long de ma lecture. Contrairement à beaucoup d'avis lus je n'ai pas trouvé de longueur, le fil de l'histoire est très bien construit et je ne me suis pas ennuyée, loin de là. Une auteure que je découvre avec ce titre, et je n'ai pas l'impression qu'il y en ai d'autres à ce jour. À lire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SaveurLitteraire Posté le 17 Février 2021
    Une histoire banale, me direz-vous. Avons-nous lu le même roman ?, vous répondrais-je. La face cachée de Ruth Malone attendait dans ma Pile à Lire depuis sa sortie, et je m’y suis lancée sans savoir où j’allais, car je ne lis pas les résumés. Grand bien m’en prit, parce que la surprise a été encore plus authentique ! Je ne m’attendais pas à tomber sur un polar situé en 1965, et si j’avais lu le résumé, sans doute aurais-je été plus réticente à tenter l’aventure. Grossière erreur. Emma Flint nous pousse dans les bras et les pensées d’une inconnue dont on devine qu’elle va être notre guide, mais aussi le centre d’une tragédie macabre qui commence avec la disparition de ses enfants. Le récit a l’air en effet banal aux premiers abords ; encore une histoire d’enlèvement, se dit-on, encore toute la faute rejetée sur la femme, encore, toujours, et les longueurs, me direz-vous. Mais la façade disparaît assez vite. Ce n’est pas l’histoire d’une enquête haletante, c’est la chute lente et inéluctable de Ruth Malone, une mère de famille hors de son temps, fidèle à elle-même, avec son propre caractère, et surtout, c’est une femme traitée avec profondeur par Emma Flint,... Une histoire banale, me direz-vous. Avons-nous lu le même roman ?, vous répondrais-je. La face cachée de Ruth Malone attendait dans ma Pile à Lire depuis sa sortie, et je m’y suis lancée sans savoir où j’allais, car je ne lis pas les résumés. Grand bien m’en prit, parce que la surprise a été encore plus authentique ! Je ne m’attendais pas à tomber sur un polar situé en 1965, et si j’avais lu le résumé, sans doute aurais-je été plus réticente à tenter l’aventure. Grossière erreur. Emma Flint nous pousse dans les bras et les pensées d’une inconnue dont on devine qu’elle va être notre guide, mais aussi le centre d’une tragédie macabre qui commence avec la disparition de ses enfants. Le récit a l’air en effet banal aux premiers abords ; encore une histoire d’enlèvement, se dit-on, encore toute la faute rejetée sur la femme, encore, toujours, et les longueurs, me direz-vous. Mais la façade disparaît assez vite. Ce n’est pas l’histoire d’une enquête haletante, c’est la chute lente et inéluctable de Ruth Malone, une mère de famille hors de son temps, fidèle à elle-même, avec son propre caractère, et surtout, c’est une femme traitée avec profondeur par Emma Flint, qui ne nous livre pas d’action, mais de la tension, une fois passé l’introduction et la première moitié du roman. Le tout pour un final auquel on ne peut pas rester indifférent ; que de révolte, le sang qui bouillonne tandis qu’on prend conscience de la tragédie, et de la nature destructrice dont l’Humain peut faire preuve. Vifs et tranchants, les derniers chapitres resteront en tête pour un petit moment ! Alors, La face cachée de Ruth Malone, pas si banal que ça ? La première partie ressemble à tant d’autres romans, tant d’autres histoires vraies, mais la deuxième partie va en effet nous emmener ailleurs, et pas sûr qu’on sache rester calme alors qu’on assiste à la chute de Ruth… Une fois de plus, plongée grinçante dans l’univers injuste et fourbe de… la presse, oui ! La police, encore plus ! N’oublions pas, nous sommes en 1965, et pourtant, les choses ne changent pas tellement entre cette période et aujourd’hui. L’auteure nous plonge la tête dans une culture étatsunienne puritaine et hypocrite, où toute sortie de la norme est considérée comme un crime. Et c’est Ruth qui en est la victime, ou la coupable, selon le point de vue des personnages. Habilement mis en scène par la plume, par ailleurs. Antipathique, c’est le mot parfait pour décrire la bande de flics que l’on voit passer au long des pages, Devlin en premier. Des êtres acharnés, qui ne cherchent que le coupable idéal, mais est-ce le véritable coupable ? Pete, le petit journaliste qui m’irritait au début, et que je finis par voir sous un autre jour, en même temps qu’il évolue. À vrai dire, il y a peu de personnages dans ce roman, et il faut le dire clairement : la seule personne qui suscite à la fois intérêt et empathie