RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La femme qui ment

            Les Escales
            EAN : 9782365692991
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 240
            Format : 140 x 225 mm
            La femme qui ment

            Collection : Domaine français
            Date de parution : 05/10/2017
            Attention ! Un mensonge peut en cacher un autre...
            Sophie a quarante-trois ans. Elle vit à Paris avec Alain. Tous les jours, elle prend le RER pour aller travailler à la Défense. On la veut efficace, rapide, moderne, performante. Elle s’y emploie. Mais la cadence est infernale, elle se sent au bout d’un cycle - bientôt elle sera vieille.

            Un...
            Sophie a quarante-trois ans. Elle vit à Paris avec Alain. Tous les jours, elle prend le RER pour aller travailler à la Défense. On la veut efficace, rapide, moderne, performante. Elle s’y emploie. Mais la cadence est infernale, elle se sent au bout d’un cycle - bientôt elle sera vieille.

            Un jour, acculée par son patron qui lui reproche la mauvaise gestion d’un dossier, elle ment. Prétend être enceinte. C’est le début d’un engrenage, tout un système de défense qui, un temps, allège son quotidien. Grisée, Sophie décide de mentir à son tour à Alain. Lui laisser croire qu’elle
            attend un bébé en fera peut-être venir un pour de bon ?

            Alors que le mensonge l’enserre peu à peu, le passé de Sophie se déploie – son enfance, sa jeunesse en banlieue, au pied des tours de la Défense qui, lentement, surgissaient de terre. Comme les barreaux de sa future prison.

            Hervé Bel se glisse avec talent dans la peau d’une femme pour analyser tous les ressorts du mensonge et le poids de la société.
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782365692991
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 240
            Format : 140 x 225 mm
            Les Escales
            17.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "Dans La femme qui ment, Hervé Bel nous fait percevoir non pas la ruine d’un monde, mais sa déliquescence programmée. La prose d’Hervé Bel, à la fois naturelle et fluide, élégante et précise, classique en diable, renforce l’impression de justesse et d’effroi qu’on ressent à la lecture de ce terrifiant roman-miroir sur notre condition."  
            Denis Gombert / Actualitté

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Natiora Posté le 13 Mars 2019
              A quarante-trois ans, Sophie arrive à un tournant de sa vie. Elle est cadre à La Défense, dans une entreprise qu’elle connait depuis des années. Elle a évolué, grimpé les échelons. Mais à l’heure où il faut basculer dans le digital, elle ne se sent plus à la page. Elle doute, ne se sent pas compétente, et voit la jeune Allison comme une menace avec son sourire ultra blanc et ses dents qui rayent le parquet. Alors pour se dédouanner de ses faiblesses, elle s’invente une raison. Elle est enceinte. Et c’est pour ça qu’elle a la tête ailleurs. Le mensonge passe bien. On la félicite, veut la ménager. Et c’est là qu’elle se rend compte de ce qu’elle a fait. Il va falloir aller jusqu’au bout maintenant, et essayer de vraiment tomber enceinte. Pourtant, depuis qu’elle connait Alain, ce n’est pas faute d’essayer. Il est plus âgé qu’elle, avec déjà un fils. Mais elle ne lui a jamais caché son souhait : elle avait la trentaine quand ils se sont connus, elle voulait fonder une famille et ne pas perdre de temps. S’il voulait d’elle, il faudrait lui faire un enfant. Et il a accepté. Mais le ventre de Sophie est resté désespérément... A quarante-trois ans, Sophie arrive à un tournant de sa vie. Elle est cadre à La Défense, dans une entreprise qu’elle connait depuis des années. Elle a évolué, grimpé les échelons. Mais à l’heure où il faut basculer dans le digital, elle ne se sent plus à la