Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782262070823
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 500
Format : 154 x 240 mm
La Famille royale au temple
Le Remords de la Révolution (1792-1795)
Date de parution : 16/08/2018
Éditeurs :
Perrin

La Famille royale au temple

Le Remords de la Révolution (1792-1795)

Date de parution : 16/08/2018
La première histoire globale de référence sur la captivité tragique des Bourbons.
 
Le 10 août 1792, l’émeute parisienne renverse un trône devenu fragile ; trois jours plus tard, la famille royale est enfermée au Temple, plus précisément dans la Tour qui jouxte... Le 10 août 1792, l’émeute parisienne renverse un trône devenu fragile ; trois jours plus tard, la famille royale est enfermée au Temple, plus précisément dans la Tour qui jouxte le donjon du XIIIe siècle.  C’est dans ce lieu sinistre que va se dérouler une authentique tragédie puisque périront successivement... Le 10 août 1792, l’émeute parisienne renverse un trône devenu fragile ; trois jours plus tard, la famille royale est enfermée au Temple, plus précisément dans la Tour qui jouxte le donjon du XIIIe siècle.  C’est dans ce lieu sinistre que va se dérouler une authentique tragédie puisque périront successivement Louis XVI, Marie-Antoinette, la sœur du roi, Madame Elisabeth - tous trois guillotinés - et enfin le dauphin « Louis XVII », mort dans des conditions qui feront couler beaucoup d’encre. Seule survivante, la fille du couple royal, Marie-Thérèse de France, sera finalement libérée le 19 décembre 1795, mettant fin à une captivité de plus de mille jours. Entretemps, le Directoire a remplacé la Convention et les thermidoriens  tentent de terminer la Révolution en faisant oublier la Terreur.
 
S’il existe de nombreuses biographies et des études parcellaires, aucun historien n’avait raconté l’histoire globale de cette captivité qui raconte en creux l’histoire chaotique de la première République. Charles-Eloi Vial relève le défi en maître. Nourri de nombreuses archives jamais exploitées, il raconte non seulement le quotidien de la captivité mais dépeint l’ensemble des protagonistes : les captifs bien sûr mais aussi les geôliers, les employés, les gardes et les visiteurs avec un sens rare de la narration. S’il adopte la distance propre à l’historien, il sera difficile au lecteur de rester insensible face à un récit prenant qui interroge la Révolution, et plus précisément la Terreur, sur l’antinomie entre  la grandeur de ses principes et certains de ses actes. Le Temple comme incarnation et origine de la guerre entre les deux France
Au final, un grand livre d’histoire qui signe la consécration d’un grand historien.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262070823
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 500
Format : 154 x 240 mm