est bien Ruth Malone elle-même, pour les réactions qu’elle a, en public comme en privé, et l’image que les autres ont d’elle. C’est sur elle que l’on se concentre, tantôt attristé de ce qui lui arrive, tantôt pris de doute sur ce qu’elle peut raconter. Il y a là la critique juste et profonde d’un système révoltant modelé sur les apparences et les jugements, où chaque pas qui sort du chemin défini est considéré comme un signe de dysfonctionnement, quelque chose de louche. La face cachée de Ruth Malone est inspiré de faits réels, que je vous laisse fouiller de vous-même si vous en avez la curiosité. Tout ce calvaire qui dure a existé en partie, et Emma Flint, bien qu’elle tricote une histoire romancée autour du vrai, sait rendre l’atmosphère pesante, comme s’il n’y avait pas de sortie. Pas de sortie de secours dans ce monde que l’on vomit. Nous comme Ruth sommes obligés de marcher dans cette époque qui ne laisse aucune chance, le tout porté par les mots de la plume. On commence sur les bases d’une histoire réelle qui est aussi, hélas, banale si l’on jette un coup d’œil à la rubrique faits divers des journaux, et que l’on voit une disparition d’enfants, mais ces bases vues et revues évoluent vers quelque chose que l’on attendait pas, ce qui fait son charme. D’abord thriller psychologique avec Ruth, puis enquête policière avec Devlin, mais aussi avec des airs de polar journalistique avec Pete, La face cachée de Ruth Malone ne conte pas que la disparition de deux enfants ; elle raconte aussi la descente aux enfers d’une femme hors de son temps, désespérément seule et profondément humaine. Jusqu’où la solitude peut mener ? Médée aux temps modernes ! Pas un coup de cœur, il y avait quand même des longueurs que j’ai eu du mal à digérer dans la première partie, cependant, une très bonne lecture avec une fin qui reste en travers de la gorge, et qui laisse un goût amer ! À lire au plus vite, si vous ne l’avez pas déjà fait !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Little_stranger Posté le 17 Janvier 2021
    Quand Ruth Malone débarque dans ce quartier de Queens de la banlieue new-yorkaise avec son mari, si gentil (pas très futé, mais gentil) Frank et ses deux enfants Cindy et Frankie, elle ne fait pas l'unanimité. Elle n'est pas "comme il faut" et n'aime pas les commérages. Ruth est belle comme un animal sauvage, elle boit beaucoup, elle travaille comme serveuse dans des boîtes de nuit et séduit beaucoup. Quand elle se sépare de son mari, qu'elle obtient la garde des enfants et qu'elle continue son boulot de serveuse, le quartier "parle" ... Quand les deux enfants disparaissent, sont retrouvés morts et que la vie de Ruth ne semble plus comporter que des mauvais côtés, elle devient la coupable : mauvaise mère, mauvaise femme, mauvaise vie, moeurs douteuses ... Incapable de verser une larme, soucieuse de tenir devant les "autres", Ruth fait les délices de la presse à scandale. Un journaliste va alors enquêter, contre avis de son rédacteur en chef, pour comprendre qui est Ruth Malone et les ombres qui l'entourent ... Un roman policier sympathique, même si j'aurais aimé en savoir plus sur les rapports entre Ruth et sa mère et mieux comprendre ainsi cette femme qui ne... Quand Ruth Malone débarque dans ce quartier de Queens de la banlieue new-yorkaise avec son mari, si gentil (pas très futé, mais gentil) Frank et ses deux enfants Cindy et Frankie, elle ne fait pas l'unanimité. Elle n'est pas "comme il faut" et n'aime pas les commérages. Ruth est belle comme un animal sauvage, elle boit beaucoup, elle travaille comme serveuse dans des boîtes de nuit et séduit beaucoup. Quand elle se sépare de son mari, qu'elle obtient la garde des enfants et qu'elle continue son boulot de serveuse, le quartier "parle" ... Quand les deux enfants disparaissent, sont retrouvés morts et que la vie de Ruth ne semble plus comporter que des mauvais côtés, elle devient la coupable : mauvaise mère, mauvaise femme, mauvaise vie, moeurs douteuses ... Incapable de verser une larme, soucieuse de tenir devant les "autres", Ruth fait les délices de la presse à scandale. Un journaliste va alors enquêter, contre avis de son rédacteur en chef, pour comprendre qui est Ruth Malone et les ombres qui l'entourent ... Un roman policier sympathique, même si j'aurais aimé en savoir plus sur les rapports entre Ruth et sa mère et mieux comprendre ainsi cette femme qui ne se contente pas d'être une mère.