page. Elle doute, ne se sent pas compétente, et voit la jeune Allison comme une menace avec son sourire ultra blanc et ses dents qui rayent le parquet. Alors pour se dédouanner de ses faiblesses, elle s’invente une raison. Elle est enceinte. Et c’est pour ça qu’elle a la tête ailleurs. Le mensonge passe bien. On la félicite, veut la ménager. Et c’est là qu’elle se rend compte de ce qu’elle a fait. Il va falloir aller jusqu’au bout maintenant, et essayer de vraiment tomber enceinte. Pourtant, depuis qu’elle connait Alain, ce n’est pas faute d’essayer. Il est plus âgé qu’elle, avec déjà un fils. Mais elle ne lui a jamais caché son souhait : elle avait la trentaine quand ils se sont connus, elle voulait fonder une famille et ne pas perdre de temps. S’il voulait d’elle, il faudrait lui faire un enfant. Et il a accepté. Mais le ventre de Sophie est resté désespérément vide. Le mensonge au boulot la plonge dans l’illusion. Elle veut tellement y croire qu’elle annonce à Alain qu’elle est enceinte. Il sera difficile maintenant de faire marche arrière. Au delà de l’échappatoire au travail, c’est donc aussi une histoire sur le mensonge dans le couple. Sophie et Alain pourraient être heureux si chacun avait été sincère avec l’autre. Mais ils s’engluent dans leurs illusions, pensant que ce qu’ils n’ont pas avoué n’aura pas de conséquences fâcheuses. Mais c’est tout le contraire qui se produit. Et plus ils s’enfoncent dans le déni, plus leur amour en pâtit. Mais ce roman parle avant tout de notre société, de la place de la femme, qu’elle soit mère ou pas. Si elle l’est, elle devient une contrainte dans le monde du travail : la grossesse, les arrêtes maladie, les congés maternité, les enfants malades… Et si elle ne l’est pas, elle passe pour une incongruïté. Une femme incomplète. Hervé Bel pose un regard lucide et juste sur la condition de la femme moderne en mal d’enfant à travers le personnage de Sophie, volontaire et ambitieuse mais rattrapée par son désir de maternité. L’histoire offre de plus un regard pertinent sur le monde du travail et quelques rebondissements qui donnent du rythme à un récit qui s’essouffle parfois un peu, jusqu’au dénouement qui jettera une touche lumineuse sur l’ensemble du roman.
              Lire la suite
              En lire moins
            • beatriceferon Posté le 27 Février 2018
              Sophie Megnier est cadre dans la société de communication Worldwide, à la Défense. Aller au travail dans la foule anxieuse du matin lui pèse chaque jour davantage. « Rien que de penser à « là-bas », je me sens soudain plus fatiguée et les pulsations de mon cœur s'accélèrent. « Là-bas », immenses immeubles dressés comme des barreaux, et dedans ces milliers d'alvéoles. Dans l'une d'elles il y a moi, bouffée de l'intérieur toute la journée... » A quarante-trois ans, réfractaire aux nouvelles technologies, Sophie redoute de découvrir son nom sur la prochaine liste des licenciés. Alors, sous l'effet de la panique, elle lance le mensonge : elle est enceinte. On ne va quand même pas jeter une future mère. Et, un pas après l'autre elle devient cette « femme qui ment ». J'avais adoré « Les choix secrets » et m'étais réjouie de le voir décrocher le Prix Horizon du deuxième roman. C'est donc avec impatience que j'attendais la suite. Il m'a fallu ronger mon frein pendant cinq ans. Aussi, lorsque sort « La femme qui ment », je me précipite. L'auteur nous entraîne ici dans l'univers inhumain d'un monde du travail qui exige toujours plus de performances, toujours plus de disponibilité de la part des employés, traités comme de simples pions. S'ils manifestent... Sophie Megnier est cadre dans la société de communication Worldwide, à la Défense. Aller au travail dans la foule anxieuse du matin lui pèse chaque jour davantage. « Rien que de penser à « là-bas », je me sens soudain plus fatiguée et les pulsations de mon cœur