Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264069696
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 210 mm

La Famille Winter

Dominique FORTIER (Traducteur)
Collection : Grands Détectives
Date de parution : 21/09/2017
Un western à la Sam Peckinpah retraçant l’épopée d’une famille de bandits impitoyables, depuis sa genèse durant la guerre civile jusqu’à sa dissolution à la fin du XIXe.
Durant trois décennies, la famille Winter traverse les territoires sauvages de l'Amérique, servant et combattant tout à la fois l'avancée farouche de la civilisation. Parmi ses membres tordus, le tueur psychopathe Quentin Ross, les débiles et redoutables frères Empire, l'impassible ex-esclave Fred Johnson, et l'enfant prodige Lukas Shakespeare. Mais au centre de cette tempête malveillante... Durant trois décennies, la famille Winter traverse les territoires sauvages de l'Amérique, servant et combattant tout à la fois l'avancée farouche de la civilisation. Parmi ses membres tordus, le tueur psychopathe Quentin Ross, les débiles et redoutables frères Empire, l'impassible ex-esclave Fred Johnson, et l'enfant prodige Lukas Shakespeare. Mais au centre de cette tempête malveillante et ultraviolente se tient un leader glacial et sans cœur, Augustus Winter, un homme doté d’une résistance presque pathologique aux règles de la société et d’un don surnaturel pour la boucherie. De leur service de mercenaires lors d’une élection brutale à Chicago à leur travail en tant que chasseurs de primes dans les déserts de l'Arizona, il y a une logique hypnotique à la morale sombre de Winter qui se joue, à maintes reprises, dans un carnage impitoyable. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264069696
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MrAZ Posté le 4 Octobre 2020
    Mais qui est qui ? Ce qui m'a rebuté dans ce roman c'est de ne pouvoir discerner rapidement et surtout clairement lesquels des nombreux protagonistes étaient des Nordistes et lesquels étaient des Confédérés. C'est l'unique reproche que je fais à ce roman qui part d'une bonne et originale idée... Je ne le déconseille pas mais je tenais à exposer cet écueil sur lequel vous pourriez tomber vous aussi. Je crois que je retenterai de le lire une prochaine fois. Courage et bonne lecture !
  • Fadette100 Posté le 9 Septembre 2020
    Quel régal ce roman ! Très bonne découverte que ce roman western, dense, riche et passionnant avec une histoire prenante. C'est noir, c'est sanglant comme dans les western. Une écriture percutante. Pas de répit dans l'action. J'ai dévoré ce roman en deux jours. Fortement recommandé. Ames sensibles, s'abstenir.
  • Ctucorrect Posté le 1 Février 2020
    Un western âpre, sauvage, sanglant. Une épopée qui s'inscrit dans une période tumultueuse de la construction dans la violence des Etats Unis. Il m'a manqué de l'émotion. Les scènes s’enchaînent, on vit des moments clefs qui se terminent tous dans le sang, la boue, mais aucune empathie se dégage, j'attendais mieux.
  • MassLunar Posté le 25 Septembre 2019
    La Famille Winter, premier western "romanesque" que j'ai eu le plaisir de lire. Une lecture plutôt enchantée pour une fiction totalement désenchantée, voire nihiliste. Nous sommes plongés dans une sanglante fresque historique qui émerge des cendres de la Guerre de Sécession dans les années 1860 jusqu'à l'émergence de la civilisation en 1900. Par ce tableau historique qui dépeint la transition d'une Amérique sauvage et meurtrière vers une Amérique industrialisée et corrompue , ce roman me faisait penser au fameux western Il était une fois dans l'Ouest où l'image du chemin de fer évoquait aussi celui d'un basculement , de l'émergence de cette grosse machine qu'est la civilisation. La Famille Winter est sur tout les fronts : Guerre de Sécession, élection politique à Chicago, attaque contre les derniers résistants apaches... Ce groupe de mercenaires psychopathes est sur tous les fronts et leur macabre odyssée résonne à coups de fusillades sur les chemins d'une Amérique en plein changement. Concernant La Famille Winter, nous avons droit à une sévère bande d'allumés, de hors-la-loi dénués de tout romantisme, qui pillent, violent et massacrent. Ce sont des personnes qui ont fait de l'absence de règles leurs mode de vie. Ce roman est donc riche en personnages maudits, en... La Famille Winter, premier western "romanesque" que j'ai eu le plaisir de lire. Une lecture plutôt enchantée pour une fiction totalement désenchantée, voire nihiliste. Nous sommes plongés dans une sanglante fresque historique qui émerge des cendres de la Guerre de Sécession dans les années 1860 jusqu'à l'émergence de la civilisation en 1900. Par ce tableau historique qui dépeint la transition d'une Amérique sauvage et meurtrière vers une Amérique industrialisée et corrompue , ce roman me faisait penser au fameux western Il était une fois dans l'Ouest où l'image du chemin de fer évoquait aussi celui d'un basculement , de l'émergence de cette grosse machine qu'est la civilisation. La Famille Winter est sur tout les fronts : Guerre de Sécession, élection politique à Chicago, attaque contre les derniers résistants apaches... Ce groupe de mercenaires psychopathes est sur tous les fronts et leur macabre odyssée résonne à coups de fusillades sur les chemins d'une Amérique en plein changement. Concernant La Famille Winter, nous avons droit à une sévère bande d'allumés, de hors-la-loi dénués de tout romantisme, qui pillent, violent et massacrent. Ce sont des personnes qui ont fait de l'absence de règles leurs mode de vie. Ce roman est donc riche en personnages maudits, en antihéros que les amateurs de bad guys pourront apprécier. Les personnages sont charismatiques et attachants dans leur cruauté sauvage aux relents pourris de liberté. J'ai beaucoup ce roman par son rythme, par cette narration nihiliste, par cette fusion entre une peinture désabusée de l'Amérique et cette odyssée meurtrière qui peut, en effet, rappeler le western de Peckinpah. Beaucoup d'action, un certain sens de la dramaturgie et un bon background historique bien exploité donnent toute son efficacité à La Famille Winter. Le seul bémol est que La Famille Winter a du mal à se débarrasser de certaines références. Ainsi, j'y vois du Clint Eastwood à travers l'opacité de son personnage principal, il y a du Tarantino, du Peckinpah, du Leone pour la thématique. La Famille Winter a du mal à sortir des sentiers battues et la lecture, pour celles et ceux qui aiment les westerns, sera peut-être un peu trop familière mais peu importe car si vous cherchez un excellent divertissement épique sur lequel souffle un jubilatoire désespoir alors n'hésitez pas à vous plonger dans cette funeste odyssée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Judith63 Posté le 10 Septembre 2019
    En pleine guerre de Sécession, une famille se constitue, mais pas n'importe laquelle, La Famille Winter. Des hommes sans fois ni lois, si ce n'est les leurs. Des mercenaires , qui ont perdus leur âme, capables de tout. Meurtre, vol, viol, massacre, trahison, corruption tout y passe. Un portrait sombre d'une période de l'histoire des Etats-Unis, où on rencontrent des hommes politiques près à tout pour conserver leur pouvoir et leur privilège. Je rejoins la critique de Yaena, j'ai modérément accroché à ce livre. Trop de personnages avec trop de similitudes entre eux. Difficile de s'y retrouver !
Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.