    Lire la suite
    En lire moins
  • leschroniquesdeminuit Posté le 13 Juin 2019
    Il y a peu de temps, j’ai lu plusieurs ouvrages traitant de True Crime, Maura Murray a disparu de James Renner, Le Dahlia noir et Reporter Criminel de James Ellroy. J’adore ce style littéraire qui allie faits réels et "fiction" dans sa forme. Ce genre d’ouvrage est souvent réalisé par un journaliste qui raconte au lecteur sa propre enquête sur un crime en général irrésolu à ce jour. On peut parler de cold cases. Parfois l’auteur choisit de se placer au centre de l’enquête, comme James Renner avec Maura Murray, parfois il donne au livre la saveur d’un roman avec une fiction développée autour de faits avérés, comme dans le Dahlia Noir. C’est ce parti pris qu’a choisi Emma Flint pour son premier roman, dans lequel elle évoque une affaire qui a défrayé la chronique à New York en 1965, l’affaire Alice Crimmins. C'est de ce roman, dans lequel elle a décidé de re-nommer le personnage central, dont je vous parle aujourd'hui, La face cachée de Ruth Malone. « Elle décida de laisser filer, pour cette fois, et emporta son café dans la salle de bains. Vérifia son maquillage. Se remit du rouge à lèvres. Elle ignorait que c’était la... Il y a peu de temps, j’ai lu plusieurs ouvrages traitant de True Crime, Maura Murray a disparu de James Renner, Le Dahlia noir et Reporter Criminel de James Ellroy. J’adore ce style littéraire qui allie faits réels et "fiction" dans sa forme. Ce genre d’ouvrage est souvent réalisé par un journaliste qui raconte au lecteur sa propre enquête sur un crime en général irrésolu à ce jour. On peut parler de cold cases. Parfois l’auteur choisit de se placer au centre de l’enquête, comme James Renner avec Maura Murray, parfois il donne au livre la saveur d’un roman avec une fiction développée autour de faits avérés, comme dans le Dahlia Noir. C’est ce parti pris qu’a choisi Emma Flint pour son premier roman, dans lequel elle évoque une affaire qui a défrayé la chronique à New York en 1965, l’affaire Alice Crimmins. C'est de ce roman, dans lequel elle a décidé de re-nommer le personnage central, dont je vous parle aujourd'hui, La face cachée de Ruth Malone. « Elle décida de laisser filer, pour cette fois, et emporta son café dans la salle de bains. Vérifia son maquillage. Se remit du rouge à lèvres. Elle ignorait que c’était la dernière fois qu’elle aurait la liberté de le faire. La dernière fois que son visage n’appartiendrait qu’à elle-même. » p. 22 Ruth Malone est une jeune femme dont l’attitude est condamnée de tous dans l’Amérique des sixties. Mère de deux enfants de quatre et cinq ans, Cindy et Frankie, elle a quitté Franck, un époux gentil et responsable l’année précédente et travaille comme serveuse dans des bars de nuit. Elle accumule certains excès, a des amants mais semble malgré tout une maman aimante. Très belle femme, elle attise la convoitise aussi bien des hommes que de ses voisines et à part ses très rares amis, tout le monde la regarde avec animosité. C’est l’été 1965, une vague de chaleur terrible s’abat sur la côte Est des États-Unis, et c’est dans cette ambiance surchauffée que va se produire un drame. Un soir comme les autres, Ruth couche ses enfants en milieu de soirée, la nuit se déroule sans particularité, mais au matin, Ruth constate que ses deux enfants ont disparu. Dans leur chambre, fermée de l’extérieur par un verrou, plus aucune trace d’eux, c’est la panique. Et malheureusement, la petite Cindy sera retrouvée assassinée dans un terrain vague quelques heures plus tard. Il faudra plusieurs semaines de recherches supplémentaires pour retrouver le corps de son grand frère dans un état qui ne permettra pas de déterminer les causes de son décès. « ENLÈVEMENT D’UN GARÇON DE 5 ANS DANS LE QUEENS DES HÉLICOPTÈRES SE JOIGNENT AUX RECHERCHES Par Peter Wonicke, correspondant permanent » p. 103 Confrontée au pire, la vie de la mère de famille est passée au crible par la police, qui, dans