s'accélèrent. « Là-bas », immenses immeubles dressés comme des barreaux, et dedans ces milliers d'alvéoles. Dans l'une d'elles il y a moi, bouffée de l'intérieur toute la journée... » A quarante-trois ans, réfractaire aux nouvelles technologies, Sophie redoute de découvrir son nom sur la prochaine liste des licenciés. Alors, sous l'effet de la panique, elle lance le mensonge : elle est enceinte. On ne va quand même pas jeter une future mère. Et, un pas après l'autre elle devient cette « femme qui ment ». J'avais adoré « Les choix secrets » et m'étais réjouie de le voir décrocher le Prix Horizon du deuxième roman. C'est donc avec impatience que j'attendais la suite. Il m'a fallu ronger mon frein pendant cinq ans. Aussi, lorsque sort « La femme qui ment », je me précipite. L'auteur nous entraîne ici dans l'univers inhumain d'un monde du travail qui exige toujours plus de performances, toujours plus de disponibilité de la part des employés, traités comme de simples pions. S'ils manifestent la moindre défaillance, s'ils ne sont pas capables de suivre les cadences infernales, la machine les broie sans pitié. « Je ne sors plus. Je bosse sans arrêt. Une pause d'une demi-heure et c'est tout ». C'est donc le cœur serré que je suis entrée dans cette lecture, avec une sensation d'angoisse. Car Hervé Bel excelle à faire ressentir ce monde effrayant et déshumanisé, qu'on trouvait déjà dans « La nuit du Vojd ». Il nous le présente de l'intérieur, car, à certains moments, on est dans la tête de Sophie, et de l'extérieur puisqu'il y a aussi un narrateur omniscient. J'ai ressenti une terrible impression d'oppression, de malaise, car plusieurs de mes proches ont vécu ou vivent encore un pareil harcèlement au travail. « Dans les faits, nous sommes de plus en plus contrôlés. Lionel a institué les term sheets !... Il appelle ça « l'auto-contrôle » (…) Je suis obligée d'inscrire chaque jour, en pourcentage, le temps consacré sur les dossiers dont je suis responsable (…) Il leur est apparu clairement que je ne gère pas mon temps correctement, que je gaspille en m'attardant aux dossiers moins rentables, au détriment de ceux qui font vivre la boîte. » Chacun se regarde en chien de faïence. Certains n'hésitent pas à planter un poignard dans le dos des collaborateurs. « Allison, je sais qu'elle lorgne ma place. Régulièrement, elle va discuter avec Lionel. Elle voit avec lui en direct certains dossiers. » A ce monde robotisé, Hervé Bel oppose le paradis dans lequel évolue Alain, un enseignant qui dispose d'énormément de temps libre. Il est, par conséquent, détendu et serein. En lisant ceci, j'inviterais tout de même l'auteur à venir prendre notre place, ne serait-ce que pendant quelques jours, dans cet éden supposé. Il y trouverait certainement matière à une nouvelle histoire angoissante ! Hervé Bel analyse avec une finesse extraordinaire les sentiments de ses personnages. J'ai été particulièrement frappée par cette scène entre les époux, qui sonne tellement juste : « La colère monte en elle comme en lui. Soudain, elle est prête au pire, à dire ce qui monte, irrépressible. Les disputes commencent toujours pour des riens, semble-t-il, un regard, un ton déplaisant, une broutille, une vaguelette échouant sur la plage (…) A cet instant, chacun cherche ce qui pourra blesser l'autre (…) Il lui faut faire le plus de mal possible. » A méditer avant la prochaine querelle ! On entre dans la tête de Sophie. On vit avec elle le stress du monde robotisé de la Défense. On observe les manigances des employés qui veulent attirer l'attention de leurs supérieurs. Les dirigeants ne pensent que chiffres d'affaires. A leurs yeux, les travailleurs ne sont que des noms sur une liste. Ils ont perdu leur humanité. Il y a celui qu'on a mis au placard, qui pourrait renoncer, s'en aller. Mais non. Il s'accroche avec l'énergie du désespoir. Il y a celle-ci, cultivée – elle lit certainement