Ils en parlent

« Une remarquable leçon d'histoire. »
Jean Sévillia / Le Figaro Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bfauriaux Posté le 26 Janvier 2021
    Un livre captivant pour les fans d'intrigue historique: tout ici est superbement decrit et on est transporté de bout en bout par l'auteur et je me suis régalé de page en page à découvrir le destin de Louis 16 et de son épouse dans leurs derniers jours :Evidemment la fin de l'histoire est connue de tous mais le recit est captivant en nous transmettant des emotions fortes en nous faisant vivre au plus près , caméra sur l'épaule comme on dirait au cinéma ,la fin de la famille royale.Une vraie belle surprise à découvrir
  • melodbellaisa Posté le 16 Février 2020
    La première histoire globale de la captivité tragique des Bourbons.Le 10 août 1792, l'émeute parisienne renverse le trône fragile de Louis XVI. Trois jours plus tard, la famille royale est enfermée au Temple, dans un donjon édifié au xiiie siècle. ...Dans ce lieu sinistre périront successivement le roi, sa femme Marie-Antoinette, sa sœur Madame Élisabeth, tous trois guillotinés ; et enfin son fils, le dauphin " Louis XVII ". Seule survivante, la fille du couple royal, Marie-Thérèse de France, sera finalement libérée le 19 décembre 1795, après une détention de plus de mille jours. Entre-temps, le Directoire a remplacé la Convention et les thermidoriens tentent de terminer la Révolution en faisant oublier la Terreur.
  • Audrey56 Posté le 4 Septembre 2018
    Le Temple : « la royauté y brisa le moyen âge, par la main de Philippe le Bel. Et elle-même y revint brisée avec Louis XVI. » Michelet, Histoire de la Révolution. « D’emblée, les événements marchèrent plus vite que les hommes. » 20 juin 1789 : Serment du jeu de Paume 14 juillet 1789 : prise de la Bastille 4 août 1789 : abolition des privilèges 26 août 1789 : Déclaration des droits de l’homme et du citoyen 6 octobre 1789 : la famille royale est ramenée à Paris, aux Tuileries 20/21 juin 1791 : fuite à Varennes Septembre 1791 : nouvelle Constitution Avril 1792 : déclaration de guerre à l’Autriche 10 août 1792 : prise des Tuileries. La famille royale est prisonnière. La suite sur : www.actualitte.com
  • talou61 Posté le 3 Septembre 2018
    Comme il est indiqué sur la quatrième de couverture : "un historien se penche sur l'histoire globale de cette captivité. Nourri de nombreuses archives encore inexploitées, Charles-Eloi Vial raconte avec un sens rare de la narration le quotidien des captifs et brosse le portrait de l'ensemble des protagonistes." Je salue tout d'abord le travail de l'archiviste, conservateur à la Bibliothèque nationale de France et l'essai sur ce thème toujours très controversé. Monsieur Vial prend soin d'aller chercher toutes les sources, des journaux des serviteurs et des royalistes en passant par les historiens modernes comme Annie Jourdan et Jean-Clément Martin et insère des notes en bas de page pour rappeler les évènements et les biographies. L'auteur présente tout d'abord une analyse posée et brillante de la révolution, qui dès 1789, a été confrontée à deux problèmes : - l'évolution du pouvoir exécutif et l'expression de la souveraineté populaire. Ces deux problématiques apparaissent dès le début : la peur de la trahison, la hantise du complot entraine le système de terreur. Pour l'auteur, le contexte est marqué par une centralisation de la vie politique et un rejet complet du passé. La description de la prison, appuyée sur les travaux de Lenotre et sur des archives sérieuses est unique. L'étude... Comme il est indiqué sur la quatrième de couverture : "un historien se penche sur l'histoire globale de cette captivité. Nourri de nombreuses archives encore inexploitées, Charles-Eloi Vial raconte avec un sens rare de la narration le quotidien des captifs et brosse le portrait de l'ensemble des protagonistes." Je salue tout d'abord le travail de l'archiviste, conservateur à la Bibliothèque nationale de France et l'essai sur ce thème toujours très controversé. Monsieur Vial prend soin d'aller chercher toutes les sources, des journaux des serviteurs et des royalistes en passant par les historiens modernes comme Annie Jourdan et Jean-Clément Martin et insère des notes en bas de page pour rappeler les évènements et les biographies. L'auteur présente tout d'abord une analyse posée et brillante de la révolution, qui dès 1789, a été confrontée à deux problèmes : - l'évolution du pouvoir exécutif et l'expression de la souveraineté populaire. Ces deux problématiques apparaissent dès le début : la peur de la trahison, la hantise du complot entraine le système de terreur. Pour l'auteur, le contexte est marqué par une centralisation de la vie politique et un rejet complet du passé. La description de la prison, appuyée sur les travaux de Lenotre et sur des archives sérieuses est unique. L'étude du Temple après 1795 est très intéressante. Quelques remarques : - la politique de la Commune Insurrectionnelle qui gêne les mesures prises par la Convention est une thèse de François Furet, largement combattue et mise en doute par les nouveaux historiens. - le chapitre sur les deux visions de la Révolution qui s'opposent lors du débat sur la mise en accusation du roi entre les Girondins et les extrémistes est un peu manichéen : les instruments du système de terreur ont été mis en place par la Girondins (tribunal révolutionnaire, comités …) Les positions de Saint-Just et de Robespierre ne peuvent se résumer en une phrase "exécuté sans procès" : Maximilien Robespierre, dans ses écrits, considéraient que c'était le peuple qui avait jugé le roi le 10 août, et donc il était illégal pour les députés de le rejuger sans remettre en cause la légitimité de l'insurrection. - page 174, c'est Danton et non Maximilien Robespierre qui propose le 10 mars 1793 la création d'un tribunal criminel extraordinaire. - page 344 : quand vous précisez que "la mort du petit roi reflète le mépris dans lequel le nouveau régime et ses partisans tenaient tous ceux qui s'opposaient à eux. Leur vindicte s'étendait aux femmes et aux enfants présumés complices en raison de leur naissance ou de leur région d'origine." Votre argumentaire ne s'adapte plus à la période de la convention thermidorienne et vous laissez planer un doute sur un génocide, terme réfuté par de nombreux historiens (Jean-Clément Martin) et par les faits. - Bien sûr, ce n'est pas le thème de cet ouvrage, mais l'assassinat de deux députés : Lepeletier de Saint-Fargeau et Jean-Paul Marat, élus tous les deux, sont vraiment traités allègrement en deux lignes. - Dans votre chapitre sur le voyage sans retour, vous décrivez longuement les fins tragiques de certains conventionnels, voire la malédiction, or vous omettez (volontairement pour argumenter votre discours) les conventionnels intègres qui poursuivirent leurs carrières, tel René Levasseur de la Sarthe. - Vous oubliez de recentrer votre texte dans le 18e siècle et la plaidoirie pour l'exil du roi déchu, comme celle de Baudot qui déplora qu'on n'ait pas choisi la déportation des opposants, comme le firent les Américains, au lieu de les exécuter, oublie le contexte de guerres civiles et extérieures, la différence de territoire et de situation entre l'Amérique et la France (Les insurgés avaient gagné et leur territoire beaucoup plus vaste pour isoler des indésirables). - La plaidoirie pour un membre manquant (le roi) dans le gouvernement français est une vieille revendication remise à l'ordre du jour par certains politiques comme Emmanuel Macron… - Il aurait été nécessaire de travailler sur les archives de pays étrangers (notamment Autriche) pour scruter les correspondances de Louis XVI et Marie-Antoinette qui démontrent leur double-jeu... - enfin, je ne peux souscrire à votre conclusion dont le style moins neutre que l'ensemble de l'ouvrage m'a beaucoup surprise ; ainsi qu'au titre "la famille royale" (le roi est déchu) et le sous-titre "le remord de la Révolution". Excellent travail d'archiviste et de d'analyste politique.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Perrin
Découvrez chaque mois des exclusivités, des avant-premières et nos actualités !