une société patriarcale au possible, est vite influencée par les racontars. L’inspecteur Devlin, en charge de l’enquête, se fait un devoir de prouver la culpabilité de Ruth, qui semble en effet être impliquée dans la mort de ses deux enfants. A contrario, Pete Wonicke, jeune journaliste correspondant du journal Le Herald décide de mener une contre enquête, du moins une enquête plus impartiale, afin de faire la lumière sur les faits avérés. Pour cela, il tente une investigation de terrain en allant rencontrer tous les protagonistes de cette affaire… « C’était là l’image d’elle qu’il avait portée avec lui pendant un moment. Le sang. De la répulsion pour sa propre personne. Une absence totale de tendresse. » p. 194 C’est une évocation passionnante de l’affaire Crimmins qu’a réalisé ici Emma Flint. À travers cette version romancée des faits, racontés en grande partie par Pete Wonicke, l’auteur permet au lecteur de progresser au coeur d’une enquête et d’un procès qui avaient été largement influencées par les commérages il y a maintenant 55 ans. Un nouveau portrait d’Alice Crimmins est dressé à travers celui de Ruth Malone et un éclairage plus neutre est proposé sur une résolution de ce double meurtre mystérieux. Il est aussi mis en lumière qu’un parti pris peut être validé sur des preuves minuscules, dans un sens ou dans un autre, ou encore sur l’interprétation subjectives de réactions inattendues des suspects. « Le soir du 13 juillet, j’ai donné à manger du veau à mes enfants. Du veau, des haricots verts en boîte, et du lait. Je suis allée les voir à minuit, et ils dormaient. C’est la dernière fois que je les ai vus et ils étaient en vie. Ils allaient bien. Exactement comme je l’ai déjà raconté, inspecteur. » p.201 Je ne sais pas vraiment quelle est la part de fiction dans cette histoire racontée à la manière du Dahlia Noir mais je me suis laissée emporter sans me poser de question par le fil de l’écriture d’Emma Flint. Atmosphère sombre à souhait, pudeur des personnages, débauche plus ou moins contrôlée, verni social propre à cette époque, tout est fourni dans ce livre pour que le lecteur réalise une immersion dans le Queens d’après-guerre. J’ai été dans le doute jusqu’au bout de l'intrigue dont les personnages ne cessent d’osciller sur un fil tendu, et c’est ce qui les rends à la fois antipathique et accrocheurs. Cette lecture me confirme une fois de plus que j’ai une affection particulière pour le True Crime à qui la plume parfaitement maîtrisée d’Emma Flint fait honneur. La face cachée de Ruth Malone est un roman qui reste discret dans sa diffusion et pourtant il mérite d’être lu par les amateurs de romans noirs qui s’y retrouveront forcément. Pas de suspense à tout rompre mais une enquête passionnante en l’hommage des deux enfants Crimmins dont la mémoire s'étiole doucement...
    Lire la suite
    En lire moins
  • simonjean Posté le 8 Mai 2019
    Ruth Malone , très séduisante jeune mère de famille , récemment séparée de son mari , a-t-elle tué ses deux enfants ? Dans le voisinage , on dit qu'elle mène une vie dissolue, que c'est une "noceuse" … elle boit , elle sort dans les bars et les boîtes et elle entretient quelques liaisons . Pour la police , ça ne fait aucun doute : elle fait une coupable idéale ... et pour le lecteur , le doute s'installe . Un jeune journaliste, Pete , est fasciné par cette femme , toujours habillée de façon provocante . Il commence à interroger les personnes de l'entourage de Ruth : une voisine et amie , ses amants , son ex-mari ... Prouver l'innocence de Ruth devient son obsession . Ruth est arrêtée , inculpée et jugée . Jusqu'au bout , j'ai douté ….. et bien sûr , la vérité n'éclate que dans les toutes dernières pages . Enquête journalistique intéressante à lire , évocation de la place de la femme dans la société dans les années 60 , c'est aussi le portrait d'une femme qui se moque du qu'en-dira-t-on . Un bon livre !
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.