un livre par jour – en revanche, elle est dépassée par l'univers informatique. Qu'importe sa richesse intérieure, seule compte la rentabilité. En face, il y a la sphère de l'intime, celle des amis du couple. Guère plus sympathiques, hélas. Pour eux, Sophie est cet être monstrueux : une femme sans enfant. Les mères qui l'entourent n'ont qu'un seul sujet de conversation : leur progéniture, son premier mot, sa première dent, sa fièvre. Sophie est anormale à leurs yeux. Pour Sophie, l'amitié exceptionnelle qui lie Alain, son mari, et Philippe, a des relents de soufre. Alain admire Philippe, mais, en dépit de l'affection, il ne voit en lui qu'un fils de famille qui a toujours vécu dans un univers riche, ouaté. Il ne s'interroge pas sur ses blessures secrètes. Alain est divorcé. Sa relation avec Juliette était destructrice (elle m'a rappelé certains aspects terrifiants des « Choix secrets »). Lorsqu'il rencontre Sophie, il la considère comme la femme de sa vie qu'il veut garder à tout prix. Et, à cause de cela, il va jusqu'à la blesser gravement. L'univers de ce roman est souvent noir, oppressant, à l'instar des deux œuvres précédentes. Pourtant, ici, on voit poindre une lueur d'espoir, un souffle apaisé qui viennent heureusement soulager le lecteur. J'ai adoré et n'ai qu'un seul message pour l'auteur : « Encore ! ».
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lizouzou Posté le 5 Octobre 2017
              A 43 ans, Sophie vit avec Alain, travaille à la Défense et n'a pas d'enfant. Son boulot étant menacé par une restructuration de l'entreprise, Sophie invente alors qu'elle est enceinte. Ce mensonge qu'elle aimerait tant qu'il devienne réalité, va petit à petit bouleverser son quotidien et sa vie. J'ai tout de suite été attiré par ce résumé et par l'histoire de Sophie. L'auteur nous dresse le portrait d'une femme qui a 43 ans et qui se sent vieillir à vue d'oeil. Tout d'abord par rapport à son boulot. Dans une entreprise de communication, il faut être au top des nouvelles technologies et malheureusement, Sophie sent qu'elle est à la traîne dans ce domaine. Alors elle se sent de plus en plus mal à l'idée de travailler et sent une épée de Damoclès au dessus de sa tête. Elle est prête à tout pour garder son travail, quitte à mentir... Puis l'idée de vieillir se renforce également dans sa vie personnelle où à son âge, elle n'a toujours pas d'enfant. S'en suit une pression sociale dû au rôle de mère pour une femme. Ce sont ces deux aspects qui dominent dans le roman. D'une part, le monde du travail, assez froid, où le burn-out n'est... A 43 ans, Sophie vit avec Alain, travaille à la Défense et n'a pas d'enfant. Son boulot étant menacé par une restructuration de l'entreprise, Sophie invente alors qu'elle est enceinte. Ce mensonge qu'elle aimerait tant qu'il devienne réalité, va petit à petit bouleverser son quotidien et sa vie. J'ai tout de suite été attiré par ce résumé et par l'histoire de Sophie. L'auteur nous dresse le portrait d'une femme qui a 43 ans et qui se sent vieillir à vue d'oeil. Tout d'abord par rapport à son boulot. Dans une entreprise de communication, il faut être au top des nouvelles technologies et malheureusement, Sophie sent qu'elle est à la traîne dans ce domaine. Alors elle se sent de plus en plus mal à l'idée de travailler et sent une épée de Damoclès au dessus de sa tête. Elle est prête à tout pour garder son travail, quitte à mentir... Puis l'idée de vieillir se renforce également dans sa vie personnelle où à son âge, elle n'a toujours pas d'enfant. S'en suit une pression sociale dû au rôle de mère pour une femme. Ce sont ces deux aspects qui dominent dans le roman. D'une part, le monde du travail, assez froid, où le burn-out n'est jamais loin et qui s'accompagne de restructuration, le licenciement et de pression professionnelle. Puis d'un autre côté, la place de la maternité dans la vie d'une femme et la pression qui s'exerce autour de tout ça. Pour tenter de fuir son mal-être et ses problèmes, Sophie s'invente une grossesse, au travail d'abord et dans son couple ensuite. Vous vous doutez bien que ce secret va apporter son lot de complications. Je vous laisse d'ailleurs les découvrir par vous-même ! J'ai beaucoup aimé le style d'écriture d'Hervé Bel. Il a parfaitement réussi à se mettre à la place d'une femme et à nous confronter à des problèmes d'actualité sans être rébarbatif et sans longueur. Bref, un portrait de femme et du monde du travail assez réaliste !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lizouzou Posté le 5 Octobre 2017
              A 43 ans, Sophie vit avec Alain, travaille à la Défense et n'a pas d'enfant. Son boulot étant menacé par une restructuration de l'entreprise, Sophie invente alors qu'elle est enceinte. Ce mensonge qu'elle aimerait tant qu'il devienne réalité, va petit à petit bouleverser son quotidien et sa vie. J'ai tout de suite été attiré par ce résumé et par l'histoire de Sophie. L'auteur nous dresse le portrait d'une femme qui a 43 ans et qui se sent vieillir à vue d'oeil. Tout d'abord par rapport à son boulot. Dans une entreprise de communication, il faut être au top des nouvelles technologies et malheureusement, Sophie sent qu'elle est à la traîne dans ce domaine. Alors elle se sent de plus en plus mal à l'idée de travailler et sent une épée de Damoclès au dessus de sa tête. Elle est prête à tout pour garder son travail, quitte à mentir... Puis l'idée de vieillir se renforce également dans sa vie personnelle où à son âge, elle n'a toujours pas d'enfant. S'en suit une pression sociale dû au rôle de mère pour une femme. Ce sont ces deux aspects qui dominent dans le roman. D'une part, le monde du travail, assez froid, où le burn-out n'est... A 43 ans, Sophie vit avec Alain, travaille à la Défense et n'a pas d'enfant. Son boulot étant menacé par une restructuration de l'entreprise, Sophie invente alors qu'elle est enceinte. Ce mensonge qu'elle aimerait tant qu'il devienne réalité, va petit à petit bouleverser son quotidien et sa vie. J'ai tout de suite été attiré par ce résumé et par l'histoire de Sophie. L'auteur nous dresse le portrait d'une femme qui a 43 ans et qui se sent vieillir à vue d'oeil. Tout d'abord par rapport à son boulot. Dans une entreprise de communication, il faut être au top des nouvelles technologies et malheureusement, Sophie sent qu'elle est à la traîne dans ce domaine. Alors elle se sent de plus en plus mal à l'idée de travailler et sent une épée de Damoclès au dessus de sa tête. Elle est prête à tout pour garder son travail, quitte à mentir... Puis l'idée de vieillir se renforce également dans sa vie personnelle où à son âge, elle n'a toujours pas d'enfant. S'en suit une pression sociale dû au rôle de mère pour une femme. Ce sont ces deux aspects qui dominent dans le roman. D'une part, le monde du travail, assez froid, où le burn-out n'est jamais loin et qui s'accompagne de restructuration, le licenciement et de pression professionnelle. Puis d'un autre côté, la place de la maternité dans la vie d'une femme et la pression qui s'exerce autour de tout ça. Pour tenter de fuir son mal-être et ses problèmes, Sophie s'invente une grossesse, au travail d'abord et dans son couple ensuite. Vous vous doutez bien que ce secret va apporter son lot de complications. Je vous laisse d'ailleurs les découvrir par vous-même ! J'ai beaucoup aimé le style d'écriture d'Hervé Bel. Il a parfaitement réussi à se mettre à la place d'une femme et à nous confronter à des problèmes d'actualité sans être rébarbatif et sans longueur. Bref, un portrait de femme et du monde du travail assez réaliste !
              Lire la suite
              En lire moins
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